Récit de la course : Marathon de Mannheim 2010, par Jerome_I

L'auteur : Jerome_I

La course : Marathon de Mannheim

Date : 15/5/2010

Lieu : Mannheim (Allemagne)

Affichage : 1018 vues

Distance : 42.195km

Matos : short avec 3 porte gels, maillot club, adizero boston, chaussettes et slip kalenji

Objectif : Objectif majeur

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Mannheim Marathon 2010

 
MLP - Mannheim Marathon 2010
 


Le récit aurait pu se résumer avec cette photo des derniers mètre, mais dérrière ce marathon ce fut aussi plus de 1400km d'entrainements et de courses de préparation...

 

 

C’est mon objectif du début de saison. Cet hiver j’ai travaillé ma vitesse de base. Ceux qui ont suivi mes entrainements savent que les entrainements furent difficiles pendant tout l’hiver. J’ai couru des séries de tous types, par tous les temps en suivant les indications du coach à la lettre (merci encore « Capo » d’avoir changé quelques fois les entrainements prévus à cause des changements de dernière minute). Puis j’ai couru trois cross courts (6km) et deux 10km. Sur les 10km j’ai battu mes records en 34’59’’ et en 34’17’’. Puis les entrainement furent un peu plus long et je me suis retrouvé au départ du semi de Gènes où j’ai aussi battu mon record sur la distance en 1h15’23’’ à quatre semaines de l’objectif. Le travail de vitesse a fonctionné et j’arrive à tenir des vitesses jamais courues avant !
Enfin il faut continuer et les deux semaines après le semi furent aussi très difficiles avec 112km et 135km. Surtout les sorties longues de plus de 30km avec des allures de fou (un 3000m en moins de 10minutes et au moins une heure à allure marathon).
Une petite alerte le soir d’un entrainement long à 3 semaines du marathon. Il faisait chaud et j’ai eu la mauvaise idée de boire l’eau de la rivière (l’Azergues) lorsque mon bidon était vide. Bien sur, j’ai du prendre une bactérie et j’ai été malade toute la nuit et le jour suivant. Heureusement j’ai rapidement repris l’entrainement et mon poids de forme. J’ai réussi à courir tous les entrainements prévus dans la fin du programme.
Comme d’habitude les résultats dans les courses de prépa sont bon, mais plus la course approche, et plus le doute remplace les bons sentiments. Surtout que le dernier entrainement au seuil à une semaine du marathon est loupé. Mais chaque jour se rapprochant de l’objectif, je me motivais pour arriver au top ce Samedi soir. Le doute est toujours négatif. Il faut penser positif avant une course sinon on n’arrive à rien. J’arrive donc avec tout de même 1425km au compteur soit 300 de plus qu’en 2009 !!! Et beaucoup plus de qualité.
La dernière semaine je fais le régime dissocié scandinave complet. C’est un peu difficile au début avec la phase Lipidique. Les jambes sont vides lors des entrainements. Puis les trois derniers jours je charge les glucides : fruits, pates et riz sont au programme !

Vendredi après midi je vole vers Francfort où je prends un train ICE (TGV Allemand) qui m’amène en 30minutes à Mannheim. A peine arrivé à l’hotel je parts pour le dernier entrainement pour faire tourner les jambes. Je dois me ralentir car quand je regarde le GPS je suis entre 16km/h et 17km/h. Au bout de 20 minutes, je fais demi tour et cours 6 minutes à plus de 18km/h. Puis je rentre tranquillement.
Samedi matin je récupère mon dossard. Cette année le départ a été avancé d’une heure. Nous partirons à 17h30 ce qui me permettra d’arriver avant la nuit si tout va bien. Une sieste et mes supporter Numéro 1 me rejoignent pour aller au départ. Il fait frais (12°C) et la météo n’annonce pas de pluie. Il y a juste un peu de vent, mais cette météo fraiche est vraiment parfaite pour moi. C’est entre 8°C et 12°C que mon rendement est le meilleur !
Je laisse mon sac à l’organisation et je parts pour un petit quart d’heure d’échauffement. Les sensations sont bonnes. Je salue mes parents qui vont se mettre vers le premier kilomètre et je vais prendre ma place sur la ligne de départ. Pendant ce temps les handisport et les rollers prennent le départ:

 

 

 

Je suis dans le bloc A0 et on nous annonce que le départ aura 15 minutes de retard. Puis j’entends : « Jérome » ! Je me retourne et trouve Jean-Luc. Tient on s’est pas vu depuis la Saintélyon 2008 ! On avait aussi « essayé »l’UTMB en 2008. Il manque d’entrainement mais vise tout de même trois heures. On discute avec un autre Français (Jean-Luc a reconnu son maillot aux couleur d’un club français) expatrié à Mannheim qui court lui le semi marathon. Sur ce marathon il fait faire attention aux dossards (blanc pour la marathon, vert pour le semi et jaune pour le marathon en relais) surtout ceux qui nous doublent avec les jambes fraiches ou finissant leur relais.

 

 

On discute et ces 15 minutes d’attente passent plus rapidement même si on se refroidit. Puis le speaker annonce les favoris : Le Kenyan (Isaak Cheruiyot) vainqueur en 2009 en 2h30’:

 

Et un champion de VTT (Carsten Bresser):

 

 

 

Il y a aussi quatre kenyans sur le semi-marathon:

 

 


 

Puis une minute avant le départ, on ne discute plus et je commence à entrer dans ma course.

 

 

 

 

Je suis en première ligne mais il ne faut pas partir trop vite.

A 17h45 c’est parti.

 

 

Je me fais doubler dans tous les sens mais je suis dans le bon tempo.

 

 

 

 

 

Je me dirige sur la gauche car mes parents sont sur ce coté de la route. Je fais un signe avant de me remettre dans ma course.

 

 

 

J’ai le bon rythme, voir un peu rapide, alors que des coureurs me doublent encore. Ils doivent être sur le semi ou le marathon en relais. Il y a beaucoup de publique qui nous encourage. Il ne faut surtout pas se laisser emporter. Je passe le premier km en 3’37’’. Comme en 2009, beaucoup se rendent compte d’être parti trop rapidement et ralentissent. C’est à mon tour de doubler sur les prochain 7 km. Ca descend un peu et j’augmente sans m’en rendre compte et passe le km2 en 3’33’’.

 

 

J’arrive derrière 3 coureurs et je vais m’abriter. Un supporter en vélo annonce à un des coureurs que devant il n’y a que les deux favoris et les autres doivent être des relais. Je ne peux rester avec ces deux coureurs du marathon alors je décide d’accélérer un peu et de trouver un groupe du semi. Le km 3 passe en 3’26’’ et le km 4 en 3’29’’.

 

 

J’ai accéléré pour ne pas rester avec ces deux et trouve un coureur du semi. Je reste au chaud et son allure me convient. On arrive aussi au ravito et je prends un verre d’eau mais je perds mon lièvre qui a perdu quelques dizaines de mètres. Le km5 passe en 3’38’’. Allé 17’43’’ de course. Un peu rapide ca donnerait moins de 2h30’.

Je reprends ma vitesse un peu en surrégime pour trouver un lièvre. Je dois en profiter avant le semi car après j’ai de grandes chances de me retrouver seul. Les km s’enchainent en 3’31’’ et en 3’30’’ mais les seuls coureurs que je reprends courent à 15km/h car ils ont déjà explosé. Je reviens sur deux coureurs. Je double le premier cramé et je rejoints le deuxième au km7,5 mais je le perds tout de suite, car il va s’arroser avec les éponges. On est à l’extérieur de la ville mais chaque rond point ou groupe de maison nous offre un publique nombreux et bruyant. Le km8 passe en 3’37’’ encore un peu rapide et le km9 en 3’34’’. Je suis bien mais je me demande si je n’en fait pas trop. Je ne me retourne pas, je ne regarde que devant. C’est ma course et mon chrono, je ne peux pas courir en regardant derrière. Surtout pas au 9ème kilomètre. On passe sous la route et il ne faut pas s’emballer ni dans la descente et ni dans la montée. Ces cuvette font mal. Enfin on la sentira dans deux heures. Puis un virage très serré à gauche nous permet de voir les poursuivants. Ces deux dossards blancs sont à moins de 50 mètres. Allé ça repart au milieu des champs. Et on tourner à 90 degrés à gauche pour cette fois passer au dessus de la route. Un tapis relève notre temps au km10 mais le ravitaillement sera dans un kilomètre. Le km10 passe en 3’38’’. Rapide vu les le passage sous la route et le pont au dessus. Ces 5km passent en 17’50’’ encore trop rapide mais je me rapproche des 18’15’’-18’20’’ prévus.

Au ravitaillement je prends mon premier gel et l’arrose d’un demi verre d’eau gazeuse. Putain quelle nouille je suis ! Il faudra bien l’arroser au prochain. Dans ce village de Seckenheim le publique est nombreux et bruyant. Je continue dans ce village avec quelques virages à 90° qui obligent à relancer. Enfin le km11 passe en 3’36’’, le km 12 en 3’34’’. Au point d’épongeage je profite d’un verre d’eau pour faire passer le gel. Le km 13 passe en 3’35’’. Un coureur du relais me double très rapidement. Il en termine. Le passage au milieu des relais permet d’avoir aussi un publique nombreux et bruyant. Je vois trois coureurs devant et fait un effort pour reprendre le dernier au km14 passé en 3’38’’. On a le vent de face et j’ai bien fait de faire l’effort. On aura ce vent pendant au moins 5km. On croise les derniers du semi qui sont au km5. Je les doublerais peu être dans le dernier kilomètre ? Je reste à l’abris pendant un km et nous passons le km15 en 3’38’’. Je prends un verre d’eau au ravito pour bien m’hydrater. Ce 5km passent en 18’01’’, toujours rapide. Déjà 53’34’’ de course.

On continuer au bord de la rivière cette route agréable. Je prends aussi des relais et ca permet d’accélérer un peu. Le km16 passe en 3’37’’ et je laisse mon nouvel ami prendre le vent. Le km 17 passe en 3’39’’. Ca permet de passer les km plus facilement. On se rapproche de l’antenne de transmission de la télévision. Je prends le vent de nouveau et on passe en 3’39’’. En arrivant sous la tour un couple de marié prennent les photos de mariage et je serais sur les photos ;-) J’aimerai bien voir cette photo ! Allé il faut se concentrer comme dirait le coach. Le km 19 passe en 3’38’’ et j’aperçois mes parents qui m’encouragent.

 

 

 

Depuis quelques kilomètre on nous annonce entre la place 15 et la place 20 (en comptant les coureurs du semi et du relais). Mon père m’annonce troisième du marathon, mais la route est encore longue… Le km20 passe en 3’35’’ et on cours maintenant cote à cote avec mon lièvre dans les rues de Mannheim. Je prends mon deuxième gel et cette fois j’arrive à l’arroser d’un demi verre d’eau. Il pousse car il a deux concurrents à porté de baskets. Je l’encourage et il me souhaite bonne course. Il finira en 1h15’ et bien placé sur le semi-marathon. C’est à ce moment qu’un coureur (Markus Ghemen déjà troisième en 2009 en 2h37’) me double à 19km/h au moins. Je ne me suis jamais retourné je ne sais pas s’il me suivait depuis longtemps ? Enfin je n’ai aucune possibilité de m’accrocher ni aucune envie de faire la course aussi tôt. Ces 5km passent en 18’08’’ encore un peu rapide.

Maintenant Markus est devant et il y aussi un autre coureur qui doit être en relais. On ressort de la ville et on commence la montée sur le pont. Le rythme baisse et je passe en 3’45’’ et je suis au semi en 1:15’51’’. Puis cette longue montée sur le pont n’est pas terminée et le pont monte légèrement et les km s’enchainent à 3’45’’.

 

 

 

 

 

 

Au bout du pont il y a un virage en U pour prendre la bretelle qui normalement entre sur le pont à contre sens. Ca permet de voir que Markus est à 30secondes devant et les deux coureurs du marathon sont à 30’’ et à 1’ derrière. Au km24 nous redescendons dans Friedrichshafen et j’arrive à relancer. Le km25 passe en 3’37’’. Cette fois le rythme a vraiment baissé et ces 5km passés en 18’37’’. Un peu lent. Ca fait 1h30’ de course.

Au km26 c’est une zone de relais et c’est la fête. Nous sommes annoncé par le speaker et la musique donne les watts. Le km26 passe en 3’40’’. Deux coureurs me doublent à fond. Ils viennent de prendre leur relais. Je me concentre pour ne pas les suivre. Les longs boulevards sont monotones. Je cours avec ces deux coureurs et Markus en point de mire sans jamais me retourner mais je sens que mes deux coureurs me suivent à la trace. Km27 passe en 3’42’’, le 28 en 3’44’’ et le 29 en 3’44’’. On arrive dans Rheingoenheim et c’est la fête. Le publique est digne du tour de France. Je reste concentré et relance autant que je peux. Le km30 passe en 3’47’’. Je vois bien que ma vitesse baisse mais le chemin est encore long et il y aura surtout ce pont à passer. Ce sont 10km que je cours seul à part ces deux relais qui m’ont doublé à fond et j’en reprends un à ce moment. Ces 5km passent en 18’37’’, comme les 5km précédents.

Le ravitaillement est un peu plus loin et je prends mon dernier gel que j’arrose d’eau plate de nouveau. J’ai du mal à relancer. On monte pour passer au dessus d’une autoroute. Le km 31 passe en 3’46’’ et le 32 en 3’37’’. Au poste d’épongeage je prends un autre verre pour bien faire passer le gel. Le km 33 passe en 3’54’’. Il y avait peut-être une petite erreur sur le placement du panneau du km 32. Puis nous entrons dans Gartenstadt. J’ai du mal et les km passent en 3’54’’ pour le 33 et 3’44’’ pour le 34. c’est de nouveau un zone de relais et on a beaucoup d’encouragements. Je vois de nouveau Markus à une minute environ devant. Puis une boucle permet aux organisateurs de localiser les tricheurs avec un tapis de contrôle des puces. Cette boucle permet de voir la concurrence. On est 4 en moins de 1 km. La fin sera intéressante pour le suspens. Le km35 passe en 3’51’’. Je fais des calculs mais au bout de deux heures de course, le cerveau a du mal à faire ces estimations même si je connais bien les allures. Enfin ca devrait me faire un nouveau record. Cette fois les 5km passent en 18’52’’.

Pour tenir ma place par contre il va falloir ne pas s’écarter et serrer les dents. Il faut y aller. Le km36 en descente me relance tant bien que mal en 3’46’’. Je m’hydrate à ce point car ensuite nous serons sur le pont sans eau jusqu’au km40, devant l’hôtel. La montée fait mal, je prends mon rythme et ne lâche rien. Je passe en 4’. Il faut relancer et je crois entendre des pas derrière. Je ne me retourne pas, ca indiquerait à mon adversaire mon état. Nous rencontrons des dizaines de coureurs qui sont à leur 22ème kilomètre. Certains marchent déjà et ils vont souffrir pour arriver jusqu’à l’arrivée. Je ne sais pas s’ils ont mal aux jambes comme moi, mais j’ai les cuisses en feu. Le km38 passe en 3’51’’, puis dans la dernière difficulté du parcours, sur l’ultime montée sur le pont je passe en 4’03’’, ça sera mon kilomètre le plus lent. Le premier arrive en ce moment:

 

Je relance dans la descente vers le km40 et le dernier ravitaillement. Le deuxième arrive:

 

 

On m’annonce mon poursuivant à 50 mètres. Cette fois il faut pousser. Ce km passe en 3’25’’ aidé par la descente. Ces 5km passent en 19’05’’ les plus lents de la course.

Je prends un verre au vol et repart. Je ne regarde pas mon temps mais seulement ma vitesse souvent au dessus de 17km/h. On va prendre à droite pour ajouter les centaines de mètres qui devaient manquer à l’organisateur, puis deux fois à gauche. On traverse les rails du tram et les policiers sont en place pour arrêter le tram lorsque des coureurs passent. Les relances sont difficiles mais il ne faut rien lâcher pour tenir cette quatrième place. Je pousse et enfin prends à droite le dernier virage pour arriver au km41 en 3’44’’.

 

 

 

 

On passe sous l’arche Adidas devant le magasin de sport « Engelhorn » le sponsor de la course. Allé j’y suis, les coureurs du semi arrivent encore depuis la gauche et on finit ce dernier kilomètre ensemble. Enfin pas vraiment sur le même rythme. Le publique nombreux nous encourage et je commence à profiter. Je ne lâche rien et pousse. Le speaker annonce l’arrivée du troisième, il finit en 2h34’0’’:

 

 


 

 

Je loupe ce podium de peu. Le km42 passe en 3’31’’. Maintenant je l’ai fait. On contourne la tour et on arrive à l’endroit où tout à commencer il y a quelques heures… Je zigzag entre les coureurs du semi et un bénévole me fait passer sur le coté droit de la rue.

 

 

Mes parents sont là, je tape dans la main de ma mère et je fonce vers l’arrivée. Je vois le chrono : 2h34’51’’... Allé encore quelques dizaines de mètre, je jubile mais je fonce pour passer sous les 2h35’. J’y suis j’en profite et une analyse complète de la foulée après 42 km:

 

 

      
 
 
 
    
 
 
 
 
 
   
 
 
    
 
 
 
 

 

 

 

 

J’arrête ma montre quelques secondes plus tard et elle montre 2h35’. Je n’ai pas les secondes, donc je ne suis pas certain d’être passé sous cette bar mythique. L’organisateur vient me féliciter et l’émotion monte. Gerhard Schneble le quatrième à 30secondes vient discuter:

 

 

Il est lui aussi content de sa performance même s’il a déjà couru en 2h18’ quand il était jeune !!! J’ai réussi à maintenir les trente secondes d’avantage gagnées sur le premier semi. Je prends ma médaille et vais me ravitailler en eau avant de boire 2 verres de bière sans alcool. L’avantage de courir en Allemagne.

Résultat 4ème sur 1121 marathoniens en 2h34’59’’ ! Nouveau record personnel:

 

 

 

 

 

 

 

J’ai encore amélioré ma marque de trois minute et cette fois ci je peux être content de ces sacrifices. La fin de la soirée comme d’habitude, sac, photo:

 

 


 

 

douche (toujours aussi bien organisés avec 80 douches chaudes pour les hommes…) puis un bon repas dans un bon résto !!! Arrosé de bières allemandes... Alors que les coureurs continuent à arriver:

 

 

 
 
 
 


 

 

Maintenant un peu de repos, un peu de fêtes et rendez-vous fin Septembre à Berlin !

 

 

 

 

 

24 commentaires

Commentaire de raideur69 posté le 17-05-2010 à 19:09:00

Oui Jérôme c'est la récompense de ton travail...
Je te félicite,bravo!!!!tu a parcouru un long chemin depuis tes débuts en Marathon,mais c'est tjrs devant qu'il faut regarder,comme dans ta course.
Alors,on continu pour Berlin,encore mieux....
A bientôt,prends du repos,un peu la "fête" et on repart.
ciao

Commentaire de ptijean posté le 17-05-2010 à 19:35:00

Bravo pour ta perf jerome.Ou vas tu t'arreter si tu tombe les chronos à chaque sortie????

A bientôt j'espère Ptijean

Commentaire de calimero posté le 17-05-2010 à 20:08:00

Tu es vraiment au top de ta forme pour ce résultat amplement mérité au vue de tous les sacrifices que tu as fait pour réussir et pas seulement cette année!
Bravo pour cette incroyable perf digne des meilleurs!

je suis sûr que ce n'est qu'une étape et que fera encore exploser ton record!!!

Commentaire de maï74 posté le 17-05-2010 à 20:41:00

Impressionnant Jérôme, respect !!! Quelle joie ça doit être de voir tout ce travail de longue haleine si bien récompensé... Un très grand BRAVO à toi pour ce chrono exceptionnel et cette 4e place qui vaut aussi bien qu'un podium !

Commentaire de CROCS-MAN posté le 17-05-2010 à 21:54:00

BRAVO JEROME, MAGNIFIQUE.
Superbe la photo de la fin.

Commentaire de Goldenick posté le 17-05-2010 à 22:01:00

Un peu déçu par ta prestation au 39ème kilomètre, mais sinon dans l'ensemble c'est vraiment GENIALLLLLLLLLLLLLL !!!!!!!!!

Tanti auguri, ma sei davero troppo pigro ;o)) Se ti allenavi un po' di più, potresti fare molto meglio ;o))))

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 17-05-2010 à 22:38:00

Tu as droit au titre de Poutreur Général de Kikouroù.

On ne dira plus rapide, on dira Jérôme...

Commentaire de Astro(phytum) posté le 17-05-2010 à 23:03:00

Respect , les kenyans vont bientôt avoir des sueurs.

Commentaire de golum posté le 18-05-2010 à 00:48:00

Heu, on avait pas dit 3h28 .... ;o) Bravo Jérome en tout cas, bon repos et on te prépare une petite bouteille de Marie Louise pour notre prochaine rencontre. A bientot.

Commentaire de golum posté le 18-05-2010 à 00:51:00

Heu !!! 2h28...

Commentaire de franchino posté le 18-05-2010 à 09:17:00

Bravo, bravoa, bravo!
Oramai non ti raggiungo più in maratona!

Commentaire de rapace74 posté le 18-05-2010 à 13:48:00

enfin tu vas devenir raisonnable dans tes propos.... j'ai bien lu la derniere phrase : un peu de fêtes!!!
tu viens donc le w-e du 29-30 mai pour se balader en montagne et faire la fete le samedi soir ;-))))
grand bravo a toi !!! champion...

manu

Commentaire de Fimbur posté le 18-05-2010 à 13:55:00

Chapeau bas, savoure ces instants

Récupère bien,

Commentaire de Stéphanos posté le 18-05-2010 à 21:56:00

BRAVO JEROME!!! superbe performance qui est le fruit de beaucoup de travail et de sacrifices!
Ce succé; tu le mérites amplement pour ton sérieux et ton assiduité!
Merci de nous faire vivre ça!
à tres bientot j'espère...

Commentaire de nico26 posté le 18-05-2010 à 22:04:00

là ça commence à aller drôlement vite!
quasi tout un marathon à ma VMA, tu vas me faire complexer ;)
en tout cas bravo!
"entraînements difficiles, résultat facile" ;)
mais il faut les faire ces entraînements!
en tout cas tu me motives à travailler la vitesse, ça doit être une sacrée sensation de courir comme ça...

Commentaire de LtBlueb posté le 18-05-2010 à 23:26:00

des kilos en 3'30-3'40 sur marathon ca me fait halluciner tout simplement !! respect l'ami !

Commentaire de Le Bagnard posté le 19-05-2010 à 00:36:00

C'est pas mal Jérôme, mais 2 bières sans alcool à l'arrivée ca fait pas sérieux ;-)) (lol)
Vu le travail à l'entrainement , ce chrono est amplement mérité.
A bientôt

Commentaire de brague spirit posté le 19-05-2010 à 08:56:00

A lire,cela semble presque facile.Pourtant,beaucoup,d'effort en amont,pour un beau chrono.La "barre sous les 2h30,sera t elle passée à Berlin.Je ne peux que te le souhaiter.En attendant,bonne récup.

Commentaire de eric41 posté le 19-05-2010 à 09:07:00

Le travail a payé,content pour toi.
Bravo Jérome.
Eric

Commentaire de fanfan59 posté le 19-05-2010 à 11:49:00

Tout simplement GRANDIOSE. Bravo !

Commentaire de Génep posté le 19-05-2010 à 20:34:00

Chrono vraiment costaud que peu ont la possibilité d'atteindre.

Tes sacrifices ont payé, bravo encore !

Commentaire de l'ourson posté le 20-05-2010 à 23:20:00

Ouahhhhhhhhhhhhh 4éme!!!!!!!!!!! Total respect :-)
L'Ourson_dernier_V1_à_Chavagnes_:-)))

Commentaire de franco posté le 21-05-2010 à 11:36:00

adesso sei entrato nell'olimpo dei grandi CAMPIONI
che bello poter dire di conoscerti
ciao
Franco

Commentaire de Cyrille posté le 12-06-2010 à 22:30:00

Tout simplement hallupoustouflant :))))
'tain c'était trop bien à lire des temps au kilo.
Chapeau Jérôme !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !