Récit de la course : Sur les Traces des Ducs de Savoie 2021, par van

L'auteur : van

La course : Sur les Traces des Ducs de Savoie

Date : 24/8/2021

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 761 vues

Distance : 145km

Objectif : Balade

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

104 autres récits :

fin de prepa sur la tds



On y retourne ? Eh bien finalement oui....



Cette fois-ci j'ai bouclé la course en 32 heures environ

173ème / 433, 221 abandons et 1100 arrêtés. (On y reviendra)





On est toujours sur une des courses de L'UTMB, en version plus sauvage.

146 km et 9200m de D+ à faire en moins de 44 heures. De Courmayeur à Chamonix en passant par Bourg-Saint-Maurice, Beaufort, Les Contamines Montjoie et les Houches.



Contrairement à 2019, le départ n'est plus à 4h du matin, mais à 15h (donc rien à voir).



Ça posera un 1er problème logistique. La 1ère nuit va arriver très vite et donc Priscilla, qui me suit comme toujours, ne pourra pas rejoindre Chamonix pour revenir le matin. Ça ferait 4/5h de navettes dans le vent.

On a donc pris la décision de dormir à BSM (Bourg-Saint-Maurice) et de tout faire en voiture afin qu'elle soit sur place pour dormir à l'hôtel après mon passage vers 22h et me rejoindre le lendemain matin à Beaufort où je dois passer à 7h46 exactement.

Le Road Book que j'ai fait est conçu pour que je fasse la course en 30h, avec un beau tableau Excel et tout, mais il a été un peu malmené. J'avais prévu une 1ère partie assez rapide jusqu'à BSM (sur la même base que 2019), pour arriver assez tôt. Puis une partie de nuit plus calme à cause des sentiers techniques et à Beaufort au petit matin. Reprendre un bon rythme jusqu'au Contamines et envoyer un peu jusqu'à l'arrivée pour terminer à 21h pile pour aller au resto tranquille. (Et manger une raclette of course)



La météo s'annonce, pas terrible, on croise les doigts pour ne pas prendre une grosse pluie, (Echec critique sur ce point) et je refais mon sac comme en 2019. Je laisse tomber les poches à eau, ça sera fulls flasques.

On ne se refait pas, je suis toujours en débardeur.



Comme je gère bien, j'ai oublié mon téléphone light et mon câble de recharge pour la montre. Faut dire que la veille du départ pour la Savoie, j'ai fait un petit changement de suspension sur la voiture, qui s'est éternisé avec un amortisseur qui a failli me casser un doigt en se détendant au remontage... Donc le sac à 2h du mat juste après, forcément il manque des trucs. (Départ 8h)

Amazon express règlera le problème du câble (ça s'est joué à 10min) et le tel, je garderais mon tel habituel même s'il rentre à peine dans sa poche.



The Day D

Après quelques bonnes nuits de sommeil contrairement à Val d'Aran, on file à Courmayeur par le col du petit Saint Bernard et on récupère le dossard dans la foulée (Bon en vrai y a 1h30 de route par le col avec 812 épingles mais on fait comme-ci ça tenait en une phrase). Encore 3 heures pour se faire belle avant le départ enfermé dans la voiture.



En effet il se met à pleuvoir à verse et ça se calmera pour rejoindre le départ. Cette année, ça sera par SAS, Covid oblige, et je serais dans la 1ère vague de 400 coureurs.

15h approche et on nous annonce que le départ est décalé de 30 min comme les bus de l'organisation sont bloqués dans le trafic du tunnel du mont blanc. Ça met à mal mon tableau mais on se débrouillera. (Démerdera et en plus il pleut par intermittence)



𝟔,𝟖𝐤𝐦 𝐂𝐨𝐮𝐫𝐦𝐚𝐲𝐞𝐮𝐫 - 𝐂𝐨𝐥 𝐂𝐡𝐞𝐜𝐫𝐨𝐮𝐢𝐭 𝟔.𝟖𝐤𝐦 𝟕𝟔𝟔𝐌+ 𝟒𝟖𝐌- 𝐞𝐧 𝟓𝟏𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟐𝟎𝐞̀𝐦𝐞



J'ai fait le choix de partir tranquillement mais pas trop, je me reposerai pendant la nuit. De toute façon avec les vagues, on a le temps et ça n'est pas chargé sur les pistes. (On monte par une DFCI (piste 4*4))



𝟓,𝟑 𝐤𝐦 𝐂𝐨𝐥 𝐂𝐡𝐞𝐜𝐫𝐨𝐮𝐢𝐭 - 𝐋𝐚𝐜 𝐂𝐨𝐦𝐛𝐚𝐥 𝟖.𝟓𝐤𝐦 𝟓𝟓𝟎𝐌+ 𝟓𝟐𝟐𝐌- 𝐞𝐧 𝟏𝐡𝟏𝟐 𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟔𝟒 𝐞̀𝐦𝐞 (2h03)



Il se met à pleuvoir aux abords du lac, c'est très léger et je tarde à me couvrir. Sauf que ça mouille bien et ça ne va pas s'arrêter de sitôt.



𝟑𝟓,𝟔 𝐤𝐦 𝐋𝐚𝐜 𝐂𝐨𝐦𝐛𝐚𝐥 - 𝐂𝐨𝐥 𝐝𝐮 𝐏𝐞𝐭𝐢𝐭 𝐒𝐭 𝐁𝐞𝐫𝐧𝐚𝐫𝐝 𝟐𝟎.𝟑𝐤𝐦 𝟏𝟏𝟐𝟔𝐌+ 𝟗𝟏𝟑𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟑𝐡 𝟎𝟐 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟏𝟎 𝐞̀𝐦𝐞 (5h05)



Il va pleuvoir toute cette portion pendant donc, 3h. J'ai les pieds trempés et comme je n'ai pas serré mes chaussures pour ne pas qu'elles me fassent mal (les pieds gonflent à l'effort et le coup de pied est écrasé), je me retrouve avec une guirlande d'ampoule que je conserverais toute la course.

Je passe le col à 20h36 avec 23 minutes de retard. Le terrain est boueux et glissant il y a certaines montées où je n'arrivais même pas à passer malgré les crampons. Arrivé au ravitaillement il fait froid il pleut toujours et tout le monde se change en sortant le matos (le matos imperméable...). Je fais pareil, pantalon de pluie, sur-gants imperméables etc. (On n'est pas bien là ?)

Prisc se chargera de sécher une partie de ce que j'ai d'ici BSM histoire d'être un peu sec.



𝟒𝟕,𝟒 𝐂𝐨𝐥 𝐝𝐮 𝐏𝐞𝐭𝐢𝐭 𝐒𝐭 𝐁𝐞𝐫𝐧𝐚𝐫𝐝 - 𝐒𝐞́𝐞𝐳 𝟏𝟏.𝟖𝐤𝐦 𝟐𝟒𝐌+ 𝟏𝟐𝟖𝟖𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟏𝐡 𝟑𝟏 𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟗𝟓 𝐞̀𝐦𝐞 (6h36)



J'assure la descente en y allant doucement. Déjà que courir la nuit à 2200m sous la pluie, c'est chiant, alors si en plus on se vautre dans la boue... Ce n'est pas la Saintélyon ici.

Forcément, je tombe et enfonce ma main dans la boue. Alors je fais ce que font tous les enfants dans ces cas-là, je m'assois, regarde ma main pleine de boue et je pleure.



𝟓𝟎,𝟔 𝐤𝐦 𝐒𝐞́𝐞𝐳 - 𝐁𝐨𝐮𝐫𝐠 𝐒𝐭 𝐌𝐚𝐮𝐫𝐢𝐜𝐞 𝟑.𝟐𝐤𝐦 𝟐𝟒𝐌+ 𝟏𝟑𝟖𝟑𝐌- 𝐞𝐧 𝟐𝟎 𝐦𝐢𝐧𝟎𝟐 / 𝟏𝟑𝟖 𝐞̀𝐦𝐞 (6h56)



20 min de pause en attendant Prisci qui a dû négocier les virolots sous la pluie et arrivera donc après moi. 6h56 de course en tout et trempé. Ça fini par se calmer mais le temps est frais alors je garde le pantalon imperméable (parce que c'est chiant à mettre) et continue en débardeur. (Parce que je me suis trompé en mettant mes T-shirt dans les sacs et je n'en ai donc pas de rechange avant Beaufort.)

Le classement est faux mais ça ne fait rien. (En tout cas je ne vois pas où j'aurais doublé 50 personnes)



𝟔𝟔,𝟕 𝐤𝐦 𝐁𝐨𝐮𝐫𝐠 𝐒𝐭 𝐌𝐚𝐮𝐫𝐢𝐜𝐞 - 𝐂𝐨𝐫𝐦𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐑𝐨𝐬𝐞𝐥𝐚𝐧𝐝 𝟏𝟔.𝟏𝐤𝐦 𝟏𝟗𝟐𝟑𝐌+ 𝟕𝟕𝟕𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟔𝐡 𝟎𝟖 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟒𝟏 𝐞̀𝐦𝐞 (13h03)

J'avais mis 3h26 à faire ce passage en 2019.



La montée vers Fort de la Platte et le Passeur est l'une des plus violente à faire. On passe de 858m à 2558m en 11km. Ça me prendra 3h39 dans la nuit sur des passages techniques. L'objectif était d'arriver à 8h15(à cause du depart decalé de 30 min) à beaufort alors je me ménage et monte lentement.

Dans la dernière montée vers le passeur Pralognan, j'entends un hélicoptère. Au début je me dis que c'est un peu bizarre... Mais c'est en arrivant au Passeur à 2500m à 2h06 du matin que je comprends ce qu'il se passe. Il y a une centaine de coureurs qui attendent là. On me dit qu'il y a eu un accident grave et en attendant l'intervention des secours (d'où l'hélicoptère), il va falloir patienter.

Un coureur du top 50 est tombé dans la descente du passeur. C'est un passage très technique avec des cordes où on ajoute les heures de pluie et la roche glissante.

Il fait très froid ici, beaucoup ont sorti la couverture de survie et certains ne sont pas loin de l'hypothermie. Il ya un feu vers lequel je m'abrite mais la fumée est assez gênante. Finalement je resterais debout avec la veste imperméable, ça suffira pour moi malgré le froid. Les bénévoles du poste font leur max pour assister les coureurs qui s'accumulent, on est plusieurs centaines puis encore plus.

La file partira dans les sentiers pour continuer jusqu'à Fort de la Platte 5 km plus bas.



À 3h du matin, sans nous donner de détail sur l'état du coureur accidenté, l'organisation nous annonce qu'on peut passer les cordes. Il y a une file de 20m avant mon tour et on passe 3 par 3 pour assurer la descente. Je passerais finalement à 3h39 exactement avec 2 autres coureurs dont un qui a le vertige (et donc après 1h40 avec une température entre 0 et 5°). C'est vrai que c'est sacrément raide. C'est un des seuls moyens de rejoindre les 2 vallées par une crète technique.

La délicate descente terminée, je reprends le rythme vers Cormet.



𝟕𝟒,𝟕 𝐤𝐦 𝐂𝐨𝐫𝐦𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐑𝐨𝐬𝐞𝐥𝐚𝐧𝐝 - 𝐋𝐚 𝐆𝐢𝐭𝐭𝐚𝐳 𝟖𝐤𝐦 𝟑𝟕𝟓𝐌+ 𝟔𝟖𝟔𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟏𝐡 𝟒𝟎 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟏𝟔 𝐞̀𝐦𝐞 (14h43)



On apprend que 1100 coureurs ont été stoppés au Passeur, visiblement continuer 3 par 3 c'était trop long. Je n'en sais pas plus et on est entre 200 et 300 à continuer. Beaucoup des coureurs qui attendaient avec moi ont abandonné à Cormet, n'étant plus dans leur course après autant d'attente. J'ai décidé de continuer en conservant un rythme "tranquille" pour garder un maximum d'énergie sur la fin.

Je fais le plein à la Gittaz, les bénévoles sont choqués par mon débardeur alors qu'il doit faire entre 5 et 10°.



𝟗𝟐,𝟕 𝐤𝐦 𝐋𝐚 𝐆𝐢𝐭𝐭𝐚𝐳 - 𝐁𝐞𝐚𝐮𝐟𝐨𝐫𝐭 𝟐𝟓𝐦𝐢𝐧 𝟏𝟖𝐤𝐦 𝟏𝟎𝟖𝟔𝐌+ 𝟐𝟎𝟏𝟏𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟒𝐡 𝟑𝟒 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟐𝟖 𝐞̀𝐦𝐞 (19h17)



Je passe la Gittaz à 6h15 après 14h45 de course et 75km. Le jour se lève, le temps est long et je n'ai pas de réseau dans ce secteur donc je ne peux pas prévenir Prisci que j'arriverais avec 3h de retard. Elle sera à Beaufort dès 8h et j'arriverais à 10h45.



Je croise Hubert qui fera un bout de chemin avec moi sur les pentes herbeuses où on avait décidé de s'arrêter 5 min. On finit par capter un peu de réseau et on apprend que le coureur accidenté au passeur est décédé et serait bien tombé dans la descente de la crête. Les 1100 coureurs arrêtés ont dû faire demi-tour et retourner à BSM après de longues heures d'attentes avant d'être rapatrié vers Chamonix.

On continue notre chemin encore plus lentement, Hubert abandonnera à Beaufort n'ayant plus le moral ni de rechange pour la suite après avoir affronté la redoutable descente de Beaufort.



Il y a 1500 m de dénivelé à descendre en 7km. C'est un mur. La fin est taillée droit dans la pente. Tellement droit qu'il faut descendre sur les fesses et glisser dans l'herbe. Encore pire qu'en 2019.

Je retrouve Prisci au ravitaillement et reste 25min le temps de me changer et repartir enfin avec un T-shirt sec. Et accessoirement, je n'ai plus de batterie. Je laisse ma frontale principale et je la récupèrerai ce soir. Il est 10h48.



𝟗𝟗 𝐤𝐦 𝐁𝐞𝐚𝐮𝐟𝐨𝐫𝐭 𝟐𝟓𝐦𝐢𝐧 - 𝐇𝐚𝐮𝐭𝐞𝐥𝐮𝐜𝐞 𝟑𝐦𝐢𝐧 𝟔.𝟑𝐤𝐦 𝟓𝟏𝟖𝐌+ 𝟏𝟎𝟖𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟏𝐡 𝟒𝟖 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟎𝟐 𝐞̀𝐦𝐞 (21h05)



Je donne le rythme dans la montée, que je ne gère pas trop mal mais avec la journée qui commence, la température monte rapidement à 28°. Je crains vite la surchauffe.



𝟏𝟏𝟒,𝟑 𝐤𝐦 𝐇𝐚𝐮𝐭𝐞𝐥𝐮𝐜𝐞 𝟑𝐦𝐢𝐧 - 𝐂𝐨𝐥 𝐝𝐮 𝐉𝐨𝐥𝐲 𝟏𝟓.𝟑𝐤𝐦 𝟏𝟑𝟐𝟔𝐌+ 𝟒𝟖𝟔𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟑𝐡 𝟓𝟑 𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟗𝟖 𝐞̀𝐦𝐞 (24h58)



Je ralentis et laisse partir le peloton qui est avec moi. Je commence à avoir mal au pied droit alors j'essaie de ne pas empirer tout ça.



L'organisation à augmenter les zones de points d'eau et même si je suis parti un peu juste, ça me permet de faire le plein plus souvent que prévu.



J'avais eu beaucoup de mal sur ce tronçon en 2019, mais là, ça passe très bien même si la météo commence à tourner au col du joly.



𝟏𝟐𝟑,𝟒 𝐤𝐦 𝐂𝐨𝐥 𝐝𝐮 𝐉𝐨𝐥𝐲 - 𝐋𝐞𝐬 𝐂𝐨𝐧𝐭𝐚𝐦𝐢𝐧𝐞𝐬 𝐌𝐨𝐧𝐭𝐣𝐨𝐢𝐞 𝟗.𝟏𝐤𝐦 𝟑𝟏𝐌+ 𝟖𝟓𝟔𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟐𝐡 𝟏𝟎 𝐦𝐢𝐧 / 𝟐𝟎𝟏 𝐞̀𝐦𝐞 (27h07)



Il se met à pleuvoir et je quitte le col en vitesse direction Les Contamines. Il y a bien quelques vaches qui nous bloquent la route mais on arrive à s'en sortir en patientant gentiment qu'elles veuillent bien avancer un peu plus vite….



Il se trouve que le col du Joly n'en n'est pas vraiment un. Un col est censé relié 2 vallées par la route et Priscilla qui me suit en voiture devait faire Hauteluce- col du Joly puis col du Joly- les contamines en 25min. Sauf que ça n'est pas possible.

Le chemin que fait prendre google map comme je l'avais planifié est une piste 4X4 ou même une piste de ski. Elle est donc coincée à faire des tours sur des chemins qui ne mènent nulle part.



Et donc au lieu de mettre 25min et 10km, il faut faire le tour de la vallée par Megève en faisait 62 km et 1h30 de voiture….

Et comme c'est Prisci qui a ma frontale (la vrai, j'ai bien mes frontales de secours, mais ça n'est pas censé servir sauf si vraiment j'ai merdé), je suis coincé, Les Contamines étant le dernier point avec assistance avant la nuit.

Je flâne donc dans le village pour rejoindre la base vie et lui laisser le temps d'arriver. Comme c'est de jour, il y a pas mal de monde, je croise des coureurs qui ont été rapatriés du Passeur aussi. Ensuite je patiente en mangeant n'importe quoi comme à mon habitude.



𝟏𝟑𝟗,𝟏 𝐤𝐦 𝐋𝐞𝐬 𝐂𝐨𝐧𝐭𝐚𝐦𝐢𝐧𝐞𝐬 𝐌𝐨𝐧𝐭𝐣𝐨𝐢𝐞 - 𝐋𝐞𝐬 𝐇𝐨𝐮𝐜𝐡𝐞𝐬 𝟏𝟓.𝟕𝐤𝐦 𝟏𝟐𝟓𝟖𝐌+ 𝟔𝟑𝟎𝐌- 𝐞𝐧 𝟎𝟒𝐡 𝟏𝟐 𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟖𝟖 𝐞̀𝐦𝐞 (31h19)



On lâche les chevaux, je pars fort dans la montée pour plier la fin de la course le plus vite possible. J'ai géré toute la course pour pouvoir faire le col de tricot le plus vite possible en restant en bon état.

J'arrive presque en haut de jour avant d'attaquer la très longue descente vallonnée vers les Houches avec la bosse de Bellevue et la passerelle du Bionnassay que je repasse de nuit. Je double une dizaine de personne qui sont bien entamés.



𝟏𝟒𝟔,𝟗 𝐤𝐦 𝐋𝐞𝐬 𝐇𝐨𝐮𝐜𝐡𝐞𝐬 - 𝐂𝐡𝐚𝐦𝐨𝐧𝐢𝐱 𝟕.𝟖𝐤𝐦 𝟏𝟑𝟎𝐌+ 𝟏𝟐𝟏𝐌- 𝐞𝐧 𝟒𝟕 𝐦𝐢𝐧 / 𝟏𝟕𝟑 𝐞̀𝐦𝐞. (32h06)



Je passe le dernier ravitaillement en courant sans m'arrêter, il reste 45 min et il est temps d'en finir, et vite. Je double presque 20 personnes sur ces 8 derniers km en sous-bois, j'arrive sur Chamonix à la même vitesse avec un dernier bon 400m jusqu'à la ligne



Terminé, il est 23h36 l’hôtel est à 2m de la ligne d'arrivée. Mission accomplie.

1 commentaire

Commentaire de Mazouth posté le 07-09-2021 à 09:43:34

Avec toutes ces péripéties, finir en 32h c'est une belle perf, bravo !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !