Récit de la course : Courchevel Xtrail - 54 km 2017, par JuCB

L'auteur : JuCB

La course : Courchevel Xtrail - 54 km

Date : 5/8/2017

Lieu : Courchevel (Savoie)

Affichage : 521 vues

Distance : 53km

Objectif : Balade

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Mode CEMLBHAC

WE tout seul à la maison, grosse soirée le vendredi : serre-fil le dimanche, ce sera parfait.
38km et 2500 d+ au programme.
Je pars avec le 33, j’attends la BH du 54 et je finis par le 54.
Passage de Plassa, Crête du Charvet : trop de la balle

Samedi, en état de décomposition avancé, je rejoins elnumma[x] à Albertville et on monte en Manumobile.
Pique-nique au soleil, binouze (+ pif pour lui) et je sombre rapido.

Dimanche 4h : je vais voir le départ de Manu. Je me mets en haut de la côte illuminée par les flambeaux c’est vraiment joli.
Le 1er népalais passe en trottant, il explosera plus tard…
Impressionnant de voir passer toute la foule

7h : j’émerge tranquillou, départ dans 45 min
C'est couvert, c'est foutu pour le reportage photo

Je me pointe 5min avant.
Un gars se présente sans veste pour ce 33 / 1900 avec départ à 1200 et top à près de 2500. Il prendra le départ en resquillant. J’apprendrais plus tard qu’une miss a voulu partir sur le 22 en short/débadeur/basket sans sac ni rien. L’orga l’a remboursée.

J’attends 5 min après le départ pour attendre des retardataires et zou. Ce n’est pas les super cannes non plus, la soirée de vendredi est encore bien présente. Je rassure ceux que je vois. Keep cool, je ferme juste la course. Non, je n’avance pas au rythme de la BH. Vous n’êtes pas éliminés si je vous rattrape.

Ma 1ère vraie dernière n’est pas au mieux. Maux de tête, fatigue, malade les jours précédents. Elle s’arrête régulièrement dans la montée. Je l’encourage, on discute. Abandon après 25 min de course, elle rejoins le départ seule.

La nouvelle dernière est grimaçante. On s’est vu au petit dèj. Elle crache le morceau assez vite : épaule démise une semaine plutôt, elle en bave grave. Une copine l’attend. On l’encourage, on discute bien. Il y a une BH au 1er ravito à 6.6 km, +1h40. J’ai toutes les infos sur un papier (km, d+, BH). Je ne pensais pas m’en servir si tôt. Elle a un rythme suffisant mais pas de marge. On arrive au ravito avec 10 min d’avance sur la BH. J’indique à la copine qu’il faut filer, la prochaine BH est à 14.2 km et +3h30. Je découvre la tomme mi-chèvre qui va me délecter toute la journée. La miss se tâte pour repartir puis se décide pour y retourner. Les bénévoles du ravito nous promette le soleil au prochain. Je le verrai en fin d’aprem à Courchevel… On fait 1km quand, dans un single, elle décide d’arrêter. Je ne fais rien pour la remotiver, elle déguste inutilement depuis trop longtemps. Je préviens l’orga, les bénévoles du ravito vont venir la prendre au bord de la route. Malgré la douleur, son sourire et son humour ne l’auront jamais quitté.



Je repars à mon rythme, rattrape un groupe de 4, je double les derniers pour aller prévenir la copine puis me pose pour attendre ma nouvelle dernière. Pas très contente d’apprendre son statut. Elle avance doucement en montée mais semble en forme. Ca se confirme sur le plat. En fausse-vraie parisienne, elle avance bien et on reprend un couple de la Réunion. Une mère et son fils. Elle est serre-fil sur le Grand Raid donc pas de stress. Ils sont toute une délégation de la Réunion. Inscrits sur le 54 et le 33. On parle sentier, c’est bien sympa. L’accent est dépaysant, ça donne presque une envie de Ti punch…. Je libère les bénévoles au fur et à mesure de notre avancée. Ca remonte à nouveau et on rattrape la parisienne et une autre miss. Pas ravie de d’apprendre qu’elle est dernière. On est au pied d’un petit mur, la fatigue est bien présente. Les kms disent que l’on est pas loin mais sans carte ni alti, c’est dur de donner une info fiable aux miss. Je monte le mur pour voir si j’aperçois qqch mais rien… Elles sont dans le dur, avancent doucement, on entend des voix. On rejoint les pointeurs avec 13 min d’avance sur la BH. L’’ autre miss’’ abandonne. La parisienne se pose au ravito en contre bas. Elle cherche une bombe de froid. Je cherche le secouriste aperçu plus tôt mais introuvable. 5 min après, elle a disparu. Je n’ai vu que le soir qu’elle avait terminé, les réunionnais aussi.
Je switch en serre-fil du 54. J’encourage tout le monde, je donne les recommandations pour la boisson et la bouffe. 16km avant le prochain vrai ravito : c’est très très long !!

Je regarde la montre 11h10, on ferme dans 5 min. Bronca, on a pointé, on a tout le temps… Je retourne au pointage, on sera flexible, le brouillard a ralenti la progression des coureurs, il en reste encore 80… 11h20 pour repartir. Au final, on a laissé jusqu’à 11h30.
Les coureurs sont fatigués, exténués. On encourage les vaillants à repartir, on n’insiste pas pour les autres. Sauf un dont le pote bifurque, il n’est pas dans un bon jour mais sourit encore. On le motive, il repart. Il est surpris d’être le nouveau dernier. Je le rassure, les autres ont bifurqué. Ca va le faire. Je prends des barres et des compotes en réserve.

On monte tranquilou au Col des Sauces, on discute trail. Il est finisher 2017 du MIUT mais n’a pas le moral. Arrivés au col, c’est la surprise : il y a 4 personnes plus bas. Certainement de promeneurs… Non un a un dossard…. Demi-tour, je rejoins le 1er. Il a pointé à 20 et pris du temps pour repartir… Ok,monte. Il m’annonce que celui de derrière a rendu son dossard et continu en solo. Je connais la suite du parcours, ce n’est pas méga compliqué mais de là à laisser un gars qui n’a pas franchi la BH continuer seul…. C’est un belge, malade en début de course qui va beaucoup mieux. Les 2 autres en dessous ont fait demi-tour. Ouf. Le belge avance bien, il est sympa. Je suis un peu sur la défensive, je ne suis pas fan des gars incontrôlables. Rapido, le gars me demande si je peux le réintégrer dans la course. Non… On rattrape mon MIUT qui fatigue dans la montée. On reprend ensuite 2 frangins. Le plus jeune n’est vraiment pas bien. Impossible de faire demi-tour, j’ai libéré le bénévole en bas. On monte doucement au passage de la Plassa, il me semble qu’il y a quelqu’un. Et c’est le cas. Il redescend au col à pied puis en 4x4. Il prend en charge le môme finisher en 2016 et parti trop vite cette année. Le grand frère file et terminera.


Je retrouve mon MIUT qui a repris 2 pélos et là, je m’inquiète un peu quand même. MIUT n’a pas le moral, grogne mais avance. Devant, j’ai un gars qui ne tient pas debout. On avance à très petit rythme. C’est par là que je reçois le SMS de Manu. 8h30 pour terminer, le monstre. Je l’appelle. Le contraste est saisissant entre son engouement pour la 2e partie, les secteurs plein de cailloux et mes 3 gars complètement bloqués. J’ai du mal à contenir mon admiration, 8h30, c’est une sacrée perf.

On passe un bénévole anglais qui descend avec nous puis on arrive au cachalot. on ne voit rien avec le brouillard. Tient-Pas-Debout tombe 3 fois avec la corde. Je discute avec le bénévole de faction pour savoir quelle solution se présente pour l’extraire. On n’est pas très discret, MIUT nous entend, ne m’en veut pas et trouve même la solution d’un parcours de repli attrayante. Il me reste à convaincre TPD. Je vais voir son pote d’abord pour sonder puis explique à TPD que des bénévoles en-dessous peuvent les accompagner jusqu’au parcours de repli.
On est au pied du col de la Grande Pierre, rien d’insurmontable pour la suite, rien de technique mais à notre rythme, ce sera long + barrière horaire à la Rosière inatteignable. Ok l’orga est flexible mais là on aura 1h de retard au minimum. J’appelle le PC course et on se met d’accord sur les modalités. MIUT et TPD partent sur le repli. Ouf !!!


Je repars avec le pote de TPD qui démarre comme un avion. Je le tempère un peu, il avance bien, il aura la barrière. On monte au col sur un très bon rythme. Sur les crêtes, on rattrape vite mon belge-grugeur qui court avec un pote. Le copain de TPD file et me laisse dans le brouillard avec les 2 belges d’Ostende.


Les belges, ce sont les furieux du trail. Voyage le samedi, trail le dimanche, retour le lundi. 20h de bagnole + la fatigue du voyage : je suis admiratif.



Le pote de grugeur est fatigué + maux de ventre mais avance. Grugeur est assez loquace, il s’est bien refait, on discute bien. S’ensuit mon fou rire du WE.

F+MV lâche une caisse, s’excuse. Grugeur arrive dans le vent et en vomit. La scène est surréaliste. Je ne devrais pas mais j’en ris encore : un vrai GIF en direct.

L’avancée sur les crêtes devient plus lente, F+MV n’avance plus. Quand on arrive à 200m (en distance) de la croix, on découvre un coureur en train de finir de vomir. Je me pose pour l'attendre. Il est surpris d'être dernier et ce n'est pas le premier !! Il ne tarde pas à repartir et va même déposer les 2 belges. Je fais les 2/3 de la descente avec le bénévole de la Dent du Villard puis termine avec les 2 compères.

On a 15 min de retard au lac mais personne ne dit rien. F+MV bouffe tout ce qu'il trouve et se refait une santé. On reste à peine 10min. Ils vont terminé sur un rythme sympa, on trottera les descentes et les plats. On refait la course avec le grugeur qui me rappelle qu'il me l'avait bien dit. Je lui explique cordialement mon point de vue qui diffère du sien.  Je prends du retard sur la fin en rammassant les drapeaux, je rêve du quadruplé bière/douche/bouffe/massage. Je croise Bipbip mais j'ai la tête ailleurs, je suis flingué. Le grugeur m'a attendu, il est heureux d'être finisher non-officiel.

38km / 2500 d+ en 9h30

Au repas avec JC le directeur de course et le serre-fil du 54-1ère partie, on débrieffe, j'apprends l'histoire de la minette en débardeur, qu'un gars a négocié la 1ère BH mais n'avançait pas. On échange les anecdotes, on rigole comme des baleines. Non pas que l'on manque de repect envers les coureurs mais on est faigué par une journée en montagne et sidéré par le manque de prépa et le niveau de certains. JC m'avouera que ça s'est arrangé depuis qu'il impose une course de référence !!!On traîne trop, je rate les kinés mais j'ai de la chance en stop, c'est Ludo l'animateur-es-trail qui me descend.


Malgré le brouillard, ça reste un beau parcours exigeant !!
Super orga

2 commentaires

Commentaire de boby69 posté le 07-08-2017 à 23:03:47

Un vrai feuilleton ton CR :du suspens ,des rebondissements ...
Et tout aussi plaisant ( voir plus ) qu'un énième CR de course

Commentaire de elnumaa[X] posté le 08-08-2017 à 06:44:20

l'histoiwe est belle et bien contée ,
hate de pawticiper à la pwochaine aventuwe AMHA on va bien wigoler ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !