Récit de la course : La Ronde des Vergers 2010, par galopa

L'auteur : galopa

La course : La Ronde des Vergers

Date : 13/6/2010

Lieu : Marsat (Puy-de-Dôme)

Affichage : 338 vues

Distance : 10.3km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

La ronde des vergers 10.3km 2010

10.3 km la ronde des vergers
Date:
 13
 juin 2010
Lieu:
Marsat (63, puy de dôme)
Temps: idéal

Parcours: 80% chemin et 20% goudron. Vallonnée

profilmarsat2010.jpg

 

 Mon objectif initial:

 

Me faire plaisir et retrouver des sensations en côte et descente

 

Quelques minutes avant la course:

je  m'aperçois que quelques bons coureurs locaux sont là dont THOMAS Xavier (32min sur 10km plat) et CHANTELAUZE Stéphane (multiples podiums sur les courses vallonnée de cette distance). C'est mes 2 favoris. Des outsiders sont là, dont je ferai partie si je suis dans un bon jour.

 

 

Départ:

marsat2010depart.jpg

 

 

C'est partie.

 

L'allure est rapide pour une course vallonnée à plus de 19-20 km/h pour les premiers et moi vers 17km/h à ma montre, mais aujourd'hui contrairement à la semaine dernière je sens que j'ai du gaz donc cela va. Cette course se gagne généralement en 15km/h donc je ne veux pas me forcer à vouloir suivre les premiers à tout prix.

 

 

Je suis vers la 12ème place après 200m de plat et le premier virage.

 

 

Maintenant un peu de faux plat descendant, certains ne suivent pas l'allure, et moi  j'aborde la première belle descente en 8ème position. En bas de la descente de 500m environ, je suis 4ème et c'est le passage du 1er km.

 

 

Le premier est déjà loin, très loin, partie sur une allure du tonnerre, je ne le connais pas.

 

 

Mes 2 favoris de la course suivent à 50m et moi 80m encore derrière eux.

 

 

On aborde la première côte de 2km qu'il faut gérer en prévision de la fin de course. Je monte à mon train qui est beaucoup plus rapide que j'en ai l'habitude (j'me sens bien). Incroyable, j'arrive à suivre mes 2 favoris à la même vitesse qu'eux en côte sans souffrir (une première).

 

 

Au passage du 2ème km les 2 favoris prennent la tête de la course et peu de temps après je prends la 3ème place car le 1er jusqu'alors est en grande difficulté dans cette côte avec un souffle qui en dit long.

 

 

Au 3ème km on a passé le point culminant de la course, mais le plus dur n'est pas fait car les 4 derniers kilomètres ont un profil montant avec 2 belles bosses.

 

 

Je suis toujours 3ème à 80m des favoris. Je jette un coup d'œil derrière moi et un gars me suis à 10m. Le podium va probablement se jouer à nous 4.

 

 

Maintenant c'est un profil vallonnée descendant sur 1,5km. La fin de cette section est très descendante en mono trace légèrement technique et sinueuse. Un régal pour moi, j'accélère, j'me fais plaisir.

 

 

Malheureusement pour moi en pleine descente j'aperçois à la craie au sol qu'il faut prendre un virage à 90° pour quitter la descente. Mais à plus de 22km/h difficile de prendre cette bifurcation d'un coup. Donc je loupe la bifurcation et je suis obligé de revenir en arrière pour pouvoir la prendre. Tout le bénéfice de ma descente rapide est perdu.

 

 

C'est pas grave car dès que j'ai la visualisation des 2 devant moi, ils ont toujours que 80m d'avance après 5 km de course. J'ai bien observé qu'ils ont tour à tour alternés la première place (guerre psychologique ?). Est-ce bon signe pour moi ou pas....

 

 

Maintenant 1.5km très roulant se présente. J'en profite pour jeter un petit coup d'œil derrière au grès d'un virage et 1 gars me suis toujours à 10m (c'est Marc PICCAREITA, un spécialiste courte distance).  

 

 

Les 2 premiers augmentent l'allure, moi aussi et derrière…eh ben je ne sais pas.

 

 

Au passage du 7ème km un écart se creuse entre les 2 premiers. Je me sens dans la même allure que le 1èr  et donc, petit à petit, je rattrape le 2ème(Chantelauze) dans ce faux plat montant.

 

 

Au passage du 8ème km, je double le 2ème qui se plaint de douleur lombaire et malgré mes encouragements il ne peut prendre ma foulée.

 

 

Maintenant, je ne vois pas le 1èr dans les bois, et l'avant dernière belle bosse se présente pour bien casser les pattes car elle est en pourcentage progressif pour finir à plus de 20% je pense. Mais l'ayant repérée avant le début de course lors de mon échauffement, j'avais garder du jus en conséquence tout en sachant qu'il ne fallait pas tout donner. Je là finie avec les cuisses qui commence à chauffer quand même.

 

 

Il reste un peu plus d'1km et je ne vois pas le 1èr, ni celui qui me suis. Donc je ne fais pas la dernière descente à bloc car derrière il faut enchaîner une côte à 20% constante sur 100m. Je l'aborde bien, même très bien et je suis moins mal au sommet que je l'envisageais.

 

 

Il reste maintenant 800m à faire, en courbe sans visu loin devant. Donc je gère l'allure sachant que même si j'avais une chance de rejoindre le 1er, il a un potentiel supérieur à moi sur plat pour finir fort et je pense aussi à ma prochaine course dans 6 jours et ma journée de travail dans 2 h (En effet, je travaille 1 dimanche sur 2 et aujourd'hui du soir, c'est comme ça).

 

 

Je passe la ligne 2ème à finalement à 40s du premier en étant très satisfait de mes sensations en côtes. 
 

Conclusion 

 

Après ma petite désillusion de la semaine dernière, aujourd'hui c'est l'opposé. C'est bon pour la suite de ma préparation milliau.

 

 

1 commentaire

Commentaire de Fredy posté le 14-06-2010 à 19:11:00

Bravo pour ta course. Pas facile à gerer quand on a Marco derrière les talons.
Bon courage pour la suite.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !