Récit de la course : Trail du Bugey - 54 km 2008, par ultrawill

L'auteur : ultrawill

La course : Trail du Bugey - 54 km

Date : 14/9/2008

Lieu : Belley (Ain)

Affichage : 1414 vues

Distance : 54km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

16 autres récits :

le trail de l'exploit?

Samedi 13 septembre, mon pote Yo m'appelle en me demandant si je suis toujours motivé pour le trail du Bugey de demain. J'entend la pluie battre contre ma fenêtre et je sens ma motivation fondre comme peau de chagrin et je lui répond que si demain c'est pareil, je pense que je déclarerais forfait. Après m'être fait insulter et traité de multiples noms d'oiseaux exotiques, je reviens un peu à la raison. Après avoir raccroché, j'appel mon dernier espoir connu sous le nom du GAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNTHIER !!!!!!!!!!!!!!!!!; Il est un peu dans le même état d'esprit que moi . S'il pleut demain matin, il ne le fait pas. Je rappelle mon pote Yo et lui explique qu'avec Denis, s'il pleut  demain matin on reste au chaud. Nouvelle salve d'insultes et je raccroche.......

Dimanche 14 septembre 6H15, je regardeà l'extérieur. Pas de pluie, cela s'annonce mal pour justifier un forfait. Je consulte on répondeur de portable et j'ai le plaisir d'entendre la douce voix de mon ami Lionel" il ne pleut pas, alors t'as intérêt à être prêt dans trentes minutes , je passe te prendre".

7H15, je suis dans la voituer en train de ruminer, car le temps n'est pas de la partie, mais la t° est excellente pour une course longue durée, environ 10°. Arrivée à Belley sans encombre et inscription . Tous les bénévoles sont présent et souriant, comme d'habitude. C'est notre troisième participation à ce trail, mais la première sur le long. Pour ma part je n'ai jamais été au delà du marathon et je suis un peu inquiet, surtout lorsque je vois le profil de la course. Denis, lui à déjà courru les Templiers et la Saintélyon, mais le Yo et moi, jamais plus du Marathon.
Enfin, maintenant que j'y suis je ne peux plus reculer et la chaleur des bénévoles me fait chaud au coeur. On verra bien!!

Et c'est parti, au son de la cloche et des supers blagues à 50 cts d'euros de Lionel, que j'appellerais bientôt Ultrayo..

Les 14 premiers kilos sont assez roulant et agréables et nous les courront tous les 3, mais au pied de la première grosse difficulté mes deux amis  partent sans moi et ils ont bien raison. La politique de notre petit groupe est toujours de faire sa course pour ne pas pénaliser les autres. Je continue donc tout seul jusqu'au sommet de cette P.......de côte qui me laisse quelques envies de  meurtre sur la personne du Yo et du gaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnnnnnnthier; mais tout ceci est vite oublié, lorsque j'arrive au ravitaillement perdu là haut sur la colline.( comme dit la chanson). Encore un petit effort ,j'arrive sur la crête avec la terrre qui colle au pied et qui fait glisser les supers chaussures. Je manque de faire 3 soleils et je me dis que je commence peût être à fatiguer. Mais non, c'est qu'une impression. Enfin je vois le monsieur qui me dit que les 30 kms ne sont plus qu'à 10 kms et que c'est bon pour la barrière horaire. Seulement, je n'ai plus que 3/4d'heure pour l'atteinde et je me dis qu'à moins de prendre une fusée, cela va être très compliqué. Enfin, j'aurais au moins fait 30 kilos, c'est pas si mal.J 'arrive à la barrière avec 15 mn de retard et le sourire des deux femmes présentes au ravitaillement me redonne espoir et elle me disent que la barrière horaire a été ralongée.

A cet instant, je ne sais pas si cela est une bonne nouvelle pour moi. J'ai un gros coup de moins bien dans la tête et j'appelle ma femme et mon pote pour leur dire que ça ne vas pas. Il me rebouste  un peu et je repars tant bien que mal. J'alterne marche et course jusqu'au 38ème, pour me détendre le dos et m'étirer un peu les quadriceps. Le marathon n'étant pas loin, je m'accroche et je retrouve le moral; toujours ces bénévoles et ce balisage parfait. Je continue et j'aborde la dernière montée avoic joie et difficulté; le bitume et la dernière descente ou j'aperçoie ma femme , mes enfants et mes amis. Le bonheur de terminée et la fiereté de l'avoir fait 7H29'; Sensation de plénitude et de bonheur total. Je reviendrais , pour le parcours, les bénévoles, le balisage, et pour tout le reste. Et au fait LIONEL un grand merci d'avoir insisté, c'est fait pour ça les amis et bravo à toi 6H50' et à toi aussi Denis 7H15'

A bientôt BELLEY

1 commentaire

Commentaire de ultrayo posté le 14-11-2008 à 17:19:00

je ne savais pas que tu avais finalement réussi à boucler le parcours,encore bravo!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.6 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !