Récit de la course : Saintélyon 2014, par charlie27700

L'auteur : charlie27700

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2014

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 905 vues

Distance : 72km

Objectif : Battre un record

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

500 autres récits :

Saintélyon 2014 - comment j'ai abandonné mon pote :-(

STL2014 (mon 1er récit)

 

L’inscription, l’objectif : inscrit très tôt, avec Franck et Mathieu. Dommage que Mathieu ait dû décliner par manque de temps pour s’entraîner dignement. L’objectif est d’améliorer 2012 (8h45) donc fixé à 8h30.

 

La prépa : foncier de base à peu près présent, mais trou dans les semaines S-5, S-4 et S-3 pour cheville foulée et déplacement en Inde. Un peu léger aussi sur des sorties spécifiques bosses. Par contre, 100% des dernières sorties faites de nuit. Décision de partir chaussé en trail, pour bien maintenir le pied, quitte à perdre un peu de perf sur la fin. Comme dirait Jules, on va y « aller au talent ».

 

En route pour Sainté : je retrouve Franck (7h45 en 2008, court sans montre, va surfer facilement sur son top niveau de VTT). Nous sommes dans la navette. Je dis à Franck que si je coince, qu’il n’hésite pas à me lâcher et à faire sa course. Franck répond « non, non, on est là pour finir ensemble » (notons cela, c’est important pour la suite). La navette n’en finit pas. Galère de bouchons de Geoffroy Guichard.

 

Restaurant le Flore : comme en 2012, super organisation du forum kikourou pour accéder à une pasta party privée + salle de repos au calme… Franck met son badge ‘francky le camionneur’. Nicolas nous rejoint. 2 assiettes de pâtes (une de trop ?). Tenue pour une soirée froide, sans être extrême : bas épais gore, tshirt MC, veste chaude ML et veste imper windstopper. Sac à dos bien trop plein et trop lourd : bcp d’eau, 2 shooters de 120ml, 2 frontales de rechange, un jeu de pile de rechange pour chaque frontale.

 

Le départ : nous retrouvons Jérôme, le 4è comparse de la nuit. Organisation libre pour les sas. Ça se passe très bien, à la bonne franquette. Départ dans le sas que nous voulions : le 2ème, moins de 9h, départ à 0h10.

 

Course temps 1 : parcours facile, bitume en côte roulante. Nous oscillons entre 5’30 et 6’. Je freine le groupe qd on chatouille les 5’30. Puis, mal de ventre. Douleurs gastriques. F, J et N ont la pêche, je me vois déjà les laisser filer devant. Comme prévu on shunte le ravito km16. Toujours mal au ventre… Dur dur… Je repense aux 10 commandements de l’organisation : ‘ne pas se gaver à la pasta party’ … hum hum … Arrivée au ravito km26. Toilettes (1mn30, no comment). Long ravito (10 mn). Ça m’embête. Nous ne sommes pas en phase sur la stratégie ravito. D’habitude, je suis plutôt sur du 1mn (refill rapidos + qq trucs à grignoter en trottinant après le ravito).

 

Course temps 2 : le ventre va mieux. Je suis souvent devant. Nicolas est souvent derrière. C’est gras. Certaines mares de boue sont plus profondes que le rebord des chaussures. Quelques coureurs font des chichis à escalader les bordures pour pas trop se mouiller. Je traverse en plein milieu en faisant floc floc. Ca éclabousse, j’ai les pieds trempés, mais ça dépote héhéhé. Les dossards rouges des relayeurs nous doublent beaucoup, mais le rythme est bon. Ravito du km38. Nouvel arrêt long (6 mn). Nous repartons. Et Franck se tord la cheville. Merde, pas cool. « ça va le faire, mais je ne peux plus attaquer en descente » dit Franck. Nicolas est décroché pour de bon. Je regarde ma montre : on est sur un chrono de 9h10. Faut prendre une décision. Je repense à la phrase de Franck dans le bus. Tant pis, je serai l’enfoiré du jour et je file devant. Je me dis quand même que Franck est de toute façon avec Jérôme.

 

Course temps 3 : ça déroule bien. Pas de bobo, juste la fatigue qui arrive petit à petit. Je reconnais les bipbip des mails pros sur mon tél. Les japonais sont déjà debout ! Ravito du km48 shunté. Je marche aux gels et ça booste bien. Faudra que je rachète ceux-là (Red Blaster). Ravito du km57 : refill d’eau, sandwich inattendu madeleine-fromage-saucisson-fromage-madeleine. Panneau ‘reste 15km’. Je refais mon calcul, je suis dans les temps pour 8h30. Bizarre, j’ai qd même pas repris 40 min !?!? Je comprends pas. Le moral est au top. Le téléphone est maintenant complétement affolé : les sms, les alertes facebook etc…

 

Course temps 4 : reste 5km. Fallait bien que ça coince à un moment. Ce sont les muscles des jambes qui auront craqué en premier. Dommage, du bon bitume plat. Faudrait envoyer du 4’30 et je marche-course en à peine 6’30. Quelques encouragements kikourou qui font du bien et je finis en 8h35. Jérôme arrive intercalé, Franck en 9h15 puis Nicolas.

 

Arrivée : pas fatigué côté sommeil, mais les jambes bien en bois (ça durera jusqu’au soir). Mal aux épaules car sans doute pas assez musclé pour le sac. Cardio moyen vers les 130 bpm : là-dessus, j’en avais sous le pied. Le fusible était vraiment musculaire. J+2 : un ongle orteil noir, pas de courbatures et motivé pour la refaire en entier avec Francky le camionneur !

1 commentaire

Commentaire de Arclusaz posté le 09-12-2014 à 23:46:59

Un japonais, ça s'arrête jamais : toi non plus !

Bravo pour cette belle perf et bien content d'avoir fait ta connaisance.
A l'année prochaine au Flore.....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.48 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !