Récit de la course : La Montagn'Hard - 115 km 2009, par Cédric74

L'auteur : Cédric74

La course : La Montagn'Hard - 115 km

Date : 4/7/2009

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 1252 vues

Distance : 95km

Objectif : Objectif majeur

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

122 autres récits :

La montagnHard 2009 de Cédric

Ouah !!!


Par où commencer le CR d'une telle course.

A course exceptionnelle, il faudrait un CR exceptionnel !!!

Je n'ai pas la prétention de le faire (un CR exceptionnel), je vais laisser cette mission à d'autres qui savent le faire bcp mieux que moi !! Je vous parlerais donc simplement de ma course, et déjà y a pas mal à dire... (En même temps, C le but d'un CR, non, raconter sa course ??)


Alors commencons par le commencement: il était une fois... (Non, bon, on va la faire un peu moins romancer quand même)


Tout commence à la fin de l'an dernier. A la recherche d'un objectif pour l'année 2009, la MontagnHard commence à faire parler d'elle. Ses 10000D+ deviennent une obsession : il me faut faire cette course, même si mon expérience de l'ultra est assez limité.
Une Nivolet-Revard 2008, vous conviendrez que C pas énorme... Mais bon, comme on dit, à coeur vaillant, rien d'impossible !!


Passons sur la préparation qui me permet de doubler mon expérience de la longue distance (Balcons d'Azur 2009), nous voilà donc le vendredi 3 juillet 2009, 16h30: retrait des dossards. Premier contact avec les autres fous furieux..., euh, je voulais dire, les autres coureurs. Contrôle des équipements, et hop, le précieux dossard est dans le sac !!!


Rencontre avec Tercan et DidierC, mes entre-autres comparses de l'équipe des Kikour'Hard. Le temps de prendre une bière, de papoter un peu et il faut y aller, je dors dans la vallée et le sac est pas encore prêt: ce sera un des premiers enseignements de cette course. Y faut jamais acheter des trucs à la dernière minute!!! Bilan de la préparation du sac: couché à 22h45... Avec un lever prévu à 2h30, ça va faire mal...


Et hop, un oeil fermé, un oeil ouvert, il est 3h50 du mat', et on est sur la ligne de départ. On retrouve DidierC et Tercan pour le briefing d'avant course. 1 minute de silence en mémoire des 3 du Mercantour, un bout de discours d'Olivier et nous y voilà: C parti...
La blague à la mode dans le peloton: "si si, tu vas voir, les 10 premiers mêtres sont bien roulant..." Ambiance...

Pour une fois, je trouve que ça part tranquille, tant mieux !!! Un petit bout de chemin avec Tercan, qui a retrouvé Kanardo, et puis hop, c'est partit un peu plus en avant: je retrouve Didier que je croyais derrière, un bout de chemin avec lui et on se quitte.
Il est temps d'arrêter de discuter et de se consacrer à ce qui se passe au niveau des pieds: eh oui, parce qu'au niveau du sol, les choix sont plutôt clairs: soit ça monte (sec), soit ça descend (fort)...

Premier ravito: "St Gervais, St Gervais: 2 minutes d'arrêt..." Passage exprès, le temps de remplir 2 bidons et C repartit.


La montée qui suit est super sympa, ça avance bien et en moins de temps qu'il faut pour le dire, nous voilà en haut du Prarion. C bien le pb: les temps sont très nettement en dessous de ce que j'avais prévu pour une option "115 en 33h" (aidé par softrun, merci Rémi !!). Mais bon, le feeling est bon, allons y, faisons confiance aux sensations plus qu'à l'informatique.

C en haut du Prarion que je rencontre Brigitte, avec qui j'aurais la chance de faire un bonne partie du parcours Prarion-Conta. On fera aussi une partie de la descente avec The Rapace et Yantri 74 (quelle facilité, quelle décontraction pour un résultat... impressionnnant !!)
Merci Brigitte: Super rencontre, très bon feeling avec elle et on avance bien: elle est comme un rayon de soleil sur cette journée qui se couvre très franchement voir même qui s'humidifie carrément, puisque notre arrivée au ravito des Contamines est acceuilli par la pluie. Arrêt un peu plus conséquent pour moi: Brigitte continue, elle finit 2nde: félicitations à toi, ça a été un plaisir de partager ton chemin !


Le départ se fera sous l'orage, pluie battante, mais quand il faut y aller... Les 1400D+ du Joly nous attendent. Je me dis que, sous ma douche, je suis quand même mieux ici qu'en haut... (effectivement, j'apprendrais en arrivant à l'alpage des marmottes que ça a bastonné dur en haut et que certains ont été arrêté plus de 20minutes pour cause de grêle... Un coureur est même encore là, torse nu sous une couverture, l'air hagard: lui, il a été grêlé!).
Oui mais voilà, cette fois je suis seul et ce Mont Joly va se transformer en tombeau de mes illusions ( c'est beau, hein, on dirait du Verlaine...). J'explose dans la montée et mes 30 minutes d'avance se changent en 15minutes de retard et un gros coup de moins bien. Je finis l'ascension du Joly avec David, et on fait route commune une bonne partie de la descente qui nous ammène au ravito de l'Etape. Je récupère le sac intermédiaire, je refais le plein (j'ai consommé en alimentation 3 fois moins que prévu (tables ravito mal anticipées dans mes calculs...) et en boisson 2 fois moins (la C plus ennuyeux) !!!), je me change (manches longues pour le haut), je mange, je me prépare. On parle un peu avec David: il est déjà tard (20h15 passé), le temps d'arriver à la Chenalettaz, surement avant la barrière horaire, sera t il judicieux de partir sur le 115, au risque de ne pas passer la barrière horaire de 6h au Signal ??


Sur cette question, David repart devant, je lui dis: "je te ratrappe". Et moi, eh ben moi, je bloque.
J'ai froid, je rentre à l'intérieur: j'ai déjà mon sac sur le dos, je suis prêt à partir mais un doute m'envahit: je regarde autour de moi et je vois une armée de mecs, nettement plus aguerri que moi qui abandonne, un qui me dit que malgré son wagon d'UTMB et sa PTL, il trouve que c'est la course la plus dure qu'il est jamais faite... J'ai peu de chance de passer la barrière horaire de 6h au Signal si je reprend un coup de moins bien comme au Joly me reprend. Que faire ???


Eh ben je vais vous dire ce que j'aurais du faire tout de suite, mais qu'il m'a fallut 20 bonnes minutes pour faire: un bon coup de pied au cul, voilà la solution !!!

Je repars au mental, et si le 115 est plus sortable, et ben on va le finir ce 95, je vais pas abandonner ici, je l'ai voulu cette course, j'y suis, j'y reste.


Arrivée à Chenalettaz à 22h et quelque, je préfère assurer le 95 plutôt que de me risquer dans un hypotétique 115, d'autant plus que je suis seul, et une longue, très longue nuit s'annonce.

L'équipe des 3 jeunes du CP m'explique qu'apparement, certains ont dit que le balisage est un peu insuffisant sur cette section. Bon, on va voir ça. Effectivement, C parfois un peu juste, mais bon, y a pas de quoi se paumer non plus. (Hormis l'indication des 3 jeunes: "suivez toujours les panneaux "le Signal", alors qu'une fois, le balisage nous fait prendre à l'opposer du panneau... Mais bon, nul n'est parfait et au bout du compte, on y arrive qd même au Signal donc...)


On continue mais la fatigue commence à rendre la chose franchement difficile, j'ai l'impression de ne plus avancer. Je me surprendrais toute la nuit à dormir en marchant, à me réveiller sur le bas coté, entrain de débroussailler les bords de piste... Une première pour moi qui résiste si bien au sommeil d'habitude... Arrêt au Signal, le temps de me poser: une soupe aux pates, 10 minutes de sommeil, passage du collant en bas et du coupe-vent en haut, le temps de parler un peu avec quelques autres qui ont une tête aussi démontée que celle que j'imagine avoir et puis on y retourne: il reste encore 30 kilomêtres qd même...


Toujours cette sensation de ne pas avancer, de dormir debout (pas une sensation, une réalité) et arrivée au CP monument à 3h15... La sensation de ne pas avancer est vérifié sur le papier: plus de 3h pour moins de 10kms...! Je m'arrête 5 minutes au monument pour dormir à nouveau, mais ça ne rêgle rien. Je continue donc en me disant que de toutes façons, si j'abandonne maintenant, ça va foutre la merde pour l'organisation, faire monter un 4x4 ici et tout, non, je peux pas faire ça, si j'arrive à marcher, j'arriverais à finir. Je vous passe la description des dernières heures de la nuit, C pareil: radar, passage à vide et douleurs au programme.


Mon sauveur arrive sous les traits de Jean-Luc, qui arrive sur moi vers 8h (approx) et me trouve cuit coque ! Il me dit: "allez viens, on continue ensemble" Et là, C la renaissance: j'avance à nouveau un peu moins lentement. On descend comme on peut sur le ravito de Megève. Pause, repassage de la tenue été (court haut et bas) et on s'attaque à cette dernière grimpette qui nous attend: les 600D+ qui nous attendent pour remonter sur l'épaule du Mt Joly, mon bourreau de la veille. On grimpera pas trop mal, en tout cas, arrivée en haut on est content de nous. Le temps de croiser L'Castor en haut qui me complimente sur mon prénom (oui, Cédric, on a de la chance de porter un prénom comme le notre!), Akuna en embuscade sur le début de la descente qui me ceuille le portable à l'oreille (ça fait sérieux ça ??) et la longue descente sur St Nicolas s'amorce.


Impossible de lacher les chevaux: ma hanche me fait mal, mes pieds sont deux grosses crevasses. Je serre les dents, la fin est proche. Jean Luc a de plus en plus de mal à se retenir, mais il a dit qu'on finirait ensemble, donc il m'attend. Au bout d'un moment, j'arrive à le convaincre de partir sans moi, on est presque arrivée, il a fait beaucoup pour moi. Je lui dois une fin de course beaucoup plus agréable que ce à quoi je m'attendais... Merci Jean-Luc, tu as été mon sauveur sur cette fin de course.


J'arrive à 11h00, content d'en avoir finit avec cette course, ce monstre que j'attendais avec impatience,envie et inquiétude depuis plusieurs mois.


Je suis hagard, je ne sais plus trop que faire, où aller, mon comité de soutien arrive 5 minutes après mon passage de la ligne: j'ai été trop rapide...


Bilan de cette course: une organisation au top (à un grand steak que j'ai croisé dans la nuit au CP monument qui promettait des morts et du sang pour Olivier suite à des défauts de balisage inacceptables: je suis passé au même endroit que toi, dans un laps de temps équivalent et je ne me suis pas perdu, donc, faut ouvrir les yeux, sinon, on va courir sur route...). Des bénévoles en grand nombre, toujours sympathique et plein d'attention. Des ravitos nickel, rien à demander de plus. Pleins de Kikoureurs, que j'ai enfin pu associer en vrai aux gens que je croise au détour des forums et des CR: Tercan (cool et finisher sans bobo), DidierC (se sera pour l'an prochain), Rapace (trop facile, c'est énervant), Yantri74 (comme rapace), Langevine (qui me donnera des nouvelles du rapace à l'arrivée), Rapacette (quelle sourire), miss Tamiou (qui a intérêt à s'inscrire sur Kikourou avec un pseudo à elle) et tout les autres que j'ai vu ou croisé mais que j'aurais oublié. Des coureurs sympa, très nettement plus que sur une course "classique" (mention spécial à David (finisher du 115) et à Jean-Luc (SP au plus grand tunnel de France), qui m'ont tout les deux bien aidé à tenir le coup dans des passages difficiles. Et une expérience énorme: sur la gestion de course, sur les erreurs à ne pas faire, sur comment passer les coups de moins-bien, sur moi ... Littéralement , une expérience hors du commun.


J'ai peur d'avoir oublié qqchose ou qqun mais je crois que j'ai fais le tour, autant que possible, de cette course. Merci à Olivier pour cette magnifique course et j'ai fais deux promesses:
Premièrement, si cette course recommence l'an prochain (je n'ose pas croire le contraire): je serais là, comme bénévole, pour donner autant qu'on m'a apporté.
Deuxièmement: je serais finisher du 115 un jour...

10 commentaires

Commentaire de L'Castor Junior posté le 07-07-2009 à 08:34:00

Tu avais l'air en pleine forme au refuge, radieux comme celui qui s'apprête à prendre la dernière part de gâteau qui reste dans le plat ;-))
Jolie perf, vraiment. Normal avec ce prénom ;-))
à+

Commentaire de LtBlueb posté le 07-07-2009 à 09:39:00

Bravo pour ta perf , terminer le 95km avec "si peu de références" , est un sacré exploit. A mon avis , tu peux t'attaquer sans souci à d'autres aventures !!
Sinon le CR est parfait : il manque juste un ch'tit truc : une photo de toi avec le Buff :)))))

Commentaire de akunamatata posté le 07-07-2009 à 14:58:00

je confirme pour le portable a l'oreille, cela faisait super serieux, genre le mec qui finit un dossier urgent ;-)))
http://www.flickr.com/photos/akunamatata/3696454197/in/set-72157621027630252/

Commentaire de Tercan posté le 07-07-2009 à 18:13:00

Super d'avoir fini avec un gros coup de barre dès le mont joly !!!
Pour une première expérience t'as taper dans du lourd et tu t'en sort plutot très bien.
On se voit autour des dents du midi :)
A+

Commentaire de rapace74 posté le 09-07-2009 à 10:11:00

meme si avec yann on t'a doublé deux fois !!!
ne crois pas que tout etait si facile pour nous ;-))) vraiment bravo pour la belle course que tu as fait!!! et je ne crois pas me tromper de beaucoup en disant que kikourou'hard etait une grosse équipe de finishers au complet!!! au plaisir
manu

Commentaire de Khanardô posté le 09-07-2009 à 13:25:00

Je me demande si je ne t'ai pas vu, pas très loin de moi, vers le sommet du Joly. Je venais aussi d'essuyer un bon coup de mou, c'est vrai que c'était dur là-haut !
;-)
On se dit à l'an prochain ? (si j'y vais, ce sera en bénévole, et je te pompoculthérapeuterai sur le 115 !)

Alain

Commentaire de Tamiou posté le 10-07-2009 à 09:42:00

Bravo, Cédric, pour un coup d'essai c'est un coup de maître..

Brigitte a également beaucoup apprécié ce bout de route avec toi, et d'une manière générale l'ambiance de cette course a échelle humaine.

Je ne désepère pas qu'elle soit Kikoureuse un jour, pour en parler elle même ??

Commentaire de Mustang posté le 10-07-2009 à 10:39:00

bravo! c'est ENORME!

Commentaire de Yantri74 posté le 14-07-2009 à 21:54:00

Bravo et content d'avoir fait ta connaissance Cédric, je partage également ton avis sur cette course (hors norme, super bien organisé et des souvenirs plein la tête partagé avec Rapace74 et les autres)
Merci pour le CR
Meilleur récup à toi
Yann

Commentaire de LudoH posté le 16-07-2009 à 12:51:00

Bravo, bel exploit et beau CR

a bientot sur les sentiers j'espere

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !