Récit de la course : Le Bélier - Marathon 2017, par Seabiscuit

L'auteur : Seabiscuit

La course : Le Bélier - Marathon

Date : 27/8/2017

Lieu : La Clusaz (Haute-Savoie)

Affichage : 124 vues

Distance : 27km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

19 autres récits :

Le Bélier 2017 - 27 km

Un trail, ce sont des montées … et des descentes !

A 5 semaines du marathon de Lyon, le plan d’entrainement prévoit un semi. Mais je n’en ai aucune envie. Les précédentes expériences ne m’ont pas convaincu de son bienfait, mettant plusieurs jours à récupérer et hypothéquant ainsi la qualité des séances la semaine qui suit. D’autre part, je ressens le besoin d’aller fouler autre chose que du bitume. Mon choix se porte le dernier week-end du mois d’août sur le trail du Bélier à La Clusaz. 27 km / 1000 m de dénivelé positif, c’est l’équivalent grosso modo d’un semi.

Ca fait longtemps que j’en ai entendu parler, notamment par un collègue qui s’est jeté corps et âme dans la course à pied lorsqu’il a arrêté de fumer. Sans doute parce qu’il a couru l’UTMB, la diagonale des fous et tant d’autres courses prestigieuses, j’avais l’impression jusqu’à maintenant qu’elle était réservé à une élite.

Je passe outre cette réticence et m’inscrit à l’évènement.

En traversant Thônes, premier rendez-vous avec la nature. Je suis surpris d’apercevoir un chamois à quelques dizaines de mètres de la route. La Haute-Savoie et ses merveilles …

La météo s’annonce idéale en ce samedi 26 août. Le ciel est totalement dégagé. Une belle journée qui s’annonce.

Le cœur du village est encore calme, dans quelques heures il en sera tout autre.

 

Après avoir retiré mon dossard, je pars m’échauffer en faisant quelques montées en aller – retour. Mon mollet gauche m’inquiète, il tire. Je passe de longues minutes à le masser pour essayer de le détendre. J’espère qu’il tiendra. Je n’ai aucune prétention chronométrique, j’aborde cette course comme une sortie longue, donc j’aurai tout le loisir d’adapter mon rythme en fonction de mon ressenti.

Le départ est donné à 8h30, les 1000 concurrents s’élancent dans une belle foire d’empoigne. J’ai compris un peu tard qu’il fallait se placer devant avant la première montée qui s’avère être un single track. Dès qu’on l’aborde, changement de rythme, colonne par un, progression à la mode « chenilles processionnaires ». On ne se fatigue pas beaucoup, toujours ça de gagné sur les 27 km.

  

 

Puis la sente fait place à un sentier un peu plus large, on passe à la vitesse supérieure, la course commence réellement maintenant.

On arrive déjà au premier ravito mais je ne m’y attarde pas.

La suite du parcours est un chemin qui présente peu de dénivelé. On sort de la forêt, on débouche dans une prairie. La lumière est très belle, la nature dans son ensemble n’est que pur émerveillement. C’est un des plaisirs du trail, j’en oublierai presque que je participe à une course. La chaîne des Aravis s’offre à nous, l’Ambrevetta, la tête de Paccaly, la Roche Perfia, Tête Pelouse …