Récit de la course : Les Templiers 2013, par Raideurjbp

L'auteur : Raideurjbp

La course : Les Templiers

Date : 27/10/2013

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 1635 vues

Distance : 72km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

247 autres récits :

Templiers 2013

Les Templiers 2013

 

« Causse : XVIIIème siècle. Emprunté du cévenol causse, du latin populaire calcinus, dérivé de calx, calcis, « chaux ». Dans le Centre et le Sud de la France, haut plateau calcaire, nu et aride. »

Voilà le paysage que nous avons arpenté en ce 27 octobre 2013 lors de la 19ème édition du Grand Trail des Templiers à Millau.

Au programme, un départ le dimanche matin à 5h15 pour72 kmet3200 mD+. Pour moi, l’objectif était de faire cette course en mode « cool » sous les 11h30 car depuis la TDS fin août, c’était plutôt repos, déplacements professionnels et manque d’entraînement sérieux.

Le parcours annoncé se résume à deux portions bien distinctes, à savoir beaucoup de « plat » sur la Causse durant les 40 premiers kilomètres, puis montagnes russes (enfin aveyronnaises) avec des allers-retours incessants entre 400 et800 md’altitude. Le but était donc pour moi de ne pas partir trop vite et de finir en gérant pour ne pas me blesser.

Samedi, direction Millau avec ma femme, mais aussi avec un collègue qui a pour objectif d’être finisher en moins de 14h car à 21h c’est bus Millau-Rodez puis train couchette Rodez-Paris pour aller au boulot le lundi matin à 9h ! De mon côté, ce sera plus cool avec une semaine de vacances dans la campagne corrézienne pour récupérer !

Dimanche matin, 3h30, le réveil sonne. Le temps pour moi de faire mon rituel d’avant-course, dorénavant bien huilé. Gatosport®, thé, crème NOK®, on s’habille et on n’oublie ni la frontale, ni l’IPOD ! Direction le départ avec un plateau monstrueux pour cette édition : Lanne, Clavery, Court, Lorblanchet (futur vainqueur) et Thévenard, récent vainqueur de l’UTMB® rencontré 30 min avant le départ. Je rejoins mon sas élite des moins de 12h et à 5h15 c’est parti sous les fumigènes et avec la musique d’ERA… ambiance incroyable !

                km 0 Millau – km 21 Peyreleau

Le départ se fait sur route pendant environ3 kmjusqu’au hameau de Carbassas. Beaucoup de monde avec des traileurs surexcités voulant dépasser par tous les moyens dans ces premiers hectomètres. Je pars de mon côté plutôt vite mais assez prudemment tout de même car la douceur est présente et inhabituelle : 15°C !

Puis c’est la première côte pour monter au Causse noir. Ça monte déjà raide et ça a le mérite de mettre en routela machine. Arrivésur le plateau, c’est près de10 kmassez monotones sur des sentiers forestiers plutôt larges et dans le brouillard. S’ensuit la première descente jusqu’à Peyreleau pour le premier ravitaillement avec le jour qui s’est levé et une grosse ambiance ! Anecdote sympa, je retrouve ici une personne qui s’entraîne au parc de Nanterre et avec qui j’avais déjà fait une bonne partie dela TDS. Onse retrouvera encore pendant un bout de temps jusqu’à l’arrivée.

                km 21 Peyreleau – km 31 Saint-André Vézines

Ravitaillement expéditif et c’est reparti pour400 mde dénivelé positif. Je ne connaissais pas le parcours et m’aperçois très vite que les côtes se font en singles et que par conséquent (1) les bâtons sont très peu utiles car on ne peut presque pas les planter et que j’ai bien fait de ne pas les prendre ! (2) le rythme est imposé et que les montées se feront par petits groupes. Je change donc de stratégie et ferai en sorte d’être plus rapide sur le plat en haut de la Causse et dans les descentes.

En haut de ces400 mde D+, environ10 kmde légères dénivellations positives et négatives nous attendent jusqu’au ravito de Saint-André. Mais cette fois les chemins sont loins d’être monotones avec notamment le passage au sein du Prieuré de Saint-Jean-de-Balmes, classé Monument Historique en 1989. Mais la suite est encore meilleure…

                     km 31 Saint-André Vézines – km 45 Pierrefiche

La suite ? Descente, montée, descente, montée, je vous laisse continuer ! Pas de plat à partir de Saint-André, c’est ça qui est bon ! Mais il vaut mieux être encore frais et ne pas tout avoir donné avant. C’est ce que je me suis attelé à faire et je remonte très bien à partir de là, en appliquant ma nouvelle stratégie : à fond dans les descentes où beaucoup de traileurs se retiennent.

Dans la descente nous amenant au magnifique village deLa Roque Sainte-Marguerite, nous passerons par les Rochers de Roques Altès avec des vues splendides sur les Causses. Après La Roque, la montée de Pierrefiche ne me fait rien car je sais que ma femme m’attend au ravito pour me rebooster. Mais une fois sur place, c’est le coup derrière la tête car ma femme ne sera pas arrivée à temps, comme beaucoup d’autres personnes. Il faut dire que les routes sont fermées, qu’il y a peu d’indications de déviations… Point négatif de la course avec le faux coca du ravito ! Tant pis, elle me retrouvera au Pont de Massebiau !

                km 45 Pierrefiche – km 65 Le Cade

Partie très difficile que ces20 km. Il faut vraiment garder des forces car le gros du trail se joue ici. Les chemins forestiers laissent place à des pierriers instables, surtout en descente. Je retrouve en tous cas avec le sourire ma femme au Pont de Massebiau. Elle me trouve pâle mais il faut dire que je tape un peu dans les réserves car je comptais y aller cool mais je me prends au jeu dans les descentes. Malgré cela, j’ai perdu des minutes sur mes temps de passage dans cette portion qui compte cependant2 kmde plus que prévu initialement. Je repars bien reboosté pour les500 mD+ qui attendent jusqu’à la ferme de Le Cade. Montée (très) raide exposée au soleil, qui est alors à son zénith, ça devient difficile mais on s’accroche.

                      km 65 Le Cade – km 72 Millau

Dernier ravito englouti et c’est parti dans une descente bien raide (une nouvelle fois) avant une ultime montée rapide et pentue vers le Puncho d’Agast et ses vautours (symbole de la course) qui vous surveillent… Puis c’est la descente finale à fond jusqu’à l’arrivée de cette course superbe mais qui mériterait d’être limitée à 1500/2000 personnes maximum afin d’en profiter dans les singles.

11h10, 72 km, 3200 mD+, en 520ème position sur 2500 partants et 2000 arrivants. Objectifs remplis et qui mettent un terme à cette saison pleine avec aucun abandon, aucune blessure, 9 points UTMB® en 4 courses et beaucoup de partages avec ma femme, ma famille, mes collègues et d’illustres inconnus… Vivement 2014 pour une nouvelle saison !!

1 commentaire

Commentaire de Fa² posté le 05-11-2013 à 18:05:49

Bravo pour cette course, tu as su sortir de la foule en partant vite au début.
Moi j'ai voulu tenter l'inverse en me préservant pour accélérer à la fin et je me suis fait bloquer par le trafic et les embouteillages (je suis parti dans le sas 3, donc déjà trop tard). Effectivement, trop de monde...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !