Récit de la course : MD Joroinen 2003, par Mathias

L'auteur : Mathias

La course : MD Joroinen

Date : 19/7/2003

Lieu : Joroinen (Finlande)

Affichage : 1716 vues

Distance : 102.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Le récit

Yo l'zoo,

Oups, voici un CR semi-HS, avec néanmoins un peu de CàP à la fin, si si, cherchez bien !!!


Samedi matin, 7h30, réveillé malgré moi par les autres coureurs qui ont passé la nuit dans ce gymnase, je regarde la pluie tomber avec le moral légèrement dans les chaussettes. A 10h, je suis censé m'élancer pour 2,5kms de natation, 80kms de vélo et 20kms à pied. Ce MD n'est pas un objectif, mais il est néanmoins très important pour moi : si je termine la natation (je n'ai jamais nagé plus de 750m en lac), je m'inscris à Embrun. Sinon, non.

Je suis arrivé la veille à Joroinen, petite ville à plus de 300kms d'Helsinki, en compagnie de Petteri, un finlandais très sympathique (9h30 sur Ironman de surcroît) qui a bien voulu véhiculer un boeuf et son vélo abandonnés au bord de la route...


Préparation
===========
J'ai essayé de gérer au mieux tous les ingrédients d'un tri réussi, suivant les conseils des copains d'ici. Matos, manger, boisson, etc. J'ai même absorbé de la maltodextrine jeudi et vendredi. A ce propos, je me suis intéressé un peu à la question récurrente du dopage : en effet, il y a de quoi s'interroger quand on va acheter son sac de 2,5kgs de poudre blanche, entre les bidons de proteines pour body builders et les flacons de créatine ! (au supermarché du coin...).
Renseignement pris, il s'agit d'hydrates de carbone, comme le caloreen. Question : on ne trouve pas l'équivalent en France ? C'est moins cher que le caloreen (12 euros le sac de 2,5kgs !!!). Différences?

Mais ce samedi matin, à 8h sous la pluie, je me sens un peu paumé au milieu de tous ces pros de l'organisation. Je n'aime pas cet aspect du tri : il faut penser à tout, la plus petite erreur peut être lourde de conséquences... Combi, maillot de bain, lunettes, bonnet, vélo, pompe, kit réparation, chaussures de vélo, de CàP, chaussettes, cycliste, ceinture porte-bidons, lentilles de contact, cardio, 2 bidons malto+boisson énergétiques, gels, dossard, plaque de cadre, casquette, etc. Le vélo est réglé? Les vitesses passent bien ? La roue arrière un peu voilée... Les pneus bien gonflés ? à 8kgs? Dosage de la boisson? etc...

Je m'en sors à peu près... par contre, je ne me suis pas encore remis du coup de couteau dans le dos des organisateurs : hier soir au briefing, la nouvelle est tombée, lapidaire : combi très probablement interdite. "L'eau est à 25 degrés, il n'y a aucune raison qu'elle retombe sous les 23 degrés d'ici demain matin". Arg. Moi qui croyais être en Finlande, pas loin du cercle polaire, tout ça... Et comment je fais moi ? Je ne peux pas nager le crawl sans combi, enfin pas sur plus de 400m en tout cas !
Et cerise sur le gateau, je me réveille avec une migraine qui s'annonce "carabinée". 2 aspirines, j'espère que ça va passer. C'est pas un dopant, l'aspirine ?



Départ
======
Il faut rallier le parc à vélo, à 5kms de l'arrivée. Avec la combi dans le sac, au cas où... J'arrive dans le parc vers 9h30, tout mouillé, et le moral pas au top... Et puis j'ai l'impression de passer dans un autre monde. Les 149 partants s'activent (plus 42 sur le sprint : c'est le tri le plus important de l'année en Finlande), l'ambiance est bonne, ça rigole. Je retrouve mes copains, ça se charrie, les vannes fusent. Subitement, je me retrouve complètement dans l'ambiance. Au diable la combi, on va se farcir cette natation les doigts dans le nez. Le temps est très changeant en Finlande : et 30 min avant le départ, la pluie cesse, il fait bon.
Le moral est de nouveau au beau fixe, et la re-cerise sur le gateau ne gâte rien. J'apprends à qques minutes du départ que la combi est autorisée !!! L'orage a sans doute brassé les eaux du lac...

Top-motivation !
L'Boeuf va montrer de quel bois il se chauffe !


Natation : 2,5kms
=================
Je m'élance dans l'eau (chaude), non sans appréhension.
Suis-je capable de nager 2,5kms sans me noyer?

Je pars très très cool, et ça roule. Je vois des nageurs à ma gauche, à ma droite, et, surprise, quand je tourne après une balise, des nageurs derrière ! Pas des masses, mais quand même, ça rassure !
Je fais le 1er tour assez tranquillement, avec quand même qques passages en brasses au cours desquels je ne suis pas très serein. En brasse, le coeur monte, je me fatigue, et je ne vais pas plus vite. Signe que j'ai amélioré mon crawl...

Je me suis aussi amélioré en ligne droite : j'arrive mieux à regarder devant moi de tps en tps pour vérifier ma direction. Encore quelques zig-zags...

Vers la fin du 1er tour, je me fais doubler tout doucement par un gars sans combi. J'essaie de m'accrocher, mais ça ne donne qu'un seul résultat : je fais du bouillon.
Donc, calmos, je me mets en crawl tout doux, quasi sans battre des pieds, et je vais à mon rythme.

Je ne suis pas fâché de sortir de l'eau entre les 2 tours. 1250m de faits, je me sens bien, je vais y arriver, pas de problème. 31min et des bananes, c'est mieux que ce que j'espérais.

Je pensais marcher tranquillement sur les 30m que je dois faire à pied. Me ravitailler, détendre les muscles. Mais non, impossible. Pas de ravito de prévu, et des gens qui encouragent. Impossible de ralentir ! Je passe donc en sprintant, et me rejette à l'eau.

Je fais le 2ème tour sans problème particulier, mis à part la lassitude. Vivement le vélo ! Ma migraine est encore là, ça fait du bien de forcer mais la respiration difficile n'arrange rien.
Sur les 300 derniers mètres, je me sens très très bien. Je vais finir, je vais finir, je vais finir !

Je ne me fait pas doubler ce tour-ci, malgré le temps bof : presque 36 minutes.

Mais je suis trop content de sortir de l'eau en forme. Moins titubant qu'après les 750m d'un sprint. Pas titubant du tout, en fait : je me suis économisé et j'ai épargné les jambes. Impecc' !

Temps total : 1h07
Cardio à 133 de moy : la natation, ca repose !!!

Je cours dans le parc à vélo. Plaisante avec des amies, qui m'encouragent et m'informent des temps de chacuns. Le premier a mis moins de 30 minutes ! Je prends mon temps, et j'essaie même de ranger ma combi dans mon sac. Sans succés... Chaussettes, chaussures de vélo, tee-shirt, ceinture porte-bidons, casque. Me voilà paré !

Petite côte de 20m D+ pour sortir du parc à vélo. En petites foulées, je me sens bien...
Transition : 3 min 32 je sors après 1h10 d'effort.


Vélo : 80kms
============
Mon objectif est d'essayer de tenir les 30 de moyenne, sur ce parcours caractéristique de la Finlande : pas de montées, mais valonné tout le long... Le parcours fait 20kms, qu'on doit parcourir 4 fois. Cela fait 2 aller-retours, et donc 3 occasions de croiser et encourager les copains qui sont devant.

Je pars un ton (voire 2 ou 3!) en dessous de mon rythme vélo sur les sprint.

Stop au 1er ravito, au bout de qques kms seulement : j'ai 2 bidons malto+boisson énergétique, plus 4 ou 5 gels, mais je n'ai rien de solide. Je sais que j'aurais du mal à manger à pied. Il faut faire le plein maintenant. Je mange une banane, boit un coup d'eau. Et c'est reparti.

Dès les 1ers kms, j'ai des douleurs aux cuisses et aux fesses, je ne suis pas bien du tout sur le vélo, mais ca va très vite passer. Origine ? Des restes de la natation ou bien mon cuissard de tri (bcp plus fin qu'un cycliste normal) ?

1ère indication au km 10 : moins de 19 min, je suis dans un bon rythme. Je dépasse des coureurs, tout roule. Je ne sais même pas si le drafting est autorisé (je me suis endormi durant le briefing, mais de toute manière, vous avez déjà assisté à un briefing en finnois ?), donc dans le doute je double dans les règles de l'art. Je n'aurais pas trop intérêt à m'abriter devant des coureurs qui roulent 5kms/h moins vite que moi.

Je m'efforce de boire régulièrement. Je m'efforce aussi de garder une cadence de pédalage élevée (ce qui pour moi veut dire supérieure à 80 !!). Je ne me mets presque pas en danseuse, uniquement pour changer un peu de position de tps en tps, à l'occasion des petites côtes.

Les kms s'enchaînent, toujours au même rythme. Je jette un oeil aux temps intermédiaires, tous les 5 kms. Entre 8 min et 10 min, selon le profil plus ou moins valonné. Mon effort est régulier.

Je passe la mi-parcours après 2h25 de course, soit 1h15 en vélo. Je suis en avance sur mes prévisions, à 32 de moy au lieu des 30 espérés. Je ne suis pas rassuré pour autant : je m'enfonce dans l'inconnu, je ne sais pas combien de kms je peux faire à ce rythme, et je sais encore moins si je serais capable de courir après 80kms !

Je m'arrête à nouveau au ravito, 1/2 banane et un peu d'eau. Je surveille attentivement mon estomac : je n'ai pas l'habitude du gel, très sucré et très dense, ni de malto+extran dosé au pifomètre. Je guette des signes de mauvaise digestion, de liquide qui ne passe pas, car je sais que même si c'est supportable sur le vélo, ca risque d'être un gros problème en CàP !!!

Je croise régulièrement les copains, on s'encourage à coup de "go, go", ou "alleeeeez", ou encore "hyvä", selon la nationalité !
Ca fait du bien. Tout le monde est concentré sur son effort, individuel, chacun son objectif, et on s'encourage. Ca donne l'impression de faire une course d'équipe.

Au km 75, je sais que je vais finir ce MD, mais j'appréhende la CàP. J'ai les jambes lourdes... ça devient dur. Et pourtant, quand je pose mon vélo au bout de 3h38 de course, qu'est ce que ça fait du bien de quitter cette selle inconfortable !

J'ai terminé les 80kms et 450m de D+ en 2h28, à 32 de moyenne, en bon état. Cadence de pédalage à 85, c'est mieux que d'habitude. Nickel.

Je rentre en courant dans le gymnase, où je retrouve mes chaussures de CàP. Une poignée de secondes plus tard, je me retrouve dehors, prêt à en découdre avec les 20 kms restants !


CàP : 20kms
===========
Je fais mes petits calculs : 1er objectif, finir la natation correctement : ok. 2ème objectif, finir le MD, ça semble ok. Quid du temps ? 20 kms en 1h22 pour réaliser moins de 5h, ce n'est pas possible. Il me reste donc à terminer correctement, sans me mettre au taquet.

Je prends donc un rythme tranquille, le cardio à 155. Après un tour de stade, je croise de nouveau les copains (même configuration que le vélo : 2 aller-retours de 10 kms). Beaucoup de coureurs semblent beaucoup plus à la peine qu'en vélo. Je continue à doubler...

Je ne mange pas (l'estomac semble limite-limite), mais je m'arrête presque à chaque ravito, environ tous les 3kms, pour boire un verre de boisson énergétique, 1/2 verre d'eau, et m'asperger du 1/2 verre qui reste.

Je tourne environ en 4'30 au km, selon le profil, valonné et sans grosse difficulté, comme d'habitude...

5 premiers kms en 21 min.

Tout va bien, sauf que je ne suis pas très lucide. Mais je n'ai pas mal aux jambes, et je ne galère pas. Je cours, tout simplement, et je suis bien... je prends mon pied !

Sauf que sans m'en rendre compte, mon rythme diminue. Je n'ai pas vraiment l'impression de me donner à fond, mais je ressens comme une grande lassitude : cette vitesse me convient, je n'ai pas envie d'accélérer. J'ai aussi peur d'exploser...

Les kms sont indiqués "en double" : je passe le km 8 qui est aussi le km 18 du 2ème tour. Heureusement que le mental est encore bon, car c'est le genre de truc difficile, de savoir qu'on va repasser par ici... mais 45 min plus tard !!!

Encore un tour de stade, oui je suis une star, ah là là tous ces spectateurs rien que pour moi, et hop, 10ème km en 44 min 30

C'est bon pour le moral : dernière boucle. C'est la fin. km 11, 12, 13, alors que j'en était tout à l'heure au même endroit, à 1, 2, 3 ;-)

15ème km en 1h07'30

Ah, on dirait comme une petite accélération !

Ca devient dur, mais maintenant, il ne reste que le retour ! Chaque mètre parcouru me rapporche maintenant de l'arrivée ! Je ne peux pas m'en empêcher, je me remets à faire des petits calculs : ok, je vais terminer en 5h10 si je tiens le rythme.

Plus que 3kms, et 4h56 de course.
C'est jouable. J'accélère assez nettement, ça va il me reste un peu d'énergie. La FC monte à 160-165.

Et hop, un kilo en 4'14. Nickel, 5h00'14 de course, je vais faire 5h10.
Avant dernier kilo en 4'34, il me reste 5'10 pour le dernier kilo.

Je double des coureurs à toute vitesse. J'arrive en vue du stade, encore un coureur de passé, j'aperçois un groupe de 3 sur le stade. Surprise, il ne me reste qu'une poignée de secondes : je pense que le 19ème kilo n'était pas bien placé. Je donne tout ce que j'ai, je double les 3 coureurs à 300m de l'arrivée, comme un avion. L'un d'eux à l'air frais, et lance le sprint à 200m de l'arrivée. Je me prends au jeu, et commence à sprinter à pleine vitesse. Au bout de 30m, je m'aperçois que je suis parti de trop loin, et je coupe mon effort. Le coureur s'en aperçoit, ralentit, et me fais signe de continuer mon sprint. Viens, viens, si t'es un homme, viens te battre : il se marre ;-)

Mon sang ne fait qu'un tour, et je termine à bloc. Je lui prends 1 m, et c'est à son tour de couper son effort, 10m avant la ligne. L'arrivée est sur une estrade. J'y monte, et lui fais signe de me rejoindre pour passer la ligne ensemble, oubliant complètement le chrono. Finalement, je serais quand même chronométré 1 sec devant lui...

20kms et 100m D+ en 1h32 pour terminer ce MD en 5h10'20 (temps officiel : 5h12'32, je me demande bien pourquoi). Le vainqueur, Tom Söderdhal, termine en 3h44, et Mika Luoto en 3h49.


Bilan
=====
Tous les voyants sont au vert. Je termine en bon état en 5h10, sans douleur particulière, parfaitement détendu après le sauna rituel où on retrouve les copains, et Selim mon nouveau pote Urugayen, sprinter espiègle ;-).

J'ai connu des joies plus délirantes à l'arrivée. Comme lors de ma récente amélioration de mon record au semi de 7 min, je n'ai pas assez été au taquet pour savourer pleinement l'arrivée. Bon, c'est comme ça, c'est mon truc à moi.

Je suis quand même très content de cette 1ère expérience, qui m'a grandement rassuré sur ma capacité à terminer un Ironman, et j'attends uniquement ma licence pour pouvoir envoyer mon inscription à Embrun.

Bon, c'est sûr que je ne vais pas me présenter à Embrun dans les meilleures conditions. De quoi faire hurler un triathlète : j'aurais environ 3 mois de "vraie" préparation, 1300-1500kms de vélo seulement cette année, zéro col (!!), 7-9h de sport par semaine et l'habitude de m'entraîner entre 15 et 25 degrés...

Mais bon... je suis maintenant presque sûr de terminer la natation en 1h45-1h55, et ensuite je me ferais plaisir en vélo dans l'Isoard !

Profitons !

L'Boeuf

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !