Récit de la course : Scaptrail 2009, par Steve.Light

L'auteur : Steve.Light

La course : Scaptrail

Date : 24/5/2009

Lieu : Marfaux (Marne)

Affichage : 558 vues

Distance : 20.3km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Scaptrail 2009 Marfaux

Bonjour à tous,
Premier trail organisé par les pompiers de Reims (scaptrail 2009), premier trail pour moi, je tiens donc à vous raconter ça !
Arrivée à Marfaux vers 9h, 1er objectif : trouver une place pour se stationner !  Pas facile, heureusement, une brave dame nous dit que l'on peut se garer dans sa cours de ferme. Pratique, mais un peu loin de la remise des dossards, à l'autre bout du village, sur le lieu d'arrivée de la course.  Pas d'angoisse particulière pendant la queue pour l’obtention de mon dossard, la distance me convient, il fait beau, je ne suis pas là pour faire un chrono mais pour courir en nature, donc pas de pression. Parait que c'est boueux - tu m'étonnes, avec ce qui est tombé la semaine dernière ! -. Annonce pour la mise en ligne pour le départ - ah bon, je croyais qu'on partait sur la place de la mairie ? -, mise en garde pour ne pas se perdre, en particulier pour les premiers : ce ne sera pas mon cas. On part en trottinant, un km de descente dans le village, arrêt pour le départ. J'aime pas trop ce faux départ, je n'en vois pas trop l'intérêt !
Petit "pan", c'est parti !  Pas trop de bousculade, ça va, le chemin est sec, un peu étroit vu le monde, ça monte de suite, je suis obligé de mordre un peu dans les talus pour passer et commencer à trouver mon rythme de course. Première mare de boue, évitée de justesse après le premier virage! Le chemin devient herbeux,  glissade, boum, par terre, "chute", "chute", "chute" ! Ben oui, première chute et l'air bête, le 1er kilo même pas achevé. Pas de bobo, relevé rapide et je repars. Toujours en montée, grand virage à gauche, 2ème kilo achevé. Le chemin redevient caillouteux, ça monte plus raide, commence à faire chaud ! Petite baisse de tonus, allez, j’ai fait pire cet été à la Plagne ! On dépasse les premiers randonneurs, je ne devrais pas tarder à voir mon épouse et mon beau-père qui sont venus faire la randonnée associée au trail - une super idée ! - et me soutenir. Ah, les voilà! Mon épouse me tend une bouteille, deux gorgées d'eau attrapées au vol. 3ème kilo, encore un virage, on en voie pas le bout de cette montée! Enfin, le sous-bois, sa pénombre. Le terrain redevient plat. Mais c'est pour faire face à une autre difficulté : il faut regarder où on met les pieds en permanence, calculer sa trajectoire en fonction des mares de boue, où, si on a le malheur de s'engager, on glisse, on colle, on s'enlise parfois jusqu'en haut de la chaussette! 7ème kilo : arrivée dans une zone habitée, la civilisation ! Ravitaillement : je prend 2 quartiers d'orange, une bouteille avec bouchon sport - indispensable pour boire en courant-. Petite descente, on nous encourage : bonne récup les gars! Je suis septique : les descentes sont rarement reposantes, faut freiner, garder le contrôle de la vitesse, des pieds. Ça se confirme, la descente s'accentue, il y a des ornières, attention aux chevilles ! Un tout petit peu de sous bois, et je débouche en plein champ, on repart pour la grimpette en plein soleil. Je dépasse plusieurs coureurs qui marchent, allez, faut pas s'arrêter, faut aller à son rythme ! Ben justement, c'est ce qu'on fait, on me répond! 8ème kilo, virage à gauche, et dans la boucle du virage, une tente dans le pré, des jeunes qui campent et nous regardent passer, pas d'encouragements, pourtant nécessaires dans cette montée. 9ème kilo, on débouche sur une zone un peu plus plate, quelques habitations, route goudronnée, ça permet de souffler un peu. Et là, un p'tiot, assis sur une souche, la casquette vissée à l'envers sur la tête, qui nous encourage en tapant dans les mains, ça vaut  la photo! Et on continue, dans les bois. Je suis derrière un couple de coureur, le monsieur qui ouvre la course, plus de la soixantaine, petit, tout sec, qui donne ses conseils à la dame qui le suis. Je suis admiratif, j'aimerais courir comme lui à cet âge ! Je les suis pendant un kilo, puis décide de les dépasser, ce qui n'est pas évident car on prend forcément la plus mauvaise voie, et hop, saut au-dessus du fossé à gauche, réception sur le talus boueux d'en face, je passe. Quelques centaines de mètres plus loin, glissade sur le talus droit, jambe gauche pliée sous moi, jambe droite tendue, mais pas de bobo, je repars. Plus personne de m'ouvre la route, les jambes commencent à être lourdes, je regarde le chrono, une heure de course pile poil, mais combien en distance? Impossible de le savoir, il n'y a pas de balise kilo. Je dois être à environ mi-course? Les repères kilomètriques que je vous donne sont basés sur la photo satellite du parcours.
Kilo 11 : on débouche sur une grande voie herbeuse tracée dans la forêt, quelques coureurs, assez loin devant. Kilo 12: tiens, un groupe de randonneurs, ils ont l'air étonné de nous voir, ils marchent à contre-sens de la course, ils ne doivent pas appartenir au scaptrail, c'est marrant. J'ai rejoint un coureur, on longe la lisière de la forêt, le chemin est herbeux, avec des zones inondées, j'hésite, je dépasse, je suis ? Je suis. Kilo 13 : on est de nouveau dans la forêt, les pieds sont lourds, je dois faire attention à tout ce qui dépasse du sol pour ne pas raccrocher et tomber, les souches, les branches mortes. Le chemin est défoncé, boueux, impraticable, on est obligé de passer sur les talus. Mauvaise réception au saut d'un fossé, la cheville gauche plie un peu trop sur l‘avant, ça fait mal pendant quelques mètres, quelques coureurs me dépassent, je me trouve maintenant derrière un groupe de 4 ou 5. Le chemin est barré par un ruban, petit flottement dans le groupe pour la nouvelle direction à prendre, virage à droite à 90°, dans un chemin à peine marqué, les jeunes pousses fouettent les jambes. On retrouve les randonneurs.  Virage à droite, encouragements d'un groupe de marcheurs, qui nous indiquent que nous sommes au 15ème kilo (en fait pas tout à fait au 14ème sur la carte). Où est le ravitaillement ?? Je ne pensais pas être aussi loin dans la course, cela me redonne du tonus! Une chose m'inquiète, il me semblait qu'il y avait encore une côte sur  le profil de la course,  j'en demande confirmation au groupe qui me précède, personne ne répond, sympa! Kilo 14 : on franchit un fossé, et on débouche sur un chemin forestier, avec, au bout, le ravitaillement, orange et bouteille d'eau, presque trop tard, l'énergie est revenue! Le chemin descend doucement dans la forêt, glissant, orniéré, il faut faire aussi attention aux randonneurs, en particulier à celui-ci qui reste en plein milieu, immobile, sur la trajectoire idéale. Je peste intérieurement. Tiens, mon épouse et mon beau-père qui m'encouragent, pas de problème, ça roule!
Kilo 15, je sors de la forêt, la pente s'accentue, le chemin devient herbeux, on voit Marfaux au loin, je prends un peu de vitesse. Encouragement de marcheuses, retour de compliments, vous aussi, mesdames, c'est bien ce que vous faites! Kilo 16, le chemin devient sablonneux, sans ornières, toujours un peu en descente, je me rapproche de la ligne de départ.  Je ralentis un peu car je sais que l'on va devoir monter! Kilo 17 : dernière ligne droite, dans le village, en montée, en plein soleil, j’y vais à "l'économie". Y en a qui profite du spectacle, à l'ombre sur leur balcon "ça va, vous êtes bien ?" Réponse affirmative, "Parce qu'ici, ça tape! "; distribution de gobelet d'eau par les villageois un peu plus loin, hop, sur le crâne! Je sors du village, rejoins un coureur, on va faire les dernières centaines de grimpette ensemble, la porte d'arrivée en ligne de mire. J'accélère - tant que je peux - sur la fin, histoire d'essayer de le "décrocher", mais on arrive ensemble. "Arrêtez de courir !", on a été un peu emporté par notre élan ... Je me retourne et tape dans la main de mon compagnon d'arrivée. Content, super content, et beau parcours! Chrono de mon cardio : 1h53, qui sera confirmé par le temps officiel.
A l'année prochaine !

Parcours et dénivelé :
http://www.wanarun.net/carte/9760/scaptrail2-marfaux.html

Résultats :
http://www.scap18.fr/Resultats%20ScapTrail.pdf

Photos :
http://picasaweb.google.fr/SCAPTRAIL

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !