Récit de la course : Lavaredo Ultra Trail - 90 km 2011, par Jerome_I

L'auteur : Jerome_I

La course : Lavaredo Ultra Trail - 90 km

Date : 2/7/2011

Lieu : Auronzo di Cadore (BL) (Italie)

Affichage : 852 vues

Distance : 90km

Matos : Adidas Riot3, Chausettes Quechua, corsaire quechua, maillot 1ère couche manches longues, maillot manches longues, goretex lafuma, gants mizuno, bonnet raidlight, sac quechua ultralight 10l, couverture de survie, couteau, gels, bares de céréales, 2 bouteilles de 70cl d'eau.

Objectif : Terminer

19 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Lavavedo Ultra Trail 2011 - 10 ans...

 

LUT 2011

 

 

Cette course est très importante pour moi. Il y a 10 ans après un accident de moto j'ai du apprendre à marcher de nouveau. De nombreux kilomètres ont été parcouru depuis mon premier marathon en 2002 à Monaco et mon premier ultra trail à Cruet pour le Grand Raid 73 en 2007!


Cette année je n’ai « que » 20 000m de dénivelé dans les jambes et mon objectif était les 100km du Passatore fin Mai. Malheureusement une inflammation au genou m’a arrêté au bout de 48km. Mon genou va mieux et ne n’ai pu que faire quelques entrainements en « montagne » à 1100m d’altitude au maximum et seulement une sortie longue de 4heures. Le profile est pas simple avec 5300m de dénivelé positif:

 

 

L’objectif est de courir les 10 premiers kilomètres sur la route, à cause des chutes de neige, en 50’ et ensuite d’avance doucement vers l’arrivée. Simone (l'organisateur m'avait invité en 2009 et 2010, mais en 2011 je m'inscrits car cette course me tient à coeur... Et finalement Simone me donne le dossard 1, quel privilège)

 


Section 1: Auronzo (870m) / Rifugio Lavaredo (2300m) - km 18,5 1.566 D+ 79 D- : 2h27’ (moyenne 7,4km/h)
A minuit, nous sommes avec Rachel, Steph, Olivier, Christian, Alessandro et Eugenio au départ avec 600 autres trailers au centre d’Auronzo di Cadore dans les Dolomites. Voici les ultratrails de Turin:

 

C’est ma première visite dans cette région et les photos des organisateurs m’ont poussé à m’inscrire. J’étais le premier inscrit le 14 Février, et je pars avec le dossard Numéro 1.
On part avec Steph dans le top 100 et nous remontons doucement le peloton. Sebastien Chaigneau et le top10 est parti doucement. Pour « rigoler » je décide d’accélérer le rythme et rejoins rapidement Simone qui ouvre la route en VTT pendant le début de la course. Personne ne me suit et je reste à discuter à 13 - 14km/h avec Simone pendant 6km (26’21’’ -> 13,7km/h). Je ralentis le rythme et me retrouve rapidement à la 20ème place. Je passe avec Steph au 10ème kilomètre en 49’ comme prévu. Steph part en montée alors que je me mets à mon rythme lent. Nous sommes à 1150m d’altitude et devons monter au premier ravitaillement à 2300m. Je me pousse souvent pour faire passer les coureurs plus rapides. Je profite de la vue vers Auronzo pour regarder ce « serpent » de lampes frontales qui monte sur ces Dolomites. J’arrive au ravitaillement en 2h27’ (je monte vraiment doucement et ces 1200m de dénivelé passent en 700m/h). Je suis congelé j’ai une première couche manches longues, un maillot manches longues, la gore-tex, un bonnet, les gants.  Je prends avec plaisir un thé chaud et remplis les bouteilles d’eau.


Section 2 Rifugio Lavaredo (2300m) / Malga Rinbianco (1850m) - Km 11,2 475 D+ 976 D- - 4h09’ (moyenne 7,3km/h)
 Je repars « rapidement » en marchant vers le sommet à Forcella Lavaredo à 2450m d’altitude. Il fait -1°C et le vent me glace. Je prends à peine le temps d’admirer les trois cimes de Lavaredo. Cette année c’est nouvelle lune, mais les organisateurs ont placé un projecteur géant pour nous permettre de voir ces trois cimes. Je passe en 2h43 au sommet (alors que j’avais prévu de passer en 2h50’).
Nous basculons dans la descente et je vais doubler 5-6 coureurs. Je descends le plus léger possible sur les quadriceps car je n’ai pas assez d’entrainement. 5300m de dénivelé négatif sera difficile pour les quadriceps. La descente est superbe malgré la nuit, j’en profite, mais il faudra revenir sur ces sentiers de jour. Nous perdons 900m d’altitude et je descends à 1300m/h.
Nous traversons la rivière et remontons sur l’autre coté de la montagne.  Cette montée est difficile, je monte à 650m/h. Je suis scotché. Je n’ai pris que 3 gels et un thé en 3h40’. Mon estomac ne m’aide pas trop. Le froid l’a mis à l’envers et je n’arrive pas à m’alimenter comme il le faudrait. Je bois beaucoup d’eau. Plus que d’habitude pour éviter de me déshydrater. La fin de la montée vers le deuxième ravitaillement est plus douce à part le dré dans le pentu dans l’herbe pour la montée finale. J’arrive au ravitaillement Malga Rimbianco avec la deuxième féminine qui ne s’arrête pas. Je remplis mes bouteille, bois un coca et un thé avant de repartir lentement après 2 minutes de pause.


Section 3 Malga Rinbianco (1850m) / Villa Gregoriana (1130m) - Km 14,3 370 D+ 1.100 D- - 5h56’ (moyenne 7,5km/h)
Nous descendons un peu avant de remonter. Nous passons à coté d’une route et d’un péage. Nous suivons la route et allons courir sur la route ou sur un sentier juste à coté avant d’arriver au lac Misurina. Il est 4h30 et le jour se lève doucement. Je vais éteindre ma frontale mais la garde sur le front. Il fait très frais et humide au bord de ce lac. Mon genou droit me fait mal est je m’étire la jambe pour soulager un peu le genou. Ca me fait moins mal qu’au Passatore mais il me reste encore 60km de course et je ne veux pas abandonner de nouveau.  J’ai toujours mon gore tex, mais à 1750m d’altitude je vais enlever mon bonnet et mes gants en redescendant vers Villa Gregoriana. En repartant du lac le profil est montant. Nous sommes un groupe de 5-6 coureurs. Sur le plat montant je tiens le rythme. En commençant la descente finale vers le ravitaillement principal (avec point de passage de témoin pour le LUT X2) je double le groupe et vais encore doubler quelques coureurs. Malheureusement mon genou se réveille et je dois de nouveau m’étirer au bord du chemin. Le groupe me redouble. En arrivant en bas de la descente ils partent tout droit alors que nous devons tourner à droite. Ils sont 4/5 devant et je les siffle en leur disant qu’ils se sont trompés. Ils coupent dans le bois à droite pour reprendre le parcours. Je passe devant et vais arriver au point de ravitaillement devant eux. Je vois Christian Doliana qui a donné le témoin à son coéquipier de l’équipe la Sportiva : (le seul finisher de l’Adamelo ultratrail : 100miles vers Brescia). Je m’arrête et on discute 1 minute. Je lui fais mes compliments car il a donné le témoin en premier. On se reverra à Auronzo à l’arrivée. C’est toujours un plaisir de revoir ces amis avec qui j’ai couru de nombreux kilomètres en course : Gran Trail Valdigne, Porte di Pietra, UTMB… Il fait déjà jour à 6 heures du matin.
Je suis 42ème à ce point. Par contre la suite sera moins bonne…


Je prends mon sac coureur, change mes 2 t-shirts. La première couche sera à manches courtes. Et range la gore tex dans le sac à dos. Je laisse une de mes deux frontales, et prends de nouveau gels, boisson énergétique et change mes chaussettes. Je regarde la soupe sans envie. Le saucisson et le fromage font envie mais ils n’aideront pas mon estomac. Je prends donc une poignée de raisins secs. Je remplis ma bouteille de protéines avec 50cl d’eau et garderais cette bouteille à main et la boirais en route. Je fais le plein en eau car cette portion sera longue et difficile. Je repars après une pause de 12’.


Section 4 Villa Gregoriana / Capanna degli Alpini - Km 19,0 1.589 D+ 1.297 D- - 11h03’ (moyenne 6km/h)
Je n’ai qu’un quart d’heure de retard sur les prévisions mais je n’ai pas assez mangé sur cette première partie de course. Je pense que les réserves de glucides dans les muscles sont vides.  La fin de la course sera difficile. Je repars en marchant et en buvant ma protéine. Je vais avoir besoin de 30’ pour terminer ces 50cl. Certains coureurs me doublent. Ce sont des relais, ils viennent de partir et ca se voit. Je les encourage et ils ont tous un mot de réconfort. C’est super. Puis deux coureurs du long me doublent lentement. Ils ont aussi un sourire car étaient dans le groupe de la descente. Je passe du mode marche au mode course lente et je fais bien car ce faut plat montant va durer 3km. En courant, même lentement, j’évite de perdre 20 minutes sur cette portion.
Nous sommes à 1200m d’altitude et devons monter au sommet de Forcella Grande à 2250m. Plus de 1000m de dénivelé. Le début de la montée dans la foret est belle. Nous montons et pouvons voir quelques virages plus hauts les autres coureurs. Plus bas on voit les relais qui bientôt nous doublerons. Je suis au ralenti. Les muscles sont vides. J’ai du mal à tenir 500m/h. Nous sortons du bois et la montée est encore longue. J’ai l’impression que cette montée ne fini jamais. Olivier me double en prenant de mes nouvelles. Il se fait un peu de soucis en me voyant à l’agonie. Je lui dis de continuer et que je vais bien. Il va faire une belle course en terminant en 14h30’. En fait il avait raison. Je ne suis pas au top et je vois souvent les étoiles. La tète me tourne un peu, mais c’est le manque de sucre. J’essaie de prendre un gel, mais c’est difficile. L’estomac n’est pas au top et j’espère que je vais le garder. A 1800m d’altitude je remets la gore tex. Et rapidement je remets les gants. Le manque de sucre me fait encore plus sentir la fraicheur. Je me fais doubler par une dizaine de coureurs. Puis nous avons une superbe vue sur ces dolomites. Cette fois je sais que la course sera difficile. Je suis content d’avoir pris mon téléphone avec l’appareil photo. Je le sors et la fin de ma course sera en mode randonnée! Je fais bien car c'est vraiment superbe. Quand quelqu'un me demande pourquoi je cours en trail, maitenant je pourrais montrer ces photos:

 

 

 

 

 

 

Cette montée sera faite à 400m/h. Je suis vraiment au ralenti !
J’arrive enfin au sommet de cette Forcella grande et je sais que la descente suivante sera difficile. Je vais réussir à doubler quelques coureurs. Cette descente est très technique et des nombreux secouristes du CAI sont postés sur les difficultés.  Nous commençons à croiser quelques touristes qui se promènent. Ils se poussent et nous encouragent ! Merci à eux. Sur cette portion il ne faut pas se louper. Les pierres sont aiguisées et les ravins profonds. J’arrive tout de même à descendre à 1000m/h.
En arrivant au Refuge san Marco, un coureur demande au refuge, si le ravitaillement se trouve ici. Il n’a surement pas étudié le parcours car le prochain ravitaillement se trouve dans 8km mais surtout une heure plus tard.
Nous repartons à la montée et c’est au soleil dans les pierriers. C’est difficile et on est tous dans le même état et ca me permet de ne pas trop déprimer. Certains coureurs me doublent, mais très peu dans cette montée. Je suis à 320m/h et ce n’est vraiment pas brillant.

 

 


 

 

Je prends chaque montée après la suivante. Il fait frais. Malgré le soleil je garde la veste. Je bascule au sommet de Forcella Picolla

 

 

et arrive rapidement au refuge Galassi. Le ravitaillement est plus bas mais les coureurs en difficulté peuvent s’arrêter pour se ravitailler en payant un sandwich ou une boisson à ce refuge. En descente je vais doubler 2 ou 3 coureurs. J’arrive à descendre à 1200m/h et arrive avec l’estomac un peu mieux. Je vais enlever la veste et manger un peu de crostatta au Nutella (tarte recouverte de Nutella). Après 11h de course je n’ai mangé que 5-6 gels et 30g de protéines en poudre. Il commence à faire un peu plus chaud et dans un quart d’heure si cette crostatta passe dans l’estomac alors je vais commencer à aller un peu mieux.  Je m’arrête 4 minutes à ce ravitaillement. C’est le dernier point où l’on peut abandonner alors je ne m’arrête pas trop longtemps. Je suis au plus mal mais je veux vraiment aller au bout. Mes jambes sont vides mais je vais finir avec la tète.
J’ai perdu 43 places et je suis maintenant 85ème.


Section 5 Capanna degli Alpini / Rif. Baion - Km 11,9 1.039 D+ 624 D- (14h15’ ???)
Nous partons sur une route pour 4x4 avec des pierres. C’est un lit de pierres blanches et de poussières qui forme cette route… Je repars en marchant au milieu de promeneurs. Puis un groupe me double au bout de 100m en courant. Je prends un gel, bois et une fois l’estomac remis, je commence à courir. Je vais accélérer et je vais couvrir ces 4km en 24’ et en doublant de nombreux concurrents. Ce gâteau et ce gel vont me remettre en route. J’espère que le final sera meilleur que la partie depuis le km44. Sinon je vais mettre 17 heures pour conclure. En arrivant au point bas, un peu de publique nous encourage. Je vais quitter mon maillot manches longues pour la premières fois mais le garde autour de la taille. Il est midi mais il ne fait pas très chaud. La montée commence et je me fais doubler. D’autres coureurs ont des problèmes d’estomac. On fait du yoyo. Je monte doucement à mon rythme mais sans jamais m’arrêter. D’autres coureurs me doublent mais s’arrêtent souvent sur ce dernier col. Nous devons monter 750m et nous n’en voyons jamais le sommet. Nous sommes dans les bois et n’en sortirons qu’au sommet. Au détour d’un virage on arrive à l’arrière du refuge Chiggiato au km70. Il n’y a pas de ravitaillement mais la vue sur la vallée et le lac est superbe.

 

 

Je ne me rappelle pas bien dénivelé à ce point. Je croyais qu’on allait descendre vers le dernier ravitaillement au Refuge Baion, mais je me trompe. C’est finalement un enchainement de montées – descentes. J’arrive sur Stéphane encore moins bien que moi. Je l’avais vu à 1h du matin et 12h plus tard il est encore plus à la peine que moi. Il nous manque 15km et après avoir « discuté » sur nos malheurs, il me dit de continuer sur mon rythme car je suis plus rapide. Je double encore sur les relances mais chaque montée est un calvaire… Encore une cote au milieu d’un pré avec des vaches tranquilles au soleil et nous arrivons au refuge Baion. Merci aux bénévoles toujours aux petits soins. Une bénévole voit ma montre qui est éteinte, je lui demande l’heure et il est environ 14h15.


Section 6 Rif. Baion / Arrivo Auronzo - Km 11,9 260 D+ 1.219 D-
Je repars rapidement après avoir bu un coca cola et dans la montée 4-5 coureurs me doublent. En arrivant sur la crète je recommence la partie de Pac-Man. Il reste 11km et les jambes sont revenues. Je vais vraiment pousser dans le final. Je vais doubler je pense entre 40 et 50 coureurs. Je suis souvent à plus de 15km/h et certains passages sont vraiment techniques. Mais en général les chemins sont larges et roulants. Je double Luisa qui avait gagné en 2010. Bravo à elle pour son podium… J’échange 2 mots et repars. Le final est encore plus rapide et les descentes sont vraiment pentues dans le bois. Une bénévole m’annonce 2km, et le suivant 3km. Donc j’en garde un peu sous la semelle. Enfin le lac. Je vois le clocher mais il faut remonter dans le village. Un coureur me précède mais je n’ai ni l’envie ni l’esprit pour le doubler au sprint. Quand il marche je marche. Derrière les spectateurs encouragent un coureur alors je repars en courant. On tourne à droite dans la rue principale. Il fini 53ème et je finis 54ème en faisant l’avion…

 

 

Il y a 10 ans j’apprenais à marcher et en ce 2 Juillet 2011 je suis finisher du Lavaredo… Pour Chaigneau ce fut une superbe victoire sportive et personnelle, mais je pense que ce Samedi j’étais encore plus content que lui de terminer…

 

 

 

Quelques ampoules seront un souvenir très bientôt, je partage une bière avec les amis, et je rencontre malheureusement Rachel, Alessandro et Eugenio qui ont du abandonner. Par contre Christian a fait une superbe deuxième place en relais et Olivier a conclu en 14h30. Stéphane finira en 15h30.
Un superbe weekend entre amis, par contre il faudrait revenir pour voir ces 3 cimes de jour… (photo prise par Franchino):

 

 

Bravo Simone et Chris pour l’organisation, bravo Mau pour les commentaires au micro, merci Franco pour être venu à l’arrivée et cette photo:

 

 

Et merci à tous les lecteurs… A bientôt sur les sentiers ou la route !

19 commentaires

Commentaire de Ultra-Steph posté le 12-07-2011 à 21:55:56

Bravo l'ami, tu étais vraiment fort sur cette dernière partie. J'aurais bien aimé faire la dernière descente avec toi, car c'était vraiment hallucinent le retour de forme sur cet endroit !!!

Commentaire de Le Bagnard posté le 12-07-2011 à 22:14:50

Magnifique récit comme d'hab !!! c'est un plaisir de te lire ;-))
A bientôt

Commentaire de LtBlueb posté le 12-07-2011 à 22:42:12

A te lire on devine que tu as été dans le dur sur une partie de la course, et que c'est plus la tête que les jambes , qui t'ont permis de passer la cap ... avant un final ou les jambes ont eu envie de se mettre au niveau de la tête ! bravo ! photos magnifiques !

Commentaire de Jerome_I posté le 12-07-2011 à 23:09:43

Salut blueb, je te réponds tout de suite car tu parts en vecances:
->A te lire on devine que tu as été dans le dur sur une partie de la course, et que c'est plus la tête que les jambes , qui t'ont permis de passer la cap ... avant un final ou les jambes ont eu envie de se mettre au niveau de la tête ! bravo ! photos magnifiques !
Je pensais répondre aussi à ton commentaire du passatore mais tu as raison pour le moment. Je pense que mon manque d'experience sur le long fait que j'ai du mal à tirer mon épingle du jeu. Mais à 34 ans, je vais encore rester un peu sur le court avant de prendre de l'esperiance sur le long... 19 marathons m'ont donné une certaine experiance que 5-6 ultratrails et un 100km ne m'ont pas encore donnés! A bientot

Jérome

Commentaire de stef73 posté le 12-07-2011 à 23:08:22

Récit bien prenant ... Bravo pour ton trail ;-)
Espère te voir prochainement ... peut-être à l'UTMB ? ou ce WE dans le beaufortain ?

Commentaire de Astro(phytum) posté le 12-07-2011 à 23:09:32

Arfff ,les Tre Cime di Lavaredo ce secteur m'a fait rêvé il y a 25ans quand je pratiquais les grandes voies d'escalade, je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller grimper alors pourquoi pas maintenant y aller courir !!!
Bravo pour ta course et Merci Jérôme pour le récit et la découverte de cet ultra .

Commentaire de stef73 posté le 12-07-2011 à 23:23:44

Récit bien prenant ... Bravo pour ton trail ;-)
Espère te voir prochainement ... peut-être à l'UTMB ? ou ce WE dans le beaufortain ?

Commentaire de stef73 posté le 12-07-2011 à 23:24:48

Récit bien prenant ... Bravo pour ton trail ;-)
Espère te voir prochainement ... peut-être à l'UTMB ? ou ce WE dans le beaufortain ?

Commentaire de laurent05 posté le 13-07-2011 à 08:56:12

bravo Jérôme
un super récit comme d'habitude encore un peu d'entrainement et la grande
forme va revenir
à bientôt
laurent

Commentaire de Giuseppe posté le 13-07-2011 à 10:15:34

Bravo Jerome, tres beau recit, je me suis vu moi meme ...et bravo pour ton temp final , pour moi a 20.06 les 15 heures sont un rève...a la prochaine !!

Commentaire de Oliv'BCA posté le 13-07-2011 à 10:50:33

Content d'avoir pu te revoir là-bas (et au Valdigne). Je n'ai aucun doute sur le fait que tes prochaines courses se passeront beaucoup mieux! Au moins on a un récit avec des photos ;-)
A bientôt,
Oliv'

Commentaire de nikita posté le 13-07-2011 à 13:02:44

Bravo le couz, tu es un extra-terrestre! Merci pour ce récit qui m'a donné beaucoup d'émotion, merci pour les magnifiques clichés. Quand on passe par des choses difficiles, il y a une ressource toute particulière, même si finir n'était pas raisonnable, tu as dû dépasser beaucoup de choses physiquement et mentalement... quelle victoire! Repose toi bien!

Commentaire de totoro posté le 13-07-2011 à 14:04:59

Merci Jérôme pour ce superbe récit d'une course que tu avais bien dans la tête ! Bonne récupération !

Commentaire de gdraid posté le 14-07-2011 à 09:23:09

Merci pour ce beau récit bien imagé, comme d'habitude.
Bravo Jérôme pour ton mental fort, sur ce trail difficile !
Bonne récupération, et belle arrivée en "faisant l'avion" !

Commentaire de L'Dingo posté le 14-07-2011 à 23:18:52

les dolomites à pied c'est vraiment magnifiques, et tes photos en sont la preuve.
à vélo , lors de la diffusion du tour d'italie, c'était dejà grandiose.

Quant à ta perf en trail, il semble que tu es en train d'effectuer une progression comme en marathon. profite quant meme de ta pointe de vitesse

Bye Jerome et bonnes vacances

Commentaire de ptijean posté le 18-07-2011 à 19:36:39

pas de héros sans difficultés .Bravo jerome et au plaisir de te revoir .A+

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 22-07-2011 à 11:03:13

Tu l'as aimé ce dur LUT ?

T'as le bonjour du Lutin Dolomite...

(Bravo...)

Commentaire de franchino posté le 22-07-2011 à 21:16:24

Bravissimo Jerome!
Che bei posti che avete attraversato!
Complimenti per la tua gara!

Commentaire de Bruno Kestemont posté le 04-07-2016 à 17:46:47

Merci ! Ayant couru le LUT en 2016, je prends plaisir à relire les récits des années precedents. Bravo ! quell temps impressionnant ! (j'ai mis près de 29 h).

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !