Récit de la course : La Montagn'Hard - 100 km 2016, par Raphynisher

L'auteur : Raphynisher

La course : La Montagn'Hard - 100 km

Date : 2/7/2016

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 1026 vues

Distance : 107km

Objectif : Terminer

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

122 autres récits :

Ma Montagn’Hard – Die Hard 8800

Pour mon 2eme Trail de Montagne, mon choix orienté par mon cousin s’est porté sur cette course dans la région de St Gervais les Bains (74). Il me dit : « tu vas quand même pas faire l’UTMB ? C’est trop roulant et blindé de monde, tu cherches une course technique et authentique ? Fais la montagn’Hard ! Même la 60 est un beau morceau ! ».  

A partir de là, les repères communs des traileurs occasionnels dont je fais partie sont chamboulés !! Quoi l’UTMB n’est pas une course mythique et à vivre comme un consécration ? Comment une course à échelle humaine (environ 240 inscrits) peut être plus intéressante (rien qu’en calculant le ratio dénivelé/distance, on peut entrevoir la raideur des montées qui nous attendent) que la légende UTMB ?

Je pars avec mon collègue Romain, qui s’engage sur son premier trail en montagne et son 2e trail (le premier un 42 avec 1700D+ en région parisienne …). Nous participons au repas au SchuSS avec la famille des kikous, l’occasion pour nous d’échanger et de recueillir quelques infos sur la course et sur la Diag que j’envisage pour Octobre. Jam nous accompagne et nous ramène, place à la concentration et retour au camping ou après avoir contrôler une dernière fois les affaires et le sac, on se détends avec des belges flamands devant le match contre le Pays de Galles qui brisera leurs ambitions européennes.

 

Le matin au camping, retour dans la salle et préparation des athlètes (2 mecs à poils dans la seule pièce éclairée à côté de la réception qui s’enduisent de nok tout en mangeant leur gâteau sport, si ça c’est pas de l’ultra !! On enfile nos vêtements, il est 4h15, on a vu jpoggio foncer vers St Nicolas et à notre tour on saute dans la caisse direction le départ. Après s’être garé au parking, nous avons de la chance car même dans le coltard, on entends la voix du chauffeur de la navette qui nous propose : « Je vous monte ? » Ben avec un immense plaisir, car le parking n’est pas si près de la ligne de départ !

 

Au départ, on retrouve Jam, le temps de se souhaiter bonne course et on s’achemine en queue de peloton en toute humilité. De toute façon, vu le nombre de partants, le peloton s’étire hyper rapidement. Il est 5h, St Nicolas de Véroce s’éveille et la musique, les encouragements sont bien présents, on se sent bien entouré pour affronter ces grosses montagnes qui nous entourent.

La première montée permet au soleil de s’élever lentement dans le ciel pour disparaitre derrière les nuages et ne plus rayonner jusqu’au lendemain matin même heure. Nous partons tranquillement et la première descente anime notre réveil musculaire surtout les cuisses, la machine est en marche et nous sommes partis pour notre longue balade. Arrivé au premier Ravito, je patiente pour attendre mon acolyte et pendant cette attente le temps se couvre et se noircit sérieusement, là on comprends vite que l’orage annoncé en fin d’après-midi est en avance sur le road book de Météo France lorsque nous sommes plutôt en retard sur les 28h annoncées.

On enfile nos vestes de pluies et on repart pour grimper à Prarion, le paysage est très agréable et plutôt bucolique, pendant l’ascension, je rencontre Sebastien qui monte comme moi « sans bâtons » avec un style assez cool, les deux mains dans le dos en mode « trankillou ». On discute un peu puis je monte assez rapidement et poursuis mon parcours, arrivé au second ravito « Bionnassay », je fais le plein et je réalise que Romain n’est plus dans mon sillage et qu’il va surement gérer la course à son rythme car nous ne sommes pas synchro sur ce coup.

C’est parti pour l’ascension du col du tricot, où les coureurs du 60 (les plus rapides d’abord) nous doublent et passent comme des fusées. La montée est longue et le premier rdv avec l’altitude me force à ralentir car le souffle commence à être plus court et moins oxygénant.

 

La descente vers les tentes de Miage est abrupte et un randonneur se fracture le tibia quelques minutes devant moi, lorsque je passe un coureur (Pompier) lui porte secours et descend pour alerter les secours qui héliporteront le randonneur. Ravito de Miage, on se refait la cerise et on se prépare à passer le mur du Truc, la montée se fait peniblement et la descente, je commence à avoir mal au crane à chaque pas trop sec (normal en descente …), la douleur s’intensifie et je discute avec Sebastien qui m’a rattraper et un coureur du 60 qui nous a entendu me propose un doliprane (quelle chance, d’avoir évoquer ce pb à ce moment ! ) je prends le cachet et je descends tranquillement et fait une pause d’environ 30minutes sur un banc en bois qui tombait parfaitement.

Arrivés à ma hauteur, de nombreux coureurs m’interrogent : « Ca va ? » Je reponds systematiquement par « Nickel, je me repose, je gère ». Le mal de tête se dissipe et je reprends la voie vers Trè la tête. Il pleut, le sentier au milieu des pierres est très glissant et les lacets sont exagérément répétitifs et on dirait identiques !!  Arrivé au CP de Tré la tête, Jay me prend en photo, et j’en profite pour demander des nouvelles de Romain, une bénévole me renseigne à l’aide de son portable ne me disant qu’elle a la 4G à Tré la Tête !! Romain n’est pas allé plus loin que Bionnassay, son envie de voir « Allemagne – Italie » a été plus forte et les conditions météo lui ont faciliter sa prise de décision. Je descends donc vers les contamines, ou je retrouve de l’énergie pour gratter quelques places et courir jusqu’au Ravito. Arrêt aux conta, je retrouve une nouvelle fois Sebastien qui me demande si ça va mieux et je lui dit que le cachet a bien fait son boulot et que mon mal de crâne n’est qu’un vieux souvenir. Je profite de la soupe et des bananes et je repars vers le fameux CP Bif qui sera le verdict de la longueur de mon périple.

 

 Arrivés à 2km de la Bif, j’en peux plus, j’ai plus la force, j’ai déjà beaucoup donné et j’estime que c’est déjà tout à fait honorable ce parcours de 60, j’essaie de me trouver de bonnes raisons d’abandonner et de prendre droite. Je me persuade même que la BH est passée et que je ne pourrais pas aller à gauche même si je le désirai. Au pointage de la Bif, le bénévole m’annonce : «  tu as 1H30 d’avance sur la BH, monte au ravito là-haut et si tu souhaites tu pourras redescendre après avoir réfléchis ». Je monte et je me pose, je réfléchis, chose que je m’étais interdit car la raison m’orientera forcement vers la bière et le lit, … Finalement, je décide de monter au Mont Joly en me disant qu’aux Tappes je peux jeter l’éponge (On verra bien !)

 

C’est parti pour la grimpette du Joly qui est technique, engagée, opaque, froide, ventue … Même pas le paysage pour compenser l’effort physique. Je rejoins un groupe de 3 personnes qui me prendront sous leur aile car il est environ 21h lorsqu’on redescend vers les Tappes et au surprise qui rencontre t on en sens inverse qui nous laisse passer ? oui, le premier Sherpa Sangé souriant qui est en train de finir sa MH100. Je me tape de nombreuses buches dans la pente et je repeint mon short et mon sac (mon tel portable dans mon sac affichera un écran blanc durant 48H…).

Arrivé au Tappes, ma décision est prise, J’abandonne !!! C’est ferme et définitif , mais avant je vais manger une assiette de pates et O surprise, je retrouve de nouveau Sebastien qui avant de repartir me dit qu’il vient de se faire masser et que je devrais faire pareil. Je n’ose pas trop demander mais finalement je me lance et demande « Ou faut-il s’inscrire pour les massages ? Y a une liste d’attente ? » La kiné me fait un signe et me dit « allonge toi ! » et là elle me masse en profondeur, mollets et cuisses puis étirements. Elle me fixe dans les yeux et me demande « tu repars là ? » Je lui dit « oui » puis elle hoche la tête et me fait comprendre que je suis paré (un échange extrêmement rassurant !! ) Je me lève et je suis un homme tout neuf, elle a tout effacé ! Je ne connais pas son nom mais je lui suis infiniment reconnaissant. Je repars motivé et tout frais pour la partie nocturne du trail.

Arrivés en bas, je pourchasse les moindres lumières de frontales et je remonte jusqu’à rejoindre Sebastien 2km avant le col de la fenêtre, ce passage même dans le noir semble magique, je me dit qu’il faut que je revienne de jour pour vraiment le savourer.

Descente vers le bolchu, ou on entends les encouragements, les pouets pouets d’un bout a l’autre de la vallée, les bénévoles sont au taquet, il est pourtant 2h30 du matin, arrivés dans la chaleureuse tente, des lits sont disponibles, Jam libère à peine le sien, nous prenons juste de quoi manger et une bonne soupe avant de repartir en binôme avec Sebastien qui sera mon compagnon jusqu’au Monument.

Départ pour le rocher des Enclaves, que l’on devine proche mais qui va s’avérer être très loin de là ou on le situait. On tâtonne et nous avançons de balise en balise, puis on surplombe le massif et s’engage vers les descentes enneigées qui sont même verglacées et sur lesquelles je vais pas mal me gaufrer, je tente pourtant la luge sur les fesses comme l’an dernier sur le 80km du Mont Blanc, mais il fait froid, je prendrais beaucoup trop de vitesses et ne pourrait pas me stopper, je me suis bien éraflé la cuisse (car en short …) donc on y va mais tout doux.

 

Lorsque l’on voit le Barrage, c’est magnifique, la lumière du jour est parfaite et le panorama est splendide. Enfin, la Montagn’Hard nous laisse entrevoir sa beauté ! Arrivés au Barrage, ce sera le dernier ravito important avant l’arrivée, on prend le temps de recharger les batteries et même de passer aux toilettes sous l’impulsion d’un cocktail Soupe-café !!

 

Redémarrage des machines, il ne reste qu’environ 6h et avec mes petits calculs, si tout va bien on peut arriver pour 12H30 !! Je suis super motivés et j’enchaine, j’avales les km et le D+ comme si je sortais d’une grasse mat ! Je suis survolté, ça sent l’écurie, je suis en train d’arriver au bout de cette montagn’hard alors que j’ai eu d’énorme doutes et l’envie d’abandonner à plusieurs reprises !!

 

Je monte l’aiguille croche en grignotant tous les participants que je vois sur le sentier. Le mont Joly est ingurgité tel un boulimique de D+ !! Je double 3 gars de la Team Les Gaulois qui restent soudés et solidaires sur la fin de l’épreuve.

Je commence à descendre et j’aperçois Jam qui a dégainer les bâtons dans la descente, j’ai tellement envie d’en finir que je vais boucler les 4km de Bif à l’arrivée en 29’ ! Romain m’attends a 500m de l’arrivée et on finis ensemble ! Ma cousine, son Mari et leur fils, sont aussi là pour me féliciter à l’arrivée.

Quelle satisfaction, d’être allé au bout de moi-même et d’avoir fini cette fameuse course.

Ma Femme, Mes Enfants, Ma Famille, Mes amis et Mes collègues ont suivi en live pendant 2 jours et sont aussi fiers de moi que moi d’avoir fini !

Quoi qu’il se passe dans ma vie cette course restera gravée à jamais car j’en tire beaucoup d’enseignements sur la montagne et sur moi-même.

Merci aux nombreux kikous, pour les conseils et l’assistance, quel trésor que ce forum !!

Merci à Bubulle pour son exp et son road-book


18 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 13-07-2016 à 07:07:41

Mais il était pourri, mon roadbook non ? De toute façon, on ne les respecte jamais..:-)

Bravo pour t'être accroché et avoir résisté à la tentation du "tourne à droite" à la bifurcation. Et, finalement, excellente gestion du temps que tu as faite, sur cette course (l'arrêt de 30 minutes sur le banc en bois....que je visualise très bien, le massage par les kinés...) pour, au final, un finish d'enfer (29' pour Bifurcation-Arrivée, c'est un temps canon : j'avais fait à peu près ça l'an dernier alors que je volais littéralement sur le parcours).

TOn speudo est bien mérité, sans conteste !

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:06:38

Merci Bubulle et loin d'être pourri ton roadbook car même si les temps de passages et les allures ne sont pas respectées, les difficultés du parcours y étaient bien même très bien retranscrites

Commentaire de DavidSMFC posté le 13-07-2016 à 08:25:37

Si je ne m'abuse, c'est toi que j'ai suivi un moment dans la montée vers Tré la Tête puis dans celle vers la bifurcation, avant de te dépasser dans cette ultime difficulté du 60 mais non sans mal. Félicitations dans tous les cas !

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:08:23

Bravo également à toi, tu as bien géré ta course et tu fais une belle première place dans ta catégorie !!

Commentaire de torchure posté le 13-07-2016 à 08:37:45

Ravis que tu sois arrivé au bout !!
Sauf erreur on s est croisé juste avant le ravitot des Tappes oû tu me disais vouloir abandonner car tu ne pouvais plus courir...

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:09:30

Oui mais du coup, on s'est croisé plusieurs fois - bravo pour ton parcours et je suis sur que la prochaine sera la bonne ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 13-07-2016 à 09:26:19

Bravo !!!!!!!!!!
gestion effectivement parfaite des arrêts : tu as appliqué à la lettre le principe "ne jamais rendre son dossard en arrivant à un ravito, attendre un peu".
Et tu me confirmes que ceux qui ont épousé une kiné ont bien de la chance !!!!!
On a du se croiser dans ta descente du Joly le dimanche matin : on était un groupe de kikous en balade. On avait une kiné avec nous mais elle n'a pas osé proposer ses services.....

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:11:42

Merci Arclusaz, on trouve toujours des équipes de kikous pour encourager les copains et leur donner un dernier élan pour finir sereinement !! Quel bel état Esprit, Merci à vous et longue vie !

Commentaire de lolo_du_94 posté le 13-07-2016 à 09:39:03

bravo ! super récit !
tu t'es bien accroché, c'est beau !

prêt pour le GRR en octobre alors ?

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:14:11

Salut lolo, le GRR se prépare petit à petit mais je suis super excité à l'idée de découvrir cette ile si empreinte de notoriétés, de légendes et de consécrations. Je prépare les batteries pour partager ;-)

Commentaire de Fusalp posté le 13-07-2016 à 11:30:40

Bravo pour ta course et sympa, je suis sur ta vidéo (au tout début!). Moi la Nok, c'était tout seul dans la voiture!! Lol!

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:20:15

Bravo, la Nok a partager à poil avec un pote à 4h du matin ds un camping c'est à vivre une fois dans sa vie, surtout quand d'un coup on se regarde et on se dit "Qu'est ce qui nous arrive ? " => excellent fou rire gravé dans ma tête

Commentaire de Jam posté le 13-07-2016 à 14:38:32

Salut Raph, c'est trop d'honneur que d'être cité si souvent dans ton CR :) C'est marrant, j'ai cru pendant toute la course que tu étais devant jusqu'à ce que je vois ta trombine dans la tente du Bolchu à mon réveil. Tu m'as bien repris dans la dernière montée, et je t'ai vu t'envoler irrémédiablement dans la dernière descente. Belle course que tu as faites là. RDV sur l'Origole pour le doublé 2014-2016 ? A+

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:23:37

Bravo aussi à toi Jam, avec toutes tes péripéties et ce que tu préparais, tu as super bien gérer !! Chaud pour le doublé sur l'Origole enfin chaud n'est pas le terme adapté car ce mot n'a pas de sens dans Mordor glacial et boueux !

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 13-07-2016 à 22:11:06

Bon ben voilà, c'est fait! Et avec une belle gestion du mental !
Finir un ultra peut se jouer sur un encouragement, quelques mots, un regard , mais oui, tu peux être fier, tu as assuré malgré les trolls des Tappes, ils ont failli m'avoir aussi au même endroit il y a 5 ans!

Bravo à toi, finisher!

29 minutes... J'sus dég'...

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:25:53

Bravo également à toi pour ta course, j'espère que tes pieds sont comme neufs et qu'ils seront mieux armés dans tes prochaines aventures !

Commentaire de L'Dingo posté le 19-07-2016 à 23:29:31

[quote]"La kiné me fait un signe et me dit « allonge toi ! » et là elle me masse en profondeur, mollets et cuisses puis étirements. Elle me fixe dans les yeux et me demande « tu repars là ? » Je lui dit « oui » puis elle hoche la tête"[/quote]

T'es sûr que t'étais pas dans une base vie de la "Bangkok Hard" :-))))

Merci pour ce récit qui rempli ton aventure par des emotions et des sentiments ( et une video ++ ), bien au dela de la page geofp.

Et pour une 2eme de montagne, belle reussite ! ;-)

Commentaire de Raphynisher posté le 21-09-2016 à 22:30:46

Merci à toi pour ce commentaire encourageant, je pense que le massage m'a apporté une sorte d'orgasme mental ! mdr

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !