Récit de la course : La Moins'Hard 2019, par Thomas74

L'auteur : Thomas74

La course : La Moins'Hard

Date : 6/7/2019

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 204 vues

Distance : 38km

Matos : Altra Olympus 2.5

Pas de bâtons

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

131 autres récits :

MH40 : Unchain (ouais mais non)

Au retrait du dossard assez marrant le t-shirt de cette année, "la Montagn'hard Unchain". "Unchain", vraiment ? Ca rigole plus. Ca me fait penser à Obélix quand "il est déchainé" mais je divague. Alors vais-je voler les jambes légères ou au contraire être enchainé au sol ?


Il est 8h on part. Nouveau parcours, on va voir ce que ça donne. Je ne suis pas trop motivé. Après le GR73 j'en suis resté à des sorties courtes d'une heure - 1h15 tout le mois de juin, peu de volume dans les jambes, encore moins de cardio. Bref j'ai ni l'envie ni les capacités de me casser le cul à aller vite, ce sera une sortie longue avec dossard même si j'aimerais ne pas dépasser les 7h. Une formalité me dis-je...

De St Nicolas (km 0) au Pontet (km 23) : ça va puis ça va pas


Merde j'ai mal au dos (ppg deux jours avant, j'ai un chouilla forcé le dos alors ça tire dans les lombaires : erreur à ne pas refaire), bon on va gérer ça. On s'enfile la première longue montée jusqu'au sommet du mont Joly (plus de 1200 m de d+), d'abord sur pistes larges puis le chemin devient un single bien sympa en haut. Les panoramas sont top, le chemin à suivre est super, très joueur, je me fait plaisir sur cette portion. 2h35 quand même pour arriver au ravito j'ai pris mon temps. Ensuite il y a une longue descente roulante jusqu'au Pontet. Au début tout va bien puis un mal de bide qui me pourrit le cheminement, le gatosport passe pas alors débute la Quête pour touver un endroit pour chier tranquille. La tâche accomplie je repars mais pfuuit, plus en jambes, et bien c'est arrivé vite, seulement un peu plus de 3h de course. Je ne monte pas correctement, je subis les descentes mi-marchées mi-courues, bref je commence déjà à en avoir ras le bol (je mange un truc toutes les heures mais j'ai zappé une fois à un moment, peut-être que ça a un peu joué). Il fait beau mais le temps est un peu lourd, je me rafraichis allègrement à chaque ruisseau ou abreuvoir. Là j'ai plutôt envie de me baigner et de boire une bière artisanale fraiche. Allez une fois au Pontet je rends le dossard et j'arrête mes conneries. J'y suis en 4h12, j'ai éteint le cerveau et fais mes trucs habituels, remplir mes bouteilles, st yorre/ cassis au gobelet. Je me pose 8 minutes puis finalement je repars sans me poser de questions, on verra ça va peut-être revenir.


Du Pontet (km 23) à l'arrivée (km 38) : [insérez un titre marrant j'ai pas d'idées]


On quitte le Pontet pour du plat insoutenable, traversé des Contamines à passer devant les bars / restau avec des coupes glacées etc... aaargh. 20 minutes après la montée commence. Eh mais je connais c'est la dernière bosse de la MH60 que j'ai fait l'année dernière (on refait le mont Joly en fait mais pas jusqu'au bout). Le profil officiel de la course nous indique deux bosses d'environ 500-600 mètres à enchainer avant l'arrivée. Je me demande bien où on va redescendre mais bref dans ma tête 500 mètres donc je prévois 50 minutes vu le mode crevard où je suis. Ca monte, c'est raide, tout le monde dont moi fait la gueule, mais on avance...  pfff j'en peux plus, d'ailleurs ça fait plus d'une heure et toujours pas en haut je comprends pas je suis lent à ce point ? Unchaiiiin... non ? Ok. Le chemin se fait plus valloné, je le reconnais bien je suis sur mes traces 2018... puis un ravito qui se dresse, quoi ??? C'est pas ce qui est sur le profil, normalement il y a une descente... m'enfin je ne me fais pas prier et me sers, ils ont fait une soupe ou une tisane bio à la je sais plus trop quoi mais c'est bon. Je pose la question à un bénévole, je peux abandonner là où il faut que je redescende jusqu'au prochain ravito (comme indiqué sur le profil) ? Non non c'est bien le dernier ravitaillement ! Après on monte encore 400 mètres de d+ puis on redescend jusqu'à St Nicolas. Aaah ok absolument rien à voir avec ce qui était prévu alors ! En fait on aura fait deux grosses bosses dans la journée. Je ne vais pas abandonner en ce cas. Je prends un peu mon temps pour manger tranquille, m'allonger quelques minutes et c'est reparti.


400 mètres de montée droit dans le pentu c'est bon pour les cuisses... j'avance toujours aussi lentement alors Unchain j'aimerais bien mais quand ça veut pas... bon au moins je ne me fais plus doubler c'est moi qui vais reprendre un peu les autres... une dizaine de croqués dans la montée... c'est dur puis c'est fait. 6h50 de course et enfin la descente finale raide, je prévois 30-40 minutes. Je vais pas vite mais au moins je reste dans un rythme normal, autours de moi ça peine un peu. Ca tire dans les lombaires, je sers les dents. Je reprends les coureurs un par un, au moins ça motive (une vingtaine je pense dans la descente), tantôt le gars en orange tantôt la fille en blanc etc... par contre petite surprise du traceur, au lieu comme l'année dernière de descendre direct et on en parle plus, là on a deux petits coup de cul où il faut remonter juste pour le plaisir de nous rajouter du d+...  pfff. A un moment je vois le chemin remonter, quoi ??? Un jeune qui nous encourage me renseigne "là tu remontes 500 mètres" (QUOI ???) "sur 500 mètres pas 500 m de dénivelé" (ah ouf ok). Je suis séché en montée je n'arrive plus à rien. Ca descend un peu, ça remonte, puis on reprend la descente franche vers St Nicolas, je "déroule" (notez les guillemets) je suis pressé d'en finir (Unchaiiin)...


Je passe sur les divers encouragements des spectateurs, quand je réponds c'est un "merci" d'une voix morne et las, le visage fermé. Faut venir préparé quelque soit le format que l'on affectionne, on prend d'avantage de plaisir comme ça (thanks capt'ain obvious). Le plaisir (outre aléas météo et vie perso) est fortement associé à la capacité à courir tout ce qui est courable, à jouer avec le chemin à notre rythme, à  l'allure souhaitée mais faut un peu de volume et de souffle.


Enfin bref 7h32 de course, je franchis la ligne. Une bière tranquille, je vois un gars avec un dossard du 100 km, il a déjà fini ? Il m'explique, le 60 et le 100 sont neutralisées à cause des orages prévus. Pas de bol pour eux mais sécurité avant tout (et puis quelle veine pour moi d'avoir choisi le 40 au final, ayant pas mal gambergé sur quel départ je voulais m'aligner).


Ce chrono me frustre alors leçon à en tirer, je préparerai mieux mes prochaines courses avec des objectifs en tête. J'ai de moins en moins envie de faire des trails en touriste (pour ça autant se faire des sorties longues sans dossard... y'a tellement de possibilités). Leçon d'humilité sur mes capacités également. Mais je continue d'apprendre au fil des courses, elles se suivent mais ne se ressemblent pas.

2 commentaires

Commentaire de banditblue29 posté le 07-07-2019 à 08:43:15

Ben ça va, ce n'est pas si mal :-)!
Ton CR me donne espoir de pouvoir faire au moins la première moitié de l'UTV lolll!
Des sorties de max 1h15, c'est mon régime de base ;-).
Bonne continuation.

Commentaire de Thomas74 posté le 08-07-2019 à 15:49:34

Merci et bon courage pour l'UTV.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.25 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !