Récit de la course : 10 km du Puy Sainte-Réparade 2005, par cigaloun dupuy

L'auteur : cigaloun dupuy

La course : 10 km du Puy Sainte-Réparade

Date : 13/2/2005

Lieu : Le Puy Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1244 vues

Distance : 10km

Matos : mes jambes

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

11 autres récits :

Le récit

10 km de Puy Sainte Réparade
Dimanche 13 février 2005

Distance : 10 km
Départ et arrivée du Puy Sainte Réparade Bouches du Rhône
Heures de départ : 10 heures

Comme j'ai décidé cette année de travailler un peu plus ma vitesse, je m'aligne une nouvelle fois sur du court, un petit 10 kilomètres, pour me tester, en plus, chez moi, donc pas de déplacement, pas besoin de se lever tôt, bref que du bonheur.
La température est fraîche ce matin, avec une vent qui semble se lever, mais ce qui m'inquiète surtout, c'est que j'ai fait une Grosse Semaine d'entraînement, car sur les 7 jours précédents cette épreuve, j'aligne 8 entraînements dont 5 course à pied avec 5 séances de plus d'une heure et deux de vitesse, 2 de Home Trainer, une d'une heure et une de 45 minutes, et 1 natation avec là aussi VMA.
Mais tant pis on verra bien.
Je retrouve en me rendant au départ mes copains cyclistes qui partent rouler, et comme d'habitude nous nous chambrons mutuellement car bien que membres de club différents nous aimons avant tout rouler ensemble dans une bonne ambiance.
Au départ, je retrouve mon copain Jean-Bernard, avec qui j'ai déjà les Boucles Gardannaises en janvier, il est enrhumé et part un peu dans l'inconnu sur sa forme.
Je fais un échauffement somme toute léger, car je sens que j'ai les jambes un peu lourdes, mais je maintiens quand même de légers sprints, et des étirements actifs pour chauffer la machine.
Ma femme et mes deux garçons viennent nous rejoindre au départ, mais aussi pour récupérer nos vestes d'échauffement, qui serviront aussi pour l'arrivée car le vent semble de plus en plus fort et froid.
Je salue les organisateurs que je connais bien, car les croisant régulièrement dans le village.
Bon voilà, 10 heures le départ est donné par le Maire, comme d'habitude je pars dans les derniers, j'aime bien me retrouver à l'arrière avec les "humbles" l'ambiance y est toujours très bonne et conviviale.
Je choisis l'option départ "sage", car je connais le parcours et je sais que nous attaquons de suite un faux plat montant avec vent de face, enchaîné par une petite montée.
J'ai les jambes lourdes maintenant c'est confirmé, et j'ai beaucoup de mal à me mettre en train, je suis quasiment à bloc, et mes pulsations sont à 160 ce qui n'est pas mon maxi, mais les jambes ne suivent pas, je m'en doutais un peu, après ma "grosse" semaine. Je double quand même pas mal concurrentes et concurrents, et ce qui me rassure un peu, et montre que mes séances de vitesse même peu nombreuses commencent à porter leur fruit.
J'ai du mal avec le vent de face et dans la montée, mais je m'accroche, je vois 100 mètres devant moi Jean-Bernard, il semble peiner, ça se voit à sa foulée moins aérienne que d'habitude.
Après la montée, nous traversons le village sur un faux plat descendant, là je mets un peu plus la gomme, tout en étant limité, je ne peux pas faire mieux.
Peu de monde sur le parcours, les Puchéens sont restés chez eux, comme d'habitude.
Je passe à mi parcours en 22 minutes 47 secondes, soit 13,35 km/h par rapport à mes jambes c'est pas mal. J'étais partie dans l'idée de faire entre 45 et 50 minutes, je suis dans mes prévisions.
La deuxième partie est plus dure car le vent s'est renforcé, c'est un constat fait par pas mal de concurrents à l'arrivée, par deux fois je suis désiquilibré par sa force sur la ligne droite où il nous fait face, mais je m'accroche, je remonte encore des concurrents, mais je me fais rattraper aussi, notamment par un coureur du Puy que je connais, je décide d'essayer de le suivre, c'est dur, mes jambes sont incapables d'accélérer, je garde mon rythme et prudemment me fais lâcher de quelques mètres dans la montée, je sais qu'après il y a le faux plat descendant, et là je lâcherais la "bête" et pas le bête
Et effectivement, je reviens doucement sur ce coureur, et je le double même non sans l'encourager à s'accrocher, je vois juste devant moi Jean-Bernard, finalement, les microbes ont eu raison de ses jambes car normalement il aurait du finir loin devant, je le rattrape, il est cuit, c'est lui qui me le dit, je lui dit de me suivre, il essaie et il y arrive, moi je lâche tout, plus qu'un kilomètre mais j'ai beau tout lâcher je ne vais pas beaucoup plus vite. Au détour d'un virage, nous voyons un autre copain, Jean Pierre, qui lui est plutôt rapide, ça me fait tout drôle de le voir si près de moi, normalement il est loin, me serais je amélioré ?
Je finis avec Jean-Bernard décidément à Gardanne nous avions fini ensemble aussi, on va finir par nous appeler les Siamois , dans un temps de 46 minutes 36 secondes soit le second tour en 24 minutes 29 secondes soit 12,35 km/h légère baisse comme je l'avais senti.
Avec le recul je suis très très satisfait de ma course, je commence seulement depuis peu à travailler la vitesse, et faire une moyenne de presque 13 km/h sur une parcours relativement dur en raison du vent et du froid me réjouis pleinement. Jean Pierre finit en 45 ' 34 " à peine une minute devant nous.

Les chiffres :
Temps 46 minutes 36 s vitesse moyenne : 13 km/heures

Fréquence cardiaque moyenne 160

Classement 139ème sur 280 arrivants (316 partants soit 36 abandons)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !