Récit de la course : Les Foulées du Thaurac 2008, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Les Foulées du Thaurac

Date : 24/8/2008

Lieu : St Bauzille De Putois (Hérault)

Affichage : 1635 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Il court, il court, ...le Putois!

 


Bon, j’avais bien slalomé pendant une heure entre les ombrages et le soleil d’or de la Grande Motte mardi dernier, mais je savais que cela ne faisait pas de mon « entraînement » une arme suffisante pour affronter les 10km des Foulées du Thaurac, à St Bauzille de Putois, avec la célèbre montée des Grottes des Demoiselles. Mais comme je le disais avant, une course, c’est toujours un « entraînement » pour celles à venir….. !

Puisqu’il y avait aussi une marche- randonnée de 10km( le parcours de la course à pied) prévue, je l’ai proposée à ma femme, sans trop lui faire part des « quelques difficultés » du parcours mais en la rassurant qu’elle avait la possibilité de s’éviter la montée des Grottes et de couper pour finir sur le parcours des 6km, un peu plus….plat.

Dans le désir de finir ces vacances de marche à pied en beauté, offre avait été faite sur le Forum des Citoyens  de Frontignan d’en faire profiter les courageux du dimanche, en les rassurant bien que la marche n’était vraiment qu’une simple balade. Le poisson a presque mordu à l’hameçon, mais ce sera pour la prochaine fois…. !

Nous voici donc sur les bords de l’Hérault à 8h15 du matin. Direction les inscriptions pour la marche. Nom ? Prénom ? Et voilà Mme Pierrot 34 prête à partir. Mais avec qui ? Apparemment, on ne se bousculait pas au portillon, ceux qui ressemblaient à des marcheurs ne se comptant pas sur les doigts d’une main à 8h30, l’heure du départ en principe. Un monsieur, puis un petit groupe de 4 ou 5 personnes avec chien- dont un labrador- étaient probablement de la partie. A 9h enfin, un organisateur avec mégaphone –et l’animateur au micro du podium, déjà- daignent donner le départ des marcheurs. Avec mes dernières recommandations, mon épouse part avec le petit groupe….

C’était alors le moment pour moi de m’intéresser aux deux courses organisées pour les enfants, le départ de « ma » grande course n’étant qu’à 10h. Et voilà les plus jeunes partis sur 1km. Avec un petitout qui termine son parcours comme un grand. Puis la suivante, pour les ados, une fille prenant la première place. De la bonne graine semée pour les J.O. de….2016 ?! En tous cas, des commentaires sacrément encourageants et positifs de la part du podium….



Le podium des jeunes

9h30. S’échauffer un peu ? Ca ne mange pas de pain. En tous cas c’est l’occasion de retrouver Philippe, notre copain photographe de "Photo 34", trois copains du club de Villeneuve, dont un ancien « bodybuilder » sur lequel j’avais écrit un article lors de son titre de champion de France, et qui effectuait là sa première course à pied. Le monde est petit. Et sympathique, quand même, parfois !



Les copains de Villeneuve. Devinez qui est le "body builder"!

10h : l’échéance est toute proche. Rassemblement sur l’esplanade et Jacques Rigaud, conseiller général, tient déjà le pistolet en l’air. Dernières recommandations de l’organisation sur les bifurcations entre 6 et 10km et le passage « délicat » en quittant la descente des Grottes et 3,2,1, pan !



Dans quelques secondes, le départ

Traversée du village (1200 habitants) par quelques rues étroites et déjà un premier « coup de cul » en sortant, vers les chemins qui mènent vers les Grottes. Les jambes pèsent déjà lourd et le souffle est court. Allez, pas d’impatience et ne cherchons pas à dépasser des limites sinon…Premier ravito : eau et pipi un peu plus loin. Et ça monte encore et encore. Ce n’est vraiment pas encore l’allure que j’espérais, celle qui me mettait les années précédentes à moins de 58 mn. Prudence, toujours et encore. On me dépasse. Tant pis….La fameuse montée approche. Un verre d’eau et arrosage de la tête, juste avant. Ca peut servir…Ca y est, nous y sommes ! C’est de la route mais il y en a pour presque 2km. Des ombrages, heureusement ! Le sommet. De l’eau, encore. Je cherche à faire des photos, mais problème avec mon petit portable.

La descente, maintenant. Pas aussi « à tombeau ouvert » qu’avant. Les problèmes sont toujours là. Puis, bifurcation à gauche vers la fameuse partie de chemin accidenté. Un signaleur m’avertit du danger et surtout du fait que les handballeurs français menaient par 15 à 10 à la mi-temps. Je n’aurais jamais osé demander cela mais ça faisait rudement plaisir ! Et un peu plus loin, qui vois-je ? Ma femme, esseulée, en pleine descente, qui a le temps de me dire qu’elle a fait le grand parcours ! Pas le temps de m’arrêter pour la féliciter. On le fera après ! Les trois derniers kilomètres se font à la volonté et j’en passe deux, à toutes petites foulées, parce qu’ils se mettent à marcher ! Toujours ça de pris ! La ligne est là, comme d’habitude, sous les peupliers des bords de l’Hérault et nouveau petit plaisir mâtiné de surprise : voilà que l’animateur du podium cite mon nom, parle de mon ancien statut de correspondant de Midi Libre ainsi que de mon « blog très intéressant » sur les comptes-rendus de course à pied !!!!Oh là là, mais où est-il allé chercher cela ? Il le connaît, son monde, ce garçon ! Pas intérêt à le décevoir alors….. !!!!!

Vite, au ravitaillement. A boire surtout ! Coca, pour le sucre, sait-on jamais ? Quelques minutes après, arrive ma femme, fraîche comme une rose, avec ses disons…9km dans les jambes puisqu’elle a coupé un peu plus court dans le village. Rafraîchissement indispensable pour nous deux. La boisson (gratuite) au bar de la course. Mise à sec du coureur et douche « portative » à la voiture . Prise de glycémie : 3,11g ! Aïe ! Un malheureux verre de coca me met aussi haut ? Bizarre. Alors, je mets l’insuline habituelle du midi.

Puis la bière traditionnelle au bar du village. Là, ma femme est reconnue par des bénévoles signaleurs (euses) et se voit fêtée comme un héros ! Etonnant quand même et rudement sympa. Puis retour sous les ombrages, pour le repas d’après course. Qu’on attendra plus d’une heure.



De la saucisse pour tous? Mais oui, finalement !

Que j’utiliserai en allant mettre mon dossard dans l’urne pour le tirage au sort des lots et en allant chercher à la voiture une belle barquette de figues cueillies la veille pour mettre sur la table des coureurs. On m’interpelle au passage et me demande où j’ai acheté cela. On est preneur. « Alors, prenez ! C’était pour donner, pas pour vendre ! » La barquette sera vidée par nos affamés en cinq minutes !



Les "chevaux- balais" de l'écurie des Demoiselles, toujours fidèles au poste.

A notre table, les contacts se font. Et commencent alors des retrouvailles- avec un supporter de ma femme, encore un !- des contacts divers qui nous font retrouver les autochtones,des connaisseurs et amoureux de la Roumanie, d’anciens dirigeants des Jeunesses Communistes, une famille de Perpignanais…bref l’entrée, avant la salade du pays, « celle d’André », est très sympa.



Impressionnante, la table des champions !

La macaronade à la saucisse arrive : « un plat pour six, avec deux saucisses chacun ! ».

Bon, comme nous ne nous jetons pas sur le plat, nous attendons et verrons cinq ou six macaronis, « non garnis », nous arriver ! Il y a quand même un voisin, un monsieur très influent au village, qui voit le coup et réclame pour nous notre compte de saucisses. Je me sens un peu gêné de faire la manche mais après tout « c’est notre dû », me dit ma femme ! Les jeunes filles nous l’apportent très vite. Ca aide quand même à soutenir les conversations alentour, jusqu’au cornet de glace. Et le tirage au sort fait que mon animateur préféré , Philippe Panetta, au micro, annonce mon nom- et encore mes « qualités » de blogueur etc… !!!Et de me féliciter pour le panier garni que je viens de gagner ! Mais quelle journée, quand le sort se met pareillement de notre côté. Et puis ça remplace les saucisses que nous avons failli ne pas manger !!!!



Le podium des ados



Nous éviterons le café. Fallait faire la queue. Salutations et retour tranquille vers Frontignan. « Nous l’avons fait », pourrait être l’enseignement de la journée. Restera 2g de glycémie à 18h30 et des jambes un peu douloureuses pour moi et…presque pas de plaintes chez ma femme, autre performance de la journée !



Le podium des "grands"
 
    
 

3 commentaires

Commentaire de Philou34 posté le 26-08-2008 à 15:54:00

Salut à toi !
Nous étions aussi dimanche à Saint Bauzille pour cette belle course de rentrée. On a du se croiser ! Il a fait un peu chaud mais nous n'étions inscrits que sur le 6 kms donc on n'a pas eu à grimper jusqu'à la grotte (que l'on ira visiter pour la n ième fois ...puis qu'on a droit à une entrée gratuite en s'inscrivant à la course). Le body builder n'est pas mal conservé mais ma femme m'a dit que j'étais mieux ... et elle n'a pas toujours tort, d'ailleurs elle a bien fait de venir car elle a gagné le 6 kms.
A+
Ps : Prochaine course Saint Gely le 14/9

Commentaire de Mustang posté le 27-08-2008 à 08:36:00

le body builder, c'est celui du milieu?????

sinon bravo pour l'ambiance très chaleureuse de ces courses du sud!!!

PS: humm!!! la macaronnade aux saucisses!!!!

Commentaire de agnès78 posté le 27-08-2008 à 19:36:00

merci pour ce récit qui me rapelle de très beaux souvenirs! quelle ambiance dans le sud... et puis un superbe parcours bien exigeant aussi! BRAVO!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !