Récit de la course : La Montée de la Bastille 2002, par Mathias

L'auteur : Mathias

La course : La Montée de la Bastille

Date : 5/10/2002

Lieu : St Martin D'Heres (Isère)

Affichage : 3253 vues

Distance : 10km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Le récit

yo l'Zoo,

après seulement 3 semaines de reprise suite à 4 mois d'interruption (quasi), je ne pouvais qd même pas rater la montée de la bastille à grenoble, ce samedi 5 octobre. je n'ai donc pas hésité à faire 200 bornes pour venir courir ce petit 10kms bien sympa : 7kms plat sur les berges de l'isère, puis 3kms de montée bien raide pour arriver à la bastille. C'est mon terrain d'entrainement habituel...

le départ se fait à 200m de mon labo, je vais retirer mon dossard à 14h30 (tiens, pas besoin de certif' ?), ça me fait tout bizarre de reprendre le rituel : collant, chaussures, un peu de nok, tee shirt, épingler le dossard...
c'est la première fois que je vais faire une course avec mes NB768, qui me déchiraient le tendon d'achille à l'entrainement. Pour y remédier, je les porte sans les semelles ortho, le pied est plus bas dans la chaussure et le tendon frotte moins. avec un peu de nok ça passe.
je suis un peu au taquet et me présente au départ à 14h58, j'y retrouve un copain à moi qui malheureusement abandonnera au bout de 2kms (il sort de table).

top départ, je m'embrouille avec mon chrono, zut foiré.
ça part très très vite, j'ai oublié quel effet ça faisait. j'essaie de suivre mon pote qui a une sacré patate. je monte rapidement à 185 au cardio (FCM 192), je suis à bloc.
au bout de 2kms je fais coucou au copain qui arrête, sans avoir réussi à le suivre. c'est malin maintenant je suis cramé. j'essaie de m'accrocher déséspéremment aux coureurs qui me doublent. j'essaie de ne pas penser à la montée qui m'attend, je sens que je vais la faire en rampant.
aux alentours du 4è kilo, j'arrive enfin à accrocher un wagon, dans lequel se trouvent les deux 1ères féminines. je vais tenir ce rythme sur tout le plat. c'est assez rigolo, à chaque petite montée (ponts), je me fais décrocher de qques mètres : à cause de la différence de gabarit entre les féminines et moi, ou à cause des 25kgs qui nous séparent ? ;-)
je bois à peine 1 ou 2 gorgés à chaque ravito. pas soif, pas le tps...

enfin, la porte StLaurent. Je connais par coeur chacun des 29 virages de la montée, mais ça ne me servira à rien : dès les 1ers mètres je vois bien que je suis cuit. En plus de ça, mes mollets se réveillent : toujours la même douleur, à l'intérieur du mollet... damned !
je lève le pied. je suis même au ralenti, et je me fais doubler par moult coureurs. tranquille, tranquille...
hop, le passage des escaliers, rah ça fait du bien on peu forcer sur les bras. 200m de plat, et encore 6 virages, et je me fais encore doubler. m'en fout.
il y a pas mal de spectateur le long de la montée, je regarde au passage si par hasard L'Blueb n'est pas parmis eux.
j'arrive enfin sous les bulles (les bulles de grenoble, vous connaissez ?), allez encore un peu de bitume, et je termine sur une accélération pour déposer un méchant qui voulait me passer ;-)

en kdo, un chapieau péruvien dont j'ai oublié le nom, rapport à l'objectif caritatif de la course en association avec, justement, une association d'aide au développement au Pérou.
je ne connais pas mon tps à l'arrivée, je ne le saurais que le lendemain : 44'54, 123è/442
bon, par rapport à l'édition 2000 (41'12) c'est pas fameux, mais je me sens assez bien. faut bien recommencer doucement ! Content de ma course, en plus il fait beau, c'est merveilleux! seul point noir : ces satanés mollets qui me font vraiment mal, une fois refroidis. en plus, je n'arrive pas vraiment à les étirer.

je m'étire un peu, encourage les coureurs, toujours pas de Blueb, il a du être raisonnable aujuord'hui.
Je redescend doucement en trottinant, en discutant avec un gars de mon club de CO, et revient en car sur le campus : contrairement à ce que j'ai dit au Blueb, il y a bien une navette pour revenir au départ.

L'Boeuf

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !