Récit de la course : Le Roc d’Aluze 2018, par cyrille71

L'auteur : cyrille71

La course : Le Roc d’Aluze

Date : 31/10/2018

Lieu : Aluze (Saône-et-Loire)

Affichage : 126 vues

Distance : 17km

Matos : Inov-8 trail talon 200
Forerunner 920XT

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Mission Aluze

 

Cette histoire commence fin octobre, alors que je rentre tout juste d’une mission d’infiltration de 100km du côté de Millau pour démanteler un réseau d’ultra-traileurs se revendiquant de l’ordre des Templiers. Par une nuit sans lune une lettre ne comportant ni cachet ni adresse est glissée dans notre boite, sa provenance ne fait aucun doute. Je suis de nouveau contacté par les services secrets du ministère des sports :

“Bonjour agent PetitTraileurMaisCostaud (c’est mon identifiant en service commandé), nous avons appris de sources sûres qu’une secte de coureurs satanistes se réunissait à la nuit tombée sur les hauteurs du petit village bourguignon d’Aluze pour invoquer les dieux du trail à la lueur de leurs lampes frontales. Ils arpentent ensuite les chemins de la côte chalonnaise tels des âmes perdues, semant la terreur parmis les habitants. Votre mission, si vous l’acceptez, sera de les suivre dans leur pèlerinage annuel organisé le 31 octobre, pélerinage également baptisé Roc d’Aluze, afin d’identifier leur gourou et tenter de mettre fin à leurs agissements. Pour mener à bien votre mission vous serez épaulé de l’agent QuiMonteAuxMurs (alias Laure), une spécialiste de la chasse au coureur-traileur qui vient justement de mettre à l’amande bon nombre d’entre eux lors de la course de l’Izernight, autre rassemblement sataniste des pays de l’Ain. Vous comprendrez agent PetitTraileurMaisCostaud qu’il s’agit là d’une mission particulièrement délicate, nous soupçonnons en effet ces coureurs de faire preuve de sorcellerie et de concocter des breuvages maléfiques prompts à faire tourner la tête des plus rugueux traileurs des bois. Bonne chance !”. 

À peine ai-je lu ces quelques lignes que la missive disparut comme par enchantement, ne restait plus qu’un petit flyer m’enjoignant de m’inscrire, le début d’une nouvelle aventure aussi excitante que mystérieuse ! Scooby, fait chauffer la mystery machine !


Et c’est ainsi que je me suis retrouvé au départ de ce Roc d’Aluze mercredi dernier, incapable que je suis de refuser une mission pour la grande cause de la course à pieds. Je sais pourtant que la vitesse risque de me faire défaut sur ce pélerinage de 17km pour 500m de dénivelé. J’espère par contre pouvoir m’appuyer sur ma connaissance du terrain et l’entrainement trail que j’avais réalisé avant l’opération Templiers. Un entraînement qui m’avait emmené du côté du trail d’Alésia fin septembre où j’avais dû affronter un groupe de coureurs nostalgiques de l’empire romain et qui voulaient de nouveau conquérir l’oppidum de Vercingétorix ou bien encore du côté du trail des voies celtes fin août lors d’une mémorable chasse aux druides avec l’agent Remontada (alias Xavier). L’agent Remontada sera d’ailleurs présent aussi sur cette mission, mais sur le petit pèlerinage de 11km. Il pourrait être d’une aide précieuse après la course pour identifier les potions du ravitaillement d’arrivée.

Objectif pour moi, terminer dans les vingt premiers afin d’approcher et neutraliser les leaders de la secte. Les agents QuiMonteAuxMurs et Remontada doivent quant à eux finir sur le podium afin d’intercepter le gourou qui ne manquera pas de faire son apparition pour féliciter les coureurs de tête.


Le départ de la procession est annoncé pour 20h, je me présente donc discrètement au dernier moment pour ne pas éveiller les soupçons, de toute façon l’échauffement c’est pas marrant ! Et c’est en rejoignant l’agent QuiMonteAuxMurs que je constate alors avec horreur que les membres de cette secte satanique se sont transformés en loups garous, zombies et autres monstres de la nuit en ce mercredi 31 octobre ! Un rapide coup d’oeil dans le ciel, non, ce n’est pourtant pas la pleine lune...Décidément il se passe vraiment des choses très étranges par ici, d’ailleurs la carte du parcours est sans équivoque, le tracé suit les contours d’un loup aux aboies ! J’ai bien peur par contre que notre couverture ne soit éventée, aussi dès le signal du départ donné je décide de partir à un rythme très rapide pour tenter d’échapper aux traileurs possédés qui nous auraient démasqués. Premier kilomètre à près de quinze à l’heure, les suivants à peine moins vites, nous ne sommes pourtant pas sur route mais bien dans des chemins empierrés et rendus glissants par la météo plutôt humide de ces derniers jours. Heureusement malgré toutes les incantations des sorciers présents le brouillard ne nous enveloppe pas de son atmosphère cotonneuse et les faisceaux de nos lampes sont suffisants pour nous jouer des pièges qui parsèment le tracé.

Notre binôme fonctionne bien mais la tête de course nous échappe rapidement, enfin surtout à moi puisque l’agent QuiMonteAuxMurs est à ce moment première féminine. L’horrible transformation que ces coureurs ont subie ce soir a dû décupler leur force, je ne vois pas d’autre explication. Un premier single, raide et technique, se présente à nous après la traversée de Nanton. Il s’agit de conserver suffisamment de vitesse dans cette petite rigole creusée dans la terre et où les appuis sont malaisés afin d’arriver au sommet sans trop perdre de dynamisme et donc de temps. C’est dans cette première difficulté que je sens que l’agent QuiMonteAuxMurs n’y monte pas justement, la multiplication des missions commence sans doute à peser sur elle. Nous sommes à présent sur un premier plateau puis une descente technique nous emmène en fond de vallée avant une nouvelle bonne montée sur les hauteurs de Bouzeron. J’entame une filature dès l’attaque de cette montée en prenant la foulée d’un coureur. Notre vitesse d’ascension est bonne et arrivé sur un premier palier je m’aperçois que l’agent QuiMonteAuxMurs n’est plus derrière moi, j’espère alors qu’elle ne s’est pas faite rattraper par la horde de zombies à nos trousses...Après une courte hésitation je décide de continuer la filature qui doit me permettre de remonter vers l’avant de la course. Je me dis que les portions plus roulantes qui arrivent devraient lui permettre de faire parler sa foulée et de me rattraper.


La suite de la mission nous voit enchaîner les montées et les descentes au milieu des bois, le rythme ne faiblit pas, contrairement à mes craintes de début de course quand je me demandais alors si je serais capable aujourd’hui de tenir cette vitesse élevée. Vers le 12ème kilomètre nous commençons à rattraper les coureurs partis cinq minutes après nous pour le petit pèlerinage. Heureusement le différentiel de vitesse, bien que difficile à gérer, ne leur permet pas de m'agripper au passage, tout le monde sait en effet qu’une griffure ou une morsure de mort-vivant ne pardonne pas, alors comme pour l’instant j’ai encore l’air plus vivant que mort sur ce Roc d’Aluze autant le rester jusqu’à la fin.

Parlons en de la fin justement, mes efforts commencent à payer et je me retrouve à doubler quelques coureurs. Peut-être est-ce la fin également du maléfice, l’approche de l’arrivée rendant alors à ces traileurs en perdition leur véritable nature humaine. Peu m’importe, pour eux c’est le début de la fin et je les élimine sans coup férir alors qu’une dernière descente raide, boueuse et glissante semble nous emmener droit en enfer. Les chaussures s’alourdissent me donnant l’impression de traîner un loup garou à chaque pied, mais ce ne sont pas leurs hurlements que j’entends au loin mais bien la clameur qui s’échappe de l’aire d’arrivée, ou plus probablement de la zone de ravitaillement qui la côtoie. Un dernier effort pour remonter de l’enfer, un dernier coureur à doubler et je passe sous l’arche d’arrivée dans un chrono de 1h22min23s et à la 19ème place au scratch.


Mission accomplie, top20 intégré ! Deux minutes plus tard c’est au tour de l’Agent QuiMonteAuxMurs de franchir cette même arche en finissant deuxième féminime de ce Roc d’Aluze 2018. En regardant autour de moi je commence à réaliser que l'envoûtement est en train de s’estomper, je reconnais alors nombre de copains des tribus de Courir Moroges, de Montceau Triathlon et du Teamdhoublon, tribus tout à fait respectables dans le paysage local. Je retrouve également Delphine venue s’amuser entre deux matchs de NBA, faut dire qu’elle aussi commence à lorgner sur les podiums, encore une future chasseuse de coureur-traileur, il faut que je la présente à ma hiérarchie. J’ai de plus en plus l’impression que les sources sûres ne l’étaient pas tant que ça ! Et c’est accompagné de nombreux visages familiers que nous retrouvons l’agent Remontada qui fidèle à sa réputation aura su finir fort sa mission pour monter sur la première marche du podium sénior du petit pèlerinage. Il ne nous reste plus qu’à analyser les mixtures d’arrivées, j’identifie rapidement une soupe à l’oignons tandis que l’agent Remontada nous confirme la présence de vin chaud. Nos derniers doutes sont levés, cette secte de traileurs n’a rien de satanique, il va falloir que j’en réfère à mes supérieurs pour qui courir dans les chemins la nuit ne peut pas être la volonté de personnes saines d’esprit !


Le moment de la remise des prix arrive enfin. Les agents Remontada et QuiMonteAuxMurs montent sur le podium, cette dernière étant également accompagnée de Camille sur la troisième marche deux semaines à peine après sa très belle performance au marathon de Toulouse. En même temps, les services secrets  s’interrogent à son sujet, certains se demandent si...Bref, nous allons enfin pouvoir identifier le responsable de toute cette agitation alors que le speaker présente les lauréat du soir. Et c’est Arnaud qui s’avance pour mettre en lumière les vainqueurs de cette 4ème édition du Roc d’Aluze, une organisation qui illumine par sa sympathie et son originalité le paysage de fin d’année des courses hors stade. Le voilà donc ce gourou qui endoctrine chaque année de plus en plus de coureurs à venir découvrir les joies du trail nocturne dans son repère Aluzien, et aux mines réjouies de ceux-ci je crois que mon rapport préconisera d’abandonner les charges qui pèsent contre lui ! Il me semble même que les séances de spiritisme que certains l'accusent de mener dans les caves de son manoir n’auraient en fait pour but que de réchauffer les participants d’un soir à l’aide de quelques décoctions houblonnées. Un dernier point à vérifier !

Encore un mystère élucidé, dormez braves gens les coureurs veillent ! Je peux tranquillement reprendre le volant de ma mystery machine, d’autres missions m’attendent. Il paraîtrait que des coureurs tenteraient tous les ans de rallier Lyon depuis Saint-Etienne malgré le froid, la neige et le verglas. Paraîtrait même qu’ils feraient ça de nuit, sans doutes pour ne pas se faire repérer...L’agent PetitTraileurMaisCostaud mènera-t-il l’enquête ?

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.44 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !