Récit de la course : Trophée de Saint Quentin en Yvelines - Etape 1 - Sainte Apolline - Circuit A 2006, par L'Castor Junior

L'auteur : L'Castor Junior

La course : Trophée de Saint Quentin en Yvelines - Etape 1 - Sainte Apolline - Circuit A

Date : 7/6/2006

Lieu : Plaisir (Yvelines)

Affichage : 3722 vues

Distance : 11km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Où L'Castor Junior jardine, jardine, jardine...

Bon, comme annoncé ce matin, voici le compte-rendu de la première étape du Trophée de Saint Quentin en Yvelines de Course d'Orientation (http://rauturie.club.fr/trophee_2006/index.html), organisé conjointement par le MSO (Montigny Sports d'Orientation) et le GO78 (Guyancourt Orientation 78 - mon club de CO), les deux clubs de CO de la ville nouvelle.
C'est le MSO qui organisait cette première étape, en forêt de Sainte Apolline, vers Plaisir.

Première difficulté : se rendre sur le site de la course.
Après avoir quitté mon boulot plus tôt que d'habitude, je me change à la maison et revêts la tenue la mieux adaptée à la CO en cette saison : celle de mon club : pantalon long mais léger, et haut léger à manches longues. Pourquoi du long avec un cagnard pareil ? Essentiellement pour éviter les tiques, ennemi numéro 1 de l'orienteur (après bien sûr un sens de l'orientation défaillant ;-o) ). J'enfile également mes guêtres Raidlight (pour protéger les tibias et pouvoir passer plus sereinement à travers ronces et orties), et mes NB 1100 OR (renseignements pris, OR ne signifie pas ici Orienteering, dommage...), véritables tanks avec leurs pare-pierres à l'avant du pied.
Je prends également la boussole-pouce de mon père, ainsi que ma toute nouvelle puce SportIdent, personnalisée à mon goût et annoncée comme beaucoup plus rapide que la génération précédente (OK, ce n'est pas tout à fait la puce qui explique mes temps déplorables sur toutes les CO auxquelles je participe, mais...).
Je monte dans la voiture, direction Plaisir. La traversée de Guyancourt m'évite l'essentiel des bouchons de l'A86 puis de la N12, et j'arrive en une vigntaine de minutes aux portes de Plaisir. J'ai beau m'être rendu plusieurs fois dans cette forêt, je trouve malgré tout le moyen de me tromper de chemin. En effet, je prends la première sortie Sainte Apolline, qui mène en fait à la zone d'activités de Plaisir, plutôt qu'à la belle forêt où Turoom nous avait fait passer sur le Raid 28.
Trop tard pour revenir en arrière. Je me retrouve donc, ironie du sort, sur le parking du magasin Truffaut du coin.
C'était écrit : ce soir, ce sera une séance "Jardinage" pour l'Castor Junior...
Je retrouve néanmoins facilement mon chemin, et parviens au parking du départ vers 19h15.

La course, où comment de belles séances de jardinage clownesque peuvent achever de ridiculiser un orienteur déjà peu habile...
Sur site, peu de têtes connues, hormis Jean-François Gastineau, Président du MSO et orienteur de choc, complice de Turoom à ses heures perdues, et quelques copains du GO78 (Cédric Siroën, Matthieu Bresciani, Camille Clouard et Thierry Vermeersch), ainsi que Bernard Depont, du JDM.
Atomik JF et Gilles Montambaux, du JDM, m'ont dit qu'ils viendraient, et je suis persuadé que François Loeser, JDM également, n'aura pas loupé ça non plus, tout comme le Mammouth Rose et l'Electron, habitués de ces soirées estivales d'orientation, et Domi78 (Monstertruck), collègue du GO78 et habitué du Raid 28. Sont-ils déjà sur piste ? Toujours est-il que je ne les verrai pas de la soirée, et il me faudra même attendre la publication des résultats pour m'apercevoir que Pouic-Pouic aussi était venu profiter de cette organisation. Presque tout le monde aura choisi le circuit A (difficile - 7 km de balise à balise).


Carte Ste Apolline 2 (propriété MSO)

Je recopie les 22 postes (gasp !) sur ma carte, et passe m'enregistrer à la GEC (Gestion Electronique de Course), avant de me diriger vers l'atelier départ. RAZ, Contrôle de la puce et, à 19h32, top !, c'est parti pour... un certain temps de course. Les circuits fermant à 21h30, je n'ai pas intérêt à lambiner trop...


Définitions de postes

Poste 1 (31) - dépression - 2'37" : Je prends le second fossé sur ma gaucheaprès le départ, et me dis que la dépression est suffisamment grande pour que je ne voies qu'elle. Malheureusement, j'ai négligé la multitude de trous et petites dépressions cartographiés dans la zone, et commence donc mon jardinage. Je mets donc deux fois plus de temps que les dix premiers pour pointer ce poste. Effectivement, la nouvelle puce est remarquable : le bip se fait entendre immédicatement après avoir glissé le doigt dans le boîtier. Toujours ça de gagné ;-o)

Poste 2 (36) - pied nord de la colline - 2'44" : Là, c'est facile, il suffit de suivre une sente qui amène juste à l'aplomb de la colline. Je perds à peine 40" sur le meilleur.

Poste 3 (33) - extrémité nord-ouest de la ravine - 2'39" : Ici aussi, un chemin puis une sente mènent directement à l'extrémité sud-est de la ravine, qu'il suffit ensuite de remonter. Encore 40" (seulement) de perdues.

Poste 4 (34) - dépression - 2'08" : Ah, là, ça se gâte. Je n'ai pas été assez attentif sur mon cap, et perds une bonne minute à passer de dépression en dépression. Je mets plus du double de temps que les meilleurs...

Poste 5 (39) - intersection d'un sentier et d'un ruisseau - 5'22" : Pas vraiment d'erreurs d'orientation (j'attaque par le sentier en question), mais ma lenteur légendaire de progression en milieu hostile me fait perdre du temps autour du poste : 2' sur les meilleurs...

Poste 6 (42) - rentrant - 5'40" : A priori, pas de grosse erreur non plus. J'ai juste préféré attaquer le rentrant par le nord, en restant le plus longtemps possible sur chemins. 2' de perdues sur les meilleurs.

Poste 7 (43) - pied sud de l'arbre isolé le plus à l'est - 1'24" : Assez facile : une sente amène, sur la courbe de niveau, à la zone où se situent les arbres. 30" de perdues.

Poste 8 (45) - petite dépression - 11'21" : Première grosse erreur et véritable jardinage. L'approche du poste, par chemins et sentiers est bonne. L'appui sur les arbres isolés est correct également. Mais, sans comprendre réellement, je vais passer plusieurs fois autour de cette petite dépression située juste au sud d'un autre arbre remarquable. Je trouve même la balise suivante, qui m'incite à revenir en arrière, mais, panique aidant, ne me permet pas de prendre un cap correct et de tomber sur le poste. Je m'imagine déjà moisir ici jusqu'à l'arrivée des débaliseurs... 9' (!!!) perdues sur ce poste.

Poste 9 (46) - entre deux levées de terre - 1'20" : Désarçonné par le poste précédent, je perds encore 40" pour retrouver ce poste pourtant déjà aperçu auparavant. Zut !!!

Poste 10 (47) - pied nord de la butte - 8'33" : Toujours embrumé par mon cafouillage au poste 8, je perds beaucoup de temps pour retrouver le grand chemin qui me rapproche de ladite butte, et tourne même un certain temps autour de cette butte avant de pointer enfin le poste. Encore 4'30" de perdues...

Poste 11 (48) - dépression - 2'20" : Une fois de plus, je ne prends pas suffisamment le temps d'étudier la carte, et me retrouve perdu au milieu d'une multitude de dépressions et trous en tous genres. Encore 1'30" de perdues. Ca commence à faire beaucoup...

Poste 12 (49) - pied sud de l'arbre isolé - 5'20" : Je préfère, à tort, couper à travers la zone blanche (végétation "roulante", alors que les différentes sentes m'auraient permis de courir plus vite. L'arbre en question est, heureusement, facilement visible à l'extrémité d'une dépression. 3' de perdues quand même...

Poste 13 (50) - pied est de la butte la plus à l'ouest - 1'38" : Pas d'erreur d'orientation (la balise est immédiatement à l'est de la précédente), mais une progression trop lente. 1' de retard.

Poste 14 (51) - extrémité sud-est du talus raide - 6'00" : Nouvelle grosse bourde ma part. Je prévois de m'appuyer sur un chemin arrivant de l'ouest sur le chemin d'appui, afin de remonter ledit talus raide. Par manque d'inattention, je loupe ce sentier, et parcours de trop nombreux mètres, en hésitant, avant de faire marche arrière. 4' de perdues à nouveau. Aïe...

Poste 15 (52) - pied est de la butte - 1'37" : Là, ça va mieux (aucune difficulté technique il est vrai). Les 30" de perdues sont dues essentiellement à ma lenteur de progression.

Poste 16 (53) - tour - 2'48" : Encore une fois, pas de véritable difficulté, mais une progression lente qui me fait perdre 1' sur le premier.

Poste 17 (54) - au pied de la falaise - 5'44" : J'ai préféré jouer la sécurité, en attaquant le poste par l'est (végétation plus pratiquable que par l'ouest). Le détour fait par rapport au chemin le plus court explique l'essentiel des 2' d'écart.

Poste 18 (55) - clairière - 4'25" : Nouvelle erreur stupide. Par inattention, je n'ai pas remarqué que la zone qui sépare les deux postes était clôturée. Je me retrouve donc nez à nez avec une clôture infranchissable, que je contourne difficilement par l'est, avant de reprendre mes marques et de trouver ce poste visible depuis le chemin, et accessible par un magnifique layon. Encore 2'30" de retard...

Poste 19 (56) - pied ouest de la souche - 2'09" : Je finis le parcours en compagnie d'une équipe de trois jeunes raideurs, dont un seul poinçonne les postes. J'attaque le poste à partir du chemin au nord, dans le léger coude visible sur la carte. Pas de souci ici : à peine 30" de perdues.

Poste 20 (57) - trou d'eau - 5'13" : Est-ce l'émulation liée à la présence de mes jeunes compères (ils me vouvoient, gasp !) ? La volonté de ne pas déshonorer la tenue du club (je sens qu'ils me prennent pour un cador) ? Toujours est-il que je les emmène directement sur le poste, au nord d'une grande colline. A peine 1' de perdue.

Poste 21 (58) - extrémité ouest du fossé - 1'44" : Nous jardinons un peu tous les quatre, et finissons par tomber sur ledit fossé. 50" de perdues quand même !

Poste 22 (99) - arbre remarquable - 4'22" : Je les emmène à nouveau vers le poste, au cap jusqu'à la route puis à travers les sous-bois à l'approche du poste. 1'30" de perdue. Je n'avance décidément pas...

Arrivée - 0'21" : La voie vers l'arrivée est balisée, comme le prévoit le règlement sportif, mais (fatigue aidant ?), je mets 21" là où le plus rapide n'en met que 14"... Il va falloir que je me remette aux fractionnés ;-o)

Je vide ma puce au camion GEC, remercie Jean-François Gastineau pour l'organisation et les bénévoles pour leur boulot, et regagne ma voiture, non sans avoir salué au passage mon président, Christophe Rauturier, qui a, comme à son habitude, bien performé ce soir.

Le retour à la maison se passe, cette fois-ci, sans erreur d'orientation, et la douche et le repas font le plus grand bien, car ces courses d'orientation, pendant lesquelles je marche pourtant beaucoup, sont éreintantes.

Bilan de la soirée : 1h27'29" pour 11 km et 184m de D+.
C'est la troisième fois que j'arpente les sentiers de cette forêt (la première sur le Raid 28, où je me contentais de suivre mes coéquipiers, la seconde sur la Régionale 2 fin février), et c'est la première fois que la végétation a repris ses droits. Les balises visibles à cent mètres comme à la régionale n'étaient plus d'actualité ce soir, ce qui me réconforte un peu quant à mes erreurs, même si je reste persuadé qu'un entraînement plus sérieux me permettrait de progresser significativement. Yapuka ;-o)

Les données de la course sont accessibles sur Kikouroù, les cartes et définitions de postes suivent ci-dessous, et les résultats sont disponibles sur le site du Trophée.

L'Castor Junior

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !