Récit de la course : Le Bélier 2007, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Le Bélier

Date : 26/8/2007

Lieu : La Clusaz (Haute-Savoie)

Affichage : 2590 vues

Distance : 27km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Le récit

22 v'la la 22° édition. La Clusaz, site de ski, accueille depuis 21 éditions, la course du bélier. Longue de 27 kms avec un dénivelé de 1000 m +, elle s'intègre bien dans les trails moyenne distance. Une randonnée est également au programme. Ca marche et ça court, tu marches ou tu cours ? Tu cours ? Ca marche !

C’est parti donc pour un nouveau trail. Je n'ai pas trop d'entrainement pour ce genre d'épreuve et des kilos en trop des vacances de sports d'hiver du mois d'Aout : raclette, choucroute, etc. Sur la route, je passe devant le crêt d'eau de Bellegarde sur Valserine, hôte du championnat de France de montagne 2002. Plus loin c'est le Salève, championnat de 2004. Arrivé à La Clusaz, le parking souterrain est gratuit pour les concurrents. Je me gare au 2° étage. Brreee, il fait tout noir là d'dans. J'récupère mon dossard après une légère attente car il y a des litiges. Mon précieux récupéré, je retourne à la voiture. Je me magne car il me semble que je suis à labour, comme d'hab. Dans l'obscurité, c'est pas le top. Mince, mon camel était mal fermé et la banquette est tremp, le camel aussi. Ca va me faire frais dans le dos. Heureusement, ce n'était que de l'eau. Reremplissage avec les gourdes de secours. A y est, j'suis prêt. Fermage de la caisse. Mais non, je n'ai pas mis mon dossard, j'suis vraiment à la rue.

Ca y est, je suis au départ. Ya pas mal de monde.

Le speakeur annonce qu'il y a un concurrent qui a fait les 21 éditions et qui est là pour la 22°. Chapeau. Le départ est donné au son d'une cloche. Tout le monde démarre. J'ai pas entendu le glas. Nous sortons de La Clusaz par la route et un chemin nous fait rentrer dans la forêt. Ca monte de suite, puis un single track nous empêche de courir. Nous sommes tous à la queue leu leu, trottinant de temps en temps. Le chemin monte en méandres dans les bois.

Ca grimpe sec. Nous apercevons de la lumière, c'est le sommet n'est pas loin. Nous pouvons recourir normalement et nous arrivons au premier ravito, kilomètre 4,5, col des Mouilles.

La vue est belle. Un p'tit coup d'eau et c'est reparti. Kms 5, 36 minutes, ça redescend vers le village des Confins.

Le parcours est fléché à terre par le sigle du bélier.

Nous allons faire le tour d'un lac, magnifique.

 

On double de plus en plus de marcheurs. 2° ravito, kilo 7. Un coup d'isostar.

Plus loin, le chemin commence à s'incliné vers le haut. J'en profite pour avaler mon premier gel. Le chemin est obstrué par des chevaux. Nous les contournons avec une petite crainte d'une ruade soudaine. Mais tout se passe bien. Kms 10, 1h02', dix à l'heure à peu près, ça va. Nous rentrons à l'abri du soleil dans la forêt par un sentier en faux plat montant et en vrai plat montant par moment aussi. On marche, on trotte, on remarche, on avance comme on peut, poussé un peu à la course par les marcheurs que l'on double et qui nous encouragent. Nous arrivons à la moitié du parcours au crêt du Merle.

 

A gauche pour le grand parcours, à droite pour les marcheurs qui s'arrêtent là ayant choisi la petite distance qui s'appelle l'Agneau. Ils seront redescendus par le télésiège. Ravito. Déjà 450 m de déniv + avalés.

J'accroche la foulée à une fille sur le parcours descendant sur la route.

Faut faire gaffe aux voitures. Nous quittons la route pour un super chemin étroit qui va yoyoté dans les bois. Super. J'adore ce genre de parcours. 15° kms, 1h36'. Ca descend pas mal vers la vallée des Aravis. Nous formons un bon petit peloton d'une dizaine.

Nous recoupons la route, puis un cours d'eau où certains en profitent pour s'asperger.

C'est que le coco y commence à bien taper. Une petite mais sèche montée nous amène au kilomètre 18, 4° ravitaillement, les Joux.

Certains souffrent et s'étirent les guiboles. C'est reparti pour la partie la plus dure, la terrible montée vers Beauregard. Il ne va pas être bô not' regard là bas en haut. Je rattrape un concurrent du club de Balan. On tchatche un peu. Il a déjà fait le Bélier une dizaine de fois …Le parcours s'élève (c'était prévu) et mon compagnon me dit qu'il va continuer en  trottinant. Je vois son maillot jaune et violet s'éloigné doucement. Les filles qui étaient avec moi, sont là pas loin. Je marche de nouveau et le mur arrive, terrible. C'est boueux. Il faut m'être le frein à main pour ne pas redescendre.

Je me demande si les premiers ont courus ici. J'en bave et mon souffle est court. C'qui fait chaud. Ca monte un peu moins. J'essaye de recourir quand les crampes arrivent aux deux mollets en même temps. Oups, vaut mieux que j'marche. Je bois un grand coup de mon camel. C'est le 20°, 2h14'. Un kilomètre plus loin, le 5° ravito est là. C'est la fête pour les bénévoles avec leurs chapeaux.

Le chemin est encore long pour atteindre le sommet que l'on voit au loin. La ferme en haut avec, je m'en souviens, sa table d'orientation, nous nargue. Venez, venez petits coureurs. Montez là bas tout là haut sur la montagne (y avait pas de vieux chalets). Une farandoles de coureurs devenus marcheurs serpentent jusqu'en haut.

A droite, on aperçoit le mont blanc.

Les coureurs de l'UTMB étaient encore autour de cette énorme masse, il y a quelques heures. Une pensée pour cette course que je ne ferais peut être jamais, vu mon état sur seulement 27 bornes, mais bon, qui sait ?

Le ravito du haut, kms 23, est plaisant. Il y a du sauce, du rouge, mais aussi de l'isostar normal et des oranges. L'ambiance est bonne également, c'est normal, il n'y a plus qu'à descendre. C'est peut-être pas le plus facile.

 

Des vététistes dévalent la pente sur un parcours qui leur est aménagé.

 

L'endroit ne m'est pas inconnu, car c'est ici qu'à lieu la course Asics Winter trail en mars. Course de 13 kms sur les pistes de ski de fond et principalement en descente, à faire. La descente se fait ici, par contre, sur la gauche des œufs. Un coureur fait un arrêt pour vidanger. Il porte le maillot du trail Terra Modana. Je le réécrie. Il en a baver aussi sur ce beau trail de Modane. C'est parti pour le tout schluss, vertigineux.

Kms 25; 3h10'. Ah, j'vais rentrer sous les 3h30. Le soleil voilé réapparait et je dégaine ma casquette. Nous voyons en bas La Clusaz.

Le chemin est tout étroit et pentu. Les cailloux sont saillants. J'enlève le frein à main et the show must gone. Le sentier est à flanc de montagne et il serpente à souhait. Que des demi tours. A droite, à gauche. Je double des tas de gens qui me laissent passer gentiment  Je sens quand même leur regard interrogateur : il est fou celui là, il ne va pas tarder à se ramasser. Soudain, j'heurte un cailloux et manque de partir en avant toute. Je me rattrape je ne sais comment avec une crampe qui se déclenche à la jambe gauche. Je m'étire à un arbre. Les derniers concurrents à qui j'ai mis un vent me rattrapent et me demandent si ils peuvent m'aider à tirer ma crampe (?). Non, non merci ça va mieux. Je repars beaucoup plus prudent. Il reste un kilo 3h17'. C'est tout bon. Retour sur la route finale, on passe le pont à l'entrée de La Clusaz et c'est l'arrivée sous les applaudissements de la foule. Vraiment sympa. 3h25. Je lève les bras, je termine ma 400° course. Un super tee shirt nous est remis. Il fait bon sous la tente car il fait chaud maintenant.

Je retrouve Daniel et Maryse qui a quand même couru. Daniel m'a mis 50 minutes, mais il n'en est pas à sa première édition. Il a mis 10 minutes de plus que d'hab, par contre il a gagné 20 places, à cause de la chaleur dit-il. On ne va pas se plaindre avec l'été pourrave qu'on a eu.

Les concurrents arrivent petits à petit. Certains sont moins frais que d'autres. J'ai du mal à regagner le parking. Les jambes ont souffert, le reste aussi. Quelques jours de repos vont être nécessaires pour faire disparaitre les descentes. Un dernier coucou à mon voisin de parking : ça fait du bien quand ça s'arrête. Rires. Salut La Clusaz. La montagne çà vous gagne.

8 commentaires

Commentaire de moumie posté le 29-08-2007 à 13:01:00

salut,

merci pour ces belles photos et ce cr.

tu as l'air de t'être régalé, c'est l'essentiel. Bravo à toi et récupère bien maintenant

A bientôt

Commentaire de taz28 posté le 29-08-2007 à 16:42:00

Super récit agrémenté de magnifiques photos !!
Merci Gibus

Taz

Commentaire de titifb posté le 29-08-2007 à 20:37:00

"je passe devant le crêt d'eau de Bellegarde sur Valserine, hôte du championnat de France de montagne 2002; Plus loin c'est le Salève, championnat de 2004"

Quelle culture sportive! A moins que tu n'y aies partcipé ? Le site de la Clusaz serait parfait pur un futur championnat de montagne...
Bravo pour ton CR, parfait comme d'habitude !

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 29-08-2007 à 22:40:00

Comment ça t'as pas de casquette Kikourou...? Nan m'euh ! ça va pas ça !
Comme en principe on doit se voir sur Vonnas-Chatillon, j'espère
que tu vas en acheter une, ou un Buff ? Allez...
Superbe récit d'un superbe trail. Tes photos sont très belles
et donnent vraiment envie d'y aller (mais 27 kil + le dénivelé,
non merci !). Bravo pour ta perf. Et à dans 10 jours...

L'escargot

Commentaire de machoux74 posté le 30-08-2007 à 21:08:00

Bravo Gibus pour ton cr et surtout ces photos magnifiques, ce fût une belle journée comme tu l’as si bien décrite, j’étais sur la course mais c’est dur sans signe distinctif Kikourou de savoir qui est qui ?
Alors j’espère à un prochaine !!!

Machoux74

Commentaire de Plaziat posté le 31-08-2007 à 11:06:00

Merci, je suis sur 2 de tes photos ;o)))
Je repose la question : les premiers ( les meilleurs quoi !!) ont ils couru dans la montée de fou ???

Commentaire de Gibus posté le 31-08-2007 à 17:23:00

Connaissant la valeur d'Alain Bohard le vainqueur en 1h55', qui a déjà gagné de nombreuses courses dont le trail de Douvres tout près de chez moi, je pense que oui les premiers ont couru tout le long... dingue hein ?

Commentaire de Davidou le minou posté le 15-05-2008 à 22:57:00

Merci pour ce magnifique récit qui m'a définitivement donné envie de faire ce trail. Beaucoup de photos et juste ce qu'il faut de texte : le descriptif parfait d'une course. Un vrai régal à lire, y a plus qu'à croiser les doigts pour qu'on ai la même météo en 2008 :-D

Et puis félicitation au passage pour ta course bien gérée malgré tes "kilos" ;-)

A +

David.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !