Récit de la course : Gran Trail Valdigne 2008, par jerome_I

L'auteur : jerome_I

La course : Gran Trail Valdigne

Date : 12/7/2008

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 1604 vues

Distance : 87km

Matos : Eider Speedtrailer, corsaire Quechua, maillot manche courte Nike Pro et manchons, Casquette kikourou, veste Lafuma Gore Tex, Sac 10l Camp, battons raidlight trail pole

Objectif : Objectif majeur

21 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

11 autres récits :

GRAN TRAIL VALDIGNE

 
GRAN TRAIL VALDIGNE

Cette course est très importante dans ma saison pour plusieurs raisons:

- Je veux porter haut les couleurs de mon sponsor HUTCHINSON qui m'accompagne en 2008.

- C'est un weekend que je passe avec mes parents, ils en profitent pour venir en Italie, ils adorent la vallée d'Aoste et pour eux c'est un plaisir de suivre la course à la Salle, Morgex, Pré saint Didier, Arpy et La Thuile. Je les comprends, les villages de la vallée sont superbes et les bénévoles font un boulot merveilleux qui rend cette course belle pour les coureurs mais aussi les spéctateurs. Je vous conseille d'y aller en famille, voir de profiter des sentiers si vous voulez vous ballader, des thermes de Pré Saint Didier ou encourager vos proches, car de nombreux points du parcours sont accéssibles en voiture ou avec les bus de l'organisation.

- Cette saison j'ai courru sur la route de nombreuses courses (4 marathons et un 100km) avec des records sur toutes les distances. Maitnenant je passe au trail et mon gros objéctif de la saison sera l'Ultra Trail du Mont Blanc. Contrairement à l'année 2007 où j'ai courru 4 ultra trail, cette saison je vais privilegier l'entrainement et la récupération. Entre chaque ultra j'ai 6 semaines. Le Gran trail valdigne sera donc une de mes deux courses en trail de la saison.

- Ca sera sur les sentiers de mes entrainements. Où en Mai 2007 Giorgio, Enrico et Andréa m'ont appris ce qu'est le trail. Je ne pourrais jamais les remercier assez. Je souhaite uax deux premiers de rentrer dans l'histoire du trail en finissant cette première édition de la petite trotte à Léon et à Andréa de finir la Courmayeur - Champex - Chamonix. De plus je pourrais retrouver beaucoup d'amis à Courmayeur rencontrés via internet sur kikourou ou les sentiers. Courmayeur est vraiment la fète du trail pour ce weekend d'aout.

- En 2007 j'avais abandonné à Arpy cette course pour des problème gastriques. Une semaine après l'abandon j'avais fini le parcours avec Enrico pour finir cette course, donc cette année j'étais bien décidé à relever le défit jusqu'à Dolonnes. J'ai les "erreurs" de 2007 en tète et je vais tout faire pour éviter le coup de chaud et faire attention à l'alimentation et à l'hydratation.

- Le plateau est très relevé avec les meilleurs courreurs vivant en Italie (Olmo, Gaylord, Gaidin, Barnes) et quelques très bons coureurs Francais finissant dans les 30 premiers de l'Ultra Trail du Mont Blanc (Santucci, Rey)

- Mon objéctif est de faire moins de 14heures, voir de faire mieux qu'Enrico en 2007 (13h19). Mes records sur la route et surtout ma préparation se passent bien, je commence à savoir ce qu'est le trail en montagne et je gère mieux les efforts longs. Je veux surtout tester le materiel en course.

On verra sur le terrain si les efforts donnés à l'entrainement sont constructifs.

ENTRAINEMENT:

J'ai courru le 100km du Passatore entre Florence et Faenza le 31 Mai 2008. Voici comment j'ai structuré mon entrainement pendant les 6 semaines suivantes:

1- Ensuite j'ai coupé completement une semaine. J'ai vu un coureur du top 5 s'est aligné sur un marathon le weekend suivant avec un temps de 2h46min, mais pour moi l'abandon de 2007 était dù aussi à un manque de récupération. Puis une rando de 25km en montagne 7 jours après la course sans forcer.

2- Puis une deuxième semaine de reprise progressive. Avec 45km et le début de l'entrainement en montagne. J'ai trouvé une montagne à 10km du bureau avec 750m de D+ en 2,8km. Une semaine de 5 jours me permettra de cumuler 2360m de D+ mais surtout de D- avec des chemins très abrasifs, et très techniques.

Les deux semaines centrales seront très importantes:

3- 95km et 5000m D+/-

4- 103km et 5500m D+/-

Mais surtout un weekend choc entre les 2 weekends avec 125km et 7000mD+/- autour du Mont Blanc avec une reconnaissance de la fin de la course et deux jours de reconnaissance du Tour du mont blanc. Ce weekend choc fut très bénéfique car j'ai très bien courru qualitativement, car je n'ai pas eu mal aux cuisse.

Le lendemain de ce weekend choc j'ai fait une course sur le circuit de Formule 1 d'Hockenheim avec 4800m completement plat et j'ai obtenu un très bon résultat de 17ème sur 5000 participant en 16min.

5- Encore une petite semaine de dénivelé mais alègée avec 28km et 3800m D+/-

6- En dernière semaine comme à mon habitude, je cours 40min tranquillement le Lundi soir et 30min le Mercredi soir. Le Mercredi, ayant besoin de forcer un peu pour me liberer un peu l'ésprit j'ai courru 3km à 17km/h, mais petite semaine avec 15km avant d'arriver à Courmayeur le Samedi avec 2000km et 39 000m D+/- depuis le début de l'année.

En ce qui concerne les repas, la semaine j'ai augmenté un peu les doses de pates, et réduit les fruits, legumes mais rien de strict.

-------------------------------------

Je travaille Vendredi matin et rentre finir le sac et manger avec mes parents avant de passer chercher Cedric à l'aéroport de Turin. Pour lui c'est plus simple de prendre l'avion pour Turin et de faire la route avec moi que d'aller à Courmayeur en transports depuis Paris. On va faire la route les cheveux dans le vent avec ma kangoo et mème prendre un petit orage sur la route qui va décoiffer le castor... On va discuter de course bien sur, lui qui ose défier le Gran Trail Valdigne seulement deux semaines après avoir fini la course la plus longue en France et de quelle manière à la 5ème place! On s'installe à l'hotel avant d'aller chercher les dossards. Dans courmayeur on rencontre Silvio puis Enrico, Gilles, Marco, Giorgio. Ca fait du bien de tous les revoir ici. Cedric voulait changer son dossard pour ne courir que la petite course et finalement ce n'est pas possible, je lui conseil tout de mème de mettre le clignotant à Cahmpex (mi-course) si son corps le lui demande. Le Gran Trail Valdigne est un des plus difficiles du circuit.

On va poser nos dossard et preparer nos affaires pour la course. La chambre ressemble à une planque de trafiquants avec tous les sachets de poudre énergétique.



Il ne me restera qu'a aller acheter du pain Samedi matin (chez le Boulanger bien entendu membre des Courmayeur trailer et qui ne pourra que courir la petite course car devant ètre de retour au travail Samedi dans la nuit) pour faire les sandwich jambon cru fromage.

On retourne au centre sportif de Dolonne pour la pasta et le breefing, on s'arrete devant une boutique qui passe les images du DVD 2007 et on y retrouve Gilles et Marco. Il y a vraiment des trailers de partout. On mangera avec eux la pasta. La salle est pleine et on écoute le breefing en Italien, Francais puis en Anglais.

 

 


 

On va retourner à l'hotel sous la pluie, la course sera arrosée. On boit une bière avec Cedric avant de discuter avec Silvio qui dormira lui aussi finalement à l'hotel.

L'orage fait rage pendant la nuit, mais la pluie est encore présente le matin de la course. Le matin au petit dej que des trailers, je passe voir la boulangère pour un peu de pain frais pour les sandwichs que j'emmenerai en course en plus des gels et barres de céréales.

 

 


 

J'ai trop, mais cela me permettra de réduire pour les prochaines courses: 6 sacs de boisson énérgétique, 6gels, 6 bars et 4 sandwich jambon fromage.

Vers 9h on quitte l'hotel pour se rendre sur la ligne de départ et se faire enregistrer.

 


 

On a eu de la chance car l'hotel se trouvait à moins de 200m de la ligne de départ. On retrouvera piloumontagne, Gilles, Marco, Giorgio, Enrico....

 

 

 



En voyant déja tout ce que j'ai écrit avant la course, je me rends compte de ce qu'avait dit Topher Gyalord: "Le jour de la course n'est pas si important, l'important ce sont tous les efforts avant la course..." Il a raison le jour de la course, il faut pense à profiter. Je trouve la version Anglaise encore plus parlante: ENJOY!

Allé je laisse Cedric et les autres un peu en retrait et essaie d'avancer un peu, mais je reste toujours en entre la 5ème et 10ème ligne! Dommage, les coureurs plus lents devraient se mettre un peu plus en retrait, surtout sur un ultra. J'ai seulement un tshirt et les manchons alors que certains coureurs (comme Marco Olmo) partent avec leurs vestes. Nous sommes sur la place de l'ange et le publique est présent malgré le temps. Malheureusement Enrico sera serre fil jusqu'à Morgex et Alberto devra ètre sur le pont pour que nous puissions courir, je courrirai donc seul.


Courmayeur au Col Licony - 8km - +1446m D+ - 950m/h - 1h30'59'' - Total 8km
5-4-3-2-1 c'est parti, ca bouscule un peu au bout d'une minute je double Giorgio en l'encourageant, malheureusement il devra s'arreter à la Thuile à cause de vaumissements dans la nuit alors qu'il était dans les premiers 100. Puis au bout d'un kilomètre, je reviens sur la tète de course, le 45km vire à gauche et nous continuons. Marco Olmo est devant mois, que faire, le doubler ou rester derrière? Je suis impressionné, un coup d'oeil sur mon cardio, je suis plus rapide alors je passe... Je suis à 171 pulsations, ca monte sur la route, je me retrouve rapidement 3ème.

 


 

 

Ca fait drole de doubler Olmo, Gaidin (qui souffle beaucoup), Gaylord, je me sens tout petit... Je suis tout petit! On passe la fraction Villair, Plan Gorret, puis on arrive dans le  premier chemin, déja en arrivant à Ermitage (lieu de fète durant l'arrancabirra) je suis dèja aux environs de la dizième place. Beaucoup vont me doubler en ce début de montèe, mais je vais monter à mon rythme. Il y a plus de 1400m de D+, il ne faut pas s'affoler. Lorsque je reviens sur des coureurs, je reste dans les chevilles pendant au moins 5 minutes. Je suis déja très (TROP) rapide. Cette montée est agréable, je m'alimente, je bois, personne ne discute, un coureur accélère lorsque j'essaie de le passer par deux fois et j'avais déja noté cela lorsqu'un autre concurrent l'a passé, je trouve cela limite, mais c'est la course...

 


 

Pour moi, je m'écarte lorsqu'un coureur revient! Enfin le col arrive, il nous reste environ 200m et la ca devient vraiment vertical. Le temps n'est pas très beau mais il y a tout de mème du publique qui nous encourage. Je suis monté très vite à plus de 950m/h. enfin à mon rythme sans trop ètr ecuit, il nous reste tout de mème pratiquement 80km à courir, mais à ce point je n'y pense pas, je suis à peine rentré dans la course. Je suis content des manchons que je baisse en début de montée puis relève lorsque la température baisse avec l'altitude. Je vais les utiliser pendant toute la course.


Col Licony à Planaval - 10km - -1001mD- et +81mD+ - 56'50'' - Total 18km - 2:27'49'' - 20ème
Cette descente commence doucement, je prends le temps de me ravitailler et je ne pousse pas trop, ce fut peu ètre un point négatif qui a inscité mon abandon en 2007. Le Lac est superbe:

 

 


 

Je vais descendre rapidement et doubler trois concurrants, mais toujours souplement, et concentré. J'étais aussi tombé vers le lac, en trouant mon tshirt et en perdant l'attache de mon dossard. Cette année je suis concentré et je fait une belle descente surement un peu moins rapide mais qui va me permettre de belles relances sur le plat et de courrir sur les montées courtes. La météo se dégage un peu:

 


 

Il faut  savoir se ralentir pour mieux attaquer par la suite sur un ultra... Je connais très bien ces sentiers, j'y suis venu de nombreuses fois en 2007 mème si ce fut la première fois en 2008.

 

 

 

 


 

 

A planaval le publique est chaleureux, je me ravitaille avec du coca et je remplis les bouteilles avec de l'eau.

Planaval à Col du Bard - 15km - +873mD+ et -447mD- - 1:38'56'' - Total 33km - 4:06'45''
Ce parcours a été modifié par Alberto. Ce passage est vraiment superbe en passant dans la combe de Planaval. Je suis bien je trottine et double 3-4 coureurs sur le fau plat montant, puis je me rapproche de deux coureurs dans la montée très importante, le pourcentage doit ètre superieur à 100%!

 

 

 
 
 


 

 

Le soleil est apparu et va nous accompagner jusqu'à Pré Saint Didier. Les montées sont plus lentes, mais cette partie est longue. Il ne faut pas s'enflammer après le premier col, on va redescendre un peu mais une deuxième montée va nous porter au sommet du Col du Bard.  Un coureur coupe et me double sous les cris de spectateurs pas contents (bénévoles?) qui gentillement comme en 2007 nous encouragent par nos prenoms. Puis on arrive enfin au sommet de cette deuxième difficultée, le sommet Fetita.


Col du Bard à Morgex - 11km - 1h27'57'' - -1226mD- - Total 44km - 5h34'42'' - 12ème

En 2007 Andréa m'avait rejoint pour m'accompagner quelques km. Il ne pouvait participer pour une blessure et cette année suivra la course depuis la Sardaigne ou il profite de vacances bien méritées. Puis dans la partie sur la crète je double deux coureurs et me rapproche du "coupeur". Je vais faire un ultime effort pour le passer avant que la descente commence vraiment. J'ai bien l'intention d'en profiter. Mais je décide de moins accélerer qu'en 2007. Je descends rapidement mais souplement et lorsque la vallée se rapproche la température remonte et je ralentis. Puis j'arrive au ravitaillement de Charvaz ou je pointe en 12ème position en 4h39min. En arrivant dans le "village" le clocher sonne. Je remplis ma bouteille d'eau pendant que la mousse du coca dans la tasse parte. Malheureusement je vais oublier la tasse sur la table de ravitaillement. Je vais bien me rafraichir dans la fontaine avant de repartir. La cloche sonne, mon poursuivant arrive lorsque je quitte le ravitaillement. Je vais m'obliger à m'arreter à chaque ravitaillement pour faire les pleins, je ne veux avoir les mèmes problèmes qu'en 2007. Surtout que la météo est belle. Le soleil rechauffe la vallée. Je continue ma descente et je me rapproche de la vallée. Il manque un drapeau, je trouve un passant et lui demande où est le parcours, il me dit ne pas ètre au courrant qu'il y a une course. Je remonte et mon poursuivant lui aussi est avec moi. 50m plus loin je retrouve les drapeaux et demande à un bénévole d'aller voir le flechage. Ce fut le seul problème du parcours pour moi. Puis j'arrive dans La Salle. Mes parents doivent ètre là je suis très heureux de ce classement, mème si la route est encore longue. Mes parents profitent pour visiter ce superbe village:

 

 


 

 

 


 

Le ravitaillement est superbe, mes parents sont la, les bénévoles gentils.

 


 

 

 

 

 

Les premiers arrivent à La Salle ensemble: 

 

 

 

 

 

J'arrive au ravitaillement:

 

 


 

 

Je m'arrete et cette fois ci refait le plein, mon poursuivant va me passer et je ne le reverrais plus. Je donne rendez vous à mes parents à Morgex.

Le tracé est superbe cette année et nous courrons sur la route mais derrière une rubalise qui nous sèpare des voitures qui nus encouragent. Je remercie tous les encouragements par des sourires ou des signes de la main, c'est la moindre des choses. Puis c'est une séance de seuil qui commence, je vais partir en marchant pour manger mon sandwich au jambon, puis vais faire un tour dans la fontaine. Je savais ou elle était et le coureur qui me ratrappe s'attarde aussi pour se rafraichir. Cette gestion de la température fut bonne, je me suis mouillé la tète et la casquette sur de nombreuses fontaines. Je suis très à l'écoute de mon corps dans cette partie, je mange et bois beaucoup car je ne veux pas refaire comme en 2007. Il fait beau et le Mont Blanc se découvre un peu:

 

 


 

 


 

J'arrive à Morgex et trouve mes parents dans le centre. Les TOP runners sont passés un peu plus tot:

 

 
 
Merci à la femme de Thomas69 pour les photos, voici mon passage à Morgex:

 

 

 


 

Le ravitaillement à été déplacé vers la base nautique à la sortie de Morgex. Je vais y faire une longue pause de presque 6minutes suivant les conseils d'Enrico.

 

 


 

 

J'ai pris une assiète de pate, remplis d'eau et surtout changé de maillot et de chaussettes. Le changement de chaussettes fut difficile à cause de début de crampes. Je me sui étiré un peu et mes parents sont arrivées. J'ai mangé un quart de l'assiète de pates avant de reprendre la route. Je suis comme neuf mais les jambes sont un peu lourdes.
La pause à La Salle fut de 2min15s et celle à Morgex de 5min54s

Morgex à Pré Saint Didier - 5km - 36'58'' - +100mD+ - TOTAL 49km - 6h11'40'' - 11ème
Cette partie est facile en fau plat montant au bord de la Dora mais avec tout de mème un bonne cote. Ici je marche et relance dès que je peux. Je facilite la digestion surtout avec ce qui nous attend. Je suis surpris de ne pas me faire doubler et je vais mème revenir sur un concurrant qui me laissera passer gentillement. Je croise Patrick Rey qui remonte de Pré Saint Didier dans la partie ou on se croise. J'arrive dans pré Saint Didier:

 

 


 

Puis mes parents sont au ravitaillement et se font interviewer par le speaker, je me rafraichi dans la fontaine et fait le plein, le soleil est encore présent. Le coureur que j'avais doublé arrive, et je reparts vers la troisième difficulté.

Pré Saint Didier à Arpy - 6km - 1:13'12'' - +631mD+ - 517m/h - TOTAL 55km - 7:24'52'' - 13ème
Cette montée fut la fin de ma course en 2007. Je commence tranquillement cette montée et me mets dans le rythme. Je passe un coup de moins bien, dans les jambes mais dans la tète je suis fort, je pousse ce que je peux, je profite de cette montée pour profiter de la vue, sur ce superbe single track. Puis je bois beaucoup, à la fontaine je m'arrete boire deux verres, à cet endroit en 2007 Alberto Motta et Enrico Romano m'avaient repris et conseillé de me reposer un peu avant de repartir. Cette année je repars alors que deux concurrants me double. Le premier est très rapide, il terminera 23 minutes avant moi en 8ème position. Le deuxième coureur a fait beaucoup de yoyo avec moi depuis Planaval, s'arretera à la Thuile. Puis la solitude recommence. Il fait chaud j'ai les manchons baissés depuis la descente vers La Salle. Par contre le ciel se noircit et la pluie commence à tomber, de plus en plus forte depuis que je suis sur le chemin plus large. Puis la pluie deviens plus forte et je relève les manchons. Une tente avec quelques bénévoles et on quitte ce chemin large avant d'arriver sur la route (que nous avons empruntée en 2007) pour un petit single track qui court dans la foret de pins avec un tuyau que nous devrons enjamber de nombreuses fois. Nous passons sous les lignes hautes tension qui claquent, je controle mon cardio qui reste vers 140bat/min. En sortant de la foret on entend les spectateur qui encouragent mon précédant que je vais rattraper à Arpy. Mes parents sont la de nouveau, un photographe nous fait le portrait.

 

 


 

 

 


 

 

Je remercie tous les spectateurs pour les encouragements. 2 Spectatrices ont une cloche et je les remercie avec un sourir elle me disent: "et bien c'est le premier coureur qui nous sourrit et remercie"... C'est bien normal, ces encouragements aussi nous permettent de courir un peu plus vite... Puis arrive le ravitaillement. Je fais le plein de la bouteille et cette année je ne vais pas rendre mon dossard... Ca continue!

Arpy à Colle Croce (Col de la Croix) - 7km - 1:09'07'' - +711mD+ - 617m/h - TOTAL 62km - 8h33'59'' - 13ème
Je reparts avec le coureur ratrappé et le double sur le plat qui conduit au pied de cette montée. Il pleut beaucoup mais je reste en tshirt avec les manchons, il ne fait pas assez froid pour la veste. Puis l'autre coureur me repasse avant de commencer la montée. On traverse la rivière sur un superbe pont, puis commencons la montée plus importante vers le Lac, j'ai toujours le coureur en point de mire. Il pleut de plus en plus et au dessus du Lac, je mets la veste. On commence à entendre l'orage arriver, puis je ferme les aérations sous les bras de la veste, la casquette basse, la visibilité est de 4-5m maximum. Il pleut beaucoup et de temps en temps un peu de grèle tombe. Je suis à 2100m et il me reste encore à monter jsuqu'à 2381m. Je commence à ne pas en mener large. Les elairs sont au dessus, je compte une ou deux secondes entre les eclairs et le tonnerre. Je regarde mes pas je continue de monter la visière m'empèche de voir le sommet et les eclairs mais cette lumière "bleue" se voit de partout. Ca tonne, et que faire. On dit que lors des orages en montagne il faut redescendre, mais il ne me reste que 200m avant de passer ce sommet et redescendre vers la thuile. La fatigue, la position, et tout le reste n'occupent plus mon ésprit. Pendantce temps là, les premiers repartent du ravitaillement de la Thuile:

 

 


 

 

Dans moins de 10minutes, je pourrais passer ce col et redescendre. L'organisation me dira à la Thuile si on peut monter au col del Arp, ils auront aussi la possibilité de nous faire redescendre de la Thuile sans passer par le dernier col, mais ce Col Croce doit ètre franchi. Un dernier virage, et j'arrive aux ruines en haut de ce col. Pas de bénévoles. Derrière ces ruines, deux tentes de l'armée et une petite structure de plastique transparent avec 2-3 militaires à l'interieur. Un s'extripe de la structure, je lui cris mon dossard sous l'orage qui gronde et il me demande si je veux me reposer sous la tente. A peine la réponse négative donnée il rentre dans la structure et je bascule vers la thuile.

Colle Croce à La Thuile - 5km - 40'54'' - -940mD- - TOTAL 67km - 9:14'53'' - 12ème
Cette descente je la connais bien, je l'ai faite plusieurs fois et arrive à la faire rapidement à l'entrainement. Cette fois la pluie a changé le sentier en rivière. Je vois l'autre coureur plus bas, je fais une descente sans prendre de risque mais je reviens rapidement sur le coureur me précedant qui semble en difficulté dans cette descente technique. Il arrivera à La Thuile 4 minutes après moi et ne repartira pas. En descendant la pluie continue mais l'orage a continué son "voyage" dans la direction opposée, et la concentration sur la descente me permet de l'oublier. Cet orage fut mon premier en montagne et par chance ce ne fut pas dramatique pour moi et surtout pour les Organisateurs. Alberto Motta a eu beaucoup de stress et les organisateurs étaient sur le point de neutraliser la course avant de recevoir un bulletin météo meilleur (moins pire dirons nous). J'arrive à la Thuile, profite de la route pour quitter ma veste, la pluie a pratiquement cessé.

 

 


 

 

Je trouve mes parents, les jolies spectatrices avec qui j'ai deux mots. Je retrouve Patrick Rey au ravitaillement. L'année dernière on ètait resdescendu ensemble après nos abandon, cette année il s'arretera de nouveau à la Thuile, je vais gagner une place en quittant le ravitaillement. Je fais le plein, donne rendez vous à mes parents à l'arrivée, je reparts après une pause à La Thuile de 4'12''.

La Thuile au Colle dell'Arp - 10km - 1:56'12'' - +1130mD+ - 583m/h - TOTAL 77km - 11:11'05'' - 11ème
Le départ du ravitaillement en descente permet de se remettre en route progressivement. Les gens dans les rues de La Thuile nous encouragent, ca rechauffe, surtout avec la pluie qui cesse. Je vais courir tout le long dans cette partie en fau plat montant jusqu'à la route. La solitude va continuer pendant ces 10km et mème jusqu'à l'arrivèe. Puis sur la route je descide de ne pas courir. La montée va ètre longue et je privilegie les battons et une marche rapide. Je  me retourne mais ne vois personne. Un cameraman dans un virage lorsque la route se transforme en sentier large et au replat, je vois un coureur mais il est loin. Je me dis que mème s'il me reprend une douxième place serait un superbe résultat. Par contre je ne regarde pas mon temps de course et ne sais pas trop que pourra ètre mon temps de course. Le poste de ravitaillement de Youlaz arrive et je ne m'arrète pas. Je vois un coureur devant mais il est loin. Encore 500m de montée et la dernière difficultée de la course sera franchie. Je trottine lorsque cela ne monte pas trop. La température baisse et je remonte les manchettes. Puis on appercoit un phare au col, il nous guidera tel l'étoile du berger.

 

 

 

 

Je me rapproche du coureur me precedant, mais le coureur suivant aussi. Le problème c'est que dans cette vallée on voit loin, donc mème si on voit un coureur il y a tout de mème 5-10min entre le coureur et moi. Le coureur suivant accélère et se rapproche, je passe le point de controle en 11ème position et regarde ma montre, plus de 1300m à descendre je pense pouvoir approcher les 12heures de course.

Colle dell'Arp à Dolonne - 10km - 50'44'' - -1347mD- - TOTAL 87km - 12:01'49'' - 11ème

Le début de la descente est téchnique, je reste attentif mais pousse tout de mème pour garder cette place de 11ème. La descente est mon point fort alors il serait bète de perdre une place maintenant. La nuit commence à arriver il fait sombre mais je n'ai pas besoin de la lampe. En sortant de cette portion technique il y a un point de secours. C'est à ce moment que je vois une veste orange fluo. Un coureur mais qui descend lentement. Finalement je vais peu-ètre entrer dans le top 10! Je le ratrappe rapidement et lui demande si ca va bien. Il me dit oui pas de problème et je vois que son numéro est écrit en rouge alors que le miens est bleu. Il doit ètre le denrier concurrant de la petite course. Je lui souhaite bonne fin de course. La suite de la descente est sur un chemi large qui descende en zigzag. Il faut ètre attentif aux pierres surtout avec la lumière qui baisse. Je recois un coup de fil, c'est Alain (Khanard) qui me demande des infos depuis l'ardeche. Il sera dans mon équipe pour l'UTMB et on s'entraine souvent ensemble pour notre plus grand plaisir. Malheureusement je ne peux pas lui parler trop longuement, je ne voudrais pas que le coureur suivant me ratrappe et je dois ètre attentif dans cette descente. Je décide de prendre ma lampe car la fin de descente dans la foret ne pourra se faire sans lampe. J'ai du mal à la sortir et dois sortir la veste. Je remets tout dans le sac et mets la lampe sur la tète sans l'alumer (cela donnerait un point de référence à mon poursuivant). Puis lorsque je décide de l'éclairer je me rends compte qu'elle ne fonctionne pas! "M$%££!!!!" (Après la course j'ai pu voir que le éléctrodes qui sont en contact avec les piles sont toutes oxydées). Je dois encore ralentir pour prendre mon sac et prendre la deuxième lampe. Lorsque je remets la veste dans le sac je vois une ombre dans le virage au dessus de moi. Sur le coup je pense que c'est le coureur qui me suivait, j'accélère je pense à plus de 12-13km/h, sur le sentier large sans alumer ma lampe. Puis j'arrive au point de secours, j'annonce mon dossard et tombe et me retrouve couché dans l'herbe. Je me relève rapidement et arrive dans le bois. J'alume ma lampe, le marquage du parcours est vraiment très bien fait. Les drapeaux rouges ont aussi une catadioptre ce qui permet avec nos lampes de voir 3 ou 4 drapeaux mème dans les foret très sombres au dessus de Dolonne. Je continue de pousser, cette chute a du me faire perdre un peu de terrain. Dans la foret, ca glisse. Je fais souvent 2-3m en glissade sur les aiguilles de pin. On commence à entendre le speaker, ma concentration va baisser un peu. Je vais aussi glisser dans un virage. Cette chute sur les fesse est vraiment de ma faute. Ma position trop en arrière dans ce virage m'a fait chuter. Je travaille beaucoup la position de descente à l'entrainement mais un moment de manque de concentration, et une petite chute sans gravitée heureusement. Puis je vois les lumières de Dolonne. Je vois une frontale quelques virages plus bas. La fin dans les rues de Dolonne pourra me permettre de revenir sur ce coureur. On sort du bois, et on passe sur le pont avant de remonter sur 20m vers Dolonne. Finalement je vois le 10ème Santucci, il ne reste que 100m et je ne pourrais le reprendre. (la fin a étè modifiée pour finir à la fète Patronale de Dolonne à la place de finir au palais des sports de Dolonne). J'arrive les bras au ciel

 

 

 

 

Mes parents et beaucoup de spectateurs sont présents...

 

 


 

 

Quel résultat un peu plus de 12heures sur cette course où je pensais courir en 13heures. Cela donne de bonnes bases pour les prochaines courses.

 

--------------


Je me fais offrir une bière par mon père, avant de retourner à l'hotel prendre une douche. Vers minuit je retourne sur la ligne d'arrivé ou je vois Tatamix, et quelques amis Italiens. Je prends aussi une bière, discute avec les organisateurs sous la pluie fine. Puis vers 2h20 arrive Cedric content d'en finir seulement deux semaine après sa course de 178km, quelle performance! Puis on retourne à l'hotel.

Le dimanche petit dej avec mes parents et Cedric. Beaucoup de coureurs sont content mais fatigués. On discute avec un coureur francais, puis au bout d'un moment il me dit, tu es Jérome, Jérome Debize, j'ai lu ton récit sur Kikourou... Finalement ces récits servent aussi aux coureurs de se preparer. Mes parents retournent vers la France alors qu'avec Cedric on va vers la remise des prix. On croise Giorgio qui malheureusement a du abandonner à la Thuile sur des problèmes gastriques. Ce fut déja un bon entrainement pour lui pour la petite Trotte. On va rencontrer Goldenick, Enrico romano, Marco Vendramel, Alberto Motta pendant la remise des prix. On peu apprecier de jolies podiums Masculins et Féminins.

 

 

Ma 11ème position me permet aussi d'obtenir la deuxième position en Senior Hommes.

 

 


 

 

Vraiment mon premier podium dans une épreuve aussi relevé. J'apprécie beaucoup l'organisateur qui ne donne aucun prix aux coureurs et pour les podiums les coureurs ont une superbe Grolles. cet état d'ésprit est ce que je recherche dans le trail. Dépassement de soi, respect des organisateurs, des adversaires et de la motagne.

Après la remise des prix je peux discuter avec l'organisateur Alberto Motta:

 

 


 

Et mes amis dont Enrico Romano (serre fil jusqu'à Morgex et inscrit à la petite trotte):

 



Avec Cedric on va profiter du soleil pour manger en terrasse une bonne Polenta avec les champignons ou la saucisse, avant de prendre la route pour rentrer à la maison, avec la banane (grand sourir) qui symbolise un superbe weekend de sport!



 

21 commentaires

Commentaire de frankek posté le 20-07-2008 à 18:16:00

super réçit et superbe course ! bravo à toi pour ta perf ! et récupère bien...

Commentaire de hellaumax posté le 20-07-2008 à 18:36:00

Ce nouveau très beau récit va encore augmenter l'admiration que je te porte, Jérôme! Tout y est, c'est vraiment un plaisir de suivre tes exploits.

Commentaire de L'Castor Junior posté le 20-07-2008 à 18:36:00

Ah, même pour les CRs, tu me mets la pâtée (j'en suis toujours à l'avant course...).
Félicitations une fois de plus pour ta superbe course (j'suis pas peu fier d'avoir un champion parmi mes potos), et merci pour ce CR très bien construit, et très précis.
Merci surtout pour l'organisation sans faille du weekend : je n'avais vraiment plus qu'à dérouler les jambes ;-))

Commentaire de Françoise 84 posté le 20-07-2008 à 18:59:00

Bravo Jérôme pour cette course magnifique... et le podium, en plus!!!! Ton récit est vraiment très agréable, on te "suit" tout du long. Bises, à bientôt sut tes terres!

Commentaire de rapace74 posté le 20-07-2008 à 19:06:00

Je vais y faire une longue pause de presque 6 minutes suivant les conseils d'Enrico. J'ai pris une assiète de pate, remplis d'eau et surtout changé de maillot et de chaussettes. Le changement de chaussettes fut difficile à cause de début de crampes.

et dire que je met 30mn pour faire tout ca!!!!!

bravo pour ta course ton capitaine est fier de toi
et de sa recrue ;-))))))))))))))

a bientôt
manu

Commentaire de ptijean posté le 20-07-2008 à 20:31:00

bravo pour ta course jerome, et de tout le temps que tu as pris pour ecrire ce fabuleu cr

A tres vite sur ton off

Ptijean

Commentaire de Stéphanos posté le 20-07-2008 à 20:34:00

EPOUSTOUFLANT,j'attendais ton récit avec impatience Jérome,vraiment scotché!!!SUPER.
trés belle performance que tu mérites amplemment!J'aprécie ton esprit,ta simplicité: un trés bel exemple pour moi!
Biensur que tes récits nous servent et nous motivent...t'es une vrai locomotive pour moi! et pas à vapeur! lol
un trés grand bravo champion!

Commentaire de Goldenick posté le 20-07-2008 à 22:55:00

Super CR Jerome,on sent que tu as mis beaucoup de coeur et de volonte a reussir un exploit comme celui-la. Il en annonce d'autres,j'en suis sur.
PS : Rendons a Cesar : la photo est de Lucilla, et non de ma femme.
Encore bravo pour ta course!

Commentaire de laurent05 posté le 21-07-2008 à 08:40:00

bravo jérome pour ta belle perf
ça promet pour l'UTMB
bonne récup
à bientôt
laurent

Commentaire de Bleau78 posté le 21-07-2008 à 11:48:00

Merci pour ton CR Jérome, cela me donne une grosse motivation pour y retourner l'année prochaine avec effectivement des enseignements sur la préparation et gestion de la course. Ton exemple est a suivre.
Bon UTMB, avec l'equipe des Kikous..
Ciao
Marco

Commentaire de eric74 posté le 21-07-2008 à 13:39:00

super récit
merci beaucoup pour ce récit et ces photos
j'aime ta minutie , ça va le faire pour la coursette de fin aout ;-)

Commentaire de franco posté le 21-07-2008 à 16:00:00

Bravo, Super, Extraordinaire recit et performance.
Tu es en pleine forme pour l'UTMB
bonne chance
Franco

Commentaire de tindUp posté le 21-07-2008 à 18:19:00

Parmi le haut de gamme et à défaut de Rolls, Jérôme mérite sans aucun doute le surnom d'"Aston Martin du CR" !
avec un brin de minutie helvète...

Compliments

Commentaire de Fimbur posté le 21-07-2008 à 19:32:00

Bravo Jérôme, pour une revanche sur 2007, là t'as cartonné.
Merci pour ton cr, vivant, dans la course,...

Au plaisir de se croiser
Fimbur

Commentaire de LtBlueb posté le 21-07-2008 à 22:15:00

à te lire on comprend que tu n'y vas pas la fleur au fusil , tout est pensé, jaugé , essayé, prémédité ... mais en même temps conjugué avec tant de simplicité . bravo jérome pour ce récit hyper complet, les photos et la très grosse performance ... pour quelqu'un qui n'a découvert le trail qu'il y a un an ... "950m/heure à mpon rythme" pfff, je crois que finalement je vais me trouver une scéance de piscine le week-end prochain :))) a+ campeone !

Commentaire de le_kéké posté le 22-07-2008 à 14:13:00

ouahhh ça c'est du lourd.
Bravo pour ce CR super détaillé, on vit la course, en plus c'est la tête de peloton.
La perf est vraiment top, tout semble facile quand on te lit.
En tout cas félicitation, à l'UTMB ça va chauffer pour Olmo :-)

Philippe

Commentaire de millénium posté le 23-07-2008 à 12:16:00

MAGNIFIQUE course , SUPER récit , photos GRANDIOSES....
Chapeau Monsieur JEROME

Commentaire de CROCS-MAN posté le 23-07-2008 à 16:21:00

Bravo et merci pour ta course, ta perf et ton CR.
Tout est simplement super. Tu es un champion.

Commentaire de béné38 posté le 01-08-2008 à 18:47:00

J'avais entendu parler de ta course outre-manche par Alain, et là je peux mieux la suivre grâce à ce très beau récit.
Bravo Jérôme, t'est vraiment très en forme, c'est bon pour la suite. J'espère que Yayoun est en forme pour arriver à te suivre :-)!

Commentaire de Piloumontagne posté le 08-08-2008 à 21:31:00

Un vrai plaisir d'avoir fait ta connaissance.
Bravo pour ta sérénité, ta gentillesse et ton humilité. Et quelle superbe course tu as réalisée !
Je te souhaite toute la réussite que tu mérites pour l'UTMB.
à bientôt,
Pierre

Commentaire de Mustang posté le 09-08-2008 à 11:18:00

Un récit très complet, belles photos. Beaucoup de lucidité dans ta gestion de course ce qui augure bien pour tes prochains défis.
Une bien belle perf!! Félicitations!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !