Récit de la course : Trail des Passerelles du Monteynard - 33 km 2014, par coco38

L'auteur : coco38

La course : Trail des Passerelles du Monteynard - 33 km

Date : 20/7/2014

Lieu : Treffort (Isère)

Affichage : 1030 vues

Distance : 33km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Passerelles du Monteynard ...

En fonction d’un planning personnel très chargé, je suis obligé de changer mon objectif 6000D pour me rabattre sur ce TPM. Cela tombe bien, je l’avais en projet et je dois le faire avec un ami.

La distance est raisonnable, le parcours semble pas trop exigeant (j’ai du le regarder un peu rapidement ce profil !). Je fais la reco quinze jours avant qui confirme mon impression ; plutôt roulant, pas technique et montée raisonnable en fin de parcours. Je me dis quand même qu’il ne faudra pas arriver grillé au Km 25.

Je prévois d’abord un temps de 5 heures environ.

Une semaine avant la course, je regarde les temps de 2013. Là je commence à prendre peur. Les temps ne sont pas rapides, les derniers sont en presque 7 heures alors qu’il y avait 5 km de moins !

J-3, forfait pour sciatique de mon ami !

J-1, la météo s’annonce incertaine, Orage ou pas ?

Jour J : J’arrive très tôt et je peux donc profiter de la navette (le parking est à 10-15' du départ) pour aller retirer mon dossard. Je retourne à la voiture, je me prépare et malgré les premières gouttes de pluie je reste sur l’option Ceinture avec gourde de 800ml + mini gourde à la main. Pas de sac à dos ni veste de pluie.

C'est quand même bien menaçant au départ !

Je retourne au départ en croisant encore pas mal de voitures qui arrivent. Je me dis que certains vont être bien à la bourre !

Ma stratégie de course est de partir vite (j’ai plutôt la patate ces derniers temps et c’est le moment d’en profiter !). Donc rapide jusqu’à la première passerelle. Sur la passerelle, ça bouge beaucoup ! certains ont le vertige et ont du mal à avancer. Il faut marcher bien au milieu si on veut limiter les mouvements latéraux.

A peine attaqué l’inter-passerelle c’est la grosse averse qui en quelques minutes transforme le sol en patinoire. Devant moi les premières gamelles, perso je gère plutôt bien le sol glissant. Pas une seule chute sur toute la course.

Après un premier ravito où je fais le plein de la gourde, on attaque la grosse montée qui se passe tranquillement. Je fais la descente qui suit à fond et je double pas mal pour arriver à Mayres Savel pour le Ravito solide. Un peu décevant au niveau du salé. Uniquement des Tucs alors que j’avais prévu une grosse pause casse-croute saucisson + fromage !

C’est reparti jusqu’à la passerelle du Drac. Toujours assez rapide même si ça commence à tirer un peu. L’inter passerelle se passe sur une patinoire et au milieu des randonneurs. C’est un peu Holiday on ice !

Dernière passerelle ...

et nouveau ravito solide. Celui-là bien fourni !

 ça fait Peur !!! Non Ceci n'est pas une pub pour Raidlight.

Je sais qu’il reste 10 km pas facile mais je suis bien entamé ; les crampes ne sont pas très loin aux mollets et derrière les cuisses. Je sais gérer, mais je sais aussi que les 5 bornes de montée vont être terribles.

C’est parti pour le calvaire de cette dernière montée. Je suis avec un coureur entièrement crépis de boue qui m’explique qu’il est tombé de nombreuses fois et que la tête à déjà tapé 2 fois. Du coup, il est complétement crispé dès qu’un partie boueuse un peu pentue se présente. Il est plus rapide que moi mais je le redouble dès qu’il y a une zone « patinoire ».

Le dernier raidillon jusqu’à la table d’orientation est terrible. La consolation est que je me fais doubler presque uniquement par des coureurs du 55km.

Enfin la descente ! Contrairement à la reconnaissance j’arrive à courir mais dans la souffrance !

Je redouble une dernière fois mon camarade d’infortune qui vient de se retourner le petit doigt lors d’une nouvelle chute !

Dernier kilomètre. Je donne tout ce qui me reste pour aller jusqu’à la ligne en courant (Je dois bien courir à 6 km !). La ligne est passée, je suis vidé.

Epilogue.

J’ai confirmation que finalement je réalise une super performance (pour moi !). C’est même mon meilleur classement (76%) sur une course de ce format. 5h41, 414/546.

Ainsi se termine ma saison de Trail. Au final, que des courses que j’ai bien maîtrisées et bien gérées. Je suis donc complètement satisfait.

Place à la saison route !... si tout va bien sur la forme actuelle, le point d’orgue sera le marathon de Lyon.

5 commentaires

Commentaire de keaky posté le 21-07-2014 à 21:55:57

Une vraie patinoire cette fin de parcours et une montée vraiment éprouvante!! Félicitation, bien géré!!

Commentaire de Arclusaz posté le 21-07-2014 à 22:19:53

Un trail plus compliqué qu'il n'y parait. Et effectivement, la dernière côte, c'est quelque chose !
Bravo.

Commentaire de lisa38 posté le 22-07-2014 à 16:22:04

Bravo pour ta course !!

Commentaire de Krapo07 posté le 22-07-2014 à 20:51:46

Je me retrouve dans ton résumé, j'ai vécu à peu près la même course. Et effectivement comme la dit Arclusaz c'est un trail plus difficile que ce à quoi on s’attend !

Commentaire de guillaume1990 posté le 23-07-2014 à 06:47:46

Félicitations pour ta course, l'an prochain, je me lancerai peut être sur le 33km

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !