Récit de la course : Saintélyon 2007, par nonodetrust

L'auteur : nonodetrust

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2007

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 2392 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

500 autres récits :

Le récit

Cette Saintélyon 2007 a un goût particulier. Depuis mars et le trail du Ventoux, je subis le contrecoup d'une périostite sévère qui m'a obligé à garder les béquilles pendant un mois et ne m'a pas permis de recourir avant début octobre. Rapidement, les footings ont grossi de 20' à 30 puis 1heure puis 2 pour me permettre de me tester lors de l'entrainement Nike de Ste Catherine qui s'est trés bien passé.

J'y vais j'y vais pas ? Reste 1 jour pour s'inscrire, plus de place en relais: j'y vais et advienne que pourra. Je veux absolument traverser la place Bellecour et longer les quais refaits à neuf au petit matin.

Problématique: comment gèrer 69 bornes quand on a à peine 2 mois d'entrainement et 30 km de sortie maxi ?

Solutions: prudence, hydratation, alimentation. Je n'irai pas vite, mais en soignant tous les paramètres j'irai au bout. Plus un peu d'expérience et une bonne connaissance de soi, ça devrait passer.

Hydratation: dés le samedi matin 1 litre d'eau minérale plus un autre litre de boisson énergétique neutre endurance DKT dans l'après midi. Pendant la course boire toutes les 12'.

Alimentation: Riz normal jambon yaourt 2 crèpes au miel (par gourmandise) vers 19h00. Pendant la course un gel DKT par heure plus Sporténine.

A St Etienne, je ne brille pas: suis-je vraiment sûr de ne pas faire une c...nnerie et d'en reprendre pour 6 mois d'arrêt ? Je doute. Abandonner en course m'est toujours insupportable d'où la périostite au Ventoux.

Prudence donc: partir en fond de peloton. De toute façon j'avais trop bu (de l'eau !) et me suis arrêté uriner 6 fois avant Ste Catherine. Pas malin mais pas grave au moins je pars hydraté. Course lente et marche forcée dès que ça monte dans la gadoue. Je connais la course (6° fois) et je sais que tout se joue après Soucieu.

Je sais aussi qu'avec l'augmentation de la popularité les ravitos vont être pris d'assaut donc je pars autonome et ne m'arrêterai qu'à St Genou pour remettre de l'eau et m'étirer un peu.

Psychologiquement, n'étant pas sûr d'aller au bout, je n'ai pas d'autre objectif que d'aller au ravito suivant. Du coup, je ne me mets aucune pression: c'est important pour la gestion de course. Une fois parti, tout se déroule sereinement, je bois et avale les gels régulièrement et j'ajoute une Sporténine par heure. Tranquille, cool ne pas forcer, je prends chaque km comme un petit bonheur quand je me remémore mes grands moments de doute post périostite. J'écoute mes jambes et mon souffle, cherche la souplesse, le relachement et l'aisance respiratoire dans la course. Les côtes se gèrent en marche forcée, plutôt plus vite que la moyenne;  gabarit léger en vélo comme en course j'aime les côtes. Par contre, les descentes ... bof, je n'attaque pas, reste souple et profite de ma lampe à main pour faire gaffe où je pose le pied: ce serait trop c... de se faire une cheville.

Je saute tous les ravitos jusqu'à St Genoux où je refais le plein du "Camel" et m'étire 5', ce ne sont pas des minutes perdues. Je prends le gel offert dans le sac en me disant que chargé en caféine il aura fait effet à Soucieu et m'évitera le coup de barre des 5h du mat'.

Arrivé à Soucieu, ni mon tibia "périosté" ni mes genoux "croisés opérés" ne se rappellent à moi, je m'offre un peu de marche (300 m ) pour récupérer un peu et enchainer la descente vers le Garon. Dieu que j'exècre cette traversée du parc de Chaponost et la remontée dans la boue!

Pas d'arrêt à Beaunant, droit dans la pente puis bascule vers le pont Kirchner. Là, début de fringale, je n'ai plus d'eau depuis 30' je prends un gel marche à nouveau 300 m et file à Bellecour. Dernier remplissage express et footing tranquillou jusqu'à l'UFRAPS. Quelques joyeux fêtards italiens nous encouragent avec un accent chantant adorable, une petite tape dans les mains et ça repart avec le sourir: sympa. Plus loin quelques sombres crétins alcoolisés nous insultent depuis un pont: mépris etrenel.

Je finis au sprint en 8h25. Pour la première fois de ma "vie" de coureur, je pousse un petit "Yes !" de bonheur tant je suis heureux d'avoir réussi ce retour à la course. J'en ai même une petite larme. I'm back in black ! aurait dit Angus Young (philosophe contemporain).

Ce soir,lundi, les jambes vont à peu près bien seules les paupières sont lourdes. Je rentre de mon entrainement de plongée et cette scéance en piscine m'a fait le plus grand bien malgré le programme qui annonçait "endurance foncier Palme Masque Tuba".

CQFD: avec une bonne gestion de l'effort grâce à l'expérience, de la prudence, une bonne alimentation et hydratation, on va au bout, pas forcément trés vite mais au bout.

Il me reste un soucis au niveau des épaules perclues de crampes à cause du sac après 30 km. Ce n'est pas un problème de musculature, je nage suffisament pour avoir un dos "solide" (sans être un musclor), c'est un probleme de crispation au niveau des trapèzes et je ne sais pas les étirer en course. 

J'ai complèté mon CR trop rapide le jeudi puis samedi avec les parties en italiques. 

7 commentaires

Commentaire de raideur69 posté le 04-12-2007 à 06:37:00

Bravo!!!avec le peu de prépas que tu avais.
Tu constates que le repos peut aussi devenir un ami,avec une bonne gestion de course .

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 04-12-2007 à 17:51:00

"CQFD: avec une bonne gestion de l'effort, de la prudence, une bonne
alimentation et hydratation, on va au bout." Serait-ce si simple ?
Bravo en tout cas pour ta course gérée dans les moindres détails :
la formule t'a réussi. Bon retour parmi les coureurs de grands chemins...

L'esc@rgot

Commentaire de vial posté le 05-12-2007 à 00:00:00

Tu n'as même pas mis ta course locale (10 km de Vénissieux) dans ta prépa?
Beau et sage retour, rassurant sur ta santé
l'avenir est radieux....

Commentaire de blob posté le 05-12-2007 à 22:22:00

Ca à l'air simple en te lisant

Commentaire de blob posté le 05-12-2007 à 22:25:00

Ca à l'air simple en te lisant, mais quend on s'y frotte, c'est là que ça se complique.
Félicitations, 8h25 avec cet entrainement contrarié par des pépins de santé, c'est canon

Commentaire de Gibus posté le 10-12-2007 à 14:57:00

Bravo tu as mieux fini que moi.
Tu étais à une demi heure de moi a chaque relais et tu termine ... trois place devant moi.
Chapeau
J'étais aussi au Ventoux mais un peu plus loin cette fois.
bonne récup.

Commentaire de Jerome_I posté le 17-12-2007 à 11:08:00

salut,

bravo pour cette Sainté prudente en retour de blessure.

Jérome

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !