Récit de la course : Le Porte di Pietra - 70 km 2008, par jerome_I

L'auteur : jerome_I

La course : Le Porte di Pietra - 70 km

Date : 28/9/2008

Lieu : Cantalupo Ligure (Italie)

Affichage : 1236 vues

Distance : 70km

Matos : Sac à dos camp 10l, chaussures North Face Rucky Chucky, chaussettes et Corsaire Quechua, maillot Hutchinson, BUFF kikourou et coupe vent leger Quechua

Objectif : Balade

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Le récit

 

 

LE PORTE DI PIETRA

 

Cette course est spéciale pour moi. Un Ultratrail en Italie où cette discipline se développe doucement et voit la France avec les centaines de course comme un modèle à rejoindre. Puis surtout après mon abandon de l’Ultra Trail du Mont Blanc sur problème gastriques (voir récit : http://www.kikourou.net/recits/recit-5113-ultra_trail_du_mont_blanc-2008-par-jerome_i.html )j’avais besoin de me remettre en selle ! J’avais couru un « trail » de 15km le weekend précédant à la ronde de Crussol (voir récit : http://www.kikourou.net/recits/recit-6179-la_ronde_de_crussol_-_15_3_km-2008-par-jerome_i.html ) mais je voulais refaire un ultra long avec du dénivelé.

 

Silvio Arzenton un finisher UTMB2006 et looser comme moi en 2008 me dit se rendre au Trail des Porte di Pietra ce Dimanche.

 

 

Je consulte le site internet et m’inscrit ! J’envoi un mail à l’organisateur et me voici inscrit. Ce trail est vraiment un trail comme je conçois le « spirito trail » comme les Italiens l’appellent. Voici le parcours:

 

 

Voici les points qui m’ont attiré :

 

1-     On peut s’inscrire jusqu’à la semaine précédente avec environ 200 inscrits sur la course longue, avec un prix de 40€ pour l’inscription

2-    Une vrai course de Trail avec 4 ou 5 ravitaillements avec seulement de l’eau (donc aucun coureur qui va dire après la course, il manquait de sucré, de sallé…) Et donc un vrai trail en semi-autonomie.

3-    On peut dormir dans le gymnase et une pasta party est organisée la veille de la course. Sur place la pasta party va être super, avec du vin blanc et rouge, un service par les bénévoles à table, et beaucoup à manger avec charcuterie, fromage puis pates sauce tomate et/ou pasta al pesto, et tarte, puis tout le monde installe son matelas/sac de couchage pour un repos jusqu’à 3h avec le début du petit déjeuné !

4-    Faire un weekend de course à 1h30 de Turin avec Silvio (looser UTMB2008) et Giorgio (looser Petite Trotte 2008) donc 3 amis avec un trail pour se remettre en selle.

5-    Rencontrer de nouveaux amis trailers Italiens. Et le plus fort être le seul Français sur un trail ! un weekend entier sans dire un mot de Français ! Et découvrir une nouvelle région Italienne.

6-    Un superbe parcours de 70km avec 4000m de dénivelé

 

Samedi 16h, je passe chercher Silvio, on va co-voiturer, on a 2heures de route pour se raconter notre UTMB 2008. En arrivant à Cantalupo Ligure, déjà des dizaines de voitures/camping cars sont garés autour du Gymnase. On salue Giorgio et Silvio me présente des trailers Italiens (Paolo entre autres qui va manger avec nous et que je verrais de nouveau à l’arrancabirra, il avait finit 16ème de cette course en 2007 en 10h15). On prend nos dossards en 5minutes avec le contrôle des sacs avec les pièces obligatoires (couverture de survie, etc.), juste le temps de porter le tout dans la voiture que commence le briefing des organisateurs, avec présentation des vainqueurs 2007 (Marco Olmo alors que la première féminine est absente). Les organisateurs ont aussi à cœur l’environnement et sont associés à Greenpeace. L’impact écologique de cette course est vraiment un point important et les organisateurs ont investit dans des fours solaires au Kenya en « neutralisant » 25t de CO2

 

 

Puis on commence la pasta party. L’ambiance monte et Giorgio Simonetti le président des Courmayeur Trailer fait chauffer l’ambiance en musique… Voici la photo prise par Silvio:

 

 


 

 

La pasta se termine vers 21h et on va préparer nos affaires pour le lendemain. Que tout soit prêt pour le départ à 4h du matin. Une fois les sacs (je n’ai pas de battons pour cette course), vêtements, sac de couchage et matelas prêts on va prendre un café au bar du village, avant de se coucher vers 22h.

 

3h ca commence à bouger. Les lumières s’éclairent et on se lève. On se prépare et on prend le petit déjeuné. Les organisateurs sont encore une fois parfait avec thé ou café, biscottes, confiture, Nutella, plus la tarte que Silvio a apporté on fini de faire le plein de calories. On reste le maximum dans la salle car il fait frais à l’extérieur, on met le coupe vent pour le départ. Puis juste avant 4h on se dirige vers le départ pour se faire pointer. Encore une photo de Silvio avant le départ:

 

 

Les feux rouges sont allumés (style GR73 ou Templiers)

 

 

C’est parti, je double un peu dans les premiers 500m, et me retrouve rapidement avec les favoris (Bartes, Gaidin, Olmo…), Bartes est devant et ne connait pas trop le chemin, et le tempo est tranquille. Dans la première montée je double Olmo (tient je le double en montée ?). Puis en ressortant du chemin il va me repasser, on reste à 30m du groupe de tète. Puis dans la descente je repasse Olmo, qui me repassera dès que le chemin va remonter surtout que je perds un peu de temps à enlever mon coupe vent. Donc une montée suivit d’une descente très ludique où je vais passer quelques coureurs. En arrivant au fond de la rivière on passe sur un pont piéton vraiment très arrondit sous les clameurs du publique (nombreux à cet endroit malgré l’heure matinale). Il fallait en profiter car contrairement à ma dernière course Ultra (U.T.M.B) on ne va pas voir beaucoup de monde à part les bénévoles, chasseurs et en passant sur la ligne de départ du « petit » circuit (30km) après 40km de course.

 

Après ce pont commence la montés la plus difficile du parcours. Et c’est assez dangereux avec de nombreuses mains courantes et les secouristes alpins nombreux sur cette montée. Je m’écarte pour laisser passer les concurrents qui me rattrapent car je monte doucement à mon rythme. Je me fais passer par une petite dizaine de coureurs dont Paolo parti avec des battons. Je reviens sur un ou deux coureurs avant le premier ravitaillement au km10. Je suis bien et sans problème physique. Le départ à 4h permet de ne pas trop se rendre compte de l’effort.

 

J’enlève mon sac à dos pour voir le niveau de l’eau et n’ai pas besoin de remplir. Par contre en remettant le sac, je perds la valve sur le bouchon de la bouteille sans m’en rendre compte. Donc en courant, chaque pas fait sortir quelque cl d’eau. Et je me retrouve mouillé. Je m’arrête et mets un morceau de strapping pour boucher ce trou. Mais mon maillot et short vont rester mouiller pendant une heure.

Puis je rejoints et dépasse 5-6 coureurs dont Paolo sur les 10km suivants. Cette partie sur les crêtes passe rapidement. De plus j’ai souvent en ligne de mire des frontales et cette partie de Pacman se passe rapidement. Je rattrape Paolo juste avant le ravitaillement du km20 qu’on rejoint alors qu’un coureur en repart. O refait les pleins.

 

Je vais rattraper 2 concurrents et serais 12ème. Le soleil se lève doucement, je pourrais bientôt éteindre la frontale, mais vais la quitter au prochain ravitaillement. Je prends quelques photos mais c’est encore trop sombre. On croise des chasseurs, et ils nous demandent à chaque fois combien nous sommes à courir… Vers 7h30, déjà 3h30 de course et environs 25km de parcourus lorsque l’on aperçoit une chapelle en haut d’une colline.

 

 

C’est superbe, on s’approche de la chapelle :

 

 

En arrivant au sommet j’ai la chance de voir le lever de soleil au dessus des collines :

 

 

De l’autre coté les collines environnante, on devrait pouvoir avoir la Méditerranée au loin mais pas aujourd’hui :

 

 

Nous passons au dessus de 1000m d’altitude et j’ai les doigts tout gonflés. Ils le resteront jusqu’à l’arrivée. On redescend pendant une dizaine de minutes avant de remonter. C’est là que je me fait repasser. On va faire du yoyo un fois lui devant une fois le contraire. Et je passe au sommet suivant du 30ème km (à 1400m) avec une minute de retard, en remerciant les bénévoles :

 

 

On bascule pour une longue descente de 1.5km parcourue en 10min. Puis on va reprendre notre ascension vers un sommet à plus de 1500m avec un superbe point de vu sur un lac. Je repasse finalement le concurrent précédant qui s’est trompé de parcours sur 100m. Il va me repasser au sommet lorsque je prends la photo :

 

 

Puis la suite va être cassante pendant 6km sur les crêtes pour arriver au ravitaillement un km40 (aussi le départ du petit circuit). J’ai un petit coup de mou et préfère rester à mon rythme que de m’accrocher. La route est encore longue. Avant d’arriver au ravitaillement les organisateurs nous font le portrait avec une banderole de Greenpeace et rigolent en voyant que je prends la photo moi aussi :

 

 

J’arrive alors que mon précédant repars juste après un arrêt éclair.

 

 

Je fais le plein, puis vais sortir un sandwich (jambon cru, fromage) au milieu des partants du petit circuit qui m’acclament. Le speaker (déjà présent à Valdigne et à l’UTMB) me reconnait, on va s’en donner 5 (give me 5 !) C’est très sympa. Certains s’échauffent et je comprends pourquoi lorsque 40min plus tard ils vont me doubler. Je repars donc en marchant pendant 10 bonnes minutes pour bien digérer ce sandwich que je vais mâcher avec attention (après mon abandon à l’UTMB je fais attention à ce point). Certains sont inscrit sur le 30km mais en mode randonnée (sans classement) et je les doublent car ils sont déjà partis. Une fois le sandwich fini j’en profite pour faire quelques photos sur la prochaine montée qui nous mène à plus de 1600m.

 

 

Et moi en plein effort, avec encore la marque de la frontale sur le front :

 

 

En redescendant je me loupe et fais 200m dans un sens et me retrouve au dessus du parcours où je suis déjà passé. En repartant 2 concurrents partaient eux aussi sur le mauvais chemin. Ils me passent donc et dans une petite descente un se tord la cheville légèrement et je repasse devant. Puis ils marchent lorsque je cours. Plus tard je ne les vois plus en me retournant, j’ai repris la pèche après la digestion du sandwich. Les 100m de dénivelé négatif sont suivies de 200m de dénivelé positif, une partie sur les crêtes avant de perdre de nouveau 200m. Encore un petit effort avant d’arriver au ravitaillement du 50ème km. Je regarde le niveau et ne remplis pas. On m’annonce 12ème.

 

Je repars et environ 500m / 1km plus tard, une pointe dans le genou me stop. Je marche et cela ne passe pas, et empire. Merde je ne suis pas venu ici pour abandonner. Je me rappelle des mots de Jean-François :

« Jérome tu ne crois pas avoir abandonné l’UTMB car tu n’allais pas arriver dans les 100 premiers ? Tu n’as pas l’habitude de finir après le gros du peloton ! ».

Je ne peux abandonner. Je sorts le strap et baisse mon corsaire. J’essaie de reproduire la même forme vue sur le genou de Jean-Marie à l’arrivée de l’UTMB. Je me fais passer par quelques coureurs et reparts en marchant. Des coureurs me doublent mais la majorité sont de la petite course. Je sers les dents et finirait même en marchant. 20km de ballade vont suivre. Je prendrais plus de photo et ramasserais les tubes de gel balancés par les coureurs …

 

 

Puis nous allons monter au point culminant de la course. Je discute avec quelques coureurs, surtout ceux de la petite course qui m’encouragent et me propose leur aide malheureusement inutile. J’en profite pour refaire des photos :

 

 

------

 

 

Je remets le coupe vent car je me refroidis. Lors de l’arrivé au sommet il est midi et malheureusement la photo est trouble. Allé encore 17km. J’ai mis près d’une heure pour faire les 3 derniers km ! Un rapide calcul me donne une arrivée vers 18h !

 

Je reprends la descente tout en marchant…

 

 

Et c’est bien pire en descente, la douleur est plus vive. En descente j’arrive à trottiner pendant 3/5min avant que la douleur reprenne. De nombreux coureurs me doublent en me demandant si ca va, c’est sympa. Alors que d’autres ne me disent même pas merci lorsque je les laisse le chemin libre pour qu’ils me doublent plus facilement ! On arrive à un endroit avec des vaches en liberté :

 

 

Paolo me rattrape. Il en profite pour s’alimenter, il est étonné de me voir ici. Il finira en 9h58, bravo à lui. Puis après 5min de discussion il reprend sa course. Il y a ensuite un point de contrôle, mais sans eau, juste une fontaine pour remplir les sacs/gourdes.

 

Allé on attaque la dernière montée jusqu’aux antennes. On me double encore :

 

 

Au sommet les bénévole voient que ca va pas fort. Ils m’annoncent une dizaine de km et 40min pour arriver à l’arrivée. Mais la descente est pire que la montée. Voici une photo de la madone au sommet :

 

 

Je me fais redoubler par 2 concurrents qui ont pris une mauvaise direction. Et la dans la dernière descente de nombreuses fusées vont me doubler, mais aussi certains de la grande boucle ont du mal à descendre.

Arrive le dernier ravitaillement. Les bénévoles m’encouragent, mais je demande au secouriste de me refaire le strapping car la douleur est présente. Je ne suis pas à 5min de prêt. Pendant ce temps la bénévole remplie ma bouteille vide depuis une demi-heure. Et je repars vers l’arrivée. Encore 6 km.

Puis Giorgio me rejoint. Je lui explique mon problème et lui souhaite une bonne fin de course, il pouvait finir dans les 50 et finira 52ème… Puis je passe quelque coups de fils à Sarah et Manu, mais ca coupe. Manu s’entraine pour l’Arrancabirra avec bières et pizza… Ca continue à descendre :

 

 

Je me fais doubler par des promeneurs, dès que la descente est technique avec des pierres, je dois encore ralentir. Puis un km avant l’arrivée des bénévoles m’encouragent et comprenne que ca ne va pas fort. J’arrive à doubler deux coureurs de la petite course que j’encourage. Je leur dis que maintenant c’est fini. Il nous reste moins de 1km et même en rampant on ira jusqu’au bout. Je regarde tout de même 2 virages plus haut ca serait bête de se faire doubler maintenant je suis tout de même en course, même si ca ne sera pas le meilleur résultat de l’année.

 

Je traverse la route neutralisée par les gendarmes, et arrive dans les rues du village. Une course pour les enfants est organisée et les petits trailers en herbe me double. Je les encourage, c’est sympa. Je reste sur le coté et un petit demande à sa maman : « Mais pourquoi le monsieur ne cours pas ? » Je lui réponds : « Parce que je suis trop fatigué. » Avec le sourire d’un couple de passants compatissants. C’est pas le tout, mais l’arrivée est à 50m. Je vois le speaker qui encourage les petits trailers. Encore 2 me doublent. Le speaker me demande si ca va ? J’ai même le droit au micro. Vu ma vitesse j’ai le temps d’expliquer toute ma course ! Il me fait des fleurs en disant que j’aurais du arriver dans les 4 premiers… Voilà aujourd’hui je connais mon classement : 58ème. J’ai perdu 46 places en 20km, mais au moins j’ai obtenu mon t-shirt finisher :

 

 

Voilà j’espère m’être remis en selle avec cette course. Maintenant repos pour que mon genou se remette.

 

Je file (enfin claudique) jusqu’à la voiture pour prendre mon sac, puis vais faire une bonne douche. Je rejoins Giorgio et Paolo pour un bonne bière. Giorgio rentre à Milan avant le début du derby (Inter contre Milan). Je passe un coup de fil à Silvio qui vient de passer le dernier ravitaillement. Il lui reste 6km qu’il couvrira en une heure. Je déplace la voiture vers la douche, ca sera ca de gagné pour Silvio (et il ne devra pas faire 200m pour aller à la voiture prendre son sac pour la douche). Il prend sa douche et on retrouve Paolo pour prendre un café pour nous et bien sur une bière pour Silvio ! On récupère nos diplôme :

 

 

On va prendre la route et on va faire 2h30 de voyage à cause des nombreux ralentissements de fin de weekend.

 

Je tiens à remercier les organisateurs et bénévoles pour ce « vrai »trail comme j’aimerais en faire plus souvent.

Ce fut un superbe weekend de course à pieds avec le Spartathlon, les 100km de Millau, les marathons de Berlin (record du monde de Haile Gebreselassie) Genève (Sarah et son record), le semi marathon de Turin (avec Enzo et Paolo, puis le record de Franco), les Terrils, la grimpée du pays Rochois etc.

 

Encore un beau weekend de course à pied !

 

20 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-09-2008 à 07:56:00

Salut Jerome, bravo pour ton courage. J'espère que ta blessure n'est pas grave, consulte un spécialiste et soigne toi bien.

Commentaire de L'Castor Junior posté le 30-09-2008 à 08:27:00

Ah la la : une belle bande de losers au départ, et au final un beau weekend de course à pied, grâce à un sacré mental et un véritable esprit trail.
En tout cas, on sent l'âme et la puissance d'un champion. Une nouvelle étape vers de nouveaux sommets.
Récupère bien et à vendredi !

Commentaire de ptijean posté le 30-09-2008 à 08:37:00

Bravo finisher !
Mais bon, maintenant, y faudrait voir à se reposer.
Ta rien à prouver champion, alors va pas te faire mal.
Bonne recup et à bientôt
Jean-françois

Commentaire de rapace74 posté le 30-09-2008 à 10:41:00

super jerome d'etre allé au bout de la course et de la souffrance !!!!

j'espere seulement que ta blessure n'est quand meme pas trop grave ,tu as p-e repris un poil trop tot??

repose toi bien surtout et soigne toi bien
pi l'abracadabra on la fera en marchant tout les deux si ca va pas histoire de boire des canons , refaire le monde,et d'etre a nouveau finisseur de la course de l'année!!!
manu;-))

Commentaire de eric41 posté le 30-09-2008 à 12:12:00

Dommage cette blessure Jérome et bravo d'être aller au bout.
Merci pour le CR çà à l'air d'être sympa cette course.
Eric

Commentaire de agnès78 posté le 30-09-2008 à 14:23:00

BRAVO champion pour ta volonté... prends soin de toi maintenant
bises
agnès

Commentaire de Françoise 84 posté le 30-09-2008 à 15:53:00

Merci pour ce joli compte-rendu! Bon, le mental est là, reste plus qu'à soigner les bobos... Bravo, finisher et gros bisous!!

Commentaire de frankek posté le 30-09-2008 à 16:47:00

bravo !! soigne toi bien ! récupère bien pour repartir sur de nouveaux défis...

Commentaire de brague spirit posté le 30-09-2008 à 17:18:00

Bravo pour ta persevérance Jérome.Après,ta course "houblonneuse" de samedi prochain,pense enfin à récupérer.Le trail Pierta semble etre une belle épreuve.C'est aussi une excellente bière corse.

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 30-09-2008 à 18:10:00

Bravissimo ragazzo ! Voilà une belle revanche sur l'UTMB,
malgré un temps qui ne te correspond pas, mais tu es FINISHER !
Et maintenant, soigne-toi bien et reviens nous en forme pour
la suite, l'Arrancabirra, par exemple, où là, il te faudra
tous tes moyens pour affronter... la bière à foison !!!

Bises - L'esc@rgot

Commentaire de titifb posté le 01-10-2008 à 05:16:00

Salut Jérôme ! Bon, ce qui est positif dans un sens, c'est que tu sois allé au bout. En même temps, le fallait-il vraiment ? L'intégrité physique,c'est important. Je me doute qu'après tes récentes déconvenues, tu avais à coeur de ne pas abandonner, mais il ne faudrait pas que pour finir une course, tu mettes en péril la suite de ta saison...
Place au repos de ton genou...
Bises et à bientôt à Montgevèvre sur les pentes du Janus, du Chaberton, du Grand Galibier, du Thabor ou autre !

Commentaire de Khanardô posté le 01-10-2008 à 09:50:00

Et pour finir, même en marchant tu te classes pas mal... !
Bon, attention de ne pas agraver la douleur maintenant, hein ? !
Je voudrais pas avoir à dire durant toute l'année 2009 "Jérôme ? Ah oui, mon copain clopant"... !

Commentaire de laurent05 posté le 01-10-2008 à 10:01:00

bravo jérome pour ton courage et ta volonté
pour finir ta course
bonne récup et soignes toi bien
à bientôt
laurent

Commentaire de laurent05 posté le 01-10-2008 à 10:01:00

bravo jérome pour ton courage et ta volonté
pour finir ta course
bonne récup et soignes toi bien
à bientôt
laurent

Commentaire de Stéphanos posté le 01-10-2008 à 17:40:00

ah!Jérome, je suis surpris et stupéfait! je veux pas passer pour donneur de leçon, loin de la! Mais comme il a été dit: tu n'as rien à prouver! Je sais que ton envie est grande de retrouver la confiance que tu as un peu perdu, mais je t'en prie soit patient, fais pas le con!
Et puis commence par arreter de te surnommer le ''louseur'' ça va 5 minutes!!! tu es loin d'en être un!
allez soigne toi bien! fais doucement pour dimanche! je tiens encore à courir aprés toi! lol

Commentaire de yayoun posté le 01-10-2008 à 20:00:00

Félicitations à toi aussi, tu t'es prouvé que tu étais capable de finir une course et qui plus est, plutôt bien classé alors maintenant tu peux tourner la page utmb et repartir du bon pied mais surtout te faire plaisir en courant...et je pense que ce week-end devrait tenir toutes ses promesses

Commentaire de bibiche posté le 02-10-2008 à 09:33:00


prends soin de toi et guéris vite
n'aggrave pas tes blessures
en tt cas content que tu te sois remotivé pour un petit ultratrail lol
de jolis photos
en NC les trails font 35km max ....
autant dire que ton récit me fait envie héhé
je vais regarder les courses australiennes
pour l'instant trève hivernale donc je bosse la vitesse
à +
romain
PS recherche tjrs un appart

Commentaire de calimero posté le 02-10-2008 à 21:07:00

Tu t'es accroché comme un fou et c'est là toute l'étendue de ton courage!
Bravo et surtout remets toi vite et bien!!

Commentaire de taz28 posté le 03-10-2008 à 13:50:00

Après le passage de la crème solaire, je vais devoir me mettre aux massages...pour ton genou !!!

Soigne toi surtout bien, pour encore mieux revenir ensuite...

Merci pour ce récit et les superbes photos made in italia !!

Bisous Jérôme

Taz

Commentaire de Erwan Japon posté le 11-10-2008 à 17:06:00

Elle a l'air super sympa cette course.
Dommage pour ton genou. J'espere que ca va vite se soigner avec un peu de repos.
Bravo pour ton status de finisseur malgre la blessure !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !