Récit de la course : La Foulée Blanche - 42 km 2009, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : La Foulée Blanche - 42 km

Date : 18/1/2009

Lieu : Autrans (Isère)

Affichage : 2261 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La Foulée Blanche 2009

 

La Foulée Blanche 2009
 

           La dernière fois que j'ai fait cette course c'était il y a, je crois 4 ans, et on avait skié sous la pluie, et plus dans des flaques que sur de la neige. J'avais cassé un ski, mais avais quand même terminé, forcément avec un classement pas terrible.
           Cette année, même avec l'échec de la semaine dernière à Bessans j'arrive motivé, je sens que la caisse est là. Mon oncle qui me met une branlée tous les ans est présent également, donc l'objectif de l'année dernière est remis au gout du jour : LE BATTRE. Par contre cette année la météo n'est toujours pas de mon côté puisqu'il fait très gris et doux, et la pluie n'est pas loin. Enfin ma Minette est là pour m'encourager, c'est peut-être ce qui m'avait manqué dimanche dernier, là faut qu'elle soit fier de moi, je vais tout donner (et surtout bien manger pour éviter l'hypo)


           Rendez-vous à 8h au chateau de Sassenage avec mon oncle, ma tante et mon père et en route pour Autrans. Au retrait des dossards on rejoint également Gweg, Medhi et Bastien ; Medhi et Bastien feront les 42, et Gweg nous encouragera avec Amélie, ce seront nos 2 supportrices.
           L'heure du départ approche et on se met en place, comme d'hab dernière ligne, je commence à avoir l'habitude. Gilles (mon oncle) est lui bien placé devant, ce qui ne joue pas en ma faveur pour l'accrocher. Surtout sur une course comme la Foulée Blanche qui ne compte pas plus ni moins que 900 partants sur le 42km, je vous laisse imaginer le bordel au départ. Surtout que personne ne respecte rien, et (les lignes sont organisées pas numéro de dossard : ex SAS 1 : n° 1 à 50 ; SAS 2 : n° 50 à 200 ; etc) on repère beaucoup de dossards dans le sas précédent avec des N° bien supérieurs aux notres (bravo l'esprit sportif). Et pire encore, à 2 min du départ, alors qu'il n'est même pas donné, les premières lignes de chaque sas passent sous la ficelle et avancent dans le sas précédent. Du coup tout le monde avance et on ne forme plus qu'un groupe compact ce qui ne facilite pas le départ.


           Bref, le départ est donné, les 900 coureurs se marchent dessus, s'injurent, ralent ou tombent comme toujours et moi je me marre de voir cette anarchie, c'est toujours un super spectacle à vivre au moins une fois.
 

 

Le départ chaotique (même si c'est pas clair sur la photo)


 
           Bon, ça me fait marrer, mais ça me gêne aussi, et j'en bave pour remonter tout le monde, surtout que la piste devient étroite et ce n'est plus possible de doubler. Iil y a un vent du sud phénoménal, et lorsque déjà sortir des traces est assez compliqué, c'est encore pire lorsque l'on prend une rafale de vent. Je double donc assez lentement. Puis arrive le demi tour, vent dans le dos, et là c'est que du bonheur. Je remonte les concurents à grande vitesse sans trop me mettre dans le rouge, c'est très roulant jusqu'au village. On passe devant nos supportrices de choc et les encouragements font chaud au coeur.


 
   

mon passage (en orange)                                                                Medhi et Bastien


 
            On file ensuite faire une boucle au nord, où ma remontée continue mais ça se calme, je double quand même moins de skieurs. Cette boucle est un long faux plat montant, puis un long faux plat descendant où j'en profite pour prendre un gel et boire. En plus j'ai une super glisse, j'arrive donc à me ravitailler tout en restant avec mon groupe. On repasse près du départ avant d'attaquer la montée sur le plateau de Gève et de nouveau plein d'encouragement de Gweg et Amélie, appareil photo et camera en main (encore merci Gweg pour les photos qui agrémentent ce récit.
 

 

Un petit sourire à Mimie qui brave le froid et la pluie pour m'encourager

    
  Le padre (loin... loin... loin derrière )                                   Medhi et Bastien , la pêche
           
           

           J'en profite pour demander si Gilles est loin devant mais elles ne l'ont pas vu... Dommage car je sens que je suis dans un bon jour et j'aurais aimé savoir comment je me situe par rapport à lui. On attaque donc LA montée de la course, bien longue et bien raide, et je me place dans un groupe dont le rythme me plait. On mange plusieurs concurents et étonnement j'arrive sur le plateau encore frais, donc on déroule bien. Au passage sur un petit pont j'aperçois mon oncle qui lui passe dessous, dur à dire, mais il doit avoir moins de 5 min d'avance. Ou la la, ça me motive et je pousse mes 2 partenaires de groupe à augmenter un peu le rythme. On a fait plus de la moitié et surtout le gros du dénivelé donc c'est moins risqué maintenant de taper un peu dans le rouge. Sur le plateau c'est très valloné et on enchaine les descentes courtes avec des montées "coup de cul", des vrais montagnes russes. Au détour de l'une d'elle, en doublant un concurent, j'entends "oh David !! ", je me retourne, c'est Antoine, un pote qui assure grave et qui m'avait mis 10 min à la transju l'année dernière.  Reboosté par mon passage il s'accroche et on va, tous les deux remonter de nombreux concurrents. On alterne un coup lui devant et un coup moi, on lache même complétement le groupe avec qui j'étais. Puis vient la descente finale où on atteint une vitesse hallucinante (le damage est niquel, aucune difficulté technique), en déposant sur place les autres concurrents : pfff quelles sensations, c'est énorme, on se marre comme 2 gosses, j'ai l'impression d'être dans un grand huit. Antoine restera devant pour finir les 2 km de plat en bas où on double encore quelques mecs, et fair play, on passera la ligne d'arrivée main dans la main en 2h16 à la 110e place.
 


 


 
           Gilles lui est arrivé : 106e, moins d'une minute devant !!! je n'ai jamais fait un résultat en ski de fond aussi bon, je suis archi heureux. Je savais que les encouragements de la Minette me feraient du bien.

            Puis arrive mon père 10 min après, c'est qu'il a vraiment la santé, ça ne me laisse aucune marge d'erreur pour finir devant. En tout cas, merci Papa pour le fartage qui a été encore et toujours le meilleur fartage du monde . J'ai bien de la chance d'avoir un "farteur" particulier

 

Cette fois-ci je suis devant.. héhé (la revanche aux Glières)

 

            En 3h15 finiront enfin Medhi et Bastien, heureux de leur course, avec une Gweg bien contente de les voir arriver (et nous aussi d'ailleurs) vue les conditions climatiques

Toujours avec le sourire... que c'est bon le ski de fond

 

             On finira cette "fête" autour d'une bonne assiette de ravioles au chaud, tous très contents de cette journée. Mercredi soir prochain ce sera la première nocturne en Chartreuse, au Sappey exactement, et dimanche prochain, le raid ESC à Chambéry.

5 commentaires

Commentaire de agnès78 posté le 19-01-2009 à 18:47:00

punaise!!! ça donne trop envie, david!!! Toujours au top tes récits... et de superbes photos... mais mais mais pô gentil le garçon de se moquer de son pater ;-)))) BRAVO pour ta course, tu m'as l'air en grosse forme en ce début de saison!
au plaisir de te lire à nouveau
bises et à bientôt en rp ;-)

Commentaire de @lex_38 posté le 19-01-2009 à 22:42:00

Bien joué David! Tu as tiré les leçons de Bessans et tu prends là une belle revanche!
Le tonton n'est pas loin devant, la prochaine fois c'est la bonne ;-)

Commentaire de lulu posté le 19-01-2009 à 23:17:00

Merci pour ton CR, vraiment super !!
BRAVO pour ta course...!!

Comme quoi avec un plat de pâte, une tartiflette et une polenta avant la course.....au revoir l'hypo !!!

Commentaire de le_kéké posté le 20-01-2009 à 17:36:00

Bravo mon Minou,
2h16 le marathon ça poutre comme dirait le petit gars de la forêt. Bon ce coup ci tu as mangé ton gel et tu as pu tenir 16mn de plus, heureusement qu'il y avait une bonne glisse.
Bravo pour le récit et pour la perf ça fait rêver de pouvoir avancer comme ça en ski mais j'y travaille.

Commentaire de yves_cool_runner posté le 22-01-2009 à 21:55:00

Un seul mot : BRAVO. Ton chrono est excellent, car la neige n'était pas si rapide que ça (Vittoz ne gagne "qu'en" 1:47, soit 7' de plus que Perrillat en 2007). Au plaisir de skier avec toi (rendez-vous au Bugey, à la Transju ou ailleurs).

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !