Récit de la course : Cross/Trail de la Biche 2009, par delphe6601

L'auteur : delphe6601

La course : Cross/Trail de la Biche

Date : 5/7/2009

Lieu : Giron (Ain)

Affichage : 590 vues

Distance : 19.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

OH MA BI-BICHE !

Pour cette édition 2009, les organisateurs nous ont réservé des surprises: le cross passe à 17,5km et le parcours change dans la première et la dernière partie. (Ils annonçaient 19km mais au temps, on était d'accord pour dire que ce devait être 17.5)

Le temps est beau et ça a attiré les coureurs. Je suis venue avec le bus plein de jeunes skieurs de mon équipe, ravis et motivés de venir courir ici où d'habitude, on parcourt les sentiers en ski de fond!

Cette année, on part plein sud, on traverse le village et on prend dans les prés un sentier étroit mais sympa, au sol mou pour descendre au fond de la combe. Je pars doucement pour ne pas exploser trop tôt, je sens que je n'ai pas encore de super jambes, j'en ai marre! Avant le tunnel qui descend à Champfromier, nous montons dans la forêt à gauche. Cette fois, je me force à ne pas marcher car c'est ce qui me fait très mal aux jambes et je fais attention à poser le pied sur la pointe. Ca me tire dans les mollets, je cours et ça monte mais c'est mou. Je me fais doubler par Anne Ruelen, toujours aussi grande, belle et légère dans sa foulée! Je la garde un moment en vue puis je reste à mon rythme et elle s'en va. En rejoignant le chemin forestier, Jean Luc me double et je suis contente de le retrouver! On a fait connaissance à la montée du crêt d'eau l'an dernier et on ne s'était pas revus depuis. Là, il va m'aider à garder un bon rythme, je peux dire que je lui dois ma bonne course! J'avais des idées noires et du coup, j'évacue le bourdon pour me concentrer sur le sentier étroit et difficile avec des pierres cachées sous les feuilles.

On fait la montée de la Biche à un bon rythme et on voit la première dame devant nous à 30sec. Tout à coup, je panique parce que je ne sais pas si je pourrai la rattrapper, si j'ai assez de forces pour poser des sacs ou tenir une allure supérieure sans exploser. Mais Jean Luc me rassurre en disant qu'on ne va pas faire de folies et qu'on la rattrapera doucement, à la faveur d'une opportunité. Sur le plat au sommet des pistes, on court à bonne allure, on fait les descentes comme des tarés et on revient rapidement sur Anne. Elle est à une centaine de mètres mais elle y restera longtemps. On rejoint la route forestière qui vient de la Pesse et on descend à droite, encore une nouveauté sur le parcours. Et quand on descend beaucoup, il faut remonter...

Au moment de prendre le chemin du facteur, le chemin remonte en effet mais il est agréable et progressif. J'ai toujours Anne devant moi que je n'arrive pas à rattrapper et je suis assez peu en confiance pour faire qq chose en ce sens. J'alterne les moments bien et les moments à vide, je me méfie. Mais là, dans la montée, la dernière du parcours, j'ai de bonnes jambes. Et au sommet, près de la roche Fauconnière, je vois Anne qui craque. C'est donc le moment que je choisis pour accélérer et la poser. Je me sens bien. Je reviens sur Jean Luc et on entame la descente à fond pour mettre de la distance entre les autres et nous. Mais je ne le tiens pas longtemps. La fin du parcours ne se déroule pas sur la route mais sur un chemin à flanc de colline dans les sapins que tout le monde a trouvé long, long long! Je n'ai qu'une envie, la même qu'au cross du Mt Blanc la semaine dernière, m'arrêter et m'asseoir! Je surveille mes arrières, Anne peut avoir récupéré !

Mais je passe la ligne d'arrivée en vainqueur et je ne pensais pas pouvoir y arriver!

1H35. Le premier est en 1h12 (Benoit Ligier).  L'an dernier ici, ma forme (sur une échelle de 1 à 10) était à 8 et ma façon de gérer la course à 5-6. Cette année, la forme est à 5 et la "gérance" de course à 8. Je retrouve Jean Luc  à l'arrivée, je le remercie pour ses encouragements et nous discutons. Je lui dit que je n'ai pas osé faire le Crêt d'eau avant le Mt Blanc et nous concluons ensemble que c'était une erreur! Il n'y a que les courses pour bien mettre en jambes! Même à 43 ans et pas mal d'années de sport de haut niveau, j'apprends encore...!

dsc01055.jpg

Mes jeunes skieurs ont bien couru, tant bien que mal et fini leur course, ils sont courageux, je les félicite! Bravo pour l'organisation et leur parcours buccolique, leur bonne humeur très montagnarde. Ce serait bien d'avoir du bleu de Gex en cadeau, plutôt qu'une coupe!

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !