Récit de la course : Le Défi Vellave - 23 km 2009, par p'tetortue

L'auteur : p'tetortue

La course : Le Défi Vellave - 23 km

Date : 1/3/2009

Lieu : Monistrol Sur Loire (Haute-Loire)

Affichage : 1372 vues

Distance : 23km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

18 autres récits :

l'un de mes premiers trails... et certainement pas le dernier!

Voilà le premier trail de l’année, ce 1er mars 2009,

Et un super souvenir…..

Dans mes courses, la première chose que je souhaite, c’est de prendre plaisir à y participer. Malgré ma petite vitesse, je m’inscris sur des distances, qui pourraient rebuter n’importe quelle petite tortue ! C’est vrai, pour la facilité, j’aurai pu choisir le 13km, mais j’aurai été insatisfaite, je serai restée sur ma faim. Je suis la dernière et bien ce n’est pas grave !! …. Bref, je me suis inscrite sur  le 22,  800m dénivelés+ ,

et je ne le regrette pas.

 

Départ de St Symp, avec les autres du club,

Après Saint Etienne, nous avons une petite pluie fine, et le Pilat que nous apercevons au loin est enneigé. Je l’ai appris plus tard, la semaine passée, tout était blanc, une bonne couche était venue blanchir le parcours prévu ;

Heureusement, depuis, la neige a fondu, le sol est relativement dur, à part quelques portions un peu boueuse.

Arrivée vers les 9h, dans ce charmant village de Monistrol Sur Loire, à 1heure de chez moi !

Le temps de récupérer le dossard,

Photos au pied du château avec quelques membres du club.

A ce moment là, j’ai un peu peur, la plupart  ont choisi le 13km, dans quel état serai- je à l'arrivée? vais-je devoir ramper pour monter les marches ? Si vous patientez jusqu’à la fin, vous le saurez ! J

 

Se changer

et pan ! le départ.

9h45 : nous sommes quelques 313 coureurs à nous élancer sur cette distance.

Les deux premiers kms sont descendants, donc parfait pour m’échauffer.

Les 5 premiers kms sont assez roulants avec des chemins et très peu de route.

Le peloton s'étire, je suis dans le paquet du fond,

Arrivent les premières difficultés.

Des pentes bien raides où mieux vaut marcher pour en garder pour la fin ;

Pascal de Photogone nous attend en haut d'un chemin,pour nous immortaliser  en plein effort (dommage qu'il ne se soit pas placé aux passages des cordes, la photo aurait été plus sympa!)

De belles descentes techniques en dévers : Gare aux dérapages!

Alternant les passages en forêt très ombragés (un peu de fraîcheur ) et les passages dans les champs monistroliens, avec des panoramas à 280 ° sur la Haute-Loire, vue magnifique sur la vallée.

La rubalise nous indique le chemin à prendre, un sans faute, bravo à toute l’organisation. Depuis le début, je suis suivie par une personne de l’organisation Espace et Course, et son collègue Denis, ils ferment la course des 22km ; super sympa, ils m’encouragent, et surtout ils ne me mettent pas la pression, au contraire, nous  plaisantons ensemble, bref, je les remercie. Je les entends papoter, pfuut ils ont du souffle, moi par contre, j’essaie de respirer correctement.

Virages en épingles dans la forêt , pour aboutir sur une corde qui va nous aider à descendre sans se casser la figure. J'ai l'impression de courir sur du velours, le tapis de feuilles mortes amortie mes pas.

Après la descente (tout à une fin) , on se remet à grimper.

Après le passage du 1er ravito (au Km 8.5),  je  rejoins les concurrents du 35. ça a l’avantage pour moi, de ne pas courir toute seule. Je me fais doubler et la plupart m’encourage par des petits mots ; Super sympa ;

 

Donc après le ravito, tout le monde marche, car il y a une petite côte. Une petite côte bien casse-pattes, je monte en mettant les mains sur les cuisses.

 

Enfin une descente par les chemins, ce qui me permet de récupérer. J’ai encore toute mes jambes.

Tout au bout, en fait, plus de chemin, mais à la place, j’aperçois une corde ! Nous devons couper à travers champs mais dans une belle côte.  Et tout le monde s’agrippe à la corde pour pouvoir grimper, car c’est vraiment raide.  Maintenant, ça me tire méchant dans les bras….

Enfin, ça nous aide bien pour remonter la pente. J’ai adoré cette petite surprise.

 

Nous profitons de quelques tronçons roulants, à travers champs, je me retrouve à faire l’accordéon avec un coureur du 35km qui est perclus de crampes, dès qu’il grimpe. Par contre, il me redouble dans les descentes, finalement, nous allons bavardé un petit moment jusqu’à l’arrivée en ville. Traversées de rivières, aqueduc et un final à couper le souffle avec la remontée des gorges de Bihlard et la montée des marches du château. Mais tout d’abord, nous reprenons à nouveau un petit chemin, le signaleur nous annonce 2à 3 Km avant l’arrivée cool, ça va le faire et je me sens encore en forme, pas de crampes, pas de douleurs…..

Mais il ricane,  en nous informant que ce qui nous attend, c’est le meilleur : ah bon ? Avant, ce n’était pas encore ça ?

et non !! les organisateurs nous ont concoctés encore quelques difficultés !

Après une descente dans les bois,  nous longeons les gorges de Bilhard,

la cascade et ainsi nous arrivons sur des escaliers en rondins très raides, pour atteindre le promontoire de Monistrol, puis une belle petite côte avec des supporters et l'arrivée sur les rues pavées et pour finir les escaliers du château, que je monte encore allègrement, après 3h35 d'effort .

 Tout simplement génial !

 

Maintenant, je rejoins mes collègues , qui m'ont gardé une place à la cantine du collège du coin, ouverte pour l'occasion. Et qui vois-je ? Martine (1ère femme ) bravo Martine  et Badgone (tout plein d'attention pour elle, si, si , je l'ai vu lui remplir une assiette phénoménale de pommes de terre du terroir!)

   Et bien cette course là, je me suis vraiment éclaté, rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de faire ! J’ai A- D- O- R- E

Des paysages grandioses dévoilés par-ci, par-là, au gré du parcours, une vue magnifique sur la vallée, des  cascades, petits ponts en rondins de bois,  des dénivelés, sans oublier des bénévoles super sympathiques qui n’ont jamais manqué de m’encourager tout le long du parcours.

 

Bilan : il faut que je bosse mon souffle dans les montées, j’ai remarqué qu’il était assez court J, mais également les descentes, j’ai vu passer les « pros », chapeau pour leur technique, j’ai essayé de faire comme eux, de slalomer (comme pour le ski) mais je n’avais pas du tout le même style.

 

L’année prochaine, c’est sûr, j’y retourne !

1 commentaire

Commentaire de millénium posté le 06-03-2009 à 20:20:00

BRAVO pour ce récit et...ta course !!!
Et merci pour ta bonne humeur.
Bises , chris

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !