Récit de la course : Marathon de la Côte d'Amour 2005, par l'ourson

L'auteur : l'ourson

La course : Marathon de la Côte d'Amour

Date : 2/10/2005

Lieu : Le Croisic (Loire-Atlantique)

Affichage : 1450 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Marathon de la Baule 2005

Yo les Zanimos zé les Kikoureurs !

Kilomètre 40, ce 2 octobre 2005, sur le remblai de La Baule, je suis mal, vraiment très mal et ça fait plus de 10 bornes que çà dure… Je suis seul dans ma bulle et j’en bave ;-(
Puis j’entend : « Allez l’Ourson !! Allez l’Ourson !! » et cela me sort de ma torpeur ! ..c’est tout d’abord mon célèbre Pompocuthérapeute la Tortue, puis le Mogway, puis Luc de mon club, puis les familles Ourson et Raton-Laveur et même le public qui m’encouragent sur ce final que j’imaginais autrement moins difficile. Merci à eux et ceux que je n’ai pas vu mais qui étaient là car ce sont ces encouragements qui m’ont porté 2 km plus tard jusqu’à la ligne d’arrivée de mon 2ème marathon ;-) et j’ai pu boucler les 195 derniers mètres en 1’02 et lever les bras au ciel !.. grâce à l’Effet Zoo ;-))))

Mais revenons 4h30 plus tôt…
J’attendais ce moment là avec impatience car cela fait plus de 5 mois que j’ai mon numéro de dossard, le 142 et que d’autres Zanimos du Zoo ont également suivi les conseils de la Tortue pour se joindre à nous. Parmis les 1500 coureurs sur la ligne de départ il y a donc aussi le Dob, le Mogway, l’Aveuglette, l’Herminette et le Raton-Laveur. Sous les regards envieux de l’Aveugle (mouarfff..) qui ne peut pas courir étant blessé ;-(, nous regrettons bien sûr l’absence de L’Empereur, du Chacal, du Papy, de la Libellule et de plein d’autres zanimos qui auraient bien aimé être sur_ce_coup_là aussi..
Le départ va bientôt être donné et je pense à mes 2 mois d’entrainement spécifique et les presque 400 km courus à différentes allures pour être au top, à mon objectif de 6’ au kilo qui me paraît extrêmement prudent et…. à la santé et au courage de mon Raton-Laveur !! car voilà !.. le zanimal nous a déclanché un rhume et une angine il y a 48 h et a souhaité quand même tenir son engagement : être le lièvre de l’Ourson ! merci encore.., chapeau bas !.

Les 5 premiers kilos sont bouclés, avec le vent mais sous le soleil, en deçà de notre objectif chrono et je me réjouis déjà de cette avance… ainsi que de l’état de forme de mon lièvre qui a réussi à réguler sa respiration malgrès son rhume et son angine.
Les 12 suivants seront faits à l’allure spécifique sous le contrôle du Raton-Laveur qui me calme régulièrement en me rappelant les règles fondamentales de la distance plusieurs fois évoquées sur la ML : les secondes gagnées au début peuvent se transformer en minutes à la fin…
Tout en courant le plus souvent juste devant lui, je reste à son écoute pour garder le rythme. Je suis heureux d’être là, je souris aux spectateurs et les remercie de nous encourager, sans savoir que bientôt je ne vais plus rire du tout…

En effet, la Tortue nous avait mis en garde pourtant.., l’arrivée dans les marais salants est une véritable déception, c’est vent de face que nous parvenons à franchir le semi juste dans le temps prévu (2h07) car nous sommes ralentis depuis le 18ème kilo. Cela va durer jusqu’à la sortie des marais au km 24. Malgrès un léger mieux du km 25 au km 27, nous avons commencé a prendre du retard sur notre objectif chrono ;-( et la fatigue est sérieusement en train de m’attaquer car j’ai de plus en plus mal aux pattes et mon Ratounet doit lever le pied pour pouvoir continuer à respirer…

Km 28 : je m’exclame « ça-y-est, les 2/3 sont faits ! », ce sera là ma dernière parole à mon Ratounet qui m’encourage à poursuivre sans me préoccuper de lui… j’hésite, j’hésite… et puis je pense à ce fichu chrono en me disant que je dois choisir entre finir tranquille et le louper ou poursuivre seul en me faisant violence pour le tenir…

Ce dernier tiers va être bien évidemment le plus difficile, je vais courir désormais seul, comprendre enfin ce que signifie « la solitude du coureur de fond » et apprendre à finir un marathon au mental quand le physique ne répond plus…Jusqu’au 35ème je vais passer de 6’20 à 6’40 au kilo, donc sans revenir dans l’objectif ;-(. Les encouragements de Dame Tortue au 33 ème ne feront que me booster 20 secondes et j’arrive péniblement sur la plage de la Baule pour m’y trainer du 36 au 39ème à 7 mn au kilo !!!!

Heureusement, grâce à l’effet Zoo qui m’a aidé à partir du 40ème à me ressaisir pour quand même battre mon record sur la distance d’une minute et quelques secondes..., je vais finir en presque 4h28 au lieu des 4h15 prévus, à la 1134ème place sur 1282 rentrants ;-(

L’AAB qui s’en est suivi a permis au zanimos fraichement médaillés de se retrouver en famille et c’est autour d’une tablée de plus de 25 convives, zenfants d’zanimos compris, que j’ai appris le célèbre Pied Marithon de nos Zamis Belges, histoire de faire quelques étirements..et me suis également délécté d’un tout petit peu de Gourdasse Bleue bien méritée afin de m’requinquer ;-))

Moralité : Cela ne sert à rien de s’enflammer et courir trop vite au départ ! .. La minute et la poignée de secondes gagnées se sont transformées en près d’un ¼ d’heure ;-(

RV est déjà pris avec mon Ratounet au MDP 2006 et il aura un ballon « jaune fluo »dans le dos avec écrit dessus 4h15 !!…..et promis juré je serai juste derrière lui tout le temps, façon Tortue avec le Mogway ;-)))))

L’Ourson_marathonien_débutant…


1 commentaire

Commentaire de taz28 posté le 22-10-2005 à 14:27:00

C'est étonnant comme je reconnais bien les superbes paysages de cette merveilleuse côte...De biens beaux souvenirs !!!
Bravo pour ton CR monsieur l'ourson

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !