2017-01-29 : [LIK] Lettre d'information Kikourou de janvier 2017

Kikouroù, Communauté de sportifs : lettre d'information
Bonjour ! Bienvenue sur la lettre d'information des Amis de Kikouroù !

(Cliquer ici si vous ne parvenez pas à visualiser cette lettre correctement)

Sommaire

Jeu des pronostics

Vous avez sans doute remarqué ce fil qui vit toute l'année dans la rubrique Bistro : il s'appelait les années précédentes « France des pronos » ; il porte maintenant le non plus explicite de « Jeu des pronostics ».

Le but du jeu est de pronostiquer le podium homme et femme d'une course choisie par le vainqueur au jeu de la manche précédente. Plus nos « chevaux » terminent près de la place prédite, moins on marque de points. Le vainqueur d'une manche est celui qui marque le plus petit nombre de points.

Le jeu peut sembler difficile si on ne suit pas l'actualité des élites ou si la course choisie est une course au saucisson locale. Mais il y a plein d'astuces pour identifier les favoris, notamment :

  • les résultats des années précédentes (plus c'est local, plus on retrouve les mêmes participants) ou ceux d'autres courses de même type de la région
  • l'appartenance aux teams élite (Salomon, Hoka, etc.) souvent identifiée comme « club » dans la liste des inscrits
  • la publication parfois dans les médias spécialisés des favoris
  • la cote ITRA en support pour hiérarchiser les forces en présence
  • et en dernier recours, la boule de cristal.

Le classement général annuel est établi sur les 15 meilleurs résultats.

Selon la course choisie, la difficulté peut être plus ou moins grande, mais il n'est pas obligatoire de jouer tous les week-ends. On peut essayer sur une épreuve internationale où la liste des favoris est très facile à trouver, ou sur une course de sa région. C'est beaucoup plus simple qu'il n'y paraît, et comme dit bubulle, même Arclusaz a déjà gagné !

100% des gagnants ont tenté leur chance, et la chance sourit souvent aux débutants, alors n'hésitez pas à essayer en envoyant un message privé avec votre pronostic à jujuhrc ou bubulle, tout est expliqué ici, on y retrouve chaque semaine la course choisie avec la liste des inscrits, le destinataire des pronostics et enfin les résultats.

Faites vos jeux !

Arcelle

L'hivernale des Coursières

Comme tous les ans, afin de digérer les agapes des fêtes, la grande majorité des kikoureurs lyonnais s'est retrouvée à St Martin en Haut pour la désormais très célèbre course de reprise : L'hivernale des Coursières. Surprise cette année, la communauté chambérienne était également présente avec Corne de chamois et El Numaax ! L'occasion pour certains de rencontrer enfin notre troll préféré !

Proposé sous deux formats, 15 et 31 kms, ce trail est l'occasion pour la communauté lyonnaise de se retrouver le temps d'une journée et passer de bons moments sur nos chers sentiers. Couru sur des sentiers ressemblant de près à ceux de la Saintélyon, avec notamment le célèbre bois d'Arfeuille, la vue sur Riverie, la particularité du grand parcours de cette année aura été le passage au Signal de St André avec une petite partie d'escalade pour arriver au sommet ! L'ensemble des participants aura apprécié, ou pas, la facétie des organisateurs qui n'en sont pas à leur coup d'essai !

A l'arrivée, soupe maison et Soyeuse pour régénérer les corps endoloris par la froidure importante cette année et réchauffer les cœurs et les esprits. Une course à ne rater sous aucun prétexte, estampillée « trail pur saucisson ».

Sa version printanière aura lieu le 13 mai avec une version 47 kms et 103 kms. N'hésitez pas à venir nombreux tâter du sentier lyonnais et nous retrouver pour ce grand moment de convivialité !

Jean-Phi

Coursières

L'aventure du Swimrun commence dans la tête

Le SwimRun (c'est-à-dire « nagercourir »), nouvelle discipline tirant ses racines de Suède, est une pratique mêlant en alternance course à pied typée trail et natation en mer. Elle a pour particularité de se courir uniquement par binôme pour des raisons de sécurité à la base. Elle est pratiquée en France depuis début 2015, avec trois épreuves cette année-là. 2016 est l'année du véritable décollage sous l'impulsion d'un effort de médiatisation (cf. le reportage désormais culte d'intérieur sport de canal +, et de Swimrun France), pas loin de 15 épreuves se montent. En 2017 pour l'hexagone, les prévisions espèrent voir 30 épreuves au calendrier, et d'ores et déjà 3 circuits se sont déclarés (Swimrun National Tour, Gravity Race, Swimrunman).

Swimrun

« Les réseaux sociaux FB, Instagram bâtissent les nouvelles pratiques 2.0 avec des groupes FB »

Voilà planté le décor d'un sport à haut potentiel, car oui si le SwimRun croît à une vitesse exponentielle à en juger par les équipementiers, la résonnance médiatique, les pratiquants ne sont pas légions faute de clubs, de fédérations (bien que depuis le 10 janvier le SwimRun en France est officiellement rattaché à la FF Tri). Alors tout se développe avec les nouveaux moyens de communications, à l'instar d'un kikourou, formidable vecteur de promotion et de rassemblement du trail en dehors de tout club ou fédération grâce à la magie du net début du nouveau millénaire. Les réseaux sociaux FB, Instagram bâtissent les nouvelles pratiques 2.0 avec des groupes FB Swimrun Marseille Community, Swimrun Bordeaux, Swimrun Lyon, Swimrun Alps community. Pour complémenter ce développement inéluctable des réseaux sociaux au détriment de sites plus communautaires, plus neutres, plus inclusifs, j'essaye à mon niveau de rentrer sur kikourou les épreuves de Swimrun sur le calendrier.

Swimrun

« Les swimrunners utilisent autant leur tête que leur VMA, car dans la nature il faut s'adapter sans cesse »

Le Swimrun promeut la valeur d'autonomie, et bien avant la structuration classique de club en association, les swimrunners s'organisent en Off, réinventent leur sport continuellement car l'ADN du SwimRun c'est un minimum de règles. Par exemple au niveau d'aide à la flottaison tu as le droit d'avoir au maximum un panneau de 60 x 100 cm. Donc tu as droit à tout objet rentrant dans ce gabarit, le truc c'est que tu dois le transporter avec toi... Tuba, palmes, plaquette, double pullbuoy, etc. Compris ? Tu utilises ce matos, tu portes ce matos tout du long. Alors pourquoi mettre cette règle flexible ? Pour encourager l'innovation, la prise d'initiative, l'adaptabilité, pour que les swimrunners utilisent autant leur tête que leur VMA, car dans la nature il faut s'adapter sans cesse au terrain, aux conditions. Des brutes physiques hyper compétitives dans un environnement contrôlé ne font en général pas long feu dans un SwimRun sans un minimum de jugeote, d'orientation, d'esprit d'équipe.

Swimrun

« Une variation plus extrême de SwimRun Off, le "Skyswimrun" »

C'est dans cette veine que je m'inscris, avec une variation plus extrême de SwimRun Off, le "Skyswimrun". Mélange d'escalade légère et de SwimRun dans les calanques, je revisite cet endroit emblématique de Provence. Le dernier né s'appelle Eissadon's Tunnel, il emprunte la fameuse faille de l'Eissadon et le couloir des Hurluberlus, plus empruntés par les grimpeurs et kayakistes (séparément bien sûr). Alors laissez-vous emporter, imaginez-vous avec moi depuis cassis vers En Vau, Port Pin, et surtout ne vous dites pas que c'est impossible car vos limites ne sont imposées que par vous-même ! En les poussant progressivement, l'Eissadon's tunnel vous attend.

Retrouvez l'Eissadon en vidéo ici.

akunamatata

Le Géocaching

Je viens vous présenter une activité « outdoor » conciliable avec notre passion pour la course à pied et très souvent compatible avec nos activités familiales : le géocaching.
Il s'agit d'un jeu de piste avec près de 3 millions de caches dissimulées dans le monde entier.

Le principe est simple : un particulier dissimule une cache, relève les coordonnées GPS, les inscrit sur le site dédié, la cache apparaît sur une carte et les « trouveurs » peuvent alors partir en chasse. Lorsque la cache est trouvée, le géocacheur inscrit son pseudo sur le « log book » (petit carnet ou morceau de papier présent dans la cache) puis indique sur le site qu'il a trouvé la cache ce qui incrémente son compteur.

Les caches sont de différentes natures : beaucoup dont de simples tupperware, flacons de médicaments ou emballages de pellicule photos. Mais d'autres sont de véritables trésors d'ingéniosité qui se fondent parfaitement dans le paysage. Certaines caches sont très faciles à trouver, pour d'autres il faut résoudre une énigme, ou bien suivre un itinéraire pour recueillir des indices.

Pour géocacher, il vous faut un GPS ou encore mieux un simple smartphone où les caches peuvent être téléchargées au préalable pour une utilisation sans réseau : je vous conseille pour cela l'application « c:geo » gratuite (avec possibilité de prendre un abonnement premium payant mais vraiment pas indispensable). Le site internet de référence est : geocaching.com.

Les caches sont posées un peu partout : en ville, à la campagne, à la montagne, … Il y en a une au sommet du Mont Blanc qui est trouvée seulement une ou deux fois par an (les kikoureurs pourront se contenter de celle posée au sommet du Mont Joly haut lieu de la Montagn'hard ou de celle de la Dent d'Arclusaz).
Le géocaching, c'est le moyen idéal pour découvrir des jolis endroits inconnus, pour apprendre beaucoup de choses sur l'histoire, pour donner un but à une sortie longue et... pour faire marcher des enfants et des pré-adolescents. En général, ils adorent : quel plaisir lorsque nos enfants nous demandent d'aller marcher !

De plus, il existe des circuits (power-trail) qui permettent de partir sur des boucles en passant de cache en cache : j'ai testé ceux du Pilat et du Vercors mais on en trouve dans toutes les régions de France. Ces circuits peuvent être fait en courant (certains font 20 km), avec des arrêts fréquents pour dénicher les caches.

Par cet article, je fais donc mon coming-out : oui, je suis géocacheur et j'ai déjà « converti » plusieurs lyonnais à ce vice addictif. Je suis persuadé que d'autres membres de notre communauté sont atteints : on m'a parlé d'une coureuse avec une jupe rose mais je ne vois pas bien de qui il peut s'agir...
Comme avec Kikourou, le passage du virtuel au réel est facile grâce notamment aux « event », rassemblement de géocacheurs. Un kikoureur lyonnais que j'ai reconnu sur géocaching.com en organise à chaque changement de saison.

Bref, essayez le géocaching, vous devriez aimer !!!!!
Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement sur cette pratique.

Arclusaz (Locrimare sur geocaching.com)

Enchainement 6 jours de France et 8 jours NFL à Monaco

6 jours de France à Privas et 8 jours No Finish Line à Monaco : un enchainement incroyable !

A la suite d'une rencontre d'un Bagnard atypique et sympathique je suis parti en voyage en terre inconnue sur internet d'abord puis à Privas pour rencontrer et découvrir le monde des Ultra-Terrestres qui sont vraiment extra.
A l'image de Mico34 qui après avoir parcouru 418,4 kms sur 6 jours à Privas a enchaîné 1 mois après avec les 8 jours No Finish Line à Monaco avec une 23° place et 514,46kms !!!

mico34

Un petit question/réponse avec Mico34 pour en connaître un peu plus sur ce défi peu commun et sa passion pour l'Ultra :

  • 1 mois après les 8 jours de la No Finish Line à Monaco as-tu bien récupéré de ces 2 courses ?
    Vu mon kilométrage pas de problème particulier de récupération.
  • Comment t'es venu l'idée d'enchaîner ces 2 ultras ?
    Je fais ces deux courses chaque année depuis plusieurs années. La seule problématique éventuelle était que le 6 jours de privas etait décalé en octobre ce qui fait que les deux n'avaient que trois semaines d'écart. Mais comme je ne voulais pas en privilégier une au dépend de l'autre...
  • Comment se sont passées tes 2 courses, notamment à Privas avec des conditions météos difficiles ?
    A privas je dormais dans le gymnase et il faisait très froid surtout la nuit. Malgré l'accumulation de couches de vêtements j'ai trouvé les conditions météorologiques difficiles à supporter. Je n'aime ni le froid ni la pluie.
    A Monaco il faisait plus frais que d'habitude (beaucoup de vent) mais j'étais logé dans des conditions optimales et le lieu de la course étant magnifique ça s'est très bien passé.
  • Quels bons souvenirs gardes-tu de ces 2 courses ou des moment plus difficiles à gérer ?
    Les moments difficiles je les oublie vite. Je préfère garder les bons. La convivialité de ce type de course, les rencontres et discussions avec les autres concurrents, le bain de foule à Monaco...
  • Comment tu as découvert ce monde de l'ultra et qu'est ce qui t'as plu dans ce type de course ?
    Cela fait une dizaine d'années que j'ai commencé à faire des courses d'ultra avec le 100km de Theillay en 2005 (sur lequel je détiens mon record 100km 12h12) et le 24h de Séné en 2006 sur lequel j'ai atteint pour la première fois les 150km. Autant sur le 100km je m'étais rapidement trouvé toute seule en fin de peloton et j'avais dû gérer les longues lignes droites, autant sur le 24h j'avais aimé le fait de courir avec les autres les champions comme les anonymes et les encouragements prodigués par chacun à chaque tour. Monde complètement différent du court où je me retrouvais souvent en queue de peloton et sans aucun contact sympa avec les autres concurrents loin devant et partis depuis longtemps quand j'arrivais pour les premiers.
  • Peux-tu nous expliquer en quelques mots ce qui fait la magie de ces courses, qui vu de l'extérieur et sans connaître peuvent paraître aux communs des coureurs sans intérêt ?
    J'aime ces ultras auquel tout le monde peut participer à son niveau. Quelque soit les capacités des concurrents qu'ils se fixent un marathon par jour ou trois ils vont passer leur semaine à côtoyer des gens sympas, à discuter, à plaisanter et les premiers ne donnent jamais l'impression de mépriser ceux qui peinent sur le circuit.
  • Quel est la course dont tu gardes le meilleur souvenir ?
    La No finish Line 2007 est mon meilleur souvenir. J'avais réussi l'exploit de me faire sponsoriser par mon entreprise qui avait accepté de verser un euro par km que je ferais et à doubler la somme si je battais le record féminin de l'épreuve de l'époque. Je n'ai jamais depuis réussi à me refaire sponsoriser, la concurrence étant dure avec les autres personnes de la boîte. Le récit de cette course est sur kikourou.
  • Quels conseils donnerais-tu à ceux et celles qui voudraient venir courir et découvrir ces courses-là ?
    Ne vous prenez pas la tête, vivez l'aventure comme des vacances. Ne vous fixez pas d'objectifs trop ambitieux et vous découvrirez un monde merveilleux le monde de l'ultra.
  • Tes projets de courses pour 2017 ?
    Je suis inscrite au 24h d'Espoo fin fevrier (Finlande en indoor) (course sur laquelle j'ai eu le plus de péripéties en 2012), aux 24h de Brive le 1er avril, aux 6 jours en Hongrie du 4 au 10 mai et au grand raid du Morbihan fin juin.
    Et j'ai prévu de participer à la No finish Line Paris à mon retour de Hongrie certainement sur le 24h puisque les deux courses se chevauchent, aux 5 jours de Moussan fin juillet, aux 6 jours de Privas en août, aux 100km de Millau en septembre et à la No finish Line Monaco en novembre.
    Le reste sera de l'improvisation en cours d'année en fonction des possibilités.

PhilKiKou

Retrouvez l'association sur Kikouroù : présentation, statuts.
Sur Facebook : Les Amis de Kikouroù.

Retrouvez les archives de la lettre d'information sur Kikouroù.

Vous recevez cette lettre d'information car : 1) vous vous y êtes abonné sur Kikouroù, et/ou 2) vous êtes un adhérent de l'association "Les Amis de Kikouroù".
Pour vous désabonner, cliquer ici.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.13 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !