Récit de la course : 100 km de Cléder 2013, par ArkaLuc

L'auteur : ArkaLuc

La course : 100 km de Cléder

Date : 21/7/2013

Lieu : Cleder (Finistère)

Affichage : 765 vues

Distance : 100km

Matos : Brooks Ravenna 3

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

100 Kilomètres de Légende

Cléder, Bretagne, Côte des Légendes, dimanche 21 juillet, un peu avant 5 h du matin.

Des silhouettes affublées d'un œil lumineux au milieu du front s'agglutinent derrière la ligne de départ au pied de l'église occupée par une colonie de choucas. Dans le lointain des éclairs illuminent en silence l'horizon menaçant . La température est déjà douce, l'atmosphère électrique.

Je me positionne au milieu du peloton bigarré tandis que résonnent les dernières recommandations de l'organisation. Le signal du départ manque de me prendre par surprise. J'ai tout juste le temps d'enclencher mon chrono, emporté par le flot lumineux qui s'élance à l'assaut des 100 km du parcours sous les applaudissements des riverains matinaux.

Chacun trouve bientôt sa foulée et nous nous retrouvons vite en pleine campagne, la quiétude des petites heures du matin seulement troublée par le bruit de nos baskets et les faisceaux de nos lampes frontales. Les gens du coin sont des lève-tôts, et devant chaque porte, chaque chemin menant à une habitation nous trouvons un public enthousiaste quoi qu'encore un peu embrumé . Un tel accueil réchauffe le cœur et donne du courage ! On en aura besoin, nous en avons pour la journée !

Le jour point, la nuit dissipe peu à peu ses voiles, révélant une à une les mille merveilles du paysage, les champs, les bois, les courbes, les bosses et les creux au fond desquels languissent encore quelques langues de brume.

C 'est ainsi qu'apparaissent les ruines du château de Kergounadeac'h dans l'écrin de son parc boisé. Vision irréelle et bouleversante que ces tours et murailles se découpant sur le ciel blafard du petit matin, la fraîcheur de l'air contrastant avec l'accueil chaleureux des bénévoles des différents ravitaillements.

L'heure magique passe, le soleil s'installe, et après 2h30 de course il fait déjà chaud.

Passage au 25è kilomètre sur la place de Cléder, je m'engage à présent sur la boucle « mer » de ce 100km «  entre terre et mer ».

Après avoir goûté les fraises locales au ravito j'approche enfin le front le mer, sans oublier de saluer les riverains, visiblement fiers et heureux d'héberger un tel événement.

Km 30, passage au château de Kérouzère, magnifique bâtisse.

D'abord aperçue à l'horizon entre deux bosquets ou derrière une maison, la manche m' apparait peu à peu. Je l'entends rugir derrière les haies du chemin côtier, je hume l'air marin et enfin cours à ses côtés sur les deux kilomètres de plage qui nous emmènent à la distance du marathon.

4h20 pour 42 km, presque le temps de mon premier marathon il y a 3 ans ! Je mesure le chemin accompli depuis: décidément j'ai la pêche aujourd'hui ! Sauf qu'un kilomètre plus loin je suis obligé de marcher, écrasé par la chaleur, cette portion du parcours étant très exposée. Heureusement au ravito suivant on me donne des capsules de sel ! Véritable potion magique qui, si elle ne peut pas grand chose contre les douleurs musculaires, redonne du tonus et évite la déshydratation.

Empli d'une énergie nouvelle je me dirige d'un pas décidé vers la mi-course.

C'était compter sans les marches du manoir de Tronjoli ( très joli, au passage). Je tremble en pensant que dans 50 km il me faudra passer par là de nouveau.

En attendant, au km 50 je passe au vestiaire, change de t-shirt et me badigeonne de crème anti frottements.

Petit moment de détente et de discussion avec les bénévoles et c 'est reparti pour un tour ( en fait deux).

Cette 3è boucle sera la plus pénible de toute la course. Accablé de chaleur, les jambes douloureuses, je marche plus que je ne cours. Heureusement je trouve un compagnon d'infortune en la personne d'un sympathique V3 à la longue barbe. Panoramix ou ZZ Top ? Mystère... mais la dizaine de kilomètres passée en sa compagnie m'aura permis de recharger mes batteries et de véritablement découvrir le paysage dans lequel j'avais évolué plus tôt pendant la nuit.

A chaque ravito je n'oublie pas, bien entendu, mes capsules de sel !

Les habitants de la région ont été mis à contribution : tous les deux kilomètres on trouve une bassine et/ou des bouteilles pleines d'eau fraîche qui nous seront indispensables pour aller au bout de cette épreuve,  le tout servi avec le sourire et une amabilité confondante, même si on a parfois l'impression de passer pour des fous à leurs yeux, à raison sans doute .

Au 75è km nouveau passage par les vestiaires, et nouveau taillage de bout de gras avec les sympathiques bénévoles. A ce propos je me dois de souligner que sur cette course, qui restera sans doute à jamais dans mon cœur, je n'ai rencontré que des gens sympathiques, qu'ils soient coureurs, bénévoles ou riverains.

Dernière boucle. J'ai hâte de retrouver la relative fraîcheur du front de mer, mais la marée ayant monté depuis le matin on nous fait passer par les dunes. Une épreuve pénible à ce moment de la course, mais je puise dans les encouragements des campeurs l'énergie de franchir l'obstacle.

Dernière difficulté : le manoir de Tronjoli au km 98 et ses terribles marches d'escalier !

C 'est alors que mon corps me fait comprendre à sa manière qu'il en a plein les bottes : sous l'effet de la chaleur et des efforts consentis depuis le matin des capillaires explosent dans mon nez ! Je n'ai pas de mouchoir sur moi, aussi en suis-je quitte pour me pincer le nez jusqu'à l'arrivée.

Un kilomètre plus loin cependant l'hémorragie a cessé et je peux terminer au pas de course. J'apparais encore relativement frais aux yeux des spectateurs avec qui j'échange quelques mots ( oui je ne cours plus très vite à ce moment là ) et c 'est vrai que, globalement, je me sens moins épuisé que lors de mes deux Steenwerck, et pourtant les conditions sont aujourd'hui dantesques ! Vive les pastilles de sel !

La ligne franchie je suis interviewé comme si j'étais une star, ça fait du bien à l'égo !

Je dois m'y reprendre à deux fois pour enregistrer mon chrono final affiché sur l'écran : 13h16 !! trois quarts d'heure de mieux que mon record de mai dernier ! Pas de doute ces terres sont bel et bien magiques...ou alors ils mettent quelque chose dans l'eau !

Cette édition des 100 km de Cléder aura donc été légendaire de bout en bout !

Comme dit l'autre : « I'll Be Back ! »

5 commentaires

Commentaire de Vivien (100bornard1022) posté le 01-09-2013 à 20:25:20

Ton récit reflète parfaitement ta course: incroyable, semblant irréelle. Chapeau l'artiste ...

Commentaire de philkikou posté le 01-09-2013 à 20:31:25

Bravo pour la perf; et merci pour le récit

Ce 100kms à l'air de valoir le détour de par l'ambiance et les chateaux et paysages..

Commentaire de ArkaLuc posté le 03-09-2013 à 23:04:23

C 'est facilement mon meilleur souvenir de course jusqu'ici: le parcours , l'ambiance, l'organisation en tous points impeccable, les bénévoles dévoués et souriants, on sent que le village est fier de cet évènement, chacun s'engage à fond. C 'est bien simple, il devait y avoir plus de bénévoles que de coureurs!

Commentaire de Lapins Runners posté le 05-06-2015 à 15:03:36

Je suis très heureuse de m'être inscrite pour l'édition 2015 ! Ton récit est très beau et me rassure. J'ai hâte d'y être ! Nous nous y verrons donc :-)

Commentaire de ArkaLuc posté le 08-06-2015 à 12:12:26

Malheureusement je ne serai pas à Cléder cette année, mais j'y reviendrai, ça reste mon 100 km préféré ! bonne course :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !