Kikourou.net • Voir le sujet - Il faut 3 ans pour devenir coureur !
Page 1 sur 6

Il faut 3 ans pour devenir coureur !

MessagePublié: 26 Nov 2007, 18:59
par JLW
Sous ce titre un rien provocateur et source de débats (qu'est ce qu'un coureur ? Pourquoi 3 ans et pas 2 ou 4 ? )
je voulais r√©agir suite aux posts finalement assez nombreux de jeunes coureurs (jeunes dans la pratique de la CAP bien s√Ľr) qui s'√©lancent sur des √©preuves ambitieuses (au bas mot un marathon mais √©galement des distances ultras sur des trails comme les Templiers ou des 100 bornes ...) d√®s leur 1√®re ann√©e et qui au bout de leurs tentatives se retrouvent avec des tendinites pour les bobos les plus b√©nins (quoique) voire des p√©riostites, des fractures de fatigue ...

En fait, ces 3 ans m'ont √©t√© r√©p√©t√©s √† maintes reprises lors de mes d√©buts en cap par mon "entraineur" de l'√©poque qui √©tait plut√īt un ami mais avec un pass√© assez s√©rieux dans l'athl√©tisme (ancien champion d'ile de France sur Marathon) √† qui √©galement on avait inculqu√© cette phase d'apprentissage dont a besoin l'organisme afin de s'adapter √† des efforts nouveaux. Ce n'est certes pas une assurance anti-blessure mais je pense que le risque s'en trouve nettement amoindri.

Il est sur que le passé sportif influence ce délai. Un fouteux ou un cycliste (expérimenté) s'adaptera plus vite que le néophyte, mais eux aussi auront besoin d'un "certain temps" d'adaptation.

Voilà c'est mon avis suite à mon expérience et je tenais à la partager, surtout que nous les kikoureurs avons une certaine responsabilité avec les beaux récits sur des épreuves de rêve certes mais qui ne doivent pas faire oublier la difficulté et surtout les conséquences si on ne s'est pas préparé correctement mais aussi sans une certaine durée d'apprentissage. :wink:

En résumé, APPRENONS LA PATIENCE.

Re: IL FAUT 3 ANS POUR DEVENIR COUREUR !

MessagePublié: 26 Nov 2007, 19:39
par astra wally
JLW a écrit:Sous ce titre un rien provocateur et source de débats (qu'est ce qu'un coureur ? Pourquoi 3 ans et pas 2 ou 4 ? )
je voulais r√©agir suite aux posts finalement assez nombreux de jeunes coureurs (jeunes dans la pratique de la CAP bien s√Ľr) qui s'√©lancent sur des √©preuves ambitieuses (au bas mot un marathon mais √©galement des distances ultras sur des trails comme les Templiers ou des 100 bornes ...) d√®s leur 1√®re ann√©e et qui au bout de leurs tentatives se retrouvent avec des tendinites pour les bobos les plus b√©nins (quoique) voire des p√©riostites, des fractures de fatigue ...

En fait, ces 3 ans m'ont √©t√© r√©p√©t√©s √† maintes reprises lors de mes d√©buts en cap par mon "entraineur" de l'√©poque qui √©tait plut√īt un ami mais avec un pass√© assez s√©rieux dans l'athl√©tisme (ancien champion d'ile de France sur Marathon) √† qui √©galement on avait inculqu√© cette phase d'apprentissage dont a besoin l'organisme afin de s'adapter √† des efforts nouveaux. Ce n'est certes pas une asurance anti-blessure mais je pense que le risque s'en trouve nettement amoindri.

Il est sur que le passé sportif influence ce délai. Un fouteux ou un cycliste (expérimenté) s'adaptera plus vite que le néophyte, mais eux aussi auront besoin d'un "certain temps" d'adaptation.

Voilà c'est mon avis suite à mon expérience et je tenais à la partager, surtout que nous les kikoureurs avons une certaine responsabilité avec les beaux récits sur des épreuves de rêve certes mais qui ne doivent pas faire oublier la difficulté et surtout les conséquences si on ne s'est pas préparé correctement mais aussi sans une certaine durée d'apprentissage. :wink:

En résumé, APPRENONS LA PATIENCE.


Au vue de ce qui m'arrive je ne peux qu'√™tre d'accord avec toi Jean-Luc. D'ailleurs mon marathonien de p√®re m'avait pr√©venu que j'√©tais idiot de me lancer avec √† peine 3 mois de footing sur des compet' :roll: . N'ayant plus pratiqu√© de sports depuis l'√Ęge de 15 ans, mon organisme n'a pas dig√©r√© les chocs que je lui faisait subir. Je pense qu'il faut s'entrainer pendant 1 an avant d'aborder des compet' de 10 km, √† courir de fa√ßon assez espac√©es. Ensuite passer sur du semi et du marathon au bout de la 2√®me ann√©e. Ce qui nous laisse une 3√®me ann√©e pour faire des distances plus longues comme des 100 bornes. Bien sur comme partout il y a toujours des "exceptions", des personnes qui vont r√©ussir √† esquiver les blessures mais l√† je viens de me rendre compte que j'en fait pas partie :lol:
Oui donc le ma√ģtre mot reste : patience.
Plut√īt dur de se freiner quand on est d√©butant surtout quand l'on sait ce que l'on ressent lors des 1√®res courses. Les chronos sont en constantes am√©liorations ce qui pousse plut√īt √† continuer voire forcer et c'est l√† qu'on trinque.
Dernier conseil : écouter les anciens :wink:

Re: IL FAUT 3 ANS POUR DEVENIR COUREUR !

MessagePublié: 26 Nov 2007, 19:42
par ampoule31
JLW a écrit:En résumé, APPRENONS LA PATIENCE.


Apprenons du verbe apprendre ; patience.

Voilà bien deux mots qu'il ne faut pas oublier dans la pratique de quoi que se soit.

Merci JLW de nous le rappeler :) .

Re: IL FAUT 3 ANS POUR DEVENIR COUREUR !

MessagePublié: 26 Nov 2007, 19:51
par Franciss
astra wally a écrit:il faut s'entrainer pendant 1 an avant d'aborder des compet' de 10 km, à courir de façon assez espacées. Ensuite passer sur du semi et du marathon au bout de la 2ème année. :


√ßa c'est d'la sagesse ou je n'm'y connais p√ī...

astra wally a écrit:Les chronos sont en constantes améliorations...


Euh...ben...comment dire ?

Franciss_fait_ch..._cette_barre_des_45'_sur_le_10_bornes

MessagePublié: 26 Nov 2007, 19:59
par agnès78
Un tentinet provocateur certes, mais qui permet également de réfléchir... j'ai bien compris jean-Luc l'esprit de ta réflexion et comme tu le sais, je ne peux qu'abonder dans ton sens... ceci dit, puisque tu appeles au débat voici quelques réflexions...

"être coureur"? ... Quels critères doit-on vérifier pour avoir le droit à ce titre?

:idea: Si je cours une fois par semaine, mon petit footing au parc d'a c√īt√© pour me maintenir en forme et pour le sentiment de bien √™tre que cela me proccure, suis-je un coureur? Ou seulement un joggeur?

:idea: Si je ne m'entraine pas la semaine mais si je cours tous les week-ends sur une course organisée cumulant course sur route, trails à gogo pour mon simple plaisir de vivre, de découvrir des beaux paysages, et de partager ma joie avec des copains venus des quatre coins de france. Suis-je un coureur? Ou seulement un boulimique de course?

:idea: si je ne cours que de l'ultra simplement pour finir, profiter des paysages et ce tous les week-end : suis-je un coureur ou un simple randonneur avec des chaussures de course?

:idea: Si je plannifie ma saison avec seulement quelques objectifs (très peu finalement, trop peu pour être qualifié de coureur???) pas forcément très à la mode ( birk le cross, bah tu t'échauffes plus longtemps que ce que tu cours et tu deviens vite un hamster à tourner en rond!) mais avec un entrainement plannifié et rigoureux qui me permettra d'atteindre (ou non) les objectifs chronométriques que je me suis fixés : suis-je un coureur? Ou seulement un type avec un sale esprit de compétition qualifié de mordu du chrono?

tssss pas facile heing? alors pourquoi trois ans, quatre ou dix, pour être coureur? A voir...

:idea: :idea: :idea: Enfin, pour ce qui est de mon avis personnel, plus que de la patience, c'est de la connaissance de soi et de ses limites qu'à besoin un coureur... Quelques soient nos objectifs et notre vision de la course, nous sommes tous coureurs (...): sachons écouter notre corps, le respecter et tout se passe bien et ce, dès la première année,...

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:02
par Vivien (100bornard1022)
C'est donc notamment pour cette raison que je me suis √©lanc√© sur un 100 kilom√®tre aux c√īt√©s d'un 100 bornard exp√©riment√© (environ trente 100 kilom√®tres √† son actif, lui avait vraiment ses rep√®res et savait parfaitement g√©rer son effort, et il a pu me faire profiter de cette exp√©rience.

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:09
par tabuki
agnès94 a écrit:
:idea: :idea: :idea: Enfin, pour ce qui est de mon avis personnel. plus que de la patience, c'est de la connaissance de soi et de ses limites qu'à besoin un coureur... il faut savoir écouter son corps, le respecter et tout se passe bien et ce, dès la première année...


J'ajoute qu'il faut rester humble et effectivement être à l'écoute de son corps mais aussi des sensations.
Question : pourquoi vouloir définir et vouloir rentrer ou non dans une catégorie ?
restons nous et faisons-nous plaisir... :wink:

Re: IL FAUT 3 ANS POUR DEVENIR COUREUR !

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:11
par astra wally
Franciss a écrit:
astra wally a écrit:il faut s'entrainer pendant 1 an avant d'aborder des compet' de 10 km, à courir de façon assez espacées. Ensuite passer sur du semi et du marathon au bout de la 2ème année. :


√ßa c'est d'la sagesse ou je n'm'y connais p√ī...

astra wally a écrit:Les chronos sont en constantes améliorations...


Euh...ben...comment dire ?

Franciss_fait_ch..._cette_barre_des_45'_sur_le_10_bornes


ben si Franciss les chronos sont en constantes améliorations :D .
J'ai commencé à courir en Juillet 2007 après une perte sèche de 20kg. Tiens regarde mes chronos

http://www.kikourou.net/calendrier/navi ... reur=26079

Tu retourne en arrière sur 2006 pour voir mes 1er temps. Mes chronos m'ont poussé au-dela de ce que mes jambes pouvait faire et maintenant je m'en mange les doigts :(

Quand t'es débutant tu te sens pousser des ailes à chaque course. Je pouvais plus m'arrêter tellement c'était bon. J'ai droit de dire que je suis une grosse andouille ?

L'Astra_écureuil_maso

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:15
par astra wally
agnès94 a écrit:
:idea: Si je ne m'entraine pas la semaine mais si je cours tous les week-ends sur une course organisée cumulant course sur route, trails, ultras à gogo pour mon simple plaisir de vivre, de découvrir des beaux paysages, et de partager ma joie avec des copains venus des quatre coins de france. Suis-je un coureur? Ou seulement un boulimique de course?


Ah tiens c'est ma catégorie celle-là ! Boulimique de course mais pas d'entrainement :?

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:17
par agnès78
tabuki a écrit:
agnès94 a écrit:
:idea: :idea: :idea: Enfin, pour ce qui est de mon avis personnel. plus que de la patience, c'est de la connaissance de soi et de ses limites qu'à besoin un coureur... il faut savoir écouter son corps, le respecter et tout se passe bien et ce, dès la première année...


J'ajoute qu'il faut rester humble et effectivement être à l'écoute de son corps mais aussi des sensations.
Question : pourquoi vouloir définir et vouloir rentrer ou non dans une catégorie ?
restons nous et faisons-nous plaisir... :wink:


:wink: je ne voulais pas faire de cat√©gories, bien au contraire! Juste attirer l'attention (en provoquant un peu) sur la pluralit√© de notre sport et sur la d√©finition m√™me d"√™tre coureur"... Hum... je ne suis pas franchement de celles qui rangent les coureurs en cat√©gories : piste, d'un c√īt√©, cross de l'autre, route encore ailleurs et trails encore autre part... ;-)

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:32
par astra wally
agnès94 a écrit:
tabuki a écrit:
agnès94 a écrit:
:idea: :idea: :idea: Enfin, pour ce qui est de mon avis personnel. plus que de la patience, c'est de la connaissance de soi et de ses limites qu'à besoin un coureur... il faut savoir écouter son corps, le respecter et tout se passe bien et ce, dès la première année...


J'ajoute qu'il faut rester humble et effectivement être à l'écoute de son corps mais aussi des sensations.
Question : pourquoi vouloir définir et vouloir rentrer ou non dans une catégorie ?
restons nous et faisons-nous plaisir... :wink:


:wink: je ne voulais pas faire de cat√©gories, bien au contraire! Juste attirer l'attention (en provoquant un peu) sur la pluralit√© de notre sport et sur la d√©finition m√™me d"√™tre coureur"... Hum... je ne suis pas franchement de celles qui rangent les coureurs en cat√©gories : piste, d'un c√īt√©, cross de l'autre, route encore ailleurs et trails encore autre part... ;-)


Non tu a mis en avant les différentes façons dont nous pouvons nous entrainer. Je vois pas de provoc'. Chacun adapte la course en fonction de ses besoins, de son temps, de ses envies. Seulement le problème ce sont les blessures. Il n'y a aucune garantie qu'on ne va pas se blesser même en étant le plus patient et le plus rigoureux des sportifs. Sur ce point on est tous logés à la même enseigne. Avec mes bétises j'aurais pu me blesser de suite comme jamais. Maintenant si je reprend des entrainements sérieux je ne suis toujours pas à l'abri. C'est ce qui me chagrine le plus. C'est même encore plus frustrant pour une personne qui a consenti à tout les sacrifices (alimentaires, horaires, physique) et qui se blesse le jour J d'une épreuve . Ca c'est vraiment horrible. La course nous offre de merveilleuses sensations mais elle exige un lourd tribut également. Je me range maintenant dans la catégorie des prudents-qui-vont-faire-gaffe-à-plus-se-blesser-sinon-j'arrête-et-pis-c'est-tout

L'Astra_ki_en_a_gros_sur_la_noisette

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:37
par Piloumontagne
Ce sujet me laisse un peu perplexe :roll: Surtout, j'ai l'impression d'entendre à nouveau le discours "t'es trop jeune (dans la CAP), fais pas du long". En 3 ans, je n'ai jamais couru de marathon, pourtant, j'ai déjà fait plusieurs ultra trails.

Donc pour moi, il ne s'agit pas v√©ritablement de patience mais plut√īt de capaciter √† faire des choix et √† les assumer. Ensuite, l'entrainement permet de tendre vers l'objectif que tu t'es fix√©.

Je m'écoute beaucoup. Je cours à la sensation. Donc, si je me sens fatigué, je ne fais jamais de scéance, je vais nager, je vais faire du VTT ou je fais rien du tout. Lorque je suis bien, je force. Je me teste et cela peut aller jusqu'à l'épuisement. :!:

Autour de moi, beaucoup de traileurs, d√©butants ou exp√©riment√©s, se blessent. Souvent, ce n'est pas par manque de patience, mais plut√īt parce qu'ils n'√©coutent pas les alertes de leur organisme. Ils se mettent dans le rouge et √ßa casse. :?

Plut√īt que de parler de patience, je parle donc de sagesse. Et je ne pense pas que cela se compte en ann√©es. C'est un √©tat d'esprit qu'on peut avoir d√®s le d√©but, ou qu'on acquiert avec l'exp√©rience. :wink:

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:53
par pintade
Comme l'a si justement indiqué Agnés, faut il encore savoir après quoi nous courons :wink:
Je pense que pour prendre du plaisir, avec un minimum de pratique (NB, j'emploie pas entrainement de manière volontaire), une fois la phase "je souffre car mon organisme n'a pas l'habitude" après c'est que du bonheur.
Maintenant pour dépasser ses limites, faire un chrono, là je veux bien te croire qu'il faut 2, 3, 4 ans suivant sa propre antériorité de sportif.

De toute façon, quelque soit son objectif, c'est le corps qui commande :roll:

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:55
par astra wally
bon là on rentre encore dans un autre sujet, à savoir que certaines personnes ne courent pas que pour l'amour de la course, des paysages, des gens à rencontrer. On est loin de la patience et de la sagesse dans ce contexte. La course permet aussi d'évacuer son stress, de fuir ses problèmes, de se crever physiquement. Pas très "fun" comme esprit mais moi c'était pour ça que je courais au début. Pour me retrouver et me faire mal aussi. Bien sur par après j'ai pris du plaisir à courir et à retrouver des gens sur une course et à voir de beaux paysages (d'ailleurs j'ai du mal à courir ailleurs que sur des courses de village). Je ne trainerais pas mes guêtres par ici si je serais toujours dans un contexte d'écorché de la vie :wink:.
Maintenant au vue de mon passé dans la CAP c'est tout à fait normal pour moi de m'être blessé vue que je n'ai rien respecté, ni mon corps, ni les conseils.

MessagePublié: 26 Nov 2007, 20:57
par DidierC
Je suis assez d'accord, la première année je m'éclatais bien déjà mais que de bobos, tendinites, periostites et autres... ! un peu comme si ton corps te disait "mais ça va pas, c'est super chiant ce que tu me fais faire, tu peux pas continuer à boire des bières sur le canapé comme avant ?"
Maintenant au bout de 3 ans je crois qu'il a compris que j'allais pas arrêter, alors il en a pris son parti... :D

MessagePublié: 26 Nov 2007, 22:07
par Bourdonski
Je crois que c'est commun √† tous les sports et pas √† la CAP en particulier. Si demain, je reprends le tennis apr√®s 10 ans d'arr√™t en voulant jouer au m√™me rythme qu'avant, c'est s√Ľr que j'aurais droit √† un bobo ! Tout est une question de dosage comme vous l'avez dit mais le nombre d'ann√©es de pratique, 1 an ou 3 ans ou 10 ans, ne changera rien au r√©sultat. Il n'y a qu'√† lire le forum pour se rendre compte que les blessures touchent tout le monde d√®s lors qu'on ne s'√©coute pas ! Donc, je ne vois pas au nom de quoi, on conseillerait aux jeunots de la CAP de patienter 3 ans pour s'attaquer √† des objectifs ambitieux ! D√®s lors qu'ils sont bien coach√©s (club, coll√®gues exp√©iment√©s...), ils peuvent suivre la voie du plaisir.

MessagePublié: 26 Nov 2007, 22:41
par JLW
Bourdonski a écrit:Tout est une question de dosage comme vous l'avez dit mais le nombre d'années de pratique, 1 an ou 3 ans ou 10 ans, ne changera rien au résultat.


Je ne partage pas totalement ton avis Bourdonski. Le dosage, les sensations ainsi que les conseils sont importants certes, mais la durée aussi.

En entrainement, nos diff√©rents organes ne progressent pas √† la m√™me vitesse. En premier lieu il y a le cardiaque (savez-vous que 3 mois d'arr√™t suffisent pour perdre des ann√©es de pratique au niveau du cŇďur !! C'est proprement incroyable), les muscles, la capacit√© pulmonaire, les articulations ... Bref tous ces √©l√©ments progressent, s'adaptent mais pas forc√©ment au m√™me rythme. Donc oui le dosage est tr√®s important mais dans mon propos il faut laisser du temps au temps ... pour que tout s'harmonise et arrive au niveau appropri√© :wink: du coureur.

MessagePublié: 26 Nov 2007, 22:48
par LtBlueb
Je suis assez d'accord avec JLW sur le fond...(même si on peut effectivement discuter sur la "durée de 3 ans")

Quand on commence un sport comme la course à pied, on progresse rapidement, les résultats arrivants et la motivation avec, on cherche souvent à aller encore plus vite ...beaucoup trop vite parfois... créant un terrain favorable aux blessures... certains enchainent ainsi les blessures, les coupures et les reprises plusieurs fois avant de se résigner à un peu plus de sagesse (qui rime souvent avec écoute de son corps) et de donner à sa "carcasse" le temps de s'adapter à ces nouvelles contraintes...

Beaucoup sont passés par là, moi le premier :) (1er marathon au bout de 6 mois de cap, malgré 2 jolies tendinites lors de la préparation), ont appris en cherchant leurs propres limites et si c'était à refaire, ... ne feraient pas forcément différemment :wink:

L'Blueb
"Qui s'est brulé la langue, n'oublie plus de souffler sur la soupe"

MessagePublié: 27 Nov 2007, 01:25
par astra wally
LtBlueberry a écrit:Je suis assez d'accord avec JLW sur le fond...(même si on peut effectivement discuter sur la "durée de 3 ans")

Quand on commence un sport comme la course à pied, on progresse rapidement, les résultats arrivants et la motivation avec, on cherche souvent à aller encore plus vite ...beaucoup trop vite parfois... créant un terrain favorable aux blessures... certains enchainent ainsi les blessures, les coupures et les reprises plusieurs fois avant de se résigner à un peu plus de sagesse (qui rime souvent avec écoute de son corps) et de donner à sa "carcasse" le temps de s'adapter à ces nouvelles contraintes...

Beaucoup sont passés par là, moi le premier :) (1er marathon au bout de 6 mois de cap, malgré 2 jolies tendinites lors de la préparation), ont appris en cherchant leurs propres limites et si c'était à refaire, ... ne feraient pas forcément différemment :wink:

L'Blueb
"Qui s'est brulé la langue, n'oublie plus de souffler sur la soupe"


6 mois de CAP et 1er marathon ? :shock:
Pas mieux :lol:

"People are strange when you're a stranger" :wink:

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:17
par whitekenyan
Pour ma part, ce qui me "choque " le plus, c'est la capacité qu'ont certains coureurs d'enchainer les courses chaques week ends et de s'etonner de ne pas progresser ou meme de se blesser regulierement.

Exemple du 1Okm:
7jours entre chaque epreuve
suit ea un 10km, on recupere 2jours,
Avant un 10km, on fait du jus pendant 2jours,
Quand est ce qu'on s'entraine au final.......

C'est pas une critique, je l'ai fait egalement à mes debuts....Mais si on recherche un mini de perf , l'entrainement et la RECUP sont primordials

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:23
par Bourdonski
D'accord avec vous car j'ai bien précisé :
Bourdonski a écrit: Dès lors qu'ils sont bien coachés (club, collègues expéimentés...), ils peuvent suivre la voie du plaisir.

Un d√©butant lach√© tout seul sur de gros objectifs (d√®s le semi voire un 10 km) peut en effet se faire mal. Maintenant tout d√©pend du pass√© de ce coureur, s√©dentaire pur (sportif sur canap√©) ou pratiquant d'un autre sport cela change la donne. L'√Ęge entre en ligne de compte car comme tu disais, JLW, onperd vite le b√©n√©fice d'une pratique plus on avance en √Ęge. Tennisman r√©gulier √† 20 ans (mais nul), je me suis lanc√© par d√©fi avec des copains sur un semi difficile (Roche la Moli√®re dans le 42 pour ceux qui connaissent en 83) sans aucun entrainement o√Ļ j'ai mis 2 h et 3 jours √† m'en remettre mais sans aucune blessure ensuite. Pas s√Ľr que 20 ans plus tard, j'aurais pu renouveller l'exp√©rience dans les m√™mes conditions. Quand on parle de coupure, il est clair que plus est longue, plus dure est la reprise. Pour en revenir au post initial, la r√®gle, en effet, doit rester la progressivit√© dans l'effort mais en sachant que nous sommes plus ou moins √©gaux dans la vitesse de progression.
Allez c'est l'heure d'aller au boulot.

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:30
par _azerty
whitekenyan a écrit:Exemple du 1Okm:
7jours entre chaque epreuve
suit ea un 10km, on recupere 2jours,
Avant un 10km, on fait du jus pendant 2jours,
Quand est ce qu'on s'entraine au final.......


Beinh tous les WE en faisant un 10 km. :wink:

Tout le monde n'a pas une approche "compétition".
Effectivement, ces 10 km ne seront pas forcement optimisés, mais si tel est leur plaisir, alors why not ?

le dictionnaire dit :
coureur,euse (nom commun)
Personne ou animal habile à la course.
Personne qui participe à une course.
Personne de moeurs dissolues.

celui qui fait les 3 est un super coureur :lol:

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:34
par taz28
monstertruck a écrit:
le dictionnaire dit :
coureur,euse (nom commun)
Personne ou animal habile à la course.
Personne qui participe à une course.
Personne de moeurs dissolues.

celui qui fait les 3 est un super coureur :lol:


Et toi dans le prochain message, tu seras un ma√ģtre KIKOUREUR !!! :lol: :P :lol:

Taz_soumise_au_ma√ģtre :wink:

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:47
par agnès78
Bourdonski a écrit: Pour en revenir au post initial, la règle, en effet, doit rester la progressivité dans l'effort mais en sachant que nous sommes plus ou moins égaux dans la vitesse de progression.


là-dessus, rien n'est moins sur. La vitesse de progression dépend énormément du potentiel intrasèque et du moment. Elle est propre à chacun. La progression se fait, très généralement, en deux temps, quand on commence :

1. de manière continue, dans un premier temps et d'autant plus rapidement que l'on a un entrainement structuré avec du fractionné mais cela est aussi vrai pour le coureur qui ne fait que des footing mais qui passe de 1 fois par semaine à 3 fois par semaine.

2. Puis on atteint un pallier, et ce plus ou moins rapidement. Et à partir de ce moment là, la progression se fait par palliers plus ou moins rapprochés selon les coureurs (même ceux qui ont le même entrainement, ne vont pas progresser au même rythme). et même d'une année à l'autre, pour un même coureur la progresseion peut se faire différement. Cela dépend aussi, de l'hygiène de vie, du contexte familial et professionnel, ect...

Un petit exemple perso : j'ai commencé à m'entrainer en mai 2001 : je faisais alors un 10 kil en 50minutes. J'ai introduit le fractionné sur piste avec des petites séances ainsi que des sorties au rythme, toujours avec un petit volume. Au mois de juillet je signais 40min50 sur le 10 kil de Lézignan la Cèbe FFA mesuré. donc en deux mois et demi, je gagnais 10 minutes sur 10kil soit 1 minute au kilomètre. Mais j'avais atteint un pallier. Il m'a alors fallu 5 mois pour passer en dessous des 40min30.

Fin 2002, j'avais perdu tout mon niveau m'étant bléssée assez sérieusement en faisant du vélo lors de ma coupure annuelle. Malgré un entrainement sérieux et structuré, il m'a fallu attendre début 2004 pour revoir un 40 s'afficher au chrono sur 10 kil! deux ans d'entrainement "infructueux"...

voili voilou

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:49
par whitekenyan
Tout le monde n'a pas une approche "compétition".

oK AVEC TOI !
Mais peu d'entre nous ne se soucis guere de ses resultats.
Entre nous , quel bonheur de se retrouver le dimanche en companie de nos collegues sportifs...

MessagePublié: 27 Nov 2007, 08:57
par sarajevo
Piloumontagne a écrit:Ce sujet me laisse un peu perplexe :roll: Surtout, j'ai l'impression d'entendre à nouveau le discours "t'es trop jeune (dans la CAP), fais pas du long". En 3 ans, je n'ai jamais couru de marathon, pourtant, j'ai déjà fait plusieurs ultra trails.

Donc pour moi, il ne s'agit pas v√©ritablement de patience mais plut√īt de capaciter √† faire des choix et √† les assumer. Ensuite, l'entrainement permet de tendre vers l'objectif que tu t'es fix√©.

Je m'écoute beaucoup. Je cours à la sensation. Donc, si je me sens fatigué, je ne fais jamais de scéance, je vais nager, je vais faire du VTT ou je fais rien du tout. Lorque je suis bien, je force. Je me teste et cela peut aller jusqu'à l'épuisement. :!:

Autour de moi, beaucoup de traileurs, d√©butants ou exp√©riment√©s, se blessent. Souvent, ce n'est pas par manque de patience, mais plut√īt parce qu'ils n'√©coutent pas les alertes de leur organisme. Ils se mettent dans le rouge et √ßa casse. :?

Plut√īt que de parler de patience, je parle donc de sagesse. Et je ne pense pas que cela se compte en ann√©es. C'est un √©tat d'esprit qu'on peut avoir d√®s le d√©but, ou qu'on acquiert avec l'exp√©rience. :wink:


Je suis assez d'accord avec Pilou, il faut s'ecouter... parfois je ne vais pas courir car je me sens fatigué (ca ne m'empêche pas de culpabiliser parfois). Mon boulot qui est composé d'astreinte chez moi me permet justement de me reposer .... alors que je prefererai partir galoper....
Le meilleur exemple que chaque cas est différent, mon deuxième trail couru fut le Faverges 40 km ..... ce n'est pas le trail le plus facile de la saison.....
J'en ai bavé mais je l'avais fini en 06 H 40....
a+
pierre

MessagePublié: 27 Nov 2007, 11:26
par Vincent_75
Bonjour les Kikous !

Je me reconnais pas mal dans ce poste ... et aussi dans ce que dit le Lieutenant :

LtBlueberry a écrit:Beaucoup [...] ont appris en cherchant leurs propres limites et si c'était à refaire, ... ne feraient pas forcément différemment :wink:

L'Blueb


En ce qui me concerne, avant de me mettre √† la course √† pied, j'√©tais JOGGER, c'est-√†-dire que je courais de temps en temps, avec des p√©riodes o√Ļ je courais 30 mn / 1 heure tous les dimanches, puis d'autres p√©riodes o√Ļ je ne courais pas du tout. Je faisais aussi du squash √† une p√©riode, un peu de muscu, beaucoup de natation quand j'√©tais plus jeune. Bref, je n'ai jamais √©t√© un l√©gume, jamais en surpoids, je fumais, mais mod√©r√©ment (pas plus de 6-7 clopes par jour, j'ai arr√™t√© 3 semaines avant le semi de Paris)

Dans ma t√™te c'est clair, je suis devenu COUREUR le jour o√Ļ je me suis fix√© cet objectif du TVC, j'ai commenc√© √† me renseigner sur les plans d'entra√ģnement, puis je me suis achet√© l'√©quipement (v√™tements techniques, CFM, c'est important dans la t√™te !).

Et ma premi√®re course fut finalement le semi de Paris, apr√®s 3, 4 mois d'entra√ģnement et de COURSE A PIED (puisqu'avant je joggais...). Sans passer par la case 10 km. Etait-ce trop tout de suite ? Je ne pense pas. J'ai souffert √† la fin, mais il faisait chaud pour le mois de mars, et j'ai eu des courbatures assez forte pendant quelques jours, mais je ne me suis pas bless√©.

Puis je me suis mis dans la tête le marathon du médoc très rapidement après. Après le semi MARATHON, le marathon entier, ça me semblait naturel. Certes c'est excessif, mais courir trois fois par semaine, quand on parle à quelqu'un de NORMAL (quelqu'un pour qui bière/clope devant le match de foot = sport), c'est déjà excessif !

Je pense que je me suis bless√©, non pas √† cause du marathon au bout de 10/11 mois de pratique, mais parce que je n'ai pas √©t√© assez rigoureux dans mon entra√ģnement. Comme l'entra√ģnement pour le semi c'√©tait bien pass√©, je pensais que l'espacement entre les s√©ances n'√©tait pas si important, que mon corps assimilait bien, alors qu'en fait il √©tait en p√©riode d'adaptation (de jogger du dimanche d'√©t√© √† coureur). Mais finalement j'ai appris, et je pense que c'est l'essentiel. J'ai appris qu'il ne fallait pas TROP forcer (faire de la VMA, c'est forcer, non ?), et s'√©couter. La preuve que je m'√©coute : je voulais faire l'O'Rigole, et je n'ai fait que les 4 Ch√Ęteaux !

Et puis, pour finir, c'est dur de se limiter quand on a trouvé quelque chose qui fait du bien ! C'est comme demander à des jeunes amoureux d'être raisonnables dans leurs ébats !

Désolé d'avoir ENCORE été long, promis je fais court, DEMAIN !

Vincent

MessagePublié: 27 Nov 2007, 11:49
par Lolarun
Vincent_75 a écrit:Et puis, pour finir, c'est dur de se limiter quand on a trouvé quelque chose qui fait du bien ! C'est comme demander à des jeunes amoureux d'être raisonnables dans leurs ébats !

Vincent


c'est fou comme un bon exemple suffit à lui tout seul à illustrer de façon lumineuse une démonstration!! j'adore !! :D théoriquement, et je dis bien théoriquement, on risque cpdt moins la blessure dans ce type d'exercices !! 8)

écouter son corps et se ménager des plages de récup,

Image

juste du bon sens quoi.. mais pas tj √©vident, il faut apprendre √† se conna√ģtre, ni se surestimer ni se sous estimer,

s'arr√™ter l√† o√Ļ il n'y a plus de plaisir, qd la souffrance dans le moment de course ou l'apres course prend le pas sur toutes les autres sensations.. l'id√©al √©tant de ne jamais atteindre ce seuil.. et pour cela imprimer les conseils de Ma√ģtre Agn√®s et les relire au petit dej !!! :wink: on est coureur qd on se sent coureur .. bon si c'est juste parce qu'on regarde chaque ann√©e le Marathon de NY √† la TV ya peut √™tre un peu de triche .... :D

________________

Lola

MessagePublié: 27 Nov 2007, 13:29
par eric74
dacodac avec toi lolarun :wink:

MessagePublié: 27 Nov 2007, 15:58
par Vincent_75
Un petit up d'un petit nouveau qui trouve ça intéressant ... :oops:

MessagePublié: 27 Nov 2007, 17:49
par Bourdonski
là-dessus, rien n'est moins sur. La vitesse de progression dépend énormément du potentiel intrasèque et du moment. Elle est propre à chacun.
voili voilou
[/quote]

C'est exactement ce que je voulais dire. Chacun est différent et chacun progressera à son rythme propre quel que soit son niveau.
A +

MessagePublié: 27 Nov 2007, 18:35
par totoche58
astra wally a écrit:
LtBlueberry a écrit:Je suis assez d'accord avec JLW sur le fond...(même si on peut effectivement discuter sur la "durée de 3 ans")

Quand on commence un sport comme la course à pied, on progresse rapidement, les résultats arrivants et la motivation avec, on cherche souvent à aller encore plus vite ...beaucoup trop vite parfois... créant un terrain favorable aux blessures... certains enchainent ainsi les blessures, les coupures et les reprises plusieurs fois avant de se résigner à un peu plus de sagesse (qui rime souvent avec écoute de son corps) et de donner à sa "carcasse" le temps de s'adapter à ces nouvelles contraintes...

Beaucoup sont passés par là, moi le premier :) (1er marathon au bout de 6 mois de cap, malgré 2 jolies tendinites lors de la préparation), ont appris en cherchant leurs propres limites et si c'était à refaire, ... ne feraient pas forcément différemment :wink:

L'Blueb
"Qui s'est brulé la langue, n'oublie plus de souffler sur la soupe"


6 mois de CAP et 1er marathon ? :shock:
Pas mieux :lol:

"People are strange when you're a stranger" :wink:


Sisi mieux j'ai commencé la course à pied en novembre décembre 2005 puis première course le 21 mai 2006 un douze heure !!!!!!!!

Totoche88-qui-n'a-pas-encore-atteint-les-3ans!!!!!!

tout a fait d'accord

MessagePublié: 28 Nov 2007, 18:47
par jilles
Super ton article 3ans pour etre coureur 10 ans pour etre un vrai coureur dans toutes les disciplines
cross, route , trail ,ultra , course a étapes, 100km
etc....
la magie de la course a pied est que l'on apprends tout le temps........

MessagePublié: 29 Nov 2007, 07:43
par mat974
6 mois de CAP et 1er marathon ? :shock:
Pas mieux :lol:

"People are strange when you're a stranger" :wink:[/quote]

Sisi mieux j'ai commencé la course à pied en novembre décembre 2005 puis première course le 21 mai 2006 un douze heure !!!!!!!!

Totoche88-qui-n'a-pas-encore-atteint-les-3ans!!!!!![/quote]

Toujours plus loin, toujours plus haut : 1er footing depuis 10 ans le 20 mai 2007, le GRR en octobre, 5 mois plus tard (ok en + de 60 heures)
Et 6 courses terminées entre 2 h 24 et 11 h 15...

Mathieu-pas-trois-ans-non-plus

MessagePublié: 29 Nov 2007, 10:46
par ki3404
et oui aujourd'hui on veux tout tout de suite ...
dans mes autres passion c'est la même chose :
en astronomie les gens veulent voir le plus de chose possible rapidement veulent prendrent pleins de belles photos : ils n'hesitent pas à y mettrent des dizaines de milleirs d'euros et puis 3 ans plus tard ils arrentent et passent à autres choses.
EN escalade : même chose on veut progresser vite voir de belles faliases et puis quand cela devient repetitif ...
à chacun de voir ses passions : comme un beau météore qui illumine tout le monde un court instant ou comme un long feu tranquille qui dure

Sébastien
10 ans de course à pied et toujours pas un 100 km (un jour surement)
25 ans d'astro et toujours pas une photo (un jour ...)
7 ans d'escalade et tpujours pas de grandes voies (...)

MessagePublié: 29 Nov 2007, 22:59
par Vincent_75
Cher ki,

je pense quand même que la course à pied demande à son pratiquant plus d'investissement personnel (autre que pécunier) que l'astronomie.

Je veux parler des heures d'entra√ģnement par tous les temps, pour lesquels il faut faire comprendre √† ses "loved ones" que le plaisir de courir peut justifier de les laisser tout seuls plusieurs heures par semaine, ou, si l'on choisit l'option de courir le matin avant le boulot, mettre le r√©veil une heure et demi plus t√īt que d'habitude ... Avec la fatigue qui s'ensuit pour les novices et les risques de blessure quand on pousse trop la machine.

Sportivement,

Vincent

MessagePublié: 02 Déc 2007, 15:50
par yeah
Tout d'abord salut à tout le monde, puisque c'est mon premier message sur ce forum.
Ce sujet m'interesse/me concerne particulièrement.
En effet je désire participer à des courses nature cet année.
Pour l'instant je cours toutes les semaines 3/4 d'heure/ 1 heure (voire meme 1h30 pour mon dernier footing) sans probleme particuliers. A coté de ça je fais du VTT (rando de 40 km et plus régulièrement), des courses de kayak de mer avec l'entrainement qui va avec, du surf (plus que régulièrement), et récemment je me suis mis à l'escalade.
Bref j'ai du mal à me placer dans les catégories que vous citez car d'un coté je n'ai jamais cessé de pratiquer un sport d'endurance (meme le surf en demande une bonne dose), mais d'un autre, je pratique la C à P qu'une ou deux par semaine, sans grosse période d'interruption depuis 3-4 ans.
Je me sens vraiment bien sur des efforts long et surtout je suis motivé pour progresser.
Ais-je vraiment besoin d'une si longue période d'adaptation?
Je précise que le passage par des courses de routes m'intéresse moyennement et que je préfère évoluer en pleine nature.

MessagePublié: 02 Déc 2007, 16:26
par JLW
yeah a écrit:Je me sens vraiment bien sur des efforts longs et surtout je suis motivé pour progresser.
Ai-je vraiment besoin d'une si longue période d'adaptation?
Je précise que le passage par des courses sur routes m'intéresse moyennement et que je préfère évoluer en pleine nature.

yeah, avant tout bienvenu sur kikourou pour ton 1er message.
Je crois que j'ai besoin de pr√©ciser un peu ce que j'entendais par mes "3 ans". Il ne s'agit nullement de t'emp√™cher de participer √† des courses (bien que l√† aussi j'ai attendu 3 ans mais c'√©tait plut√īt un hasard car la compet n'√©tait pas vraiment mon but au d√©but) mais de savoir y aller progressivement, √™tre √† l'√©coute de tes sensations, de tes petites douleurs s'il y en a etc ...

Commence par essayer de passer à 3 sorties/semaine (encore que tu fais d'autres sports qui peuvent peut-être compenser un peu ?) Essaye toi d'abord sur des distances raisonables (en course nature si c'est cela qui t'intéresse tu trouves des distances de 10 à 15 km assez facilement) pense à récupérer puis augmente un peu la difficulté des épreuves si c'est ce que tu souhaites. Cela n'est pas une obligation non plus, j'en connais qui restent sur les 10km pendant de longues années.

Les 3 ans, enfin s'appliquent aussi et surtout aux entrainements, type fractionnés, souvent difficiles car on est à la limite, voire au-dela de sa VMA et c'est surtout à cela que je pensais. Personnellement, il me fallait couper un jour sur deux à mes débuts alors que par la suite (au bout des 3 ans ...) j'arrivais à gérér, assimiler un volume d'entrainement plus conséquent (4 à 6 x / sem et au dela de 100km/sem en période de prépa marathon).

J'etais un peu long, mais bon, tout ne se résume pas ! :wink:

PS: il va sans dire (mais c'est mieux en le disant :wink: ) que je ne prétends pas détenir la sacro sainte vérité. Il y en a certainement d'autres (de vérités) et je partage ici surtout mon vécu, et des exceptions il y en a plein !

MessagePublié: 02 Déc 2007, 16:34
par yeah
JLW a écrit:
il va sans dire (mais c'est mieux en le disant :wink: ) que je ne prétends pas détenir la sacro sainte vérité. Il y en a certainement d'autres (de vérités) et je partage ici surtout mon vécu, et des exceptions il y en a plein !


C'est un peu ce que j'avais ressenti en parcourant les sites et la littérature consacré à la CàP et au trail.
A vrai dire jusqu'à la fin de l'année, j'essaye effectivement de courir 3 fois par semaine sans vraiment de plan d'entrainement, juste pour enquiller les km, et au mois de janvier, si ma motivation reste intact, j'essayerais de définir un entrainement plus structuré en visant 2 ou 3 courses dans les 6 mois suivant.
Mais bon, ce n'est pas facile de s'y retrouver dans tout ce qu'on peut lire sur le net en matière d'entrainement.
J'arrete là car je crois que je suis un peu hors sujet .

MessagePublié: 02 Déc 2007, 17:46
par Vincent_75
Bonjour Yeah, et bienvenue !
Je pense qu'un plan d'entra√ģnement est important parce qu'il permet de planifier les s√©ances et surtout de g√©rer le nombre de km parcourus chaque semaine, pour essayer de ne pas faire des √©carts trop important entre deux semaines cons√©cutives, √©cart pouvant entra√ģner des blessures.
Respecter un entra√ģnement permet aussi de se motiver quand les √©l√©ments sont contre soi (journ√©e de boulot difficile, m√©t√©o d√©gueulasse) et par l√† m√™me de tester sa motivation.
Dans tout les cas, les plus importants est de se faire plaisir !
Bonne CàP

Vincent

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.04 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !