Récit de la course : Triathlon CD du Lac des Sapins 2010, par Eric Kb

L'auteur : Eric Kb

La course : Triathlon CD du Lac des Sapins

Date : 20/6/2010

Lieu : Cublize (Rhône)

Affichage : 1649 vues

Distance : 61.5km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 autres récits :

TRIATHLON CD du Lac des Sapins

J’attendais une certaine « maturité sportive » pour me mettre au triathlon, mais j'ai gagné un dossard pour le CD du Lac des Sapins par Nutratletic suite à un jeu par internet. L’envie de m’équiper d’une combinaison pour nager dans le lac près de chez moi me taraudait l’esprit depuis un moment car j’étais las de compter les carreaux du fond d’une piscine à peine ouverte 7 mois dans l’année (règlement de compte privé ). Aussitôt confirmée mon inscription et équipé de ma peau de crapaud, je me jette à l’eau et patauge allègrement entre les rives et îles de l’ancienne drague ! Avec une ou deux sorties par semaine de 1800 à 2000 m, je confirme ma capacité à tenir la distance sans faire d’exploit …. Et je confirme au passage que je préfère les micro-algues au chlore, les algues aux cheveux et l’absence de fond au carrelage monotone de la piscine. Je teste ma capacité à sortir de l’eau et à dégrafer ma combi en courant jusqu’à ma voiture….pas plus loin pour conserver un semblant de crédibilité au cas où une connaissance m’apercevrait !!!

En ce qui concerne le vélo, depuis mon marathon mi-avril, c’est devenu mon mode d’entrainement privilégié avec des sorties VTT seul ou en compagnie des Evasion Tonic* et des sorties vélo de route entre 50 et 80 km avec ou sans dénivelé.  Deux à trois sorties par semaine suivant le boulot et ma participation à une cyclotourisme de 80 km et 1000m de D+ suffiront à me faire un peu de cuisse… et à me rendre compte de ce que représente la circulation à vélo en « bande ».

Pour la CAP, seules les compétitions locales pour retrouver les kikoux de l’Ain et une ou deux sorties en VMA me permettront d’entretenir la condition acquise dans ma prépa de début d’année….

Prévenu 6 semaines avant l’objectif, l’Office de Tourisme m’informe qu’il n’y a plus d’hébergement à moins de 25 km….habitant à 1H45 je n’en vois pas l’intérêt, mais il me trouve une place au camping à condition de partager l’emplacement …pas de soucis je sais me faire petit ! Et le camping au mois de juin il ne peut que faire beau , pas comme au mois de mai ou je me suis fais saucer pour un WE de C.O. !!!!

En parlant de beau, je crains un peu qu’en cas de chaleur la combinaison ne soit pas autorisée (+ de 24°) car c’est quand même confortable de nager avec !!! Mais pour qu’un lac de moyenne montagne se réchauffe, il en faut plus que ça, je reste optimiste.

Pour les transitions, je me contente de 3 km de CAP au retour d’une sortie VTT de 27 km…bonnes sensations je déroule assez rapidement, toujours optimiste. Et techniquement, je profite du CD de Bourg-en-bresse pour aller observer les autres ( pas les petits numéros , c’est l’élite) , ceux qui comme moi porteront des dossards à 3 chiffres….et je vois aussi les arbitres en action…. Pfouuuu ça ne rigole pas !!! « Monsieur, votre dossard dans le dos ! » « Monsieur fermez votre combinaison jusqu’en haut » « 545, descendez de votre vélo , revenez et montez dessus après la ligne » C’est qu’ils ne rigolent pas les zèbres avec leur chemise rayée blanche et noir….

Point de détail qui m’interpelle, mettre les chaussures de vélo et les garder ou non pendant les transitions…. En voyant des gars manquer de chuter en enfilant leurs chaussures prédisposées sur les pédales, en les voyant glisser leurs pieds boueux dans des chaussures propres ou en les voyant glisser pied nu dans la boue alors qu’avec les cale-pieds ça fait crampon je choisis mon camp, je courrai chaussé et laisserai le cyclo-équilibrisme aux autres !!! Par contre, il me semble plus aisé de porter le vélo que de courir à côté.

Conclusion, à part pour le règlement chacun fait ce qui lui plait…. Comme je ne compte pas investir dans une tri-fonction,  je choisirai mes accoutrements au dernier moment.

Il me reste donc 3 semaines pour peaufiner ma préparation et pour chercher des informations sur les forums. La dernière semaine ne sera ponctuée que par une sortie VTT très boueuses et de nombreuses consultations de la météo (un vrai paysan) et plus l’échéance approche et plus je suis convaincu que : je vais pouvoir nager avec la combinaison, éviter les coups de soleil, ne pas avoir trop chaud dans ma tente , garder les citrons au frais sans avoir besoin de la glacière et laisser l’anti-moustique à la maison…. Entre 7°C et 15°C et des averses éparses qu’ils disent à la météo avec un indice de confiance de 9/10 optimistes eux aussi !!!!

Samedi matin, je fais une heure de route en dégommage et rentre préparer mes affaires. Combi, lunettes et serviette pour la natation, short porté sous la combi, tee-shirt kikourou et coupe-vent CAP manche longue (je n’ai rien en vêtement vélo pour le haut), ceinture porte-dossard, lunette verre-blanc , chaussettes , chaussures et casque pour le vélo . Enfin, mes Mizu du Marathon pour la CAP. Avec une petite bâche plastique et deux sacs en cas d’averse ou pour mettre les affaires avec lesquelles je vais me rendre sur place. Je mets tout ça dans une solide caisse en plastique que je ne toucherai plus jusqu’au départ.

Arrivée tard dans l’après-midi, en espérant la fin des averses, nous montons la tente et je pars chercher mon dossard et me fais poser un bracelet qui sert de sésame pour accéder à la zone de transition et aux douches. J’en profite pour repérer mon emplacement et je constate que les LD ont des sièges alors que les CD doivent puer du cul !!!! Tant pis, ma caisse puera !!!

Pour un départ à 9H15, je me lève à 7H15, petit déjeuner sport-dèj de aroche , j’assemble mon vélo, et je prépare ma boisson d’attente, une bouteille de boisson 1 litre pour effort de plus de 3 h toujours recette aroche (j’aime bien le citron) et le même produit dans ma gourde de 750ml. J’ai volontairement laissé de côté les échantillons fournis par mon sponsor car je ne les ai pas testés avant …. Prudence !!! J’embarque deux gels car je n’ai plus de barre bio maison . Ma recharge glucidique, je l’ai faite pendant les 3 jours précédant comme pour le marathon.  Paré !!!

J’arrive un quart d’heure avant la fermeture de l’accès à l’air de transition. Ma caisse posée sur le vélo et le casque posé sur cette même caisse, je me fais rappeler à l’ordre par un arbitre « Monsieur, casque sur la tête, jugulaire attachée » Je lui dit qu’il ne faut pas qu’il me tape car c’est mon premier , il me tient le vélo pendant que je me casque et en profite pour contrôler la présence du numéro de dossard sur le vélo et des bouchons de guidon ça ne rigole pas….Il me rassure quand même pour la suite, finalement sympa le zèbre !!!

Je regagne ma place, pose mon vélo, protège la selle de la pluie, pose le casque et les lunettes dedans et accroche le porte dossard au guidon. J’enfile ma combinaison, le bonnet-dossard fourni, et garde mes lunettes de nage autour du coup. Je me fais aider par mon voisin pour la fermeture de la combi , je mets les chaussettes dans les bons pieds des chaussures vélo et je termine en étalant mes chaussures à l’envers (normalement il ne devrais pas pleuvoir mais on ne sait jamais.). Je laisse la bouteille de transition au sol et range tout ce qui ne sert plus à rien dans le sac prévu.

Le speaker annonce une température d’eau de 15°c et qu’en conséquence, les parcours natation sont divisés par deux….750 m, j’entends les spécialistes dirent « ça va partir comme pour un sprint » je ne comprends pas ce que ça veux dire …moi qui ne m’entraine qu’en version se ménager pour durer !!!!

Je rejoins la zone dite « d’échauffement », j’hésite à me jeter à l’eau par crainte de l’attente au froid avant le départ !!! Je finis par aller faire quelques longueurs mais la sensation ne me semble pas plus fraiche qu’à l’entrainement….optimiste !

Le speaker regroupe tous les partants, les CD partent 7 mn avant les LD qui ne feront que 1500m. Laïus de l’organisateur, laïus du zèbre en chef, laïus de je ne sais plus qui tellement je commence à bleuir même que ça doit se voir à travers la combi !!!! Le départ est enfin donné, je plonge mes lunettes dans l’eau en faisant les premiers pas et rapidement les mets en place pour éviter la buée. Nickel ça je ne suis pas du genre à me faire avoir. Ensuite…. Je tente de démarrer tranquille mais rien de tranquille, la pompe est à fond, la respiration ingérable, j’abandonne la respiration sur 3 temps pour passer à 2 puis à 1, je ne trouve pas mon souffle pas à cause du bouillon, mais à cause du froid, (le bassin d’échauffement était plus chaud d’au moins 3°c ) et sans doute du stress du départ…Je mets 200 m avant de redevenir un nageur serein. Les passages des bouées se passent bien, je fais mon chemin dans le chahut général, et je reprends quelques nageur sur le chemin du retour. En s’approchant du départ, l’eau devient de plus en plus froide. C’est clair, mon impression au départ était la bonne l’alimentation du lac se trouve ici. C’est malin ! Plus on avance plus je me dit qu’on va sortir sur la banquise alors j’accélère et donne tout pour finir.

Je sors frais dans les deux sens du terme. Ma femme me crie « je croyais t’avoir rater ». Du genre « a enfin ! », ça fait toujours plaisir. Je dépose mon bonnet , ouvre ma combi et enlève mes lunettes en courant.  J’enlève ma combi en arrivant au vélo (je n’ai pas compris ceux qui font ça en s’arrêtant en chemin !)Et hop dans la caisse. Je m’essuie le torse et enfile le maillot kikou et le haut long. J’essuie mes pieds , enfile mes chaussettes puis mes chaussures, je bois une bonne dose de boisson, passe mon porte-dossard (visible dans le dos !!!) pose mes lunettes , et mon casque jugulaire attachée avant d’empoigner mon vélo pour 51 km et 690m de D+.

Le vélo démarre sans difficulté particulière, dans les premiers kilomètres je me fais déposer par de vrais avions, ce sont les LD qui nous rattrapent, ça calme mais c’est joli !!!! Même en descente ils sont vraiment plus forts….Je double et me fais doubler régulièrement par des CD, avec  l’impression de perdre pas mal de places,  mais j’analyserai ça quand les résultats seront publiés.  Un gars que j’ai passé facilement sur plusieurs montées me double dans le deuxième kilomètre de la dernière descente ( 7 km pratiquement sans freiner) je suis sûr qu’il me prend 2 mn à l’arrivée. Je vais demander des explications à mon cycliste de voisin ! Grrrrr ! Quand c’est technique, je comprends, sur mes petits pneus je suis courageux comme un moineau mais là il suffisait de baisser la tête et de pédaler ???? Si c’est les jambes qu’il faut épiler, je laisse tomber les 2 mn ! Pendant le parcours, des zèbres motorisés contrôlent consciencieusement l’interdiction de profiter de l’aspiration d’un autre « Attention au distances les gars !!! ». A un moment, des LD qui me doublent lancent « Arbitre »… ça doit être l’équivalent de papa22 en CB !!!

J’en termine avec le vélo juste avant la ligne…les zèbres veillent toujours. Je charge mon vélo sur l’épaule pour la ligne droite et le pose avant de pénétrer dans l’air de transition, il y a du monde et je ne veux pas éborgner quelqu’un (en plus si ça se trouve c’est interdit…je deviens parano !!!)

Je pose le vélo, enlève casque et lunettes, inverse mon dossard, bois dans la bouteille de transition et enfile mes chaussures ( je fais mon double nœud rituel car je n’ai pas de lacet automatique à serrage nucléaire option éolienne …tant pis le podium s’éloigne) Toujours tout dans la caisse pour que ça fasse rangé des fois qu’il y ai une prime à l’ordre !!! Pendant ce temps, ma femme me fait la conversation derrière le grillage, la sono à fond et la tête dans ma course je n’entends rien…. Et lui dit « on n’en discutera tout à l’heure » elle non plus n’a pas compris ! A partir de maintenant, je me dis que les doubleurs à vélo n’ont qu’a bien se tenir je suis dans mon élément. Super optimiste !!!

Sortie et boucle autour de la Zone , un kilomètre où les jambes répondent bien, je sens le rythme et enquille les dépassements comme des…quilles. Au début du deuxième kilomètre, deux barres surgissent à travers le haut de mes cuisses. Je viens de doubler, je ne peux pas ralentir, ça aurait l’air de quoi !!! Je force en serrant les dents un coureur me passe, pas possible, il faut que je relance, je relance. Au ravito, je rafraichis mes cuisses à l’eau, il faut que ça passe ….et ça passe. Et je repasse mon doubleur, ensuite, jusqu’au sommet (170 m de D+) et une vue magnifique sur la vallée, je ne serai dépassé que par un jeunot trop véloce pour que je m’y accroche….Dans la descente, un vrai régal tout en survitesse, même dans les chemins, la boue et les cailloux, attention traileur ! J’avais bien raison d’être optimiste, je me suis bien éclaté sur ce final. A vu de nez au moins trente places de gagnées !!!

J’en termine en 3H26 comme mon marathon ! Mais avec moins de séquelles musculaires…

Un écureuil en peluche offert à l’arrivée, et un maillot technique après restitution de la caution contre la puce de cheville !!!

Ensuite c’est comme à la fin d’une course, on mange, on boit et on refait la course avec pour thème principal chaleur et déshydratation.  Un beau triathlon, mais à faire vers le 20 juin car il doit faire plus chaud !!!!

Merci de m’avoir lu.

Spéciale dédicace à Patricia et ses Fleurs de brutes :-)

Spéciale dédicace à Nutratletic  mon sponsor.

Spéciale dédicace à tous ceux qui supportent mes entrainements et mes pratiques sportives !!!

Et Très spéciale dédicace à L'OFFICE DE TOURISME qui c'est montré très efficace pour me trouver une petite place de camping de dernière minute !!!! N'hésitez pas à vous rapprocher d'eux .

 

 

*EVASION TONIC :le nouveau club créé pour l’organisation de la course locale et pour programmer des sorties OFF sans esprit de compétions .

14 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 21-06-2010 à 20:27:00

Un immense bravo à toi Eric !

Déjà, s'aligner sur un CD pour un premier tri, faut oser.
Ensuite courir avec de telles conditions météo, faut être courageux !

Malgré tout, tu aurais eu tord de t'en priver, ta satisfaction était palpable (je n'ai pas vérifier, madame était là...). Et puis quelle sacrée orga ce tri sapin et quel superbe site !

Merci pour ce récit détaillé et pour votre contribution à la tombola des Brut de Fleurs, très raffinées au demeurant non ?!...


Commentaire de Highlander posté le 21-06-2010 à 20:39:00

Chapeau, course très bien gerée, surtout pour un premier triathlon, c'est toujours impressionnant ces arbitres.

Commentaire de franciss posté le 21-06-2010 à 21:54:00

Ah ben dommage pour la tenue vélo, j'aurai pu t'en filer une... sinon, chapeau bas, Monsieur Eric ! Tu as géré en maître kikou que tu es ! (et puis quelle éclat' dans la partie CAP...j'imagine !)

Commentaire de lulu posté le 21-06-2010 à 22:57:00

Zè bien aimé ton récit....
Pour un 1er tri, zè zuper !!
Encore bravo !
@ +

Commentaire de LtBlueb posté le 21-06-2010 à 23:04:00

Le looping qui se met au tri : tout simplement renversant !! je te souhaite un très longue carrière :)

Commentaire de hérisson posté le 21-06-2010 à 23:14:00

C'est bien le tri, hein ? Bravo pour cette première sur un des plus beaux tris de la région, à mon avis, avec celui de Bourg ! Faut voir maintenant à continuer afin de rentabiliser le matériel ; Nul doute qu'avec ce Cr presqu'à chaud tu vas susciter des vocations !
Et bienvenue au club des Vétérans qui se mettent au triple effort !

Commentaire de Veloraph posté le 22-06-2010 à 14:02:00

Allez Éric, maintenant que tu t'es lancé, sûr que tu vas pas t'arrêter là...faut rentabiliser le matos !

Et puis sous le soleil cette fois

Raph

Commentaire de Sylvain01 posté le 22-06-2010 à 18:20:00

Bravo Eric tu as encore réussi ton pari !

Maintenant un petit IronMan et tu vas bientôt faire de l'ombre à Hérisson...

Commentaire de akunamatata posté le 22-06-2010 à 21:55:00

bravo pour cette premiere, ce tri je l'ai fait il y a au moins pfuiiit 10 ans ? et effectivement l'eau est tres tres froide !

Commentaire de raspoutine 05 posté le 22-06-2010 à 22:32:00

Félicitations pour la course, joli début, tu n'as pas choisi le plus simple des TRI mais, à ce que j'ai vu, c'est l'un des plus sympas.
Au plaisir de t'y retrouver, sur le long à coup sûr !
encore bravo !

Commentaire de CROCS-MAN posté le 23-06-2010 à 21:28:00

BRAVO,toujours admiratif de cette discipline.
Merci pour ton récit.

Commentaire de BENIBENI posté le 26-06-2010 à 00:17:00

Bravo bonhomme ! En vl'a un récit que le Benos va bien garder au chaud !

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 26-06-2010 à 19:21:00

Yes yes yes ! Te v'là triathlète et pas des moindres, tu as super bien assuré !
Je crois que le coup du casque et de la jugulaire ça doit être un rituel ou un truc
dans ce genre, j'y ai eu droit aussi lors de mon dépucelage au triathlon de Bondoufle !!!
En tout cas, tu t'en es vraiment bien sorti, je n'en doutais pas une seconde, vu ta
caisse ces derniers temps, tu es impressionnant de forme et affûté comme jamais ;-)
Merci pour ce joli récit qui me donne envie de retâter du tri...un jour...un jour.

Bises
No

Commentaire de l'ourson posté le 26-06-2010 à 22:50:00

Toujours utile et sympa de lire un CR 1er CD :-)
Bravo Looping !

L'Ourson_demain_c'est_mon_tour_;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !