Récit de la course : Trail du Connex - 22 km 2013, par fab51

L'auteur : fab51

La course : Trail du Connex - 22 km

Date : 12/5/2013

Lieu : St Georges De Commiers (Isère)

Affichage : 783 vues

Distance : 22km

Matos : Chaussures : Cascadia 6
T shirt : Raidlight ML
Sac : Endurance 12L Raidlght
Short : Quechua
Coupe vent Gore

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

18 autres récits :

Trail du Connex : Que ce fut Dur mais que ce fut BEAU

 

Mon premier récit sur Kikourou pour une course qui me tient à coeur, j'espère que ça ne sera pas trop long ou pénible à lire.Clin d'œil

 

Le trail du Connex Saint Georges de Commiers, comment ne pas y participer sachant que je suis né là-bas et que c’est toujours un plaisir de courir sur les chemins du coin.

J-7 : Tout va bien pour l’instant, je me suis bien entrainé en avril, les voyants sont au vert mis à part les tendons des genoux qui tirent un peu depuis un match de soccer 5 le mardi précèdent.

Un peu de pub pour le trail du Connex sur kikourou histoire que le plus de monde possible soit au courant de l’évènement, envoi de l’inscription.

J-5 : Petit footing avec mon frère qui a décidé de s’inscrire pour les 11km (sous la contrainte de fifidumou) après plus d’un an sans trop de sport suite à une opération du ménisque. Tout roule.

J-4 : Un grand week end se profile, un peu de roller, un peu de course à pied pour se détendre les jambes car depuis un ou deux jours, elles sont un peu lourdes.

 

J-1 : Préparation du sac, le fréro est allez chercher les dossards, impeccable, plus qu’à dormir.

 

Jour J : Petit déjeuner habituel, thé, quelques tranches de pain, confiture, etc.

Départ de Bourgoin vers 7h30, direction St Georges chez mes parents, histoire de voir le petit frère qui prend le départ du 11km.

Arrivé à Saint Georges sur les coups de 8h30, des bénévoles font déjà la circulation, on dirait qu’il y a pas mal de monde cette année, et en plus le temps est un peu meilleur que l’année dernière (pas de brouillard, on voit le sommet du connex, nickel ça devrait être sympa).

 C'est tout là haut le Connex (photo lors de ma Reco avec un beau soleil)

C'est tout là haut le Connex (photo lors de ma Reco avec un beau soleil)

9h : Paf départ du 11km, on encourage le frère et deux trois autres potes, salut amical à fifidumou sur la brèche qui cherche un casque car il est sur le quad de l’organisation.

Une centaine de coureur au départ, pas mal pour cette année.

 

Bon allez ce n’est pas tout ça, on redescend à la maison se changer et hop on part s’échauffer.

Je remonte sur les coups de 10h10 au stade de St Georges, commence à m’échauffer avec un pote qui lui vient de finir le 11 et qui veut se décrasser un peu. Une longueur de terrain et hop on nous appelle pour le briefing d’avant course, une diagonale, du stade et deux accélérations en plus et je file au briefing.

 

10h30 : Pan, ou plutôt un bon coup de corne de brume (vraiment typique)  et le départ est lancé, Pas loin de 80 coureurs sont lancés pour le 22 ou 33km (au choix).

Un peu de route large pour étirer tout le monde, on passe devant mon école primaire, petit côte très légère puis on redescend sur du chemin pour une petite boucle vers le départ afin de se faire acclamer pour la foule en folie.

Une petite diagonale sur le stade et on part vers des petits singles en forêt, avec une première traversée de rivière (pas la dernière) sur des planches en bois, attention à la glissade. Ce début est tout en petite relance, petite bosse qui monte, petite bosse qui redescend, bonne bosse dans la glaise sympa, heureusement les traces des coureurs précèdent ont tracé des marches, facilitant le passage. Sortie de ce sympathique début, je sens que je suis déjà dans le dur, les jambes ne répondent pas comme je le souhaite, pas grave ça va passer…

Là j'étais encore bien (crédit photo : site du trail du connex)

 

Un passage (bien sympathique) sur la voie ferrée du petit train de la Mure, déjà envahie par quelques herbes folle depuis la fermeture de celle-ci (à cause d’un énorme éboulement de roche sur les voies plus loin), puis on attaque la première montée, légèrement en faux plat montant au début puis dès la traversée de route direction Saint Pierre, un bon raidard se présente, je sens que ça va pas passer aujourd’hui, alors je sors déjà les bâtons. Je me fais pas mal doublé mais bon j’ai l’habitude de perdre des places en montée.

Allez on attaque un chemin un peu plus plat, derrière mon école maternelle cette fois, histoire que je me retape un peu la cerise, mais c’est toujours pas ça.

 (crédit photo : site du trail du connex)

Et puis s’ensuit un magnifique passage qui restera dans les annales de mes plus beaux passages en trail, car même si je connais bien le coin, j’ai encore découvert des coins secrets super sympa. On redescend par un petit single direction la rivière que l’on traverse un peu plus loin, puis s’ensuit une succession de cascade le long du chemin toutes plus belles les unes que les autres, passage dur avec quelques petite remontée droit dans le pentu, mais quel plaisir pour les yeux, énorme, j’en oublie presque que je suis cuit. Cool

 

Une des nombreuses cascades : SUPERBE (crédit photo : site du trail du connex)

 Le passage sous et au-dessus de la dernière cascade (la plus impressionnante) fini ce superbe passage. Et ben pour un début c’est vraiment chouette.

 

Après ce beau passage s’ensuit une nouvelle petite montée bien sèche qui met à mal mes jambes au plus bas de leur forme (et dire que l’on en est même pas au 8ème km). Je me suis pas mal fait doublé jusque-là, heureusement je garde eux ou trois personnes en point de mire.

A la fin de cette montée, le chemin devient plus plat, un petit single avec quelques mini bosse nous emmène au Ravinson ou Fifidumou est là pour encourager chaque coureur (et me gratifie d’un allez Fab, c’est tout bon) mais moi je lui dis dans un grand sourire que ce début de parcours est magnifique mais que je suis déjà bien mort.Langue tirée

Le chemin nous pousse jusqu’à Roche Courbière où l’on peut voir la vallée du DRAC par endroit ou la forêt se fait moins présente, puis nous arrivons au couvent des moines rouges où nous attend une grosse montée (merci au bénévole qui nous dis que celle-là elle fait mal…). Et effectivement on prend 150 de D+ en même pas 600m, mais je m’en sors pas trop mal et ne perd pas énormément de temps sur ceux situés devant moi. Une descente avec pas mal de devers nous rapproche de la prochaine montée avec pas loin de 190m de D+ en 1.30km et là je commence à un peu plus souffrir surtout que je ne vois plus personne devant ni derrière, tant pis je monte à mon rythme et on verra bien.

Petit replat avec un magnifique single en balcon que je connais bien (on l’a emprunté l’année dernière sur le trail) et qui a des petits air de chemin du Sud de la France, avec des Pins et de la rocaille, superbe.

 

Super single même si la photo ne lui rend pas hommage, pas prise au meilleur endroit

Par contre je sais qu’il ne faut pas trop s’enflammer car une nouvelle rampe nous attend à la sortie, les secouristes se trouvent d’ailleurs au pied de cette côté, un petit salut et un bon appétit car ils sont en train de casser la croûte, et j’attaque cette montée qui l’année dernière et lors de la reco m’a toujours fait souffrir.

Et cette année ne dérogera pas à la règle, car même si personne ne me rattrape, je suis vide de chez vide, pourtant j’ai pris des gels, j’ai bien bu mais quand ça veut pas, ça veut pas.Criant

Parti pour faire le 33km, l’idée de bifurquer sur le 22 au niveau du 17km et du ravito semble se préciser, même si ça me trotte dans la tête depuis un moment, je n’osais pas l’envisager.

Et cette côté qui n’en finit plus, je me mets en mode touriste et monte à deux à l’heure j’ai l’impression. Arrivé au sommet, une bénévole qui lit tranquillement son livre, en même temps faut bien s’occuper car y’a un moment que les premiers sont passés. Un pti sourire, je lui demande si elle ne s’ennuie pas trop et me répond en rigolant que ca va et que le ravito est à environ 700m.

Il me semble que c’est un peu plus que ça (effectivement c’est à 1km700) et je profite de ce large chemin plat pour manger deux Tucs et dégourdir les jambes pour voir si ça repart car le choix du parcours arrive vite, pas tant que ça finalement car j’avance vraiment plus et je sens même une crampouillette au niveau du mollet gauche.

Bon je crois que ça suffit, car même si le point de vue depuis le sommet du Connex est superbe, il faut encore se farcir pas loin de 600mD+ et quelques km et je crois que mes jambes ne vont pas apprécier, de plus j’en ai déjà pris plein les yeux et malgré la difficulté je me suis bien régalé. Je décide donc de garder les quelques forces qui me restent pour me faire plaisir dans la descente et je bifurque donc sur le 22km. Arrêt tranquillou au Ravito, discussion avec les bénévoles et marquage du dossard pour dissocier les coureurs du 22 et du 33.

Allez hop direction la redescente, mais on indique qu’il faut aller en face et sa monte encore…, pas trop longtemps heureusement, juste le temps de prendre encore 70mD+ et c’est parti pour la descente, enfin.

Dès le début je commence à envoyer et croise un coureur arrêté qui m’avait doublé juste avant le ravito, je lui demande si ça va et me répond qu’il a des crampes. Je lui propose de l’eau ou du Sporténine mais il refuse et me dit que ça va aller.

Je reprends donc ma descente en envoyant le plus possible histoire d’avancer un peu quand même. Pendant un bon 1/4h, je ne croise personne lorsque j’entends un coureur qui me revient dessus très rapidement, c’est Rémy Marcel, le premier du 33km qui redescend, je l’encourage et lui demande si il est bien en tête du 33, il me répond que oui, me glisse une petite tape dans le dos et m’encourage à son tour, ça fait toujours plaisir et j’accélère un peu le rythme pour le suivre. Evidemment, vu son niveau, je le suis pas bien longtemps mais ça me remet du baume au cœur et je continue de me rapprocher de Saint Georges.

Au fur et à mesure de ma redescente je m’attends à voir arriver le deuxième du 33km, mais Rémy a creusé un sacré trou car il ne me doublera que dans les derniers km. Ces derniers km qui ne seront pas une partie de plaisir pour moi, les cuisses sont bien cuites après la descente et la moindre petite remontée m’oblige à marcher.

Dans un virage, Fifidumou est encore là pour nous encourager et prendre quelques photos au passage.

Allez plus que 2km et on reprend le même chemin qu’à l’aller, petit tour sur la voie ferrée, puis on bifurque et on repasse par-dessus celle-ci, pour rejoindre un nouveau chemin qui nous mènera vers l’arrivée.

Une petite photo avant l’arche et ça y est je franchis la ligne d’arrivée en 3h55 selon le chrono officiel, 3h51 selon le mien mais bon je suis plus à quelques minutes près.

 

 

Pas mécontant d'arriver (crédit : site du trail du connex)

Pas mécontant d'arriver (crédit photo : site du trail du connex)

 

(crédit photo : site du trail du connex)

 

Les proches sont là, mon frère (Alex38450) aussi qui a bouclé son premier trail, bravo à lui, en espérant que t’y prenne goût.

 

Direction le ravito et un bon plat de pâtes offert (12€ l’inscription qui dit mieux), comble du comble, la bénévole me demande si je viens de courir, je lui dit que oui, et elle me dit qu’on ne dirait pas car j’ai l’air tout frais. Je lui dis en souriant qui faut dire ça à mes jambes car elles, elles ne sont pas fraîches du tout.

 

Voilà pour ce récit du trail du Connex version 22km (qui en font plus de 25km au final mais c’est pas bien grave, car quand on aime on ne compte pas).

Voilà pour donner une petite idée du profil (source : openrunner)

Merci et bravo à tous les bénévoles, mention spécial à fifidumou pour tous ces encouragements le long du parcours, qui est un vrai régal pour tout trailer. Des relances, du singles, des cascades, des points de vue magnifique même sur le 22.

Plus qu’à remettre ça l’année prochaine. Sourire

 

6 commentaires

Commentaire de la buse de Noyarey posté le 15-05-2013 à 20:43:55

Et bien on aurait pu discuter car sur la photo , tu es juste devant le kéké une des stars de kikourou et moi je suis juste derriere.
Merci pour le récit , qui j'espere donnera envie aux gens de venir sur ce très sympathique trail .Manque celui du kéké (moi je l'ai fait l'année derniere)

Commentaire de fab51 posté le 15-05-2013 à 21:18:45

Du coup je vous ai servis de rampe de lancement, la classe quand même...
Ben ouais c'est clair qu'on aurait pu taper la discute, vu ma vitesse tout le long on n'aurait même pas été essoufflé.
A bientôt sur un autre trail dans le coin.

Commentaire de fifidumou posté le 16-05-2013 à 18:18:27

Super récit Fab
les cascades on les amises pour toi .... et j'ai l'impression que l'on a bien fait!
Des commentaires comme cela ça vous requinque un organisateur pour dix ans
Encore merci pour ta venue et ton énergie communicatrice
J'ai adoré ton sourire à l'arrivée et j'aurai vraiment aimé t'y acceuillir
A bientot au Trail du Buis

Philippe

Commentaire de ch'ti lillois d'vizille posté le 16-05-2013 à 18:32:31

Au final, si tu avais le tête fraîche et les jambes lourdes à l'arrivée, n'avais-tu pas révé de la course durant la nuit ??
Non, l'essentiel est de l'avoir bouclé, 33 ou 22 ( bon 25 ).
C'est toutl'avantage des trails où le choix est possible suivant la forme du jour.
Bravo pour ta course, et peu importe le temps final, une participation à St Georges c'est des Euros pour l'AVAL.

Commentaire de le_kéké posté le 17-05-2013 à 17:03:13

Bravo Fab je me souviens parfaitement de toi dans les tous premiers km tu étais juste devant la buse et moi. Je m'étais dit que tu avais l'air en sur-régime dans cette première partie de course (cela doit expliquer le coup de moins bien dans la fin de montée) En tout cas tu sembles avoir bien géré la descente. Bon l'année prochaine on compte sur toi pour les 35km car même avec le mauvais temps le sommet ça vallait le coup (mais je pense que tu le connais par coeur)

Commentaire de fab51 posté le 18-05-2013 à 08:29:05

fifidumou : Merci Philippe et à bientôt sur un des trails du coin

ch'ti lillois d'vizille : Exactement, une participation en plus et c'est toujours quelques sous en plus pour l'Aval

le_kéké : T'inquiète pas, l'année prochaine, je serais à fond pour le plus long parcours.
Du coup ouais j'ai du partir un peu vite, vu la forme du jour,et j'ai bifurqué sur le 22 car je savais que je pourrais me faire un minimum plaisir dans la descente car j'adore ça.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !