Récit de la course : La Montée d'Ezy 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : La Montée d'Ezy

Date : 4/5/2014

Lieu : Noyarey (Isère)

Affichage : 442 vues

Distance : 10.4km

Matos : Ma montre Géonaute avec chrono intégré.

Objectif : Se dépenser

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

14 autres récits :

La chance du débutant


3 semaines après le trail de Noyarey, les organisateurs remettent le couvert avec la montée d'Ezy, une grande classique parmi les course de côtes de la région. Je ne l'ai jamais faite (je préfère les sentiers), mais le trail était tellement bien que j'ai envie de la découvrir, encouragé par Christian et les posts d'Albacor, du Bouk, et de Sans-Cervelle.

Le samedi après-midi, je regarde les résultats des années passées et un chiffre me fascine : 1:00:00. C'est loin d'être donné à tout le monde, en général seulement les 40 premiers passent en dessous.

Je regarde le parcours et suis impressionné par la régularité de la pente :


Après 3.5 Km de plat, 600m de dénivelé sur 7 km. L'idéal serait d'avoir une allure constante sur le plat, puis rétrograder un peu pendant la montée, mais pas trop, et tenir jusqu'au bout...Mais comment savoir à quelle allure courir pour espérer arriver en une heure ? Ca me rappelle des souvenirs de maths d'il y a très longtemps, je prends une feuille et un papier : Si p est la vitesse sur le plat (en minutes /km) et m la vitesse en montée, ça fait donc 3.5 *p + 7*m =60.

Ca y est, j'ai trouvé la formule magique ! Je fais quelques essais sur excel : En partant tranquille à 5 minutes du kilomètre sur le plat, il faudra faire du 6 minutes au kilomètres dans la montée... Ca fait quand même rapide...

En partant à fond sur le plat à 4 minutes du kilomètre, on ne gagne que 30 secondes de rab par kilomètre à la montée, et on risque de se cramer dès le départ..

Je vais donc essayer de cibler 4 min 30 sur le plat, ce qui fera ensuite 6min 20 au kil à la montée... Advienne que pourra....

Le samedi soir, on est invités à une soirée tex mex, je me dis qu'il faut être sage, mais dans le feu de l'action les bonnes résolutions s'envolent : j'engrange tacos, fajitas, enchiladas et finis par un chili con carne, le tout copieusement arrosé de Cabernet Sauvignon. Et comment résister à la double ration de tartes aux pommes et tartes aux fraises sans froisser la maitresse de maison ? Retour à 1h du mat, je me dis que je n'ai pas mis toutes les chances de mon côté....

Dimanche matin, j'arrive sur place à 8H30, ouf il reste encore de la confiture, je vais enfin pouvoir la goûter ! Je récupère délicatement un pot avec un sourire béat, et m'empresse de la ranger soigneusement... Yes ! Première mission accomplie.

Je fais ensuite la connaissance du Bouk et d'Albacor, que je n'avais pas encore eu la chance de rencontrer, mais que j'ai l'impression de déjà connaitre grâce à leurs récits.

Sans-Cervelle est également de retour à Noyarey, ainsi qu'une délégation de Champagnier (Franck, Seb, Hélène) et d'HP (Kty, Emmanuelle, Didier, Stéph, Hélène). Jean-Jacques et Annick sont aussi venus de Brié, après avoir hésité entre une sortie ski de rando et course à pied.

Un petit échauffement le long de la route et tout le monde se met en place :

 Dans 2 minutes le départ...

Les participants dans les starting blocks 

 

Le Bouk se met aux premiers rangs, je le sens remonté comme un chronomètre. Pan ! Ca part très vite devant, mais je sais qu'il faut rester tranquille. Après 500m, une bourrasque de vent due à une accélération subite fait perdre sa casquette au Bouk.  The Girk, qui courait à côté, se voit injustement accuser d'agression sur un coureur. La casquette récupérée, les 2 repartent. The Girk accélère pour éviter de possibles représailles, et on se met à courir au même rythme avec le Bouk.

Premier Kilomètre en 4.20, c'est pas mal. Sur la digue, on tient la cadence. On commence à discuter, je lui dis que j'aimerais bien terminer en moins d'une heure, il me dit 'Ouh là ! Ca je le faisais il y a quelques années en arrière quand j'étais en forme...' Aie, je prends un coup au moral... Stéph nous passe facile et continue à un bon rythme.
On repart vers le village et on traverse la route gardée par 2 jolies gendarmettes. Le Bouk essaie bien d'entamer la conversation, mais pas facile de pêcho un 06 à cette allure....

Troisième kilomètre en 13 min, la première partie du contrat est remplie, les choses vont se corser. Je prends quelques mètres d'avance sur le Bouk, je me dis que c'est temporaire, et que je vais forcément me faire sécher dans la montée...

Ca y est ça  commence à grimper. J'essaie de ne pas trop ralentir, j'arrive tout doucement à rattraper plusieurs coureurs, et je reconnais au loin Albacor ! Il a du partir comme une flêche ! Je remonte tout doucement, en me laissant bercer à distance par le dodelinement régulier de ses larges épaules. J'arrive heureusement à interrompre le phénomène d'auto-hypnose et le double en l'encourageant.

Arrivé au premier ravito... J'hésite, mais fais quand même un petit détour, ce serait bête de tomber en panne sèche.

La montée continue plus raide à la sortie du village, puis on rentre dans la forêt.

A un tournant, un signaleur lance dans ma direction "Allez , vous êtes la meilleure, faut les attaquer les bonhommes !".  Est-ce qu'il a une forte myopie et a oublié ses lunettes ? Je ne suis pourtant pas épilé et mon maillot n'est pas rose fluo... Je me retourne et vois la première féminine que j'avais doublé un peu plus tôt.. Je la sens super motivée pour passer, alors.... j'en remets une couche !

Le Bouk non plus n'a pas dit son dernier mot, je sens son souffle pas loin, et ses cris terribles font trembler la forêt. A chaque hurlement, je lève mon index vers le sommet genre "On se retrouvera là haut", mais je sais qu'on va surement se retrouver bien plus bas...Dans un virage en épingle, je le vois 10 mètres plus bas, et lui lance "Allez Bouk !" Il rigole, c'est sûr je vais me faire asticoter....  A chaque tournant, je m'attends à ce qu'il me double, et n'ose plus me retourner.

J'essaie de garder le rythme, mais ça devient dur... Je continue encore à gratter quelques places et passe the Girk en l'encourageant.

Au deuxième ravito, je prends un verre et part avec, impossible de boire cul sec vu mon état d'essoufflement. Une fille s'en rend compte et dit "Eh, il part avec le verre !" Je m'attends à être poursuivi et lynché, et accélère un peu sur 50m. Je garderai le verre jusqu'au 3ème ravitaillement, finalement j'aime bien avoir un verre à la main...

Ca devient de plus en plus dur... Au kilomètre 7, le chili con carne de la veille (ou ce qu'il en reste) fait une tentative de remontée, que j'arrive heureusement à contenir. Les chiffres se mélangent dans ma tête, je ne sais plus si je suis dans les temps ou pas.

Le Bouk lance une fois de plus son cri, j'ai l'impression qu'il se rapproche.... Aie, ça sent le roussi...

Kilomètre 8 : J'ai 44 minutes à ma montre. Ca reste jouable, mais il faut tenir....

Kilomètre 9 : 51 minutes... Oui ça peut le faire ! Je me fais rattraper par un coureur... Je me retourne en m'attendant à voir le Bouk me bondir dessus, mais non c'est un vétéran super affuté. La chance de ma vie ! Je me cale dans son rythme et on fait ensemble un kilomètre puis il accélère encore et me lâche.  Merci pour l'aspiration ! On arrive à Ezy, ça commence à sentir bon... Dans le dernier virage, je me hasarde à jeter un oeil de côté , personne ! La banderole apparait, ligne franchie en 58.30 !!!  Yes !!!

Quelques instants plus tard apparaissent la première féminine suivie du Bouk. On se tape dans la main. Il me dit "On a réussi on est saouleurs !" Je le regarde bizarrement. Ah oui sous l'heure ! C'est sûr que je n'y serais pas arrivé sans le Bouk aux fesses... Merci à toi ! Sans-Cervelle est là depuis un bon moment, plus que frais et prenant des photos....Stéph est passé en 57 min.

Arrivent le Girk et Albacor en à peine peu plus d'une heure. Les maillots oranges de Champagnier arrivent à leur tour. Emmanuelle, Hélène et Kty terminent en faisant de bonnes places.

On encourage les arrivants en attendant de prendre la navette. Tout le monde a la banane. Au moment de  descendre, on voit la navette partir juste devant nous... Christian nous propose alors avec Steph de descendre en voiture, on arrive juste pour les courses enfants.

Arrive à nouveau la navette, d'ou descend l'équipe entière de l'Ultra-Saucisson  World Tour.

      La foule en délire à l'arrivée des Kikouriens

 La foule en délire à l'arrivée des Kikouriens

 

Le Bouk tient sa casquette à la main des fois que...

 Le bouk tient sa casquette à la main des fois que...

 

Méga apéro à l'arrivée, remises de coupes et récompenses en toute simplicité. Bref, un après-course comme on les aime...

L'équipe d'organisation a assuré un max, Bravo !

J'ai vraiment adoré cette course, certes sur route, mais en montagne avec des super paysages. J'ai pu faire la connaissance d'Albacor et du Bouk. Et je suis passé sous les 60 minutes !

Bouk, ne m'en veux pas de t'avoir fumé pour cette première course au coude à coude... Je l'ai vraiment pas fait exprès. Enfin, si peu...

7 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 04-05-2014 à 18:22:55

"La chance du débutant" que ne faut-il pas lire comme ânerie sur ce site !!

Ah oui les gendarmettes, j'ai adoré, j'ai oublié d'en parler !

Et sinon...
Et bien bravo Pierre !!! (va falloir qu'on te trouve un pseudo parce que pierre38 c'est pas possible...)
J'étais à fond, comme toujours lorsque j'ai un dossard, donc tu me plantes une minute et bien tu es allé la chercher, et je pense que ma performance (car oui, être saouleur c'est une performance !!!) est due grâce à Marc notre vétéran supersonic et à toi car j'ai rien lâché, je me devais de répondre présent face à toute défaillance de ta part... qui n'est jamais venue ! DONC tu fumes le Bouk et en plus tu fumes le Bouk dans un jour "avec", c'est beau dis donc...

Tu confirmes aussi la règle qui veut que ce qu'on fait le samedi soir ne joue jamais sur la perf' du dimanche matin !

A la revoyure !

Commentaire de Albacor38 posté le 04-05-2014 à 18:39:44

Sacrée perf quand même que tu nous fais là quand même l'ami Pierre !
Une course que tu ne connais pas, un profil très atypique et donc un effort spécifique et là, bang, tu nous fumes un Bouk en grande forme aujour'hui.

Tu sais que j'essaie vainement de le battre depuis ... ben toujours en fait et que le furet sniffe des substances toxiques pour tenter d'oublier l'épisode traumatisant de la MP3C de la semaine passée ! Donc définitivement bravo.

PS: Le Chili con carne la veille d'une compét faut oser :) Encore que c'est peut être une façon très pragmatique de "fumer" ses adversaires.

Commentaire de __icecool__ posté le 05-05-2014 à 10:38:43

Je ne suis pas le seul à avoir remarqué le "dodelinement" caractéristique du capitaine. Ca vient probablement avec le pied marin.

Commentaire de El Tamanoir posté le 04-05-2014 à 18:57:32

Merci les gars ! Pour le pseudo, je vous laisse choisir, pourquoi pas Donald si ça vous dit... :-) A très bientôt.

Commentaire de coconetdive posté le 05-05-2014 à 10:48:24

Super Pierre dis donc ! Bravo à Toi !

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 15-05-2014 à 14:35:32

Bravo pour avoir réussi à faire sous l'heure et à fumer le Bouk !

Commentaire de El Tamanoir posté le 16-05-2014 à 17:14:38

Merci Le Breton ! Et Bravo à toi pour ta performance !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !