Récit de la course : Marathon du Médoc 2004, par Papy

L'auteur : Papy

La course : Marathon du Médoc

Date : 11/9/2004

Lieu : Pauillac (Gironde)

Affichage : 3065 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Medoc 2004, figues ou raisins ?

----------------------------------
Medoc 2004(1), figues ou raisins ?
----------------------------------

Note :
BAPDMDM (Bien Aimé Président Du Marathon Du Medoc) devient aujourd'hui le
BADABOUM....
;-))))))))))))))

Cékoi ? Le Bien Aimé Directeur Au Bordel Organisé Ultime du Marathondumédoc...

Le BADABOUM est beaucoup plus facile à prononcer que le BAPMDM, tout aussi
amical et révélateur.. 8-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
(Ultime, car notre BADABOUM est présent et s'occupe de la ligne d'arrivée)
Nous pourrons donc, à la source, lui remonter les infos, arf !!!
*************************************************************************************


Bonjour,

Voici mon... Dernier(?) CR du marathon du Médoc.

La cuvée 2004 restera pour tout le monde comme la cuvée du 20ème
anniversaire, mais pour nous, elle restera comme la cuvée "bizhaaarrre".

Nous aurons :
1/L'avant course
2/La Course
3/L'après course
4/Conclusions

Vous pouvez aller regarder les photos de l'Empereur et de la Tortue là :
(Celles, nombreuses, de Fruidor, devraient arriver)

http://users.belgacom.net/medoc04/

http://minilien.com/?PgbYOC0rYj

http://minilien.com/?6pvtuUNh9h

http://minilien.com/?yDynePa9la



1/ L'avant course

Tout d'abord cela commence par les inscriptions. En contact régulier avec
l'AMCM, ceux ci nous permettent d'attendre que les derniers retardataires
belges fassent leur papier en nous assurant que même début mars, nos
inscriptions groupées seront prises en compte. Fleurdor qui centralise
toutes nos demandes, s'assure plusieurs fois de cela et c'est confiante
qu'elle envoie notre gros dossier.

Malheureusement, quelques semaines plus tard, les mêmes AMCM nous diront
que la date limite était du 28 février et que notre dossier n'est arrivé
que le... 1er Mars !
Notre non acceptation est confirmé quelques jours plus tard par un courriel
de notre BADABOUM (Bruno Davin) m'expliquant qu'il était peiné de ne point
nous voir cette année...
Fleurdor sera très touchée car elle se sentira un peu responsable d'avoir
attendu.
(Je tiens à la remercier pour ce gros travail, mais aussi pour sa réactivité par la suite)

Dans le groupe des 45 coureurs prévus, il y eu des réactions diverses. De
l'abattement au plaisir de faire une pause cette année. Seul le fait de ne
pas en être pour cette 20ème nous tenailla tous, surtout que les rumeurs
les plus folles couraient... Parcours de nuit ? 2 parcours différents ? 2
départs ?... Notre lenteur à l'inscription allait nous en priver.

Vouiméééé... C'était compter sans la pugnacité de notre Tortue qui désira
contacter notre BADABOUM. Après quelques échanges, celui ci accepta de nous
mettre sur liste d'attente... Et l'attente fut bien longue, ce qui fit que
quelques piliers de la ménagerie prirent des dispositions professionnelles
n'envisageant plus le Médoc.

C'est début Aout que la nouvelle tombe, notre cher BADABOUM, spécialiste du
Rugby, ne l'oublions pas, nous a sorti de la mélée 45 places disponibles !

C'est l'affolement générale et les déceptions tombent les unes après les
autres, surtout chez les belges. Un noyau dur arrive a liberer le week end,
mais beaucoup de coureurs prévus au départ ne pourront être présent avec
nous. Cela permet à d'autres candidats de se joindre à nous, mais les mois
de préparations manqueront surement à la cohésion.

C'est quand même avec grand plaisir que nous recevons, chacun, notre
confirmation d'inscription. Dans la hate nous trouvons logement, restaurant
et déguisement. Fleurdor (fracture du Métatarse) et Fruidor(claquage du
mollet) sont dans l'impossibilité de courir et nous cherchons un véhicule
pour se déplacer. Le Roader trouvera, avec son fils, le tandem qui
permettra au Dor de participer à cette édition, merci à lui...

La période de préparation sera quand même très courte et cela sera la
première fois que nous arriverons aussi peu préparé. Même la pasta party de
nos cher amis de Lou Festayre n'est pas sure d'avoir lieu. Dans la chaleur
de l'été le Sénéchal de cette joyeuse équipe n'arrive pas à obtenir toutes
les autorisations voulues... Heureusement, quelques jours avant notre
venue, confirmation de la pasta est faites, nous sommes rassurés...

Les arrivées en Gironde seront étalées du Jeudi soir au Vendredi soir et
nous en profiterons pour nous baigner dans la piscine, puis pour faire les
dégustations sur le port de Pauillac.
Je n'ai, malheureusement, pas noté ce que nous avons bu sauf que le Chateau
Bellegrave fut celui qui remporta le plus de succes. Il faut savoir que
déguster avec Mister G et l'Empereur laisse quelques traces, surtout quand
le Ramoucha, les Aveugles et Chouchou refusent d'accompagner à chaque fois.
:-))))
C'est donc à moitié bourré, sans avoir dormi depuis 34 heures que l'on
rentre préparer la soirée du vendredi, arf...
Un peu de repos et nous voilà repartis sur Pauillac.

Nous trouvons la Pasta Party au 39ème km, la même ou les entrecotes seront
proposées le lendemain. Nos amis de Lou Fastayre sont là et les arrivées
continuent de s'étalonner. Apéro puis repas classique Pates plus Confit
pour certains et toujours pas de Roucoucou ni de Bourrin à l'horizon...
Trouvez vous cela étonnant ? ;-)))

L'Roucoucou, avec l'Izard et la Marmotte, sont coincés a un apéro
(L'Roucoucou sponsorise le Médoc avec Antargaz) mais arrive quand même
avant l'Bourrin, qui aurait pu traverser la Gironde à la nage pour aller
plus vite (Impossible s'écrie l'Electron ?)
Je fais patienter encore un peu tout le monde, même si quelques baillements
se font jour, car commencer la remise des T-shirts sans "p'tit bras"
manquerait quand même de piment.

Finalement, avant que le soleil ne se lève, L'Antilope et le Bourrin
arrivent, ouf... Nous pouvons remettre les T-Shirt. Avant cela, l'Antilope,
en grande spécialiste de ce genre d'outils, me remet un sac d'épingle à
linge verte, idée très pertinente pour compléter notre déguisement.

Chaque récipiendaire du T-shirt viendra, à l'appel de son nom, nous
exécuter un refrain du pied mariton. Cela donna quelques cocasses
exhibitions dont l'Antilope, encore, fut l'une des plus amusantes.

La répétition des chansons nous montra un manque évident de préparation.
Autant l'an dernier "Etoile des Neiges" fut repris en choeur, autant "La
Caracole" ne fut que peu reprise par les zanimoss. On aurait du distribuer
les paroles le matin de la course...

Un dernier bisou aux amis du Sénéchal, un "aurevoir" au Bourrin dont on se
demande s'il arrivera jusqu'à son lit et retour à la case hotel... Mister G
pensera bien rejoindre l'Empereur pour une dernière fine, mais le r/v ne
fut pas très clair...

7h30', samedi matin, on se déguise et on commence à se peinturlurer. Cela
permet de marquer une différence avec les autres coureurs. En effet, le
T-shirt, magnifique (Bravo à la fille de l'Empereur pour le coloriage du
Logo de la ménagerie) est malheureusement blanc et donc, peu voyant (pour
la couleur le temps de livraison était trop long !).
Nos visages en vert "caracole" nous permettront de sortir de la foule...

Tous ont fait des efforts pour aller rechercher chaussettes et shorts
verts, certains se sont rappeler leur adolescence en réussisant à rentrer
dans des shorts d'il y a 20 ans !
;-)))

Nous nous retrouvons à point nommé et tentons une répétition des chansons.
La encore je note une grosse différence avec nos habitudes, nous n'arrivons
pas à nous faire entendre comme d'habitude. Le manque de préparation est
flagrant... Tant pis, on fera avec...

Nous arrivons près de l'entrée du parcours et... Devinez qui on attend ?
Pardon ?
Vous ne voyez pas ?
Faites un léger effort...

Pardon ?

Et oui, bien entendu, baillant à qui mieux mieux, voici notre Bourrin qui
arrive... Nous sommes donc en retard et assez éloigné du départ. Ce n'est
pas une bonne nouvelle, car on aimerait arriver sous les 6h30' sans
négliger les plaisirs de la "Table"... Il est pris acte que les plus rapide
attendront jusqu'à 6h30' les retardataires et nous rentrons dans le sas...

J'espère qu'au coup de pétard, nous nous décoincerons et que la mécanique
Zoo s'enclenchera comme d'habitude car nous sommes un peu disséminés et
n'arrivons qu'a très peu voir le spectacle ! :-(((

Nous rencontrons nos amis de l'abbaye d'Orval qui nous offre un peu de
bière, la tension monte, le départ est imminent !!!

Est ce que le 20ème anniversaire sera au niveau ? Figues ou raisins ???


L'Papy_ki_envois_son_premier_tome
PS: L'Boeuf, tu me les mettra dans Kikourou, merci !!!

__________________________________________________________________________________________



----------------------------------
Medoc 2004(2), figues ou raisins ?
----------------------------------


.../...

Notre Bourrin est légèrement en retard (à moins que ce ne soit l'Antilope
qui l'ait retardé ?) et nous voilà au départ !

Est ce que le 20ème anniversaire sera au niveau ? Figues ou raisins ???

***********
2/La Course
***********

LE MARATHON DU MEDOC 2003 OU L'ANNEE DES CARACOLES

Un petit rappel de l'an dernier :
<http://users.belgacom.net/bn600983>

Un gros rappel, comme chaque année :

******************************************************************************************
Dégustation noté sur 5...
Caractéristiques communes sauf contr'indication

Les vins de cette année ont été d'une tenue bien meilleure que les années
précédentes. Beaucoup moins agressifs, peut être mieux choisis, même
gouleyant pour certain. Ce qui fait une grande stabilité des notes et très
peu de déception au contraire des années précédentes.
Beaucoup de second vin, excellent pour certains, mais aussi beaucoup de
bonnes surprises.
Par contre, est ce que 2002 est une année de garde ? J'ai le sentiment du
contraire, tellement les vins de cette année m'ont semblé avoir les tanins
déjà fondus. Quelqu'un a un avis ou une information la dessus ?
******************************************************************************************

Nous sommes très loin de la ligne de départ, plus loin encore qu'il y a 2
ans. Je commence à avoir un doute sur la faisabilité d'un finish commun. De
plus nous avons du mal à suivre le spectacle... Je crois qu'il faudra
décider, si un groupe se reforme, de venir 1 heure plus tôt comme la
plupart des groupes organisés avec qui j'ai échangé. 8h30' est un peu tard
pour se retrouver et tenter, après 9h de se placer. Plus petit que d'autre,
mais plus grand que le Bourrin, je n'ai quand même pas bien gouté au
spectacle des tambours du 20ème. Les photos me permettent de m'y replonger.

Le départ est donné et la caravane s'ébranle... Des les premiers pas notre
groupe se disloque, nous n'avions même pas pu faire corps autour du tandem
du fait de notre difficulté à rentrer dans le sas. De plus, Fruidor n'ose
pas déranger les coureurs avec son klaxon, du coup, ne le voyant pas, des
coureurs le font s'arréter très souvent. Cela lui causera des soucis par la
suite. Nous tentons une "Caracole", mais le groupe est déjà un peu
éparpillé, nous arrivons sur le premier km en... 15'/20' je ne sais plus
exactement...

1*La Rose Pauillac 2002 (3/5), 1km
----------------------------------
Ils ont sauté l'année 2001, dommage... Il est correct, se tient bien, les
tanins s'oublient rapidement, je pense qu'il ne veillira pas beaucoup, mais
c'est un excellent début.
-------------------------------------------------------------------------------------------

C'est l'explosion dans le groupe. L'allure est très lente du fait d'un
embouteillage permanent. Nous avons demandé au Dor sur leur Tandem de
passer sur la gauche et que nous les rejoindrions... Sitôt la dégustation
faites je tente de compter les troupes et ne retrouve que 3 ou 4
zanimoss... On entame une tentative de remontée et de toute manière nous
avons nos téléphones portables pour nous retrouver.

Je croise Cyrano(UFO) qui me parait en pleine forme, va t il faire le 9'/1'
(9' de course, 1' de marche) ? Je ne sais pas, je ne l'ai point revu...

Nous tentons de courir et nous nous retrouvons quelques uns à tourner
autour du Chateau Pichon Longueville (au lieu d'aller chez Latour comme
d'habitude) pour avoir une grosse surprise...

2*Chateau Suduiraut 1er Cru Classé 1998 Sauternes (et non médoc) (3,5/5), 5kms
------------------------------------------------------------------------------
Ouaouuuuh... Lorsque nous voyons les bouteilles dans la glace, nous
regrettons de ne point avoir un foie gras et un p'tit pain sympa pour
accompagner ce liquide jaune. Excellent en bouche, agréable, bien qu'un peu
jeune quand même, j'avais l'impression d'avoir un must dans la bouche. Une
explosion d'arome et de fraicheur... Alors, pourquoi simplement 3,5 comme
note ? Tout simplement parceque 3' après la dégustation un gout de
détergent est apparu en fond de gorge. Gout qui ne me quittait pas en
buvant de l'eau et qui m'a tenu jusqu'à la dégustation suivante. Pourquoi
ce gout ? Est ce que le lot offert avait un défaut ? Est ce une habitude de
ce vin ? Les spécialistes ont il une réponse ?
--------------------------------------------------------------------------------------------

A ce poste je tente de faire un point. C'est la débandade, il y en a de
tout les cotés et personne n'a rattrapé le Tandem. Ou sont les Dor ?
Le portable sonne, Fleudor nous signale qu'elle a derrière elle la...
Voiture balai !!!
Et qu'elle arrive ou nous sommes !!!
Catastrophe, nous n'avons jamais été aussi loin. Il devient évident, à ce
point de la course, que beaucoup d'entre nous n'auront pas les capacités
physiques de respecter la demande de finir ensemble sous les 6h30'. Surtout
que nous passons le 5ème km en... 1h !!!
Je demande au Dor de tenter de remonter un peu le peloton, court un moment
encore en serre file, comme il était prévu, puis, désirant évaluer les
différences, je me lance dans une course poursuite peuplée d'aller/retour
pour tenter de ralentir la tête et motiver ceux de derrière pour qu'ils ne
se sentent pas abandonné de tous...

Je crois, qu'en dehors de celui de 1998 ou j'avais accompagnée Linstit pour
son record sur Marathon, je n'ai pas autant couru sur un Médoc depuis... ;-))))


3*Beychevelle 2003 (3/5), 8kms
----------------------------
Le vin préféré du Roader... D'année en année il perd le bois qui faisait
son "Parkerage" américain. Il a beaucoup moins de corps que d'habitude,
mais j'apprécie ce coté presque gouleyant qui le rapprocherais d'un vin
d'Anjou. (arf, tapez pas la tête les puristes, un Anjou "cépage médocain"
peu fruité ! :-))) )
-----------------------------------------------------------------------------------------

Nous passons les 10kms en 1h30'/40' il me semble (je n'avais pas de montre,
alors je demandais...), les Dor sont devant, je vais tenter de les
rattrapper. Je remonte peu à peu des éléments "Caracole" éparpillés deci
delà et certains sont déjà marqués par la chaleur et d'autres par les
soubressauts de l'allure. Je rapelle que ce marathon est principalement
dans les vignes, dans la grave et que donc, il est difficile.

4*Lagrange 2003 (2,5/5), 12kms.
-----------------------------
Le Lagrange (second vin) est moins bon que le 2002. Il est quand même
correct mais semble pas fini, comme s'il semblait encore bien immature.
J'avoue être resté perplexe sur l'évolution de ce vin, je ne saurais ecrire
s'il va évoluer ou s'il est foutu... Beaucoup d'interrogation, mais, comme
l'an dernier, il est agréable à avaler, ce qui n'était pas le cas des
années précédentes.
------------------------------------------------------------------------------------------

Nous allons entamer la partie la plus difficile du parcours. Les plaisirs
du départ ont disparu, le public est de plus en plus clairsemé, les
déguisements lourds commencent à peser et les dégustations peu nombreuses...

Je remonte petit à petit nos coureurs et note les états de fraicheur... Il
y a déjà de gros gros écarts, on ne finira pas ensemble, dommage...

5*La Rose Trintaudon 2002 (3/5), 14kms
--------------------------------------
Toujours aussi honnete, même si ce n'est pas un grand vin. Comme les autres
précédemment, il manque de corps, et comme les autres encore, il se boit
facilement, mais s'oublie tout aussi facilement.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Avant d'arriver dans les bois de Grand Puy Lacoste, le chemin semble
long... Le Bourrin et l'Antilope semble déjà fatigué aussi. Ne l'était il
pas déjà au départ ? Il faudrait se reposer cher Zanimoss, l'UTMB a laissé
des traces qu'il faudrait effacer par de longues nuits de sommeil !!!

C'est la que nous ferons la première rencontre avec le Fan club de la
Tortue. Leurs voix cristallines raisonnent encore avec beaucoup de
fraicheur à mes oreilles.
Merci à eux...

Je continue ma remontée et aperçois le Tamagoshi en train de tenter de se
battre avec sa trotinette. Malgré un manque d'entrainement évident et une
douleur "footballistique" au genou, il a tenu à prendre sa revanche sur ce
marathon fini bien tard (à la lueur des phares ?) l'an dernier. Mais la
douleur est vive, alors il sort son jocker et tente de maitriser l'engin.
On note, qu'il ne s'est pas entrainé, non plus, sur son jocker... Affaire à
suivre... (En fait, c'est Ma'ame Socrate qui profiteras de la trotinette,
car le Tamagoshi se fra de grosses crampes avec, ouille, ouille, ouille...)

6*Grand Puy Lacoste, Second vin 2003 (3/5), 17kms.
--------------------------------------------------
L'an dernier, c'était le seul en queue de peloton des premières
dégustations. Cette année, il se boit bien, manque, comme les autres, de
caractères, mais ne laisse pas dans la bouche un gout de vinasse, bien
spécifique au vin non travaillé que l'on donne au personnel dans certain
cas. :-((((
Pour le 20ème anniversaire, Grand Puy se hisse au niveau des autres.
----------------------------------------------------------------------------------------------

Je continue ma remontée... J'ai derrière moi le Raton Laveur, La Loutre, Mr
et Ma'ame Socrate, Le Fluet (qui a décidé de ne pas lacher le Tamagoshi
cette année), le Cobaye, le Bourrin et l'Antilope... Les autres sont
devant, je n'entend même pas l'Empereur... A t il chanté avec son
"Gueulophone" ? Ou l'a t il transporté pour rien ?

On verra qui est à Pontet Canet...

Presque 3h au passage des 20kms, c'est cuit pour les 6h30', le BADABOUM ne
va pas être content !

7*Pontet Canet, Second vin 2003 (3,5/5), 20kms
--------------------------------------------
Nouvelle grosse déception... Toujours aussi fade (pour un Pontet Canet),
l'ambiance se délite d'année en année. C'était un must jusqu'en 2001. En
2002, après quelques soucis de bousculade les années précédentes, ils ont
servis un vin "moins bien"... 2003 et 2004 continuent dans ce registre.
Il n'y a plus le plaisir "Pontet Canet"... Dans le peloton nous n'entendons
plus "qu'il faut faire Pontet Canet" comme "au siècle dernier". Je ne
comprend pas moi même(sic) comment j'ai pu mettre 3,5 sur l'instant, tant
j'ai vite oublié cette dégustation. Je laisse quand même cette note, mais
je regrette les années antérieures.
-------------------------------------------------------------------------------------------

Pas de regroupement cette année, le groupe a définitivement explosé. Je
vois même Fruidor seul, avec son Tandem, chercher désespéremment Fleurdor,
dans le sens inverse ou elle se trouvait ! :-((( Bérézina ?

Je note quand même que c'est la première année ou je vois autant de monde à
cette heure là... Nous n'avons presque pas eu de moment "solitaire", CAD
sans personne 10 metres devant et 10 metres derière... Est ce que les
déguisement ont ralentis les "non déguisés" habituels ?

Je passe dans les allées de Mouton Rotschild, en remontant, espérant revoir
du Zanimal.

Coup de téléphone de Fleurdor qui m'annonce qu'elle est... Derrière moi...
Et M*rd*, Fruidor est parti la chercher devant, grrrr, course poursuite
pour tenter de le rattraper.

8*Malescasse 2000 4/5, 22kms
----------------------------
Je goute un reste de grenier Médocain qui accompagne très bien le retour du
Chateau Malescasse. Il m'avait bien manqué l'an dernier, il revient avec
une excellente tenue. Surement pas un grand vin de garde, mais il
s'apprécie avec grand plaisir dès à présent, car il parait en fin
d'évolution, bien fini, au top.
----------------------------------------------------------------------------------------

Re-coup de téléphone de Fleurdor, que j'attendais de revoir derrière...
Elle est devant !!!
Je ne sais plus ou donner de la tête, elle sort du Pouyalet et je crois que
Fruidor la rattrapera à Laffite-Rotschild.

C'est sur ce passage là, jusqu'au Cos d'Estournel, que je serais au coté de
La duchesse Bach (celle qui courru en Talon Aiguille en 1998) et de ses
"sado maso"... J'ai même été fouetté à plusieurs reprises. Je tente une
remonté, et j'aperçois l'Empereur et l'Aveuglette sur le départ de la
dégustation suivante.


9*Laffite Rotschild, 2001 4/5, 25kms
------------------------------------
Re-bonne surprise ! Affreux jusqu'en 2002, ils avaient sorti en 2003, un
"2002" surement pas travaillé, mais très agréable à boire. Cette année le
2001 est en évolution, mais laisse de belles perspectives. D'autres
descendent, lui remonte d'année en année... Le futur must du Médoc ?
-------------------------------------------------------------------------------------------

Courir sous les coups de fouet des "Sado Maso" va quelques minutes. Je les
quitte, je suis seul et je continue de remonter pour accrocher un "groupe"
de Caracole... Mais c'est plutôt des groupes de "1 à 2 personnes" que je
remonte, arf... Je tente de rattraper l'Empereur et les Aveugles...
Il m'a manqué Fruidor ou Mister G au virage du Cos d'estournel pour aller
faire coucou à une dégustation de blanc... J'ai commencé a vouloir y aller,
mais je n'avais pas réussi à me faire entendre des Belges obnibulé par le
chrono, alors j'étais seul... J'ai rebroussé chemin car il y auvait
d'autres endroits pour partager si je les rattrapais... Dommage, c'est la
première fois que je vois ce Chateau accepter une dégustation "Pirate".

10*Le Crock 2001, barrique (3,5/5), 26kms
-----------------------------------------
Il est correct... C'est un "Le Crock"... Il faut savoir le déguster à sa
juste valeur. Ne pas y rechercher autre chose que du "Le Crock". C'est un
StEstephe correct qui ravira plus d'une table.
--------------------------------------------------------------------------------------------

J'y vois la Tortue, L'Empereur, les Aveugles, mais cherche le Ramoucha,
Mister G ? J'ai dépassé Chouchou, une peu à la Ramasse vers le Cos
d'Estournel, mais régulier... En sortant du Crock, j'ai déjà perdu tout le
monde... Quel monde !!! On se bouscule comme dans le métro, il ne me
souvient pas d'autant de monde à cette heure là ?


11*Pomys 2002 (3,5/5), 27kms
----------------------------
J'arrive à reconnaitre le Pommys au nez maintenant. Il se démarque des
médocain par une odeur bien différente, très fruité, d'ailleurs à l'aveugle
ceux qui ne le connaissent pas ne détecteront pas (AMHA) un StEstephe.
Comme le Crock, si on ne recherche pas le type "Pauillacais-Médocain" pur
et dur, on peut servir avec bonheur ce vin sur toute table.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Je croise et décroise les zanimoss toujours dépareillés

12*Lahaye 2001 (4/5), 28kms
---------------------------
Ce ne sont pas, AMHA, des vins de garde, mais ceux sont servis toujours des
vins agréable à boire dans l'instant. Ils présentent bien leur vin,
toujours à partir de bouteilles étiquetées. Un cantal passant par la me
permet de mieux en apprécier toutes les facettes.
------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis tellement pris dans mon décompte de Zanimoss (toujours pas de
Ramoucha, ni de Piot, ni de Bouquetin, ni de Roader, ni de Samouraï...
Etc... Etc...) que j'en oublie le chateau Mayalet de Leyssac. Zut ! Encore
un loupé... L'impréparation chronique de ce marathon commence à me peser.
C'est comme si vous alliez dans un bon restaurant et que vous regardez
passer les plats... Même si je fais un minimum de dégustation, ma course
poursuite m'empèche de profiter des a-coté, de faire des pirates, ou de
plaisanter avec le public.
Heureusement, je verrais plusieurs fois le Fan Club de la Tortue qui me
remotivera à chaque fois !

(Pour le Chateau Mayalet, il me faudra y revenir encore une fois, pffffff....)

J'arrive vers la coop du Marquis...

13*Marquis de St Estephe 2002 (3/5), 29kms
------------------------------------------
Le "marquis" de retour l'an dernier, n'est plus là cette année. Je ne
prends même pas le temps de prendre de ses nouvelles, par contre son 2002
est meilleur que l'an dernier. Pas de beaucoup, mais peut être a t il
évolué favorablement ? En tout cas il ne m'a pas rebuté comme les années
précédentes (Effet 20ème ?)
--------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai l'impression de poursuivre les zanimoss, mais que ceux ci cours trop
vite. Peut être (surement), le temps de dégustation et prise de note me
font reprendre le retard que j'avais rattrapé sur ces MENFOUPADUCRONO. :-)


14*Laffite Carcasset 2002, (4/5), 30kms
---------------------------------------
L'accueil est meilleur que l'an dernier et le vin plus gouleyant. J'aurais
volontier pris du fromage avec. Malheureusement, l'idée de 2002, d'avoir
jambon et fromage à chaque ravitaillement, n'a pas été reprise. J'ai un
doute sur l'évolution de ce vin déjà superbe. J'espère me tromper.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Pour l'arrivée chez l'une des vedettes de ce marathon je recolle a un p'tit
groupe Tortue, Aveugless et Empereur. Nous dégusterons ensemble et
échangerons quelques amabilités avec le patriarche qui me confirme, encore,
de garder mon 96...

15*Phélan Ségur 1994, (4/5), 32kms
----------------------------------
Le 94 est encore là... Mais son sommet semble être passé. D'ailleurs
l'Empereur n'en bois pas 3 verres comme l'an dernier ! Mais il marque,
quand même, l'un des meilleurs moments de cette journée.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Il me semble que Mister G n'est pas loin a ce moment là, et en écoutant les
zanimoss présent je sens une tension sur le chronomètre. 6h30', même pour
nous, cela sera dur. Ou alors il faudra mépriser toutes les futures
offrandes de la ligne droite. Tronquoy Lalande est fermé depuis 2 ans, je
ne prévois donc pas de temps d'arrêt....

Tronquoy Lalande ?

Je n'ai vraiment pas de chance cette année... Alors que je m'apprète à
accélerer pour continuer ma remontée (sans fin ?) j'aperçois en plein
milieu de la route "notre" marquise de Tronquoy Lalande. Je suis partagée
entre l'immense joie de la revoir et le Chrono qui tourne avec des zanimoss
inquiets... Echange d'amabilité, photo et... Refus de rentrer manger un
morceau chez elle. J'espère qu'elle ne fut pas blesser par cela, mais sous
l'oeil goguenard et un peu déçu de Fruidor, nous prenons congé rapidement.

"Oui, je sais mÔnsieur Fruidor, on aurait pu rester un peu plus lontemps et
Fleurdor aurait connu l'hospitalité de la "Marquise"... Ne me remuez pas le
couteau dans la plaie ! Surtout que, pour le chrono final... :-((((( "

16*Tronquoy Lalande 2000, (X/5), 32kms
--------------------------------------
Je ne me rappelle plus exactement de la note, tellement l'émotion était
grande de voir la "Marquise". Je sais qu'il fut très agréable, mais même
pour l'année j'ai un doute, dommage...

Nous accélérons et je fais signe aux autres que je prends un peu d'avance
pour tenter de rattraper d'autres zanimos avant le Haut Marbuzet...

J'ai eu beau sortir mon 4'/km (pas longtemps, je vous rassure) je n'ai
rattrapé personne de connu, sauf mes amis de l'équipe à Alain Prost.
J'ai oublié de signaler, tellement je suis dans ma course poursuite, que
j'ai eu le plaisir de courir avec Bernard LL., Roger G., les Collignon et
Xavier S.(UFO) plusieurs fois dans la course. Ils sont, avec Alain Prost,
dans l'équipe de Dubosc du Haut Marbuzet.
Pour la plupart d'entre eux, c'est la première fois qu'ils s'arrètent autant.
Pour les coureurs d'utra, il y a aussi les Paraluello qui sont engagé
chaque année par Mister Dubosc.
J'ai aussi rencontré Jean Gé, mon pharmacien fou, en vieille bonne femme,
dégustant pour la première fois en courant. J'attends son analyse !


17*Le Chambert Marbuzet 96 (4/5), 35kms
----------------------------------------
Pas de second vin aujourd'hui chez Dubosc, mais une autre propriété mise en
avant. Assez charpenté, à boire quand même assez vite, nous avons le
plaisir de la gouter plusieurs fois. Malheureusement, nos amis du Cantal,
habituellement avec nous, ne sont point là aujourd'hui, il va me falloir
manger quelque chose chez les "pirates".
--------------------------------------------------------------------------------------------


Je commence à saturer de ne pouvoir profiter a fond des a-coté de cette
course, comme d'habitude... Je ne vois même pas si les danseuses du Haut
Marbuzet sont là cette année, je continue ma course poursuite... Mais je
sens que je ne vais pas tarder à l'arréter et signale à Fruidor que je fais
ce pirate classique avant les huitres, on verra le temps après, les Belges
n'étant pas loin.

18*Médoc Coop de Gaillan 2000 (3/5), 36kms
------------------------------------------
Arrivé a maturité, ce n'est pas un grand vin, mais pour un pique
nique/charcuterie il fut extraordinaire. Une petite charcutaille régionale
me cala une dent avec plaisir la dessus.
------------------------------------------------------------------------------------------

Je repars aux huitres, tout en repérant Fruidor, car je ne voudrais pas que
ce coquin termine devant moi cette année, vu qu'il mène 2 victoires à 1 !
(Mais aussi, cela fait 3 ans que nous finissons ensemble, j'aimerais, au
moins, pleinement profiter de cette p*t*in de ligne droite avec lui !!!)

J'aperçois, en arrivant sur les huitres, Mister Laplace, un copain
champenois. Habitué comme mon pharmacien fou, à faire la distance "à donf",
c'est la première fois qu'il goute aux à-coté. C'est décidé, je m'en occupe
!!! Et je serais un MENFOUDUCRONO, profiteur des à-coté... Je ne vais pas
me gacher cette ligne droite, surtout qu'il y a des zanimoss qui aimerait
bien finir groupé derrière aussi...

Je l'amène là ou il reste encore quelques huitres et nous en dégustons
quelques unes avec...

19*huitres + mouton cadet (2/5), 37kms
--------------------------------------
Pfffffffffffffff... Du Mouton Cadet servi dans des bouteilles en plastique
!!! De qui se moque t on ? Sur FRBV je suis sur que le Président(avie) du
Comité de Défense Du Mouton Cadet sera heureux, mais nous ???
Heureusement je réussis à trouver une bouteille bien fraiche et
l'accompagnement des huitres sera minimum. Ou est le temps ou nous goutions
jusqu'à 3 crus différents ?
Même si c'est 20000 huitres ouvertes, on pourrait avoir 2 choix de vin ???
Le seul Blanc sec du parcours sera à chaque fois Mouton Cadet, "à bas la
pensée unique !"
;-)))))))))))))))))
-----------------------------------------------------------------------------------------

Une carte à jouer m'interpelle... Je reconnais Ufoot(Ufo) qui me présente
son père tout occupé à se "baffer" d'huitres. Le Bourrin est trop loin pour
faire les présentations. Il ne semblait pas fatigué du tout !

10' au moins au stand, puis j'indique à Mister Laplace la direction des
entrecotes, avec l'espoir que nos amis de Lafon du Berger soit là...

Mais avant, arrêt au stand chez un "Pirate". Je montre à mon acolyte
sparnacien comment découvrir d'agréable vin et de succulentes charcutailles
avec le sourire des autochtone. Le saucisson et le jambon cru furent de
première qualité.

20*Domaine Moulerin, Bassens 2002 (3/5), 38kms
----------------------------------------------
C'est un magnum de vin "d'ouvrier"... Il fut merveilleux avec le sandwich
offert par ces sympathiques "pirates". Moins charpenté qu'un Médoc, il n'en
relevait pas moins la qualité des aliments avalés. Surtout qu'après nous
avons eu droit au même endroit...

21*Larose Trintaudon Magnum 2000 (4/5), 38kms
---------------------------------------------
Plus charpenté, mais tout aussi agréable il donna une note final de haut
niveau à cet arrêt qui ravi mon acolyte tout étonné de voir cela au bord de
la route.
------------------------------------------------------------------------------------------

Nous repartimes avec regrets surtout que les Dor sur leur Tandem avait pris
de l'avance. J'aperçois nos amis aux crevettes qui en distribuent au bord
de la route. J'indique le point à mon partenaire du moment et je fonce à la
baraque de pécheur voir si nos amis de Lafon du Berger sont prêt à nous
recevoir. Réponse affirmative reçu, c'est avec plaisir que je file aux
entrecotes chercher des Zanimoss et indiquer à Mister Laplace de nous
rejoindre.
Nous sommes reçu, cette année, par le propriétaire du domaine.

22*Lafon du Berger 96 (4/5), 39kms
----------------------------------
Nos amis des crevettes rappatrie une partie de leur pêche pour nous, puis
nous sorte "notre" bouteille de lafon du Berger, cela sera du 97 cette
année. Un ton en dessous du 96 de l'an dernier, moins présent, moins
charpenté, il fut quand même, comme à son habitude, excellent à boire juste
avant les entrecotes. Tout le monde s'est régalé, Fruidor, Fleurdor,
l'Aveuglette, l'Empereur (?) et Mister Laplace qui allait de surprise en
surprise.
Mister G a gouté ???
---------------------------------------------------------------------------------------------

Nous retournons aux entrecotes ou j'interpelle le Sénéchal qui m'indique
une "porte dérobée" pour venir gouter quelques douceurs supplémentaires.
Certains ne suivent pas, angoissés par le chrono, je les laisse partir...
J'ai aussi perdu Mister Laplace, mais je ne sais pas si c'est avant ou
après les... Cèpes !
Mmmmmmmmmmmm... Avec quelques morceaux d'entrecotes choisies, nos amis de
Lou Festayre nous ont préparés quelques cèpes dont je me "gave" à pleine main !
23*Le vin bu avec est transparent, mais ne nous empèche pas de déguster
vraiment cette viande bien accompagnée. (C'était un... Corbières !!!)
Cette année, sans conteste, les "Lou Festayre" sont en bien meilleure forme
que l'an dernier !!!

Fleurdor me dira, par la suite, que c'est la première fois qu'elle profite
de cette ligne droite comme cela (Fruidor étant un habitué) et qu'elle
regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt. La frustration du au Tandem se
trouva un peu consolé par les découvertes gastronomiques.

Nous repartons, après moults remerciements, des entrecotes... Il ne reste
plus que Fruidor et Fleurdor avec moi, les autres avaient écourtés leur
ripaille depuis longtemps pour passer sous les 6h30'. Derrière je ne vois
personne, mais je n'attends pas, des fois que le 1er groupe patiente près
de l'arrivée.

Nous arrivons au stand Fromage, ou celui ci, en barquette, est accompagnée
de 24*Mouton Cadet.
Cela fait un peu stand de dégustation d'hypermarché. Cela ne m'empèche pas
de gouter ce fromage que j'arrose du verre le plus frais... Il passe pas
trop mal sous la chaleur du moment...

Les Dor sont repus et ne goute pas au fromage. Par contre, il dégusterons
ce 25*crémant bordelais offert pour les 20ans du marathon. Crémant sucré et
bien pétillant, correct, qui doit être agréable en fin de repas sur un gateau.
(Mais il n'y en avait point à cet endroit :-((( )

Nous continuons tranquillement, en doublant maints groupes occupés à se
rassembler, dont des bretons qui devaient être pas loin de 50, et la fin
est proche. J'évite les derniers pirates car comme nous sommes prêt de
6h30', j'ai un espoir que le groupe ne soit pas passé.

Nous arrivons sur la piste rouge solitairement avec les Dor... Rapide
conciliabule, 6h36' au chrono, nous allons attendre les autres derrière et
tenter de finir groupés. Nous verrons passer plusieurs ensembles chantant
durant 10', dont nos bretons tout sourire, puis je demanderais à Fruidor de
tenter d'évaluer ou est la queue de notre groupe. En effet, s'ils ont connu
des soucis, il se peut qu'ils terminent tard !

Que nenni, Fruidor a juste le temps de faire un A/R, et voilà que tous les
zanimoss restant sont groupés avec le sourire, pour certain, de leur
premier marathon bouclé !!!
L'Empereur nous rejoint pour finir ces quelques metres en chanson, nous
avons encore un peu d'énergie, et hop un pied mariton final...

Je surveille le Tandem d'un coin de l'oeil et, au moment choisi, je pique
un sprint d'enfer et bat Fruidor de... Plusieurs minutes ?
J'ai égalisé à 2 partout, cela sera le fait du jour !!! ;-)))))))))))))))))))
On se fait la belle quand ????

Alors il est Figues ou Raisins ce marathon ?

A suivre...

L'Papy_fin_de_la_seconde_partie


__________________________________________________________________________________________



----------------------------------
Medoc 2004(3), figues ou raisins ?
----------------------------------


../... Suite...
Je surveille le Tandem d'un coin de l'oeil et, au moment choisi, je pique
un sprint d'enfer et bat Fruidor de... Plusieurs minutes ?
J'ai égalisé à 2 partout, cela sera le fait du jour !!! ;-)))))))))))))))))))

Nous passons tous la ligne et nous restons de longues minutes à apprécier
ce passage en dansant et plaisantant avec l'orchestre présent. Nous nous
faisons beaucoup doubler, mais nous n'avons pas le réflexe d'aller chercher
nos lots... Erreur... Nous aurions du, surtout pour celles qui finissaient
leur premier marathon, nous presser...


3/L'après course


Lorsque nous nous décidons à avancer pour recevoir notre médaille, c'est
dépité que les bénévoles présents nous apprennent qu'il n'y a plus rien...
Quelques longues minutes de flottements suivront cet épisode car, comme
d'habitude, certains énergumènes veulent faire le coup de poing pour
obtenir... Mais pour obtenir quoi ???
Nous voyons qu'il reste des lots, mais il faut également comprendre
l'agacement des bénévoles devant les menances de quelques uns, grossit des
grondements des coureurs arrivants encore.
Alors plutôt de calmement savoir ce qui reste et dignement attendre son
tour, cela devient un peu l'anarchie.
Je salue le BADABOUM, mais je vois bien que malgré son invitation d'avant
course, il ne pourra pas nous consacrer quelques minutes comme promis.

Nous sommes pris dans le groupe faisant partie des "C*ns" comme me le dira
le BADABOUM, les "C*ns" qui manifesterons de la mauvaise humeur mal placé
et dont certains éléments nerveux, dépasseront les limites de la
bienséance... :-(
Ce n'est pas la panique, mais on note une certaine peur dans le regard de
certains bénévoles qui quittent leur poste, certains en emmenant ce qu'il
restait à distribuer. En "catastrophe" (le BADABOUM m'infirmera si j'ai
faux) un négociant revendra un stock de bouteille invendues (ou alors
c'était un reste de lots offert par les vignerons) qui servira à consoler
ceux qui arrivent maintenant. Mais l'air gourmand, un rien cruel du
distributeur, laissant les coureurs presque "s'étriper" sous ses yeux avant
de distribuer les bouteilles, entretiendra cette tension malsaine typique
des mouvements de foule mal controlée ou les braillards entrainent les
moutons dans des actions regrettables.

Finalement la tension baissant un peu, nous arrivons à sortir du stand
d'arrivée, un peu déçu pour nos marathoniennes. Dans les conclusions je
reviendrais sur cet épisode malheureux qui est aussi la conséquence de
coureurs "collectionneurs"...

Nous arrivons à la tente des joyeux tartineurs et c'est de nouveau la
déception. Non pas sur le contenu du ravitaillement toujours aussi sympa,
mais la musique est en dehors de la tente et c'est bien dommage pour
l'ambiance. Nous ne pouvons décemment danser en empéchant les gens de se
déplacer devant la tente. Cela fait que notre habituel pas de 2 sous la
tente, se réduit à une "prise de mousse" puis retour à la voiture.
C'était peut être voulu pour réduire le temps de travail des joyeux
tartineurs, mais je regrette vraiment ce moment qui était l'un des
meilleurs des années précédentes.

Pour cloturer la journée, j'ai perdu dans la bousculade d'après arrivée mon
portable... Je m'en rend compte au moment d'arriver à la voiture. :-(((

Heureusement, la tortue family arrive, encore, à point nommé pour m'avertir
qu'un portable avait été annoncé trouvé, nos voisins de voiture confirme en
me donnant le modèle. Je file le chercher et je retombe sur le... BADABOUM !!!
L'oeil est moins mauvais, mais la tension est encore palpable. Il ne
m'*ngu*l* pas, mais ce n'est pas l'envie qui lui manque... ;-)))))))))))
Il a un coup de "moins bien" lorsqu'il se rend compte que le portable a
disparu de sa pochette... La moutarde lui monte au nez, je sens que je vais
me mettre aux abris...
Heureusement, il arrive rapidement à retrouver la personne qui l'avait
récupéré en le mettant en mode silence pour ne pas se faire remarquer... Il
balaie d'un revers de main les excuses bafouillées et me remet mon portable
avec un sourire, ouf ! Le BADABOUM a souri ! C'est déjà cela de gagné !
;-))))))))))))))))))))

Nous rentrons nous doucher à Hourtin puis, après avoir féter au champagne
l'anniversaire de notre FLEURDOR, nous mettons le cap vers une auberge
isolée proche de Vendayes les Montalivet. Je ne vous dévoilerais pas le
menu, car il y des Zanimoss en voie de Fluétisation, mais la tranche
épaisse de foie gras, Mmmmmmm... L'énorme magret, Mmmmmmmm... et...
Mmmmmmm... Mais je n'écrirais rien de plus !

La fatigue s'abattant, nous ne reviendrons pas à Pauillac et nous
rentrerons rapidement faire dodo...

Voilà, le Médoc se termine presque pour tous... Avec des bons et des moins
bons moments.

Mais cela reste une course inimitable encore...


4/ Conclusions

Nous ne nous sommes pas vraiment rendu compte que c'était le 20ème
anniversaire, sauf...
Comme il y avait plus de déguisés, les habitués des 3H/5h ont fait 5h/6h et
donc, nous avons eu tout le temps du monde avec nous, fini notre
tranquilité de fin de peloton !!!

Il est clair que l'inscription tardive nous a empéché de bien nous
préparer. Certains piliers étaient également bien fatigués cette année, au
contraire des autres années ou le médoc étant prévu, ceux ci mettaient une
stratégie en place pour etre bien frais au départ !

Le parcours se coupe bien en 2 parties ou la première se doit d'être faites
le plus vite possible et la seconde bien tranquille à partir de Phélan
Ségur ou le feu d'artifice des réjouissances commence son bouquet final.

Je regrette de ne point m'être longuement arrété chez la "Marquise" de
Tronquoy Lalande...
Rien que pour la revoir, je pense que je referais un Médoc (Et oui mon
Ramoucha... Mais on le préparera à l'avance)

Pour l'arrivée, je ne sais pas si le BADABOUM est là, (mais je lui en
ferais une copie de ce passage) mais, si cela est possible, il faudra
mettre un peu plus de rigueur dans la distribution des lots.
Pourquoi ?
Parce que beaucoup de coureurs se servent plusieurs fois de médailles,
entre autre, ce qui fait que même si suffisament de lots sont prévus, un
fort pourcentage de fraudeurs se servent soit plusieurs fois au cours d'un
passage, soit en passant plusieurs fois.
(J'ai des témoignages et moi même je me suis retrouvé avec 2 sacs remplis à
la sortie en 2001)
Il existe des procédures simple à mettre en place qui soulagerait la
tension des bénévoles. Il est clair que l'attention des bénévoles sur 3/4h
baisse énormément, mais un turn over des bénévoles, marquer les dossards à
chaque passage permettrait, déjà, de réduire la fraude.

On remerciera nos amis de Lou Festayre (Mmmm les cepes...), ceux de Lafon
du Berger, la "Marquise", le Patriarche Xavier Gardinier de Phélan Ségur
(l'an dernier c'était Emmanuel Gardinier qui nous recevait) et bien sur
notre BADABOUM à nous, mister Bruno DAVIN !!!
Merci aussi à Fleurdor pour son travail, à la Tortue pour sa pugnacité et
au Roader pour son Tandem.
J'en oublie, qu'ils m'excusent mais il est tard et je dois me coucher, na !!!

Maintenant, après ces émotions, est ce que le Zoo repartira en 2005 ???
Pour ma part, oui si :
1/ Le Mogwaï vient et peut courir (on pourrait faire venir le Pokemonito et
Barbara, comme cela on fait notre Raid28 au Médoc avec la Tortue).
2/ Si un volontaire se présente pour prendre la suite de l'admirable
travail de Fleurdor.
3/ ... Si... et Si... et Si....

On verra bien comment cela se goupille, mais déjà y a t il un volontaire et
des candidats, car il faudrait être moins en retard que cette année ?

Alors Figues ou Raisins ce marathon ?

Je pense que vous l'avez compris depuis longtemps, celui fut mi-figues,
mi-raisins...
8-þ
Je vous assure !!!


Je conclue un peu vite, mais les contingence étant ce qu'elles sont, je
vous laisse rebondir sur mes écrits, je vous souhaite une bonne nuit et au
plaisir de vous revoir tous pour de nouvelles aventures !!!

A bientôt Fleurdor, Fruidor, Izard, La Loutre, La Tarine, La Tortue,
L'Antilope, L'Aveugle Saur, L'Aveuglette, L'Bourrin, Le Bouquetin, Miss B,
Le Cobaye, Le Samouraï, L'Empereur, L'Escargotte, L'Fluet, L'Piot, La MuMu,
L'Ramoucha, L'Raton Laveur, L'Roucoucou, L'Troll, Ma'ame Socrate,Marmotte,
Mickey, Minnie, Mister G, Socrate, Tamagoshi, The Roader et ChouChou.....

L'Papy_ki_file_sur_Paris_demain.... (Je suis revenu aujourd'hui...)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !