Kikourou.net • Voir le sujet - PERTE DE MOTIVATION
Page 2 sur 2

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 16 Juin 2018, 11:49
par Galaté57
philtraverses a écrit:
Sinon concernant la motivation, généralement je me force au début à courir car fatigué par mon boulot, limite burn ou. Mais comme on dit l'appétit vient en mangeant et le plaisir revient en courant.
Par contre je n'aime plus me faire mal et souffrir et je reconnais être agacé par ceux qui bien qu'en chiant gardent le sourire alors que moi je fais la gueule, de sorte qu'en trail personne n'a envie de me parler, ce qui est d'ailleurs l'effet escompté :twisted:


Idem, sur les premiers km, j'ai toujours cette pensée "mais pourquoi je suis là à me faire chier (au sens littéraire) alors que je pourrais être tranquille dans mon lit.
Et les km faisant, je m'extasie devant un levée de soleil, un horizon, me surprendre à ne pas être "fatiguer" après 60km, me dire "purée je vais passer une nouvelle ligne d'arrivée" à réfléchir du coup quelle sera la prochaine.. (m'est arrivé aussi de me gaufrer tellement je suis dans mes pensée :mrgreen: ), essayer d'améliorer mon flamand..
Bref, toutes ces petites choses qui font qu'en fin de compte, j'ai encore envie :lol:

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 17 Juin 2018, 18:23
par RayaRun
Apr√®s 10 ans de course √† pieds, l UTMB a √©t√© le d√©clencheur de ma d√©pression... En 2015, j ai enfin fait LA course dont je r√™vais (et pourtant ce n est pas la plus belle malgr√© le mythe), s en est suivi une absence d envie, je n avais plus d objectif ni d envie... puis la cheville s en est m√™l√©e et l entra√ģnement est devenu de plus en plus light quand le poid lui a commenc√© √† augmenter... 2016, ann√©e pourrie, abandon √† l ecotrail 80 (5eme participation) , abandon √† l X-Alpine au 1er ravito... pas assez d entra√ģnement, pas la gniak, bless√© et pas envie... ce n est que fin 2016 d√©but 2017 que l envie est revenue et 2018 que je me suis vraiment repris en main.

En y r√©fl√©chissant, fin 2015, gros changement impos√© au boulot, assez mal v√©cu en 2016, je n ai repris le dessus qu en 2017 et plut√īt d√©sormais d√©cisionnaire en 2018 !

La je suis impatient d en d√©coudre √† la Montagn‚ÄôHard apr√®s un 24 h UBS plut√īt bien satisfaisant en mai !

Dans le toujours plus, je suis de moins en moins attiré par un TOR ou une PTL quand je vois l état de certains plusieurs semaines après. J aime les distances de 100-120 km avec de temps en temps un 100 miles.

Je ne veux rien démontrer mails je pense qu il faut savoir s écouter et lorsqu on passe ses propres objectifs, il faut vite s en fixer d autres, même plus faible voire complètement différent pour ne pas tomber dans la déprime.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 17 Juin 2018, 18:32
par Galaté57
RayaRun a écrit:
Je ne veux rien démontrer mails je pense qu il faut savoir s écouter et lorsqu on passe ses propres objectifs, il faut vite s en fixer d autres, même plus faible voire complètement différent pour ne pas tomber dans la déprime.


Du coup tes propos laissent entendre que c'est irréversible, sauf arrêt sur contrainte physique, nous (toi, moi....) sommes destinés à continuer, à toujours aller de l'avant, découvrir d'autres courses, d'autres mondes..
Décidément, nous avons tous quelque de chose de Spock en nous :mrgreen:

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 17 Juin 2018, 19:35
par freko78
C'est marrant, moi au contraire j'ai eu ma grosse perte de motivation quand j'ai commenc√© √† me mettre s√©rieusement √† la course √† pied en comp√©tition. Je me fixais des encha√ģnements de courses ne permettant pas de r√©cup√©rer et d√©compresser, j'√©tais toujours en train de me forcer √† faire une s√©ance en me disant que sinon je ne serais pas pr√™t pour la course suivante.

Au final, √ßa a abouti √† du surentra√ģnement et une grosse blessure, suivis d'un arr√™t de la CAP pendant un an. Sur cette p√©riode, si j'avais fait deux fois moins de courses, je ne me serais s√Ľrement pas bless√© et j'en aurais beaucoup plus profit√©. Mais il fallait que je puisse √©pater mon entourage en disant que j'ai fait X courses dans l'ann√©e.

Depuis, j'ai repris sans me soucier du regard des autres et des modes, à mon rythme. J'ai quand même gardé un objectif de kilométrage hebdomadaire de CAP + vélo pour rester affuté mais la grosse différence, c'est que maintenant je m'en fous si je n'arrive à faire qu'une sortie au lieu des quatre prévues dans la semaine. Et surtout je ne participe à une course que si j'en ai vraiment envie et me sens assez en forme pour ça.
Je pense aussi comme vous que le toujours plus est n√©faste, surtout avec cette √©poque hyperconnect√©e o√Ļ on exhibe la moindre de ses "performances" et se sent oblig√© de ne pas rester largu√© par rapport aux autres. D'ailleurs quand je discute avec des coureurs apr√®s une course, on me pose souvent cette question : c'est quoi ton prochain objectif ? A chaque fois je r√©ponds aucun, et √† chaque fois les gens semblent choqu√©s.

Il y a aussi un dernier point qui m'interpelle. Sur ce fil de discussion, plusieurs personnes ont fait des burn-out. Je trouve que c'est un sujet autrement plus préoccupant que le manque de motivation en CAP car dans mon entourage, de plus en plus de personnes en sont victimes et en sont sorties littéralement détruites. Finalement, le problème ne viendrait-il pas aussi du fait qu'on se laisse bouffer de plus en plus par le boulot ?

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 17 Juin 2018, 20:11
par Free Wheelin' Nat
Par le boulot ET la course à pied aussi, et si la santé s'y met, ça fait un beau cocktail :lol:
En ce qui me concerne l'année dernière, grosses tensions au boulot , été chargé mais sans plus, mais conjointement, 4 sorties par semaine et une poussée de RCH que j'ai encaissée sans prendre de congé maladie (et Dieu sait si, avec une ALD, j'y ai droit, mais je suis con et je pense aux collègues... :roll: ).
Bref, si j'ai assum√© (presque) brillamment toutes les courses pr√©vues , j'ai fini √† l'automne avec des inflammations articulaires un peu partout , un genou qui s'est mis √† d√©conner grave sans aucune raison, un poignet pareil, et de vagues sympt√īmes de polyarthrite rhumatoide (maladie souvent associ√©e √† la RCH...) et c√īt√© moral, une absence totale d'envie m√™me de sortir de la maison pendant mes cong√©s annuels .
Juste pour aller faire des courses et emmener mon fils au lyc√©e le lundi matin . Je me for√ßais √† aller voler un peu sur la c√īte , mais il fallait que je remonte vite me planquer dans ma caverne.
C√īt√© course √† pied, c'est revenu tard, il n'y a qu'√† voir comme j'ai tard√© √† m'inscrire √† la MH...

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 20 Juin 2018, 17:36
par Jean-Phi
Free Wheelin' Nat a écrit:Par le boulot ET la course à pied aussi

+1.
Quand j'ai explos√© c√īt√© boulot (et tout court), je n'ai pas mis √ßa sur le compte de la course au d√©part. Avec le recul, je m'aper√ßois que je m'√©tais bourr√© le cr√Ęne que je pouvais faire la TDS fin 2016 apr√®s avoir v√©g√©t√© pendant presque 2 ans sans trop rien faire (le dernier entra√ģnement structur√© remontait au 1er semestre 2015). J'√©tais d√©j√† dans un √©tat pas top √† ce moment l√† mais ne m'en rendais pas compte.
Moralité, j'ai enquillé les séances comme je pouvais, les compétitions en emmagasinant la fatigue et en pensant pouvoir gérer comme autrefois. Oui, sauf que la charge de boulot a elle aussi explosé et c'est parti en vrille. SI bien que lors de l'épisode du déclenchement (ya toujours un déclenchement dans une avalanche, quelle qu'elle soit), j'ai fait comme Nath. Je me suis voilé la face, j'ai assumé jusqu'à un certain point et je suis parti en live en arrêtant tout. Aujourd'hui, je n'ai toujours pas ou peu de motivation, mes séances de course n'excèdent pas les 1h15 et je marche essentiellement.
Je pensais que ça allait mieux car je venais d'enquiller 1 mois de 3 séances de càp et 3 ou 4 de marche dont la semaine dernière 5 sorties càp et 4 de marche (rassurez-vous, jamais plus d'1h30 pour la marche et 1h10 de càp). Cette semaine je suis retombé à 2* de la marche depuis lundi et pas envie d'en faire plus. Bref, c'est pas fini, pas revenu. Le chemin est long pour le retour et je ne parle même pas du moral qui est en vrille un jour sur 2... :oops:
Donc moralité : Ecoutez-vous !

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 20 Juin 2018, 18:25
par Galaté57
"CONTENT" de voir que ce post permet à certains de s'exprimer alors que derrière nos écrans,il était possible de croire que la vie simple, qu'il suffit de chausser ses baskets pour évacuer.

Le sport, mal g√©r√© peut devenir une cause aggravante de ces probl√®mes comme il peut √™tre une solution quand l'on arrive √† prendre du recul et non esclave de son para√ģtre.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 25 Juin 2018, 13:46
par fredchmb
Ah ben tiens je profite du post....
Je venais sur ce site sous le pseudo de fred2866 il y a pas mal de temps; embarqu√© par des potes qui couraient je me suis au trail en 2010 at avec mon foncier (ex footeux, boxe fran√ßaise, un peu de course) j'y ai vite pris go√Ľt, Ecotrail, CCC, loz√®re, Aravis etc etc..et puis je me suis chop√© un kyste derri√®re le mollet, tr√®s mal plac√© et qu'aucun m√©decin voulait infiltrer. Je pouvais courir mais moins rapidement et avec le risque qu'une douleur type contracture se r√©veille √† tout instant....p√©riode par ailleurs compliqu√©e sur le plan personnel en plus d'un boulot certes int√©ressant mais un peu "toxique"...petit √† petit j'ai arr√™t√© de courir, j'en avais marre, marre de m'entrainer, marre d'avoir les yeux riv√©s sur mon cardio; m√™me pas essay√© de me forcer. Et pourtant le sport est fondamental pour moi ! Tout √ßa entre 2013 et 2016. Et puis j'a repris la boxe fran√ßaise et puis j'ai recommenc√© √† trottiner, et puis j'ai rencontr√© un m√©decin qui a accept√© de m'aspirer le kyste il y a un an exactement...et l√† tout est revenu mais d'une fa√ßon tr√®s diff√©rente, beaucoup plus lib√©r√©e, plus en communion avec l'environnement. Je me suis mis au minimalisme, j'ai arr√™t√© le cardio, les courses et m√™me si aujourd'hui j'avoue que je suis repris par le d√©mon des trails (je suis sur le Tour des lacs lol) je m'aper√ßois que je suis totalement dans le plaisir (j'avoue aussi que je me suis rachet√© une forerunner 235 !). Je cours quand j'en ai envie c'est √† dire souvent mais je n'h√©site pas √† arr√™ter un entrainement quand j'en ai marre, √† observer, √† sentir, √† m'extasier, le plaisir de l'instant pr√©sent...et tout en restant comp√©titeur quand je le souhaite. A la carte.
Rétrospectivement je pense que la conjonction de situations personnelle et professionnelle difficiles ont contribué inconsciemment à ma perte d'envie, en plus de la gêne au mollet. Une perte d'envie de vivre si j'ose dire qui a dépassé le simple sport. Aujourd'hui ma situation personnelle se décante (pas comme je le veux mais c'est la vie aussi lol) et je prends les décisions qui s'imposent sur le plan pro...une espèce de nouveau départ dans l'inconnu, un peu inquiétant mais palpitant et la course m'accompagne de nouveau dans cette aventure ... Bon vent, Inch Allah, Yelah !!!!

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 09 Juil 2018, 16:30
par Jam
Bonjour à tous,

Voilà près d'un an que j'ai pas mis les pieds sur kikourou, la faute au...manque de motivation. Ben oui, pourquoi venir sur kikourou quand on ne cours plus (ou presque).
Alors voil√† moi aussi j'ai une perte de motivation, mais pas un burn out (m√™me si j'ai des sympt√īmes assez similaires √† bon nombres d'entre vous).
D'abord, j'ai toujours essay√© de pratiqu√© le trail de fa√ßon raisonn√©e (pas plus de 2/3 grosses courses par an) afin de ne pas trop abimer mon corps, et pour garder de la fra√ģcheur mentale. Mais comme beaucoup, on se laisse prendre au jeu et la charge de travail pour tenir les objectifs √† tendance √† grimper assez vite.
L'an passé j'ai enfin terminé cette EB qui me faisait de l'oeil. Heureux mais complètement vidé. En fait il m'a fallut près de 6 mois pour réaliser que j'avais réussi mon objectif presque facilement en plus (enfin, ressenti comme tel) !
Et au retour chez mon h√īte, coureur et entra√ģneur du cr√Ľe, il me dit "maintenant il faut que tu fasses une pause, que tu r√©cup√®res de cette courses si difficile". J'ai dit machinalement oui, alors que je me sentais encore super bien. Mais cette id√©e a fait son chemin, aid√©e par la double tendinite aux genoux que j'avais attrap√© pendant cette course et que je d√©sirais ardemment soigner correctement. Donc fin de l'entra√ģnement pendant plusieurs mois. Et l√† plus envie. Envie, si de ces moments de bonheur dans la nature seul, de ces moments de joie et de plaisir intense que seul le trail a pu m'apporter, mais plus cette envie de l'effort n√©cessaire. Alors voil√†, je suis retourn√© naturellement √† mon premier amour, un art martial vietnamien, pour un effort et un sport qui n'a rien √† voir.
J'ai pris 6 bons kilos dans les premiers mois d'apr√®s-course que je n'arrive plus √† perdre. Je ne cours plus qu'une √† deux fois par semaine. Pour mes courotaf qui sont des moments de d√©compression, pas des entra√ģnements. Mais le dimanche matin, d√©sormais la grasse mat l'emporte sans probl√®me.
Je sais que ça me manque au fond de moi, mais je ne suis pas encore prêt à endurer ces efforts, cette ascèse nécessaire à l'atteinte de tels objectifs qui nous bouffe le cerveau jour et nuits.
Je pense m'inscrire à la grande Origole (si elle se fait) parce que ça me démange, parce que j'aurais fait une pause de plus d'un an, parce que j'aurai fait le reset nécessaire pour repartir. Mais je suis totalement incapable de dire aujourd'hui si je réussirai à ne serait-ce qu'être au départ.
Comme ça été dit par ici, et ailleurs, il faut prendre le temps, se régénérer, et se fixer des objectifs raisonnable (qui a dit que c'était un mot banni ici :) ).
Bon courage à tous. Prenez soin de vous (et vos familles et vos proches). Ca c'est le plus important.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 05 Nov 2018, 11:56
par doudouX
Salut,
C'est à mon tour de ne plus trouver la motivation pour la course.
Apr√®s le Morbihan en Juin (et donc grosse pr√©pa avant), j'ai "l√Ęch√©" un bon mois. J'ai repris du plaisir pendant ma semaine de vacances dans le Pyr√©n√©es. Et depuis septembre et la reprise du train train sur mes sentiers habituels... plus rien comme motiv.. Nada. Plus envie du tout.
En plus √ßa fait un an que j'encha√ģne les blessures et je prends conscience qu'avec mon hernie, je ne prendrais peut √™tre plus autant de plaisir qu'avant. J'ai r√©guli√®rement le quadri gauche qui se rappelle √† mon bon souvenir. Ce n'est pas pas tendineux - dixit l'√©chographie - mais d'apr√®s mon osto√©, c'est une cons√©quence de l'hernie justement, √ßa tire √† cet endroit.
Pour dire, c'est ma femme qui me motive pour courir le we... et je fais difficilement 1h tellement ça me gave. Je cours avec les collègues et j'ai réussi à me faire mal à un genou... enfin tout va bien quoi !!!
Donc je nage, je fais des étirements, un peu de vélo en allant au boulot... J'ai supprimé tout mon programme de course jusqu'à la fin de l'année.
Je pense me laisser jusqu'à Noel. A mon avis, mon corps en la tête en ont ras le bol que tout tourne autour de ça. Et j'ai peut être besoin de vivre et réparer mes blessures sans me mettre de pression excessives dessus. Que le corps se répare sans pression.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 05 Nov 2018, 14:10
par Galaté57
doudouX a écrit:Salut,
C'est à mon tour de ne plus trouver la motivation pour la course.
Apr√®s le Morbihan en Juin (et donc grosse pr√©pa avant), j'ai "l√Ęch√©" un bon mois. J'ai repris du plaisir pendant ma semaine de vacances dans le Pyr√©n√©es. Et depuis septembre et la reprise du train train sur mes sentiers habituels... plus rien comme motiv.. Nada. Plus envie du tout.
En plus √ßa fait un an que j'encha√ģne les blessures et je prends conscience qu'avec mon hernie, je ne prendrais peut √™tre plus autant de plaisir qu'avant. J'ai r√©guli√®rement le quadri gauche qui se rappelle √† mon bon souvenir. Ce n'est pas pas tendineux - dixit l'√©chographie - mais d'apr√®s mon osto√©, c'est une cons√©quence de l'hernie justement, √ßa tire √† cet endroit.
Pour dire, c'est ma femme qui me motive pour courir le we... et je fais difficilement 1h tellement ça me gave. Je cours avec les collègues et j'ai réussi à me faire mal à un genou... enfin tout va bien quoi !!!
Donc je nage, je fais des étirements, un peu de vélo en allant au boulot... J'ai supprimé tout mon programme de course jusqu'à la fin de l'année.
Je pense me laisser jusqu'à Noel. A mon avis, mon corps en la tête en ont ras le bol que tout tourne autour de ça. Et j'ai peut être besoin de vivre et réparer mes blessures sans me mettre de pression excessives dessus. Que le corps se répare sans pression.


Merci pour ton apport
Je me retrouve aussi dans tes mots, perso maintenant j'aborde la CAP avec un autre regard, et certainement plus celui des autres, la priorité est devenue mon plaisir, mon corps m'a fait comprendre qu'il en avait ras-le-bol aussi, qu'il ne voulait plus d'échéance et alors que nous abordons la fin de l'année, je ne cherche pas à me faire un nouveau calendrier, juste des envies...

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 15:08
par Yvan11
Salut à tous, je vous lis avec intérêt, ayant moi-même arrêté de courir il y a deux ans en partie parce que j'en avais marre d’enchainer les différents pépins physiques.
Certains de ces pépins sont maintenant réglés (sans que je sache si je risque une rechute en reprenant la CAP), et je m'en suis rajouté des nouveaux en me cassant la clavicule en VTT en Avril.
Ce qui me motive actuellement pour reprendre le sport de manière régulière, c'est le retour de troubles anxieux qui avaient disparu de ma vie depuis 2007 et mes débuts en CAP. Et il se trouve que la pratique régulière d'une activité physique est un des moyens de prise en charge de ses troubles. A tenter donc en espérant éviter les autres voies : médicamenteuse et/ou thérapie psy.

Donc demain (ou après demain) je reprends...pour le plaisir ET pour ma santé.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 17:29
par pacman
Yvan11 a écrit:Salut à tous, je vous lis avec intérêt, ayant moi-même arrêté de courir il y a deux ans en partie parce que j'en avais marre d’enchainer les différents pépins physiques.
Certains de ces pépins sont maintenant réglés (sans que je sache si je risque une rechute en reprenant la CAP), et je m'en suis rajouté des nouveaux en me cassant la clavicule en VTT en Avril.
Ce qui me motive actuellement pour reprendre le sport de manière régulière, c'est le retour de troubles anxieux qui avaient disparu de ma vie depuis 2007 et mes débuts en CAP. Et il se trouve que la pratique régulière d'une activité physique est un des moyens de prise en charge de ses troubles. A tenter donc en espérant éviter les autres voies : médicamenteuse et/ou thérapie psy.

Donc demain (ou après demain) je reprends...pour le plaisir ET pour ma santé.

Comme tu as raison! Le vieil adage : "√™tre bien dans son corps, c'est √™tre bien dans sa t√™te" est tellement vrai. Je ne suis pas un grand coureur mais √† chaque fois que j'ai l√Ęch√© l'entrainement (p√©pins physiques ou coupures), premi√®rement la t√™te commence √† faire des siennes et en plus le corps attrape d'autres soucis... Et j'ai l'impression qu'en course √† pied, on s'√©vade davantage (ou plus rapidement) que dans d'autres sports. Alors moi aussi √† chaque fois, j'ai ce besoin de reprendre et c'est souvent conjugu√© avec l'approche de temp√©ratures davantage supportables pour courir (mi automne / hiver / mi printemps).

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 17:44
par Galaté57
Yvan11 a écrit:Salut à tous, je vous lis avec intérêt, ayant moi-même arrêté de courir il y a deux ans en partie parce que j'en avais marre d’enchainer les différents pépins physiques.
Certains de ces pépins sont maintenant réglés (sans que je sache si je risque une rechute en reprenant la CAP), et je m'en suis rajouté des nouveaux en me cassant la clavicule en VTT en Avril.
Ce qui me motive actuellement pour reprendre le sport de manière régulière, c'est le retour de troubles anxieux qui avaient disparu de ma vie depuis 2007 et mes débuts en CAP. Et il se trouve que la pratique régulière d'une activité physique est un des moyens de prise en charge de ses troubles. A tenter donc en espérant éviter les autres voies : médicamenteuse et/ou thérapie psy.

Donc demain (ou après demain) je reprends...pour le plaisir ET pour ma santé.


C'est vrai, l'aspect "thérapeutique" de la CAP n'est pas négligeable
D'ailleurs, j'ai aussi commencé pour évacuer le trop plein le soir après des journées en interrogatoire et pris l'habitude de me vider ainsi alors que nombre de collègues se retrouvent dans l'addiction médicamenteuse ou alcoolique, voir stupéfiante.
L'activité sportive est un équilibre avec la vie professionnelle et familiale, au fil des ans, j'ai aménagé les plages horaires avec des séances d'entrainement aux aurores à 5H00 du mat ou au coucher sur les 23H00.
La CAP présente l'avantage de la facilité à mettre en oeuvre, suffit d'une fenêtre de 2H00, une tenue vestimentaire, sans nécessité de location ou déplacement, en partant de chez soi ou son bureau, on peut toujours trouver un circuit.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 20:11
par Yvan11
Galaté57 a écrit:
Yvan11 a écrit:Salut à tous, je vous lis avec intérêt, ayant moi-même arrêté de courir il y a deux ans en partie parce que j'en avais marre d’enchainer les différents pépins physiques.
Certains de ces pépins sont maintenant réglés (sans que je sache si je risque une rechute en reprenant la CAP), et je m'en suis rajouté des nouveaux en me cassant la clavicule en VTT en Avril.
Ce qui me motive actuellement pour reprendre le sport de manière régulière, c'est le retour de troubles anxieux qui avaient disparu de ma vie depuis 2007 et mes débuts en CAP. Et il se trouve que la pratique régulière d'une activité physique est un des moyens de prise en charge de ses troubles. A tenter donc en espérant éviter les autres voies : médicamenteuse et/ou thérapie psy.

Donc demain (ou après demain) je reprends...pour le plaisir ET pour ma santé.


C'est vrai, l'aspect "thérapeutique" de la CAP n'est pas négligeable
D'ailleurs, j'ai aussi commencé pour évacuer le trop plein le soir après des journées en interrogatoire et pris l'habitude de me vider ainsi alors que nombre de collègues se retrouvent dans l'addiction médicamenteuse ou alcoolique, voir stupéfiante.
L'activité sportive est un équilibre avec la vie professionnelle et familiale, au fil des ans, j'ai aménagé les plages horaires avec des séances d'entrainement aux aurores à 5H00 du mat ou au coucher sur les 23H00.
La CAP présente l'avantage de la facilité à mettre en oeuvre, suffit d'une fenêtre de 2H00, une tenue vestimentaire, sans nécessité de location ou déplacement, en partant de chez soi ou son bureau, on peut toujours trouver un circuit.


Je pense que tout est dans le dosage effectivement. Le danger, c'est quand cette activit√© de loisir, qui fait du bien au corps et √† la t√™te, qui peut aussi aider √† se faire une place en soci√©t√©, devient l'activit√© num√©ro un, le principal centre d'int√©r√™t personnel et le seul faire-valoir. On risque alors le syndrome du toujours plus jusqu'√† l‚Äô√©cŇďurement et/ou la blessure.
Pour ma part, j'ai eu la chance même quand j'étais en forme, d'avoir l'envie de revenir sur du court chaque fois que j'ai fait une course un peu longue. Je ne suis donc jamais allé m'aventurer sur la distance des 100 miles, mais je pense que je pourrais vivre sans. J'ai tendance à penser qu'il y a certains rêves/fantasmes, en sport comme dans d'autres domaines, qui ne sont pas fait pour être réalisés.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 21:02
par Galaté57
Yvan11 a écrit:
Je pense que tout est dans le dosage effectivement. Le danger, c'est quand cette activit√© de loisir, qui fait du bien au corps et √† la t√™te, qui peut aussi aider √† se faire une place en soci√©t√©, devient l'activit√© num√©ro un, le principal centre d'int√©r√™t personnel et le seul faire-valoir. On risque alors le syndrome du toujours plus jusqu'√† l‚Äô√©cŇďurement et/ou la blessure.
Pour ma part, j'ai eu la chance même quand j'étais en forme, d'avoir l'envie de revenir sur du court chaque fois que j'ai fait une course un peu longue. Je ne suis donc jamais allé m'aventurer sur la distance des 100 miles, mais je pense que je pourrais vivre sans. J'ai tendance à penser qu'il y a certains rêves/fantasmes, en sport comme dans d'autres domaines, qui ne sont pas fait pour être réalisés.


Pour √©viter, le "toujours plus" suffit souvent de ne pas se laisser griser par les sir√®nes de para√ģtre, de l'affichage public,du "mieux faire que l'autre".. bref tout ce qui alimente les r√©seaux sociaux et m√™me Kikourou pousse √† ce d√©passement.
Ce n'est pas un jugement, juste une triste constatation, un forum comme kikou est avant tout un moyen de ne pas s'isoler dans ses erreurs mais comme d'autres réseaux, peut être une tentation à pousser trop loin.
C'est aussi la mission de chaque lecteur de veiller à freiner les abus et non les cautionner, à venir orienter celui qui est dans le doute, lui éviter une spirale destructrice.
Pratique un sport est encore plus motivant quand on peut aider.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 21:43
par pacman
Yvan11 a écrit:
Galaté57 a écrit:
Yvan11 a écrit:Salut à tous, je vous lis avec intérêt, ayant moi-même arrêté de courir il y a deux ans en partie parce que j'en avais marre d’enchainer les différents pépins physiques.
Certains de ces pépins sont maintenant réglés (sans que je sache si je risque une rechute en reprenant la CAP), et je m'en suis rajouté des nouveaux en me cassant la clavicule en VTT en Avril.
Ce qui me motive actuellement pour reprendre le sport de manière régulière, c'est le retour de troubles anxieux qui avaient disparu de ma vie depuis 2007 et mes débuts en CAP. Et il se trouve que la pratique régulière d'une activité physique est un des moyens de prise en charge de ses troubles. A tenter donc en espérant éviter les autres voies : médicamenteuse et/ou thérapie psy.

Donc demain (ou après demain) je reprends...pour le plaisir ET pour ma santé.


C'est vrai, l'aspect "thérapeutique" de la CAP n'est pas négligeable
D'ailleurs, j'ai aussi commencé pour évacuer le trop plein le soir après des journées en interrogatoire et pris l'habitude de me vider ainsi alors que nombre de collègues se retrouvent dans l'addiction médicamenteuse ou alcoolique, voir stupéfiante.
L'activité sportive est un équilibre avec la vie professionnelle et familiale, au fil des ans, j'ai aménagé les plages horaires avec des séances d'entrainement aux aurores à 5H00 du mat ou au coucher sur les 23H00.
La CAP présente l'avantage de la facilité à mettre en oeuvre, suffit d'une fenêtre de 2H00, une tenue vestimentaire, sans nécessité de location ou déplacement, en partant de chez soi ou son bureau, on peut toujours trouver un circuit.


Je pense que tout est dans le dosage effectivement. Le danger, c'est quand cette activit√© de loisir, qui fait du bien au corps et √† la t√™te, qui peut aussi aider √† se faire une place en soci√©t√©, devient l'activit√© num√©ro un, le principal centre d'int√©r√™t personnel et le seul faire-valoir. On risque alors le syndrome du toujours plus jusqu'√† l‚Äô√©cŇďurement et/ou la blessure.
Pour ma part, j'ai eu la chance même quand j'étais en forme, d'avoir l'envie de revenir sur du court chaque fois que j'ai fait une course un peu longue. Je ne suis donc jamais allé m'aventurer sur la distance des 100 miles, mais je pense que je pourrais vivre sans. J'ai tendance à penser qu'il y a certains rêves/fantasmes, en sport comme dans d'autres domaines, qui ne sont pas fait pour être réalisés.

+1. Je suis attiré par le long par le coté solitude de l'effort. Par contre je sais que cela demande énormément d'investissements. Et on va ressortir le mal de cette société qui est que nous sommes jugés à la performance. Donc si c'est pour retomber dans ces travers, effectivement ce loisir n'en est plus un. Je crois qu'il est important qu'on ait des moments de calme et de repos. Bref quand j'ai débuté ce loisir (il n'y a pas si longtemps), faire 80 kms était un véritable exploit, aujourd'hui c'est devenu banal. J'ai tenté 2 fois de faire 70kms, c'est passé uniquement lors de la 1ere tentative. Mon "fantasme" était de passer les 100kms mais je pense comme toi que je le laisserais au stade de fantasme.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 06 Nov 2018, 22:43
par mic31
Pacman sur les Citadelles les barrières sont un peu serrées. Ailleurs, sur le GRP par exemple c'est bien plus large et ça passe en rando rapide. Ca vaut le coup de passer le cap des 100 bornes si tu en as envie. C'est à mon avis ce genre de projet qui peut redonner une motivation.

Par contre pour le c√īt√© performance, et si on laisse de c√īt√© les discours des d√©tenteurs de la v√©rit√©, on a la chance justement en trail de chercher juste √† finir la course sans se soucier du chrono et du classement.

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 07 Nov 2018, 09:27
par yanou
Khanard√ī a √©crit:
Galaté57 a écrit:Je comprends pas
Première fois que je me retrouve dans cette situation...

Salut à toi.
Il y a un autre truc aussi, qui peut expliquer cela. En tout cas qui pourrait me l'expliquer si j'étais confronté à une perte de motivation telle que tu la décris : 59 ans en septembre, dans ma vie j'ai toujours fonctionné par cycles.

10 ans de guitare et de musique... puis arrêt complet au profit de la montagne (escalade, alpinisme, ski de rando, expés)
15 ans de montagne... puis arrêt presque complet au profit de la CàP
Route tout d'abord, puis arrêt presque complet au profit de la rando-course (le mot "trail" me parait un peu prétentieux pour moi :mrgreen: ).

Et à chaque fois, la question "qu'est-ce qui m'arrive, pourquoi j'ai plus envie de faire ce qui a structuré ma vie durant toutes ces années ?"

Lassitude ? Arrêt ou stagnation de la progression : impression "d'avoir fait le tour" et de ne plus pouvoir progresser (atteinte de ses limites ou/et vieillissement inexorable) ?

A terme, je pressens l'arrêt de la CàP au profit du redémarrage d'une activité "musique" ou "photo".

Si j'étais à ta place je me dirais que je suis arrivé à la fin/début d'un nouveau cycle. Mais ce ne sont que mes deux pences.

L'essentiel est de se sentir en harmonie avec soi-m√™me et ses besoins. A nos √Ęges cela devient plus facile, on se connait mieux. En tout cas je te le souhaite.

Amicalement.

+1. Je suis admiratif des sportifs qui s’investissent autant et aussi longtemps sur une seule et même activité sans pour autant ressentir de lassitude. Perso, j’ai besoin de couper plus ou moins longtemps afin de varier les plaisirs. Le souci, etant adepte de l’ultra, est que le manque de continuité necessite a un moment une surcharge d’entrainement génératrice de blessures. Malgré ça, l’envie et le besoin de pratiquer autre chose permet de retrouver le plaisir de courir

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 07 Nov 2018, 10:21
par pacman
mic31 a écrit:Pacman sur les Citadelles les barrières sont un peu serrées. Ailleurs, sur le GRP par exemple c'est bien plus large et ça passe en rando rapide. Ca vaut le coup de passer le cap des 100 bornes si tu en as envie. C'est à mon avis ce genre de projet qui peut redonner une motivation.

Par contre pour le c√īt√© performance, et si on laisse de c√īt√© les discours des d√©tenteurs de la v√©rit√©, on a la chance justement en trail de chercher juste √† finir la course sans se soucier du chrono et du classement.

Ce n'est pas forcement le probl√®me des barri√®res sur les citadelles puisque l'an pass√© je n'ai pas fini √† cause d'une blessure. Mais cette blessure m'interpelle quant √† l'approche que j'ai pu avoir sur cet √©v√©nement. Et depuis les d√©buts, je ne me soucie gu√®re du classement vu que je suis un habitu√© des derni√®res places. Quand je m‚Äôentra√ģne, je me pose souvent plein de questions et cela prend du temps et de l'√©nergie. Donc 2019 sera l'ann√©e des distances courtes, histoire de se faire plaisir!

Re: PERTE DE MOTIVATION

MessagePublié: 07 Nov 2018, 15:12
par LaBalle Rine
B√©... pas encore connu ce "probl√®me" (en m√™me temps je me suis mis tard √† la Cap et mon plus long jusqu'ici a √©t√© la Saint√©Lyon 2017) mais apparemment le + dur n'est pas de ne plus √™tre motiv√© mais plut√īt la culpabilit√© que √ßa engendre par rapport √† soi et surtout aux autres.

Apr√®s...au risque de para√ģtre spontan√©, √ßa reste quand m√™me un questionnement "de riche"...C'est vrai, quoi ! sauf si √ßa entra√ģne une souffrance psychique s√©rieuse, trouver un second souffle √† ce niveau peut (doit ?) aussi passer par une simple...relativisation du truc. Non ?

Dans notre soci√©t√© opulente et consum√©riste, le syndr√īme de l'enfant g√Ęt√© n'est jamais loin. Je ram√®ne d'ailleurs pas ma griotte vu que je n'en suis pas exempt, h√©las :oops: Du coup quand j'ai du mal √† trouver de l'envie pour un truc qui n'est jamais qu'un loisir, je me force √† penser √† toutes celles et ceux qui ne peuvent pas en faire autant (pour tout un tas de raisons) et qui pourtant le souhaiteraient tellement...

La plupart du temps ça marche, et même très bien.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.04 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !