Récit de la course : Trail d'Ecouves et du Pays d'Alençon - 61 km 2013, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Trail d'Ecouves et du Pays d'Alençon - 61 km

Date : 2/6/2013

Lieu : Radon (Orne)

Affichage : 780 vues

Distance : 61km

Objectif : Pas d'objectif

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mois de juin, épisode 1/4

Le plus important

Alors ce trail est parfait. Une somme modique (25 euros) pour une prestation très très bonne. Un cadeau de bienvenu et le traditionnel tee shirt finisher. Un balisage INCROYABLE. De la rubalise de partout, les sentiers pouvant induire en erreur barrés, des pancartes très lisibles de partout, pleins de bénévoles. A mon avis il était quasi impossible de se perdre, sauf à ne regarder que ses pieds. Un peu comme moi finalement, ce qui m'a vallu un tout droit, heureusement sans conséquence.

Il manquera juste une douche "chaude". Celles proposées sont improvisées sous une tente. Alors forcément, l'eau était un peu froide. Cela dit, on s'en passe très bien.

 

Introduction

Pas facile de faire un CR sur un trail de « seulement » 61km et 1400m D+ sachant les exploits et les belles courses des kikous qui ont eu lieu ce week end. Je parais bien « petit joueur » par rapport aux belles performances réalisées.

Mais j’essaye quand même de relater mon expérience à chaque fois, histoire de partager notre loisir. Suite à l’annulation de mon objectif majeur du début de saison, je ne savais plus trop quoi faire. La course a été transformée en week end choc dans la montagne. De retour à la maison, j’ai donc décidé de me planifier un mois de juin difficile. Faute de réaliser une course exigeante de montagne, je vais donc tester mon corps pour savoir ce qu’il est capable d’endurer, avec comme bouquet final le Raid du Morbihan, le 87km je n’ai pas la capacité de faire la grande course.

Le Trail d’Ecouves sera donc le premier de la série. Par contre, le départ étant à 8h, je prévois de me lever à 3h30, histoire de me préparer, de manger et conduire tranquillement.

Première erreur, je ne me réveille pas vraiment (je ne sais pas si j’ai éteins le réveil ou pas entendu) et j’ouvre les yeux après un drôle de rêve. Il est 4h25… J’ai 2h30 (en gros) de route… Heureusement, le sac est prêt depuis la veille, je n’ai donc qu’à enfiler mes habits, réchauffer les pâtes et manger sur la route.

 

Pré départ

Finalement, je vais arriver à 7h, pile poil comme il faut, sur l’aire de départ. Je rejoins mon coach et un ami. Retrait des dossards et première surprise, nous avons le droit à un cadeau de bienvenue. AU choix, gants + bonnet ou un coupe vent.

Nous enfilons nos habits de lumière, mais il est impératif de satisfaire des besoins naturels, pour ne pas avoir à faire une pause buisson. Et me voilà sur le trône, je me prends pour le roi. Par contre, inquiétude, rien ne vient (ok, je sais que ce n’est pas glamour…) et je me demande ce qu’il va se passer durant la course. Je préfère largement faire des petites billes de lapin que de devoir faire une belle bouse dans un champ entouré de vaches. Promis la minute poésie est terminée, mais je voulais faire un clin d’œil à une kikou, qui se reconnaîtra si elle passe par ce CR.

 

Durant la semaine, j’aurai étudié les résultats de l’année dernière. Il y avait 4 coureurs en dessous des 6h. Alors, certes il est impossible de comparer, mais cela donne une bonne indication. Et si je suis en super forme, et si le niveau est le même, je pourrai peut être approché le TOP 10, ce sera l’objectif.

 

Course

8h, nous voilà engagés pour quelques heures de course à pieds. Je commence à m’habituer à partir sur la première ligne. Nous faisons un petit tour du terrain pour ensuite partir dans la forêt. Et comme d’habitude, je me prends une mine dès le départ.

Les sensations des trois derniers jours étaient catastrophiques, l’impression d’avoir les jambes qui moulinent alors que le cardio ne dépassait pas les 145. Pour le cardio, c’était le travail demandé mais pas pour les sensations sur les jambes. Alors, je me dis que toutes ces personnes qui me passent, et bien c’est normal. De plus, je ne tarde pas beaucoup pour avoir le mollet droit qui se durcit.

Alors pour passer le temps, je regarde les concurrents, détaille leur tenue. Je vais en remarquer un tout particulièrement. On a l’impression que son haut est une chemise légère, un short « du dimanche » et la gourde à la main. Ils nous doublent comme si nous étions en train de marcher. Bon bah je me dis que c’est un favori qui a raté le départ…

 

A 14.6km, un bénévole est présent et pointe les coureurs. De puis le départ, je m’estime 40ème, c’est donc l’occasion rêvée de lui demander. J’apprends alors que je suis 33ème. Nous en sommes à 1h18 de course. Un calcul très approximatif, en multipliant par 4 cela donne 5h20. Donc en gros, nous sommes 33 dans les temps de 6h…

 

Un peu après le 20ème km, je retrouve ce coureur qui avait attiré mon attention. Il ne coure plus que dans les descentes… même sur le plat il marche. Ouch, ça va être long pour lui.

 

Me reste à me concentrer sur la prochaine étape, le ravito. Je l’avais estimé au km 25. En fait, il sera un peu plus tard, au 27ème. Et pendant ce temps, nous alternons les chemins plein de boue, puis sec, des singles très sympathiques dans la forêt, des chemins qui ont été explosés par le passage de machines industrielles. Vu les marque dans le sol, elles devaient être équipées de sacrés pneus. Par endroit, les chemins sont recouverts d’une épaisse couche de feuilles mortes humides, nous pourrions nous croire en automne, c’est juste incroyable.

Nous allons même passer dans une espèce de ferme où nous avons le plaisir de voir quelques animaux. Un magnifique pan se postera même devant moi à la sortie.

 

Quand le ravito arrive, je suis bien content de pouvoir remplir ma gourde et prendre quelques abricots secs. Cela fait un petit moment que je joue au chat et à la souris avec deux coureurs. En général, je double du monde sur le ravito, pour me faire reprendre un peu après par ceux qui tapent la discute un petit moment alors qu’ils sont bien plus rapides. J’opte pour la même technique avec ces deux compères. L’arrêt est express, et nous voilà en train de faire un petit tour d’une propriété, afin de repartir dans la forêt. A ma surprise, les deux concurrents en reviennent pas, tant pis de toutes les façons je continue le contrôle de mon cardio.

 

Le prochain objectif maintenant, c’est le second ravito, que j’estime à 45km. Sauf que surprise, je me suis bien trompé. Il arrive aux alentours du km 40. Je n’ai pas vraiment eu le temps de bien boire et bien manger. Je le ferrais encore plus express, juste un ou deux verres, pas de remplissage de la gourde et c’est reparti. Prochain objectif, le troisième ravito à 55km.

 

Km 46, de nouveau un pointeur. Comme au premier passage, je lui demande mon classement. 22ème, ah ça confirme mon ressenti. Ca faisait un petit moment que je reprenais des coureurs.

Mais il commence à faire bien chaud, et les chemins découverts nous font souffrir. Chaque zone d’ombre est appréciée, ma casquette goute de plus en plus. Il va falloir bien gérer la boisson. Je m’efforce donc à boire régulièrement.

Le visage commence à me piquer, puis bruler. Nous devons passer un filet d’eau, où j’en profiterai pour m’asperger le visage. Tant pis si elle est sale (ou pas), ça fait du bien de s’éponger un peu.

Les coureurs sont vraiment de plus en plus rares et je passe de longs moments seul dans la forêt. Quand j’en aperçois, cela me redonne une « cible », un point de mire que je m’efforce de reprendre tout en gardant mon rythme.

 

Arrive enfin le dernier ravito, je suis à sec. Remplissage intégral de la gourde, même si il ne reste que 6km. Il ne faudrait pas que je meurs de soif. A partir de ce moment, nous allons courir avec le trail de 35km, ce qui va permettre d’avoir enfin de la compagnie.

A peine reparti, ce sera une bonne petite montée, qui sera la dernière. Dans celle-ci, mon « coach » en difficulté avec sa glycémie, elle a décidé d’être hypo, m’annonce qu’il y a deux concurrents devant moi. Ils marchent dans les montées alors que moi je cours, et m’encourage à aller les reprendre. C’est sur, cela motive, mais avec le 35km, difficile de savoir qui est qui. A chaque dépassement, je tourne la tête pour apercevoir la couleur du dossard. Mais aucun n’est rouge.

Je sens que je vais me résoudre à la place actuelle, que j’estime en 13ème position. A ce moment, je vois un gars qui semble avoir la même allure que moi. Croyant que c’est un concurrent du 61, je le prends pour cible et essaye de revenir dessus. La, il n’est plus question de contrôle du cardio, mais de revenir sans s’exploser en vol.

 

Enfin, de nouveau une dernière descente en lacet. Très franchement je n’en peux plus de ces descentes, j’ai du mal à ne pas taper le sol et ça tire dans les cuisses. Limite je préfère les montées. Et je n’arrive pas à recoller à cette cible, je me rapproche mais pas tant que cela. Nous arrivons sur le parking pour un dernier tour de pelouse. J’accroche enfin le gars qui semble couper totalement à la vue de la ligne. Mais surprise… son dossard est bleu donc sur le 35km. Bref, je me serai fais un film pour « rien ».

Par contre, le chrono indique 5h56 et quelques secondes. Là, je suis content, et me demande bien quel pourrait être mon classement. Pour rappel cela faisait podium l’année précédente. Mais il ne me semble pas avoir doublé autant de personne.

 

Après un repas léger, la récupération du tee shirt, se changer, je décide de ne pas repartir tout de suite. Suis un peu trop fatigué et je pense qu’une petite sieste ne me ferrait pas de mal avant de reprendre le volant. Mais mon fessier me fait trop mal. Je vais voir une dernière fois si le classement provisoire est sorti et surprise…

Je fais donc 12ème, et nous sommes 13 sous les 6h. Ah oui quand même, cela est autre chose que l’année dernière. Surtout que les premiers sont en 4h45, 4h49, 5h et 5h04. Je reprends donc tranquillement le volant pour aller affronter les bouchons franciliens de retour de week end.

 

La suite au prochain épisode, le castor fou (retour sur mon tout premier trail) suivi le lendemain d’un 53km.

20 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-06-2013 à 15:21:01

J'adore tes récits Etienne surtout la minute poético-culturelle ! ^^
Sans blague, j'adore et en plus ça ne rigole plus ! Quelle belle perf ! 12°, moins de 6h ! Ca drope sérieusement ! On voit que l'entraînement est là et que tu ne fais plus dans la 1/2 mesure. Je fais sûrement bien de ne pas venir à la STL, je prendrais une raclée !
As-tu croisé notre estimé Lutin qui est un pilier d'Alençon (pas dit de bar !) ?
A bientôt !

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 15:29:07

Merci jean-phi.
Bah le récit je l'ai fais à l'arrache (comme mon sac samedi soir) et ce qui me chagrine, c'est que je suis incapable de décrire le parcours, donner des détails pour ceux qui voudrait y participer.

Pour Lutin, je ne pense pas l'avoir croisé. Par contre, j'ai vu un dénommé "robin" qui m'a parlé de mustang prenant des photos. Et bien mustang, je ne l'ai pas vu non plus.

Concernant le temps, y a du taf encore à produire je pense. Parce que les podiums sont encore loins ;) Et pour la Sainté, je te rappelle que tu m'as dis "Top 100" et pour cela, il va falloir que je me les sorte les doigts (et op encore du poético culturelle)

Commentaire de lalan posté le 03-06-2013 à 17:09:09

Quelle bonne source de motivation de regarder les classements pour pouvoir scorer. Tu as super bien calculé ton tempo, chapeaux!!!. La vitesse va venir dans peu de temps. Pas de précipitations. Bravo pour ta course.
Et moi j'aime bien tes moments de poésie dans tes Cr.

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 17:17:10

Merci lalan.

Pour la vitesse.... comment dire en toute poésie ? Dès que j'essaye d'accélérer, le cardio monte en flèche, je m’essouffle, je crache mes poumons (ah là, je pourrai faire dans la poésie en parlant mol... vom... gerb...) et pour rien du tout.

Samedi, trail de 23km où normalement on doit lâcher les chevaux du début à la fin. Je lance les paris, je ne suis pas dans les 100 premiers (surtout que le lendemain je vais devoir être sur un 53)

Pour la source de motivation... bah c'est bien mon problème en fait. Je suis un poil trop compétiteur (reste de mon adolescence) et je n'arrive pas à voir la "compétition" sans se mesurer aux autres. Et c'est bien pourquoi j'ai coupé toutes activités sportives pendant de longues années.
Par contre je ne participe jamais au concours de qui a la plus grosse, ah tu voulais de la poésie.

Enfin, pour le tempo. Je n'ai pas "le choix" sinon je me fais taper sur les doigts par coach. Tout se fait au cardio, c'est juste un coup de bol que la multiplication par 4 donne quelque chose de correct.

Commentaire de robin posté le 03-06-2013 à 17:59:24

Félicitation pour ta course ! je suis arrivé un peu plus tard. Désolé pour l'info sur Mustang, en fait il n'était pas déguisé en reporter mais en vttiste !
bonne recup

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 18:13:52

Merci.

Pas de soucis pour Mustang, en plus je n'ai pas souvenir d'avoir vu un vttiste ;)

Bonne récupération à toi aussi.

Commentaire de Mustang posté le 03-06-2013 à 21:47:32

Bravo pour ta perf.
La ferme , c'est un parc animalier, le 1er ravito, c'est une ancienne verrerie aménagée en chambres d'hôte puis après tu es passé au signal d'Ecouves à 417 m, point le plus haut de l'Ouest! déçu que tu ne parle pas de l'escalade dans les rochers :))
Effectivement, tu as l'air d'avoir eu la tête dans le guidon!!
J'espère que tu as apprécié l'organisation et le village
Quant à moi, tu ne pouvais pas me voir, j'ai fait le serre-file VTT sur le 61 km jusqu'au 2e ravito. j'en ai bien bavé dans la boue!!

Bonnes courses à venir

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 21:59:57

Merci pour ces précisions.

Concernant l'escalade dans les rochers... Effectivement j'aurai du en parlé. J'étais en train de boire une compote, j'ai voulu m'accrocher à une branche, elle a cassé, j'ai failli tomber en arrière. Mais c'était vraiment sympa, et ça peut faire super mal si on commençait à être cramé.

L'organisation le village. Franchement que dire à part C'ETAIT GENIAL

Non vraiment, une très belle organisation, qu'on se le dise.

Nous aussi, nous en avons bavé dans la boue ;)

Commentaire de Arclusaz posté le 03-06-2013 à 22:37:44

bravo Etienne !!!! pas loin du tout du top 10, super gestion de ta course.
Et ce n'est que le début...... continuons le combat !

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 22:43:54

Merci Arclusaz. Oui pas très loin, 4 minutes ... J'aurai pu me bouger le cul quand même.

Je ne sais pas si ce n'est qu'un début, les premiers sont loin devant quand même. Bon, quand on voit le nom aussi, il semblerait que ce soit des habitués. C'est un peu comme si je voulais taper lalan, faut savoir rester à sa place.

La prochaine bataille, samedi où je vais prendre cher, et dimanche où je risque de morfler et il faudra bien gérer la fatigue.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 03-06-2013 à 22:47:16

Hi hi, le Lutin était avec sa Josette sur le 35 km et tu es arrivé bien avant nous ...
Bravo pour ta perf, faire moins de 6h00 en Ecouves, il faut être costaud. Quant à l'extraterrestre qui a fait 4h45, j'en parle pas, c'est hallucinant.
On se verra peut-être une prochaine fois ...

Commentaire de ejouvin posté le 03-06-2013 à 22:53:22

Merci Lutin.

Bah le premier, quand j'ai vu le temps je me suis dis "Whaouuuu comment est ce possible". Puis, j'ai su pour le deuxième et enfin j'ai vu le nom du premier. Bon bah je me suis dis "Ok, on ne joue pas à la même chose". Je le connaissais de nom sur certains résultats. Oui c'est vraiment hallucinant.

Je ne suis pas sur que l'on puisse dire que c'était costaud 6h, enfin j'en sais rien. Ce que je sais, c'est qu'il y a encore du progrès à faire. Les descentes m'ont bien fait mal et j'avais quand même du mal à relancer parfois.

J'espère bien te voir effectivement.

Commentaire de Eric VOLAT posté le 04-06-2013 à 09:53:34

D'abord BRAVO. J'y étais aussi, mais je ne courais pas dans la même catégorie. Un peu moins de 7h30mn de plaisirs pour moi mais surtout des sensations qui se sont améliorés durant toute la course. Des bénévoles incroyables de gentillesse, des ravitaillements qui ne donnaient pas envie de repartir (pas loin de 15mn d'arrêt à chaque), des randonneurs peu avares d'encouragements (même si un groupe à bien failli être la cause d'une chute), des passages assez magiques ou l'on passe de la forêt profonde au points de vue assez invraissemblable, une faune bien présente pour qui sait regarder,un chouilla de grimpette mais pas si terrible à la vitesse à laquelle j'allais et de la boue... Ah ! la boue des chemins labourés par les engins d'exploitation et les passages de petits ruis, celà, j'aurais bien aimé les éviter, mais bon, que seront nos promenades en forêts sans ces petits inconvénients... Après Lodève (un trail de moyenne montagne des plus techniques), un maratrail festif off le long du canal du midi, Roscoff to Roscoff et son milieu marin, Ecouves en forêt, notre discipline se relève bien multiple et multiplie les plaisirs. Ma préparation du GTS se révèle majestueuse...

Commentaire de ejouvin posté le 04-06-2013 à 11:00:40

Merci Eric.

Chacun sa course, du moment que tu as pris du plaisir à parcourir les différents chemins. C'est vrai que ce n'était pas si simple, la boue en finissait pas être usante. Mais moi, j'ai bien aimé, contrairement à mes chaussettes blanches.

Commentaire de Mamanpat posté le 06-06-2013 à 13:12:47

IL L'A FAIT ! IL A OSE !!! Parler ouvertement de son (non) popo d'avant course... Bravo, c'est du beau ! Par contre évite les abricots secs ou sinon tu devras utiliser ton buff (y'en a un un peu plus haut qui pourra t'expliquer...).

Voilà un beau rebond suite à un WE avorté, on ne va plus t'arrêter !
Chapeau !

Commentaire de ejouvin posté le 06-06-2013 à 15:14:34

Oups, tu es passée par ici. Je suis donc démasqué.
A te lire, j'ai donc eu de la chance avec les abricots. En plus, je n'avais pas de buff, mais une simple casquette.

Le chapeau, c'est toi qui le mérite, pas moi avec cette "petite" course.

Commentaire de Esprit-des-elfes posté le 06-06-2013 à 22:17:51

Salut Ejouvin, très sympa ton récit, j'aime beaucoup. Pour ma part j'ai bien aimé ce Trail aussi, rapide mais exigeant pour la région. 4h45 c'est moi ;-) je termine mon CR et je vous envoi le lien ! À+ les traiter de l'extrême !

Commentaire de ejouvin posté le 06-06-2013 à 23:36:04

Merci l'esprit ;)

Oui bah, quand j'ai vu ton nom je me suis dis "Tiens, je connais ce nom". Bah oui, on te retrouve souvent aux avant poste.

Toi aussi tu étais un frustré de la Maxi Race venu te faire une petite sortie. J'ai l'impression que nous étions plusieurs dans ce cas.

Commentaire de Esprit-des-elfes posté le 07-06-2013 à 06:29:58

C'est exactement ça ! Un aller-retour pour Annecy pour rien, il fallait bien compenser, tout cet entrainement il fallait bien le dépenser ! Et maintenant ce sont les Aravis la semaine prochaine ! Une autre paire de manche !

Commentaire de Esprit-des-elfes posté le 10-06-2013 à 21:41:06

Salut ejouvin, comme promis voilà mon petit récit:
http://www.esprit-des-elfes.fr/?p=614#more-614

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !