Récit de la course : Ultra 01 XT Experience 2021, par cabalex

L'auteur : cabalex

La course : Ultra 01 XT Experience

Date : 18/6/2021

Lieu : Oyonnax (Ain)

Affichage : 295 vues

Distance : 47.4km

Objectif : Objectif majeur

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

ULTRA 01, UN PARFUM D'AUTHENTICITE

Quel meilleur endroit que l’Ultra 01 pour épingler de nouveau un dossard ! Séduit l’an dernier par le concept de course accessible à tous et le tracé varié à travers le relief vallonné du Haut Bugey, je suis revenu ce 10 juillet avec l’ambition de prendre davantage de plaisir à courir.  Le format marathon (47km et 1600m D+) me convient à merveille alors rebelote sur un parcours roulant et cassant à la fois et a priori plus sélectif dans sa seconde partie.

Le temps est splendide au départ de la station de Lélex-Monts Jura à 9h et bonne surprise, les retrouvailles sympathiques avec Jacques Soulier, un ancien collègue de travail du lycée de Bellegarde sur Valserine et spécialiste de semi-marathon, ainsi que la « team Ruberti » (Frédéric, ancien coureur cycliste professionnel, marathonien de niveau national et son fils Mattéo) croisée déjà en 2020. Au milieu de plus de 200 participants, on va ferrailler ensemble dans la bonne humeur, c’est cool ! Ludovic Collet, le speaker des grands rendez- vous de trail, est là pour chauffer l’ambiance, l’entame de course se fait sur des ola !

Je pars en dedans sans me soucier de la vingtaine de coureurs qui prend rapidement la poudre d’escampette. Il me faut un peu de temps pour me sentir à l’aise dans la première ascension sur une large piste forestière. La montée régulière me sied bien. Jacques me rejoint au bout de quelques kilomètres et on papote un long moment, au milieu de vastes prairies qui nous mènent au sommet de la Borne au Lion. Les sensations sont assez bonnes, l’allure constante mais sans forcer sur la longue partie roulante au milieu des bois jusqu’à Giron. Ravitaillement à mi-course avec beaucoup de public. Je prends mon temps de boire et manger, la course commence vraiment pour moi à cet endroit.

 C’ETAIT KOH LANTA !

La chaleur devient pesante et on se relaie toujours avec Jacques. Première descente un peu engagée où je rejoins  et dépasse la « team Ruberti ». C’est le sentier du cirque naturel des roches d’Orvaz situé sur la commune de Belleydoux, on longe désormais la rivière de la Semine jusqu’au hameau d’Orvaz. On aperçoit la montagne à gravir, une falaise calcaire, droit dans le ciel, cela promet ! 28ème km, je décramponne mes compagnons de chemins et produis mon effort. Le sentier serpente sur des monotraces abruptes. C’est rustique, intimiste, authentique, tout ce que j’aime ! J’atteins le sommet un peu entamé mais j’ai encore des cartouches. Je relance bien sur des portions descendantes pour atteindre Echallon. Dernier ravito, les quadriceps commencent à couiner, beaucoup de faux plats montants mais le moral est bon. Le terrain est de plus en plus humide et rocailleux. Le traceur du parcours avait prévenu au départ qu’il aurait une surprise et la voilà sous nos yeux, une longue descente vertigineuse et âpre digne de Koh Lanta ! De la boue à revendre et de la caillasse sans fin, c’est sauve qui peut pour ne pas tomber. Heureusement que la forme est au rendez- vous, je passe l’obstacle sans encombre. Puis c’est une succession de chemins boueux dans les bois où je subis les éléments.

Le final est identique à l’an dernier, le long du ruisseau de la Sarsouille, un sentier ombragé qui offre le franchissement de gués et d’une passerelle suspendue. L’allure est correcte autour de 11-12km/h, je termine ainsi dans de bien meilleures dispositions que l’an dernier où j’avais galéré. Toujours aussi sympa de conclure dans ce stade Mathon d’Oyonnax où le rugby est roi. 20ème au final en 5h03’et 1er de ma catégorie (M2), j’ai bien dosé mon effort.

Arrivés un peu plus tard, Jacques et la « team Ruberti » ont un peu souffert mais ils n’étaient visiblement pas sur leurs terrains de jeu préférés. On prend le temps de débriefer, le final était globalement plus dur que l’an dernier. Le balisage était parfait, l’organisation toujours aussi réussie, manquait juste le passage au Lac Genin. Mais à la place, on a eu le cirque d’Orvaz et le souvenir mémorable.

Le Haut Bugey est définitivement une terre de trail que j’affectionne.

 

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !