Récit de la course : Marathon de la Clarée 2009, par marcus 39

L'auteur : marcus 39

La course : Marathon de la Clarée

Date : 22/2/2009

Lieu : Val Des Pres (Hautes-Alpes)

Affichage : 727 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Vous reprendrez bien un peu de Clarée !!

Ce qu’il y a de bien avec les courses de ski, c’est qu’on plus calme à l’arrivée qu’au départ…En d’autres termes, 42km195, (en fait 38,7km) de ski de fond avec 1000m de D+ permettent de bien vous faire comprendre qu’il n’y a rien de mieux que l’effort physique pour expulser son surplus de stress hebdomadaire. A tel point qu’après l’arrivée et le repas, on se mettrait bien dans un tout petit coin ensoleillé pour faire une petite sieste.

 

Mais reprenons l’histoire au début. En décembre, on se motive avec le Coach pour faire des courses qu’il n’a jamais faites, et pour découvrir de nouveaux ‘spots’. Donc on opte pour la Clarée deuxième du nom, dont la première édition paraissait avoir été un franc succès.

On confirme les inscriptions après la Transju qui en général laisse des traces. Un petit gîte réservé à la Vachette (pas celle d’intervilles, sans quoi le sommeil aurait été encore plus pénible…). Départ le samedi matin de bonne heure et presque de bonne humeur pour se taper la route et le célèbre col de Cabre. Le coach égrène ses litanies de souvenirs à chaque virage, tel le Jean Paul Olivier du Loriol-Gap-Loriol…

 

5h plus tard, content d’arrivé et pressé d’aller se dégourdir les jambes. 1heure sur la partie basse du basse parcours, juste le temps de constater que le départ va être très rapide, et que la neige chauffe pas mal dans la vallée. Je fais farter sur place au HF sans trop regarder ce qu’il met… On verra bien…

 

Retour au gîte où le team Vandel a pris ses quartiers : papotage rapides entre jurassien, dans un dialecte connu de nous seul, petite soupe, petit plat de pâtes, petit radiateur, petite nuit, mais grosse envie d’en découdre.

 

On monte en ski au départ. Ça glisse pas mal sur la neige qui a refroidie cette nuit. Je me dis que je vais fuser. Imbroglio avant le départ, dans la fraîcheur du matin Briançonnais. Ici, c’est pas comme dans le MJ, ils font des traces en alté pour le départ, et des lignes hyper précises, mais que malheureusement la moitié des mecs grugent en passant sur les flancs avant le coup de feu…SI VIX PACEM, PARA BELLUM : je me met direct en skate pour qu’on me fasse pas chier… Départ rapide, trop rapide pour certains qui chutent et rechute. Un mec perd ses deux pots en moins de 200m (good luck). On peut dire que ça part plus vite que la transju…ça bouchonne un peu à la première traversée de la Clarée. Ca rebouchonne pas mal ensuite dans les premiers raidillons…Parcours up and down, puis une cote qu’on avait repéré la veille. Ca passe tranquille et ça commence un peu à clairsemer les rangs. Je me planque dans un groupe et relaye plus ou moins volontairement…Les descentes sont un peu périlleuses. Deuxième raidillon, dans un pré, avec une montée en lacet. Le soleil tape fort, et le cœur aussi. Constatant très vite que je glisse pas extra sur les neiges chaudes, je prend mon mal en patience et monte dans le groupe…

Long passage dans une zone de pinèdes, en plats montants, avec beaucoup de relance. J’ai l’impression de glisser de moins en moins…

Petit ravito perso et on arrive assez vite aux villes dessus (Névache). Et malheur, j’arrive 10s avec le coup de feu des gens du 21km. Je me retrouve en queue de peloton, dans la traversée du village (très jolie d’ailleurs) puis dans le début de la montée (très raide et pas très large d’ailleurs). Ça se décante un peu mais les gens du 21 km ne font pas trop d’effort pour nous laisser passer. Qui plus est, ça monte de plus en plus et les cuisses chauffent un peu, ce qui fait que dans une descente intermédiaire, je fais du gravage à l’incisive sur mon ski droit. Ça monte encore pas mal. Comme d’hab, je commence seulement à me sentir mieux, mais je glisse pas super…2h de course, je me met à accélérer un peu, pensant que la fin du parcours est descendante. Elle l’est en partie, mais entre les KM -5 et -2, on retrouve une succession de bosses que je qualifierais de ‘coinchettaines’, ou de ‘chaletbrulésaines’. Je me mets dans le rouge sur les bras pour rattraper les dossards bleus qui sont devant moi. On retraverse la route pour se retrouver dans la plaine du départ. 3 mecs en bleu devant moi. J’en passe 2. à 200m de l’arrivée, un mec du 21km qui fait le malin se met en pas de 1 et s’étale devant tout le public (bad luck). Je fini en 2H31 (moins des poussières) 172eme homme sur 299…bpm moyen à 171. Oui, je dis bien 171…pas mal en ski de fond.

 

Un bon repas sous le semi soleil, les jurassiens n’ont pas gagné mais mériteraient le maillot à pois. Anatolle gagne en minot et casse des bâtons. Le coach était dans un jour sans et je me rapproche doucement mais sûrement de lui. Il est vert de s’être fait battre par ses ‘potes’ du Vercors.

 

En ccl, une course très jolie et très sympa, mais un parcours assez exigeant (en particulier la montée après Névache). Heureusement que le soleil était de la partie, en particulier pour le repas. Pas facile de ne pas s’endormir dans la voiture, où Jean Paul Olivier est toujours présent…

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !