Récit de la course : L'Echappée Belle - Intégrale - 149 km 2019, par alexch

L'auteur : alexch

La course : L'Echappée Belle - Intégrale - 149 km

Date : 23/8/2019

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 417 vues

Distance : 149km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

95 autres récits :

Sur le fil de Belledonne

Je connaissais Belledonne en ski de rando, en escalade (parcours des arêtes Nord en juillet) et alpinisme mais très peu en trail/rando longue durée ! Eh bien, c’est difficile pour le physique et le mental ;)

On commence à 6h par 2h45 de forêt humide et insipide, pour arriver sur le paradis de ski de fond de Chamrousse : l’Arcelle. Ensuite tout déroule dans un monde minéral et magnifique composé de lacs, sources, vieux glaciers, parois rocheuses et éboulis (beaucoup). La Croix de Belledonne en promontoire tourné vers le ciel au bout de l’arête des 3 pics (à faire l’an prochain avec Aurélien!!).

Les myrtilles ont atténué le piquant du col de la Vache (que je surnomme « la décharge d’electroménager car on doit choisir si on pose le pied sur un grille-pain, un four ou un frigo, mais pas de piano quand même, c’est réservé à Chamonix!). 

 

Bénévoles et supporters incroyables de ferveur et de dévouement tout du long. L’an prochain, je serai de l’autre côté du décor.

 

Je mets le rythme pour un couple de Dijonnais qui avancent bien mais ensuite je m’arrête à une source au-dessus des magnifiques 7 Laux (lacs) et finis le trajet jusqu’à la base vie du Pleynet avec Robin (après un petit intermède en anglais avec un Slovaque). 14h de course, juste dans mon timing, la fin étant une interminable traversée en montagnes russes pour contourner une vallée profonde. Pause pas trop longue de 25min le temps de recharger la montre (je surveille encore le cardio dans les montées pour ne pas aller dans le rouge) et manger la moitié de mon riz-Colin-pesto-cajou : miam!

Départ avec un petit coup de fil à ma famille : tous les voyants sont encore au vert (un à l’orange en fait ;) De nombreux messages des amis qui motivent aussi!

C’est glauque : l’orga a ajouté 4km de traversée moche dans une forêt pour voir une cascade (point de vue réservé aux 30 premiers... mais qui évite de traverser une route et mobiliser des bénévoles ). Ensuite montée sordide dans buissons et caillasses vers les alpages de la grande Valloire et Tigneux. Je suis assez content de passer ces moments seul, mais je sais que je vais rapidement me remette en groupe pour la suite. La voie Lactée est magnifique et le café servit auprès des feux de camp est génial: merci l’orga!!

On descend à Gleyzin par des routes forestières assez moches et on enchaine avec la fameux col Morétan, long à souhait. La montée au refuge de l’Oule est comme la précédente : buissons et humidité. La fin est raide mais paraît rando par rapport au col de la Vache.

Accueil sérieux au sommet, le dernier quartier de Lune est là. La descente : névé avec une corde qui descend bien, puis surtout cette (!!) moraine (crête abrupte après retrait du glacier) avec une corde fixée aux rochers. J’utilise uniquement mes bâtons. J’imagine quand c’est plus dense en coureurs... limite pour une compet au niveau de la sécu. Je suis depuis 2h avec les 2 Nicolas, on s’entend bien pour finir la nuit ensemble, c’est sympa! Alpage de Périoule, on traine au ravito : café, feu sur une bûche norvégienne, ambiance de partage. Il faut repartir. Effectivement mon serrage de lacet droit a été trop fort dans une remontée : début de tendinite à calmer. Les prochaines montées se feront avec la chaussure droite desserrée sur le coup de pied. J’ai le moral : il reste de gros morceaux mais techniquement le plus dur est passé, Belledonne Nord est très belle et ma famille sera au dernier ravito et à l’arrivée! 

Longue crête pour arriver à la station de Super Collet pour le petit dej, on repart séparés mais on se rejoint avec les 2 Nico, après une pause commission pour moi et un petit somme sur les genoux de sa copine pour Nico1. Il prend d’ailleurs le large, et ensuite je me retrouve à nouveau seul quelques heures, ce que j’aime bien aussi quand même. Les concurrents du 85km nous rattrapent et je joue le jeu de les laisser passer. J’arrive dans des coins familiers après notre traversée de Belledonne Nord par les arêtes avec Aurélien en juillet. Ça sent le bon bout!

 

Niveau chaleur, ça repart et c’est le four! Val Pelouse nous accueille avec un groupe de musique qui chante en direct. Beaucoup de monde, ça change du refuge de l’Oule! Je fais un bout avec un mec un peu cool, Quentin, qui lance une mine jute avant le dernier col (2h sans eau... et finira 40’ avant moi). La descente sur le dernier ravito du Pontet fait 1000m et est très longue! La forêt est assez humide et chaude, c’est dur pour le mental. 10 minutes en famille et je repars pour arriver sous les 40h. Ma tendinite en herbe a dû me faire perdre au moins 2h mais un ultratrail est toujours l’occasion d’apprendre, et les 38h planifiées sur le papier étaient une partition à dérouler mais avec une part d’improvisation bien entendu (je n’avais pas prévu le ravito « myrtilles » ni le café de la grande Valloire ;)

Et là le miracle : Glenn, un type super, me rattrape et tape la causette peu causante mais efficace, genre on bourride, on relance sur les faux plats, et on torche ces 14km. Je m’accroche, je tire sur les bâtons alors que mon pied reste désespérément à angle droit (angle aigu interdit!). Et ça passe ces 400m de dénivelé!! Je me sens même pousser des ailes dan la descente et le dépasse à 5km de l’arrivée (adrénaline...). On finit par des rampes sableuses en forêt qui vont très vite puis par 5km de bitume (ayant fait mon premier marathon à Paris cette année, le mental a tenu!!!). 39h55, un sac léger en cadeau, la famille, la bière, l’ambiance...

 

Un super souvenir même si je préfère aller vers les courses plus roulantes, ou bien en montagne avec des copains pour escalade/alpinisme, sacré challenge cette orga car c’est quand même du terrain dangereux (Sébastien Chaigneau a chuté sur le crâne et fini en hélico).

 

Déçu pour Christophe qui n’a pas vaincu le démon de l’hydratation/nutrition.

Juillet prochain : retour sur les arêtes en partant du Glandon.

L’an prochain je conseillerai/assisterai ou serai bénévole à coup sûr!!

Ma page sur Belledonne : https://www.facebook.com/surlefildebelledonne/

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !