Récit de la course : EDF Trail des Vallées d'Aigueblanche - 51 km 2020, par Arclz73

L'auteur : Arclz73

La course : EDF Trail des Vallées d'Aigueblanche - 51 km

Date : 11/10/2020

Lieu : Aigueblanche (Savoie)

Affichage : 319 vues

Distance : 51km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

EDF Trail Aigueblanche - Tournée Générale

Avec l'annulation du trail de l'Arclusaz, l'EDF Trail sera donc la dernièe de l'année.
L'occasion unique de terminer l'année sur un finish, et effacer l'abandon de la traversée nord de Belledonne.

La préparation fût optimale, avec une très bonne raclette la veille, un bon vin et quelques shots de Rhum.
Rentré à 1h30 pour se lever à 4h, il n'y aura pas eu de stress avant-course !

Dimanche 6h
Pour la première fois, on arrive ni trop en avance, ni à la bourre. Tout se déroule parfaitement.
Je me change tranquillement sur le parking et rejoint l'air de départ 10min avant.
Je sens que le ventre n'est pas au top, je mise ça sur le reveil...je me dis que ça va passer (en tout cas je l'espère).

6h10 :
Le speakerse chauffe un peu sur le premier départ du 51km, celui du combiné...parcequ'il y'en a qui ont enchainé 3 courses en 2 jours dans le tas.
Je reconnais cette voix, je suppose que c'est le matériel qui fait ça mais c'est la même voix qu'au Pleynet, les mêmes vannes et le même rituel de se baisser pour applaudir les dames etc.
Bref une ambiance de départ que je trouve rassurante. Ca me plait !



6h15 Top départ !

Le départ se fait tout tranquillement, je ne suis pas là pour faire une perf, mais pour finir.
Le premier kilomètre se fait autour des installations, le stade, et nous enchainerons par 2km de faux plat montant le long de la rivière (le Morel).
Le train de frontale se suit bien, je reste calé autour de la 100e place, tranquille.
Tellement tranquille que je me demande si je fais bien de rester là, ou je devrais en profiter pour avancer un peu.
Le terrain n'est pas technique, c'est quasi une grande ligne droite. Large type piste forestière en sous bois. mais elle est traversée par des centaines et des centaines de racines, un peu mouillées avec la pluie et la rosée du matin.
Quelques coureurs se ramassent devant moi, rien de méchant, mais suffisant pour rappeler qu'il faut rester vigilant.
Le coureur qui se ramasse devant moi laisse s'échapper un petit groupe.
Pas question de rester là! Je fais l'effort de recoler.

 



Km 3 - 24min (Heure du jour: 6h40)
On se retrouve a etre un petit groupe de 5-6 donc 3 qui se connaissent très bien et qui courent ensemble.
Ca discute de sorties au Chalet du truc (je ne connais pas), ils ont l'air bien, je suis bien derrière eux. Je suis tranquille.
Je ne vois pas grand chose dans le noir, mais on serpente dans les bois, de temps en temps on croise une route, et on resserpente à nouveau dans les bois. Il parait qu'on passe a coté d'une super cascade, que je ne verrais pas de nuit.
Je me suis souviens tout de même d'un bruit assez impressionant, ayant même cru à un passage d'un avion de chasse à un moment.
Bizarrement, je me sens même carrément au top malgré la fiesta de la veille.
Le jour commence à se lever mais le paysage peine à se laisser découvrir avec les nuages...dommage!
Malgré tout, nous n'avons pas de pluie et vent, et on s'en contentera largement.

 
 
km 7 - 1h07 (Heure du jour:7h20)
On arrive au premier Ravitaillement, dans le village du Morel (La vallée du Morel, le Morel, Valmorel..je commence a faire le lien géographique de tout ce coin !).
Il parait que la soupe mérite vraiment d'être gouté, mais on débute, je n'ai aucun problème...je préfère ne pas tenter.
Je ne m'attarde même pas, les flasques sont pleines, j'ai de quoi manger...allez on abandonne le groupe et on part devant :)

Je rattrape 2 coureurs qui font connaissance, l'un d'eux vient de Nimes. Je pensais qu'on était qu'entre locaux, ca fait plaisir à entendre :)
Je me sens tellement au top (à mon niveau bien sûr) que leur rythme ne me convient pas et je part devant.
je ne cesserai de remonter des gens, pour finalement trainer autour de la 70e place.
Le parcours est un melange de traversée de villages, et petites pistes roulantes. Rien à déclarer.

km 14 - 2h27 (Heure du jour:8h45)

On arrive au sommet de la station Doucy.
Je mange très peu, juste 2-3 trucs et je rempli une flasque de coca, que je mélange avec de l'eau.
Les 2 bénévoles sont super sympas, ils trouvent un peu degueu que je mix de l'eau dans mon coca. Ca me fait sourire.
Je repart pour une descente douce de 10 km !
Le coca, secoué dans la flasque me surprendra un peu (beaucoup) à la première gorgée, je passerai les 5minutes suivantes à faire degazer la flasque le plus souvent possible.





 

La descente est un vrai plaisir. Heureux d'être la, je rattrape et me fait rattraper par quelques coureurs. On restera tous chacun dans notre coin un peu éloigné, mais on ne cessera de se croiser jusqu'à la fin.
La descente nous fait longer de nouveau la rivère, avec quelques ponts de roches très sympas.
On y trouvera même 10-20m de pierriers dignes de l'échappée belle.


 

km 22 - 3h25 (Heure du jour:9h45)

On longue une falaise, avec un vide monstrueux en dessous. Plutot impressionant !
On voit la nationale 2x2 voies qui relie Albertville-Moutiers. Elle parait si petit d'ici !

 


C'est marrant, pendant 4 ans j'ai pris cette route tous les matins, en regardant cette falaise, et me demandant ce qu'il y'a derrière (avec un gros tuyau qui en descend).
Aujourd'hui je suis dessus !
On longe cette falaise quelques minutes, on passe au dessus d'un enorme tuyau qui alimente l'usine Carbone Savoie, puis on arrive tout en bas, au Ravito :)
Je commence à avoir mal aux pieds d'ailleurs...bis répétita de ma Traversée Nord, je ne l'espère pas...

km 24 - 3h45 (Heure du jour:10h)
Le ravito de Notre Dame de Briançon est encore une fois au top. Les bénévoles souriants.
Je passe vraiment une bonne journée. Je prend le temps de manger 2-3 trucs, bien remplir les flasques avec le mix coca-eau qui me reussi bien.
Et on attaque une montée que je sais dure...
Les première pentes à 20% annoncent la couleur mais j'avance bien. Patience sera le maitre mot !


Je rattrape un coureur qui s'accroche à mon rythme, puis en rattrape un a qui je m'accroche. Nous voilà 3 !
On monte tant bien que mal...je pensais cette montée dure et longue...en fait elle est dure et trèèèèès longue, interminable même !

 

 

 

Sur la crête il grêle...on se prend un peu tout dans la face. Mais au final, est-ce qu'on vient pas chercher ça aussi ?

Je patiente au maximum, un pas après l'autre.
J'arriverai au sommet en 2h15.











km 32 - 6h (Heure du jour:12h15)
Enfin le sommet !
2 bénévoles sont la haut, avec leur van et leur feu de camp.
Ils me felicitent et m'indiquent être au point le plus haut (Un peu plus de 1710m).
Je suis plutot fier quand même d'être là :)

Courte descente, intense, que j'essaie d'avaler au plus vite. Mais je commence à retrouver ce petit mal de pieds...de plus en plus fort.
Je force dessus quand meme !

km 36 - 6h35 (Heure du jour: 12h50)
Ravitaillement de Naves (Le village hein !)
Village très sympa, comme toujours les bénévoles chaleureux.
J'ai presque envie d'y rester, mais non !
J'envoi un texto "Encore 15km, j'arrive dans 2h".
J'avais prévu d'arriver à 17h30...la perspective d'une arrivée à 15h me motive.



C'est reparti pour la dernière ascension !
Une montée ou je ne retient pas grand chose, si ce n'est que je compte a vu de nez le denivellé avalé, pour me motiver à continuer.
Je crois quelques personnes qui bricolent leur chalet et me disent que ca monte encore beaucoup...merci...

km 39 - 7h15 (Heure du jour: 13h30)
Arrivée au sommet, ca commence a descendre, allez je range les batons et feu !
Tiens, une petite cote de bof 5m de D+ avec 2 bénévoles au bout. Je leur dit en rigolant devant cette petite montée "j'ai rangé les batons trop tot didont !!!"
Je crois que je me suis décomposant lorsuq'il m'a répondu "Ola oui, ca monte encore un moment après !" ...oh m*** !
Le petit papy m'invite a me mettre au bord du feu de camp "vient te rechauffer si t'as froid !!" non non non...je file au plus vite.

Allez...dernier effort je ressort pas les batons, il doit rester 100m de D+ a tout casser.
Ouai..bon j'arrive face à une pente, si c'est pas 45% elle n'en est pas loin ! Que c'est salop de finir la dessus !
Bon je ressors les batons, et j'avance un pied après l'autre.
Enfin terminé avec cette montée, il va falloir attaquer une descente de 11km puis 2km de plat.
Mais cette descente est douce et extremement roulante. Ca devrait être un régal mais..
Je souffre cette fois des pieds, vraiment... chaque pas est un calvaire. Et ma visite au podologue n'a pas l'air d'avoir corrigé le problème.
Je fais quand même l'effort pour finir au mieux. J'ai parfois l'impression que mon pied se fracture de fatigue.
Je me met en mode footing, et j'essaie de décrocher le cerveau.
Petit à petit la fin approche, et me parait toujours plus loin.
Les dernier km ne seront qu'une galère. Je me ferai pas mal depasser.


km 49 - 8h39 (Heure du jour : 15h)
Reste plus que 2km de plat, que j'essaie d'avaler le plus vite possible.
Je suis hyper frais mis à par cette douleur sous les pieds.

Fin du game en 8h49.


Je suis fier d'avoir fait moins de 9h en fait sans vraiment forcer à un moment.
Le mal de pieds s'est dissipé en moins de 1h...et aucune courbature le lendemain.


Tous les feux sont donc au vert pour la Backyard, j'ai hate de rencontrer les kikous qui seront présent :)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !