Récit de la course : L'Ardéchois - 57 km 2014, par nicou2000

L'auteur : nicou2000

La course : L'Ardéchois - 57 km

Date : 3/5/2014

Lieu : Desaignes (Ardèche)

Affichage : 735 vues

Distance : 57km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

79 autres récits :

ardéchois 57 - 2014

Après un ecotrail un peu douloureux mais réussi et en préparation pour la montagn’hard, le choix de participer à l’ardéchois 57km – 2400m D+ m’avait paru judicieux… D’autant qu’il nous permettait de coupler le déplacement avec une visite bien agréable chez des amis ardéchois pour ce week end de pont…

Les semaines précédentes ont été assez limitées en course à pied pour reposer les articulations mais ont plutôt intégré des séances VTT assez physiques dans la forêt de Meudon.

La météo n’est pas des plus favorables, il fait assez froid ce samedi matin, beaucoup de vent et il a pas mal plu ces derniers jours… Néanmoins, cela reste assez sec par terre pour le moment.

J’ai opté pour un sac assez light avec 1,2L d’eau, quelques barres et une veste imperméable que je porte au départ.

Nous avons la bonne surprise d’entendre lors du briefing d’avant course que ce ne sera finalement pas la dernière édition, repreneur oblige, tant mieux ! Le départ est lancé sous l’œil attentif de Dawa Sherpa, parrain de la course.

 

C’est parti ! On fait tranquillement le tour du village avant de s’enfoncer dans la campagne… Assez vite nous rentrons dans le dur avec la première montée (800m D+). Je ne me mets pas dans le rouge, mais cherche néanmoins à courir le plus possible, sauf quand la pente est vraiment très raide.

Les courses du 36 et du 57 ont démarré ensemble donc nous sommes assez nombreux, mais les sentiers sont larges donc pas de bouchons… De plus, malgré la météo, les chemins ne sont pas trop boueux. Le parcours est agréable, essentiellement en sous-bois, voire en pleine forêt.

Les degrés chutent au fur et à mesure que l’on monte et je ne regrette pas d’avoir gardé ma veste quand on arrive au point haut de la course (1 200 m).

La descente est bien roulante dans sa première partie, toujours sur des sentiers bien larges et on peut apprécier les beaux paysages environnants. Le point d’orgue est bien sûr le passage aux ruines de la citadelle qui marque le début d’une descente beaucoup plus technique, mais très sympa ! Beaucoup de supporters sont présents sur le parcours et nous encouragent dans une ambiance très conviviale.

On arrive au ravito du 22ème en 2h50, ce qui n’est pas très rapide, alors que je pensais pourtant ne pas avoir traîné… Je ne m’attarde pas beaucoup, d’autant que je n’ai quasiment rien bu et pas mangé grand-chose (je suis toujours sous l’effet des viennoiseries toutes chaudes de la boulangerie de Desaignes).

Je pousse un peu sur les jambes car je me sens plutôt bien dans la deuxième grosse montée (500m D+), jusqu’à ce que ma tendinite au genou gauche se rappelle à mon bon souvenir vers le 25ème… Arghh… 2 ibuprofène plus tard, je ralentis un peu en attendant que la douleur diminue et au bout d’une petite demie heure, je me remets à gambader joyeusement ! La bifurcation avec le parcours du 36km se fait au 29ème km et je me retrouve assez vite seul. Le parcours a bien changé et c’est maintenant une petite succession de montées / descentes à flanc de collines. Le soleil a fait son apparition et je tombe la veste au ravito du 33ème km atteint en 4h20. Je reste quelques minutes pour manger un peu de saucisson et du fromage car mine de rien il est midi passé et c’est reparti…

Comme le genou a l’air de ne plus faire des siennes, j’accélère encore un peu, d’autant que cette partie est sûrement la moins technique du parcours… J’arrive donc tout surpris au ravito du 45ème en 5h35, où je prends le temps de bien m’alimenter et refaire le plein d’eau, car il reste une bonne montée (500m D+ sur 3km) et le soleil chauffe un peu plus… On attaque droit dans la pente, ça tire un peu sur les cuisses, mais je continue quand même de doubler… Certains coureurs semblent en grosse difficulté, je les encourage comme je peux… On débouche sur un plateau, qui nous permet de voir en face de nous le final de l’étape, à savoir une pente bien raide, tout droit dans les buissons et qui se termine par l’escalade d’une petite falaise…

Pfou pfou… on y arrive… c’est haut, mais c’est beau ! panorama à 360° ! Je ne m’attarde quand même pas trop, d’autant qu’il ne reste que de la descente !

Bon ça c’est ce que je croyais, finalement au bout de quelques centaines de mètres ça remonte un peu… grrr, heureusement c’est pas très long… ça y est la dernière descente commence : j’avance d’abord prudemment pour ne pas trop solliciter le genou, mais finalement, il m’a oublié… donc j’attaque plus franchement… Je rejoins plusieurs coureurs à un rythme assez soutenu et on ne se lâche plus jusque la fin ! Arrivée sous le soleil en 7h13 et une 105ème place sur 403.

Très belle course, parfaitement organisée, une ambiance très très chaleureuse sur la route avec beaucoup de supporters ! Un parcours varié avec des parties très techniques, mais d’autres plus roulantes dans des environnements également très différents.

Bref une course qui ne peut que plaire !

Je pense que je reviendrai me mettre une double dose de plaisir avec le 98km en 2015…

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !