Récit de la course : Genève Marathon for Unicef 2017, par smetairie

L'auteur : smetairie

La course : Genève Marathon for Unicef

Date : 7/5/2017

Lieu : Genève (Suisse)

Affichage : 578 vues

Distance : 42.195km

Matos : Mizuno avec lacets elastiques

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 autres récits :

Competition 2017 : Etape 8 - Marathon Geneve 2017

Je me suis aligné sur ce marathon, une semaine apres Annecy. Deux semaines apres le TBA. C'était ambitieux.

Mon objectif cette année est de 3h15. Ca sera pas cette foisUne contracture au mollet gauche s'est déclarée cette semaine vendredi, soit deux jours avant l'épreuve. J'ai tenté au maximum de détendre mon mollet pendant les 48h avant la course (bains chauds, massages, creme decontractante ...). Je me suis aligné avec un mollet "bouillant" et tendu. J'adapterai ma course selon les évènements. Toujours pas de course a 100% depuis 6 mois.

Je suis cette fois positionné a l'avant avec les meilleurs, derriere l'élite et les <3h, soit au meneur 3h. Je suis parti très rapidement devant le meneur 3h, j'ai suivi le rythme facilement, en me laissant d'abord lentement rattraper par le 3h, puis en me laissant décrocher par prudence, j'attendais le meneur de 3h15. Les 5 premiers kilometres bouclés en 22', mon cardio était dans le vert a 160. J'etais bien. Et je commencais a me dire que 3h15 ou moins serait jouable.

Au premier ravitaillement vers 7kms, j'étais encore quelques centaines de metres devant le 3h15, la douleur au mollet commencait a devenir genante, je décidais de prendre une bonne minute d'arret et m'étirer, boire, et repartir en suivant le 3h15.

Pendant 3kms, je suivais sans forcer le 3h15, mais ensuite la douleur devenait vive et m'obligeait a m'arreter sans cesse pour etirer le mollet, et puis tout s'enchaine ensuite ... dans le mauvais sens bien entenduMa course commencait a devenir totalement déséquilibrée j'étais en souffrance sur ma hanche coté opposé.

Je passais le 10kms en 48' ... puis le semi en 2h00 ... la course devenait apres cela completement décousue, désordonée. J'ai fréquenté les bas cotés sans cesse, j'ai meme couru pieds nu pendant un kilometre.

La suite est désespérante, je ne pouvais plus courir, une periostite s'est ajoutée au concerts de souffrance ! Autrement dit je me suis trainé pendant les derniers 22kms a 7 ou 8kmh, en m'arretant tous les 500m.

Final 4h46. Blessé. Voila une course a oublier et maintenant a moi le repos et la rééducation.

Note: merci a toutes les personnes au bords des routes qui ont été chaleureuses et ont encouragé le boiteux :)
Aussi, a tous les coureurs qui m'ont tapé amicalement dans le dos, pour me soutenir, c'était appréciable ! Faire un marathon avec une douleur vive dès le 7kms , m'ont au moins permis encore une fois de tester ma force de caractere ! On n'abandonne JAMAIS  :)

2 commentaires

Commentaire de Seabiscuit posté le 08-05-2017 à 09:35:23

Un vrai chemin de croix !!

Commentaire de bobsup posté le 11-05-2017 à 09:38:07

Les joies des souffrances, et la folie de s'accrocher... Tout un paradoxe.
Je ne sais pas si on doit dire bravo ou manifester du mécontentement.
J'ose espérer que tu te rétablisses vite, mais les corps maltraités ont tendance à te le faire payer tôt ou tard.
Mais bravo pour ton courage en tout cas, ça on ne peut pas te l'enlever.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !