Récit de la course : Cross du Figaro - 12 km 2014, par Bérénice

L'auteur : Bérénice

La course : Cross du Figaro - 12 km

Date : 18/5/2014

Lieu : St Cloud (Hauts-de-Seine)

Affichage : 394 vues

Distance : 12km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

1 petit cross et c'est reparti !

                        CROSS DU FIGARO-DIMANCHE 18 MAI 2014

 

Je cours régulièrement le dimanche matin dans le parc de St Cloud sous la houlette de mon pote Christophe Pacaud (RTL) avec ses amis. Tout naturellement nous nous inscrivons à la course pour nous amuser et courir « chez nous » ! Mon objectif est de faire 1h15 maximum car il y a de bonnes montées.

 

Dimanche tram à 8h à Issy-les-Moulineaux avec Virginie et je retrouve Christophe, David et Sébastien au point presse. Nous allons dans la file et Christophe se fout de moi quand je lui explique que la musique de Mylène Farmer va me booster pour la course. Je me sens encore incomprise mais j’ai l’habitude ! Je vénère Mylène et ses chansons me transcendent !!! Nous nous élançons à 9h05 sous les encouragements de Jean-Pierre Papin, parrain du cross ! Avec Christophe nous décidons de courir ensemble à un bon rythme mais sans trop foncer. C’est super chouette : le monde, l’ambiance joyeuse, le soleil et l’excitation.

 

Au premier kilomètre on attaque gentiment la côte et je me surprends à doubler pleins de personnes. C’est toujours l’inverse d’habitude et ça me fait bizarre de me faufiler d’autant plus que cela va m’arriver pendant toute la course. Je suis bien concentrée à ne pas me faire distancer par Christophe mais ça se passe plutôt bien. On voit Virginie qui nous encourage au km 2. On attaque la deuxième côte bien longue pour arriver à la terrasse où la vue sur Paris est splendide. Un peu de course à plat et une nouvelle côte. Là je suis carrément étonnée de penser que finalement les côtes me réussissent plutôt bien car j’ai l’impression de gérer sans souci. On avance toujours bien et je surveille à chaque km que le temps de 6 minutes est respecté (= 10km/h). On s’encourage mutuellement avec Christophe.

 

Km 5 : on passe sur le charmant petit pont et là on croise en sens inverse les premiers concurrents de la course. Ils « tracent » de façon impressionnante. J’ignore à ce moment là qu’ils ont déjà parcouru 4 kms de plus que nous !! On se retrouve alors dans une petite montée et j’ai un mini coup de mou. Je me secoue en pensant qu’après avoir fait l’Ecotrail je n’allais pas faire la chochotte sur une petite côte et ça marche ! J’encourage même une fille qui marche dans la montée avec son tee-shirt où est écrit Laurence. Elle nous sourit. On est déjà au km 6 et on a  2 minutes de retard sur notre moyenne mais je sais qu’on a fait le plus dur. Je crève de soif et pas de ravitaillement en vue… Km7 : toujours pas de ravito et je me dis qu’on n’aura rien ! Puis une pancarte nous indique qu’il est à500 m. On attaque alors une grosse descente et je me sens super bien. J’accélère et je crie à Pacaud « allez viens on en a sous le pied ! » mais il ne me suit pas… Je continue à fond et là c’est juste incroyable : je lève bien les jambes pour ne pas me prendre les pieds dans une racine, j’allonge la foulée et j’ai alors l’impression de voler. La sensation est fantastique et je m’arrête très rapidement pour boire un  verre d’eau. Je me retourne mais pas de Christophe… Je décide d’y aller à fond car l’énergie et surtout l’enthousiasme sont là. Il y a une dernière montée entre les km 8 et 9 et j’ai juste les paroles de Mylène qui chante « optimistique-moi » ! C’est l’euphorie qui ne me lâchera pas jusqu’au bout. C’est la première fois que je vis ainsi la fin d’une course. Je découvre les progrès réalisés ces derniers mois grâce à mon trail et je suis super contente. On est sur une immense ligne droite et je suis ravie également de découvrir cet endroit du parc qui m’est complètement inconnu.

 

Km 10 : je regarde ma montre : environ 1h01 (il faudrait quand même que je m’achète une montre chrono à 10 balles chez Décathlon !). Je calcule qu’en faisant 5mn30 le km au lieu de 6 ça serait cool. Du coup j’accélère encore et je suis aidée par la descente à la fin. Ma joie me transporte et pour le dernier sprint avant l’arrivée je fonce, je lève les bras devant les photographes en criant mon bonheur d’être là. Au final 1h12mn 41 sec. Je suis top contente et j’ai envie de faire la bise à tout le monde ! Les jambes tirent bien mais je pense surtout à trouver de l’eau ! Je retrouve Sébastien 1h02, David 1h05, Arthur 1h02 et Christophe 1h15. Ce dernier me dit « mais qu’est-ce qui t’a pris de foncer comme ça ??!! » il avoue ne pas avoir pu suivre au moment où j’ai accéléré car petit coup de mou. J’espère surtout qu’il est motivé pour se préparer pour son Paris-Versailles que je lui ai offert en avril !

 

 Nous enchainons maintenant avec un rôle de supporter ! Rôle très chouette aussi.

 

Course madame Figaro de 6 km : Dolly nous a rejoint et nous sommes tout joyeux de crier pour Virginie qui fonce comme une gazelle (c’est la première fois que je la vois courir puisque d’habitude on fait les mêmes courses et je suis super impressionnée par ses muscles, ses abdos et son allure ! Elle va finir 16ème de la course en 28 mn, immense respect !), pour Marie-Charlotte la fille de Christophe qui se débrouille super bien aussi, pour Catherine qui va à son rythme avec le sourire et pour Jean-Pierre Papin qui court avec ses filles !

 

Marche Nordique de 6 km : je suis carrément hystérique pour crier le nom de Bertrand (mon champion de frère !). Il surgit en tête de course avec un autre concurrent au premier kilomètre. Génial ! On l’encourage encore au km 2 puis il attaque la côte et disparaît dans la forêt ; c’est alors une attente qui me semble interminable et on décide de le guetter dans la dernière descente. Il arrive toujours en tête ex-aequo et je cours la fin avec lui en hurlant. Je le vois qui réussit une accélération finale et qui termine premier !!!! Quelle joie partagée ! Il a l’air mort mais super content.

  

Bref une journée extraordinaire au niveau ambiance et performance sportive Sourire

Virginie et moi finissons même avec une photo en compagnie de Papin super sympa et souriant !

 L’ambiance des courses est vraiment formidable et les dieux doivent être avec moi car il fait toujours beau quand je cours !

 

Je savoure et je pense déjà à la course royale de Versailles le dimanche 29 juin prochain !

 

1 commentaire

Commentaire de Bert' posté le 30-05-2014 à 15:36:16

Bravo Sister ! Une bien joli journée avec une ambiance simple et décontractée...

Et un grand merci pour tes encouragements qui m'ont bien aidé :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !