Récit de la course : Le Bol d'Air de la Forêt de Mervent 2005, par l'hippopotame

L'auteur : l'hippopotame

La course : Le Bol d'Air de la Forêt de Mervent

Date : 11/9/2005

Lieu : L'Orbrie (Vendée)

Affichage : 1617 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Le récit

Juste un petit mot pour vous dire qu’hier j’ai pris beaucoup de plaisir à courir le trail du bol d’air dans la forêt de Mervent. Départ à 7h30 après une nuit sous la tente sur un terrain de foot mis a disposition des coureurs, le soleil était au rendez-vous ce qui nous permit de profiter à fond de ce site superbe. Parti dernier j’ai un peu de mal à trouver un rythme, après 5km je rejoint une raideuse sympatoche qui vient de se faire attaquer par des guêpes, on papote, on se raconte notre vie et sans y penser le rythme et les sensations sont là. Je perd ma « partenaire » au 20éme au détour d’une pause technique. Je rejoint le 25éme kilo en 2h35 pour le premier ravito ou je rejoint deux coureurs, un bout de pain d’épice et de chocolat et c’est reparti. Un gars du ravito nous prévient : « vous allez voir là ça change un peu ». Effectivement on aborde de suite une descente beaucoup plus longue que les autres, je finit pleine bourre en bas de la descente, un peu surpris d’avoir pris autant de vitesse, d’ailleurs les deux mamies qui se trouvent en bas de la pente sont aussi un peu surpris de voir 75kg soufflant et suant leurs débouler dessus. C’est ici que commence le tour de la retenue d’eau formé par le barrage du Mervent, le coin est vraiment superbe surtout avec ce petit soleil matinal. Ce tour sera agrémenté de belles descentes et des montées qui vont avec que je ferais systématiquement en marchant. Sur le sentier au bord du barrage les changements de rythmes sont fréquents, il y a pas mal de rochers à passer sans contournements possibles et quelques petits murs de quelques mètres à grimper à quatre pattes en s’agrippant aux racines avec les mains et les dents si besoin. Vers le 40éme juste avant un passage à gué rafraichissant pour les pieds, je tombe sur un petit mur de 20m à descendre tout en souplesse, en bas un VTTiste attend ses deux potes qui en haut de mur on l’air de se demander s’ils y vont ou pas, d’humeur badine je les taquine, « mouarf ! même pas cap de descendre !! » et évidemment , la fatique aidant j’oublie d’être perpendiculaire à la pente , je zap sur la terre meuble et descend le mur sur mon fondement. Ca m’apprendra à être d’humeur badine ! Je passe au 45kilos en 4h50 , de savoir que la fin du parcours est proche les jambes se font un plus lourdes, la fin du parcours se fait sur une belle descente sur route ou je peux me lacher pour finir « a donf ».
Voili,voilou, je boucle les 50kilos en 5h30, je suis assez content d’une part passque je passe les 42km pour la première fois et aussi passque que je ne me sent pas trop marqué, et que cela me semble de bonne augure pour Royan le 16/10.

A+ !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !