Récit de la course : Cross Départemental de l'Ain 2020, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Cross Départemental de l'Ain

Date : 19/1/2020

Lieu : Bourg En Bresse (Ain)

Affichage : 109 vues

Distance : 8km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Aponévrose Quadricipitale

Aponévrose Quadricipitale

 

 

Quand j'ai appris que le championnat de cross de l'Ain se déroulait à bourg, j'ai tout de suite pensé aux deux dernières éditions à cet endroit.

L'une ensoleillée avec pleins de gens heureux


L'autre boueuse avec plein de gens heureux.


 

Un partout donc au niveau de la météo.

Et là deux à un pour le mauvais temps.

Il fait froid, trois degrés, mais le pire c'est le vent.

Le ressenti, comme ils disent, doit être de zéro.

Et pis moi j'adore le vent.

Hem hem.

 

Nous ne sommes pas beaucoup du club, contrairement à cette année là où il faisait beau.

Il y a Christophe, Nico, Thierry, Patrice, Guillaume et Fabien.

On est 4 masters donc une équipe et donc je vais marquer des points.

 

Les filles se préparent.

Elles courent juste avant nous.

Nous, c'est-à-dire tous les masculins d'Espoirs à Masters.

 

Elles sont parties et nous les encourageons au file des passages.

Il y a Pascale, Céline, Catherine et Alizée qui va gagner.

 

Un petit coucou aux autres qui se préparent, Cédric, Sylvain, Flo, Arnaud.

 

Après un échauffement, je taille à la caisse mettre mes pointes.

Punaise, qu'est ce que ça caille.

Quelques lignes droites et on s'entasse tous derrière la ligne à la craie près du terrain de foot.

Il y a Rolland, Georges, Bernard, tous les anciens quoi, toujours les mêmes.

Il y a aussi Patrick de Balan.

 

 

C'est parti. Le peloton s'étire très rapidement.

Cela part très rapidement.

Je suis très rapidement largué.

 

Nous rentrons dans le bois.

C'est la descente et la vive remontée.

Le retour sur le stade pour la moyenne boucle est effectuée encore de bonne allure et dans le rythme.

 

Première des quatre grandes boucles.

Le petit bois.

La petite descente.

La petite montée.

 

Nous taillons vers le rugby et attaquons le retour face au vent.

Lionel est bénévole. Il m'encourage.

 

Derrière moi il y Georges le local, et il est bien encouragé par les spectateurs emmitouflés.

J'ai bien fait de garder mes gants car quand on a froid aux mains, on a froid partout.

 

Georges me passe au deuxième tour.

Je m'accroche encore.

Derrière il a Rolland au loin et quelques gars encore.

Les premiers nous doublent. Ils en bavent également.

Rolland et Yves de Balan me passent aussi avant la fin du 2ème.

 

Le vent est vraiment gênant et c'est un concours de grimaces quand on l'a dans la tronche.

Je relance après la butte près de l'arrivée.

 

Je suis avec les deux gars pour ne pas perdre le fil.

A cause du vent, nous restons en file.

 

Je rentre instinctivement la tête pour être plus bas.

Quelle dégaine.


J'accélère à l'entame du troisième tour pour le fun.

Je redeviens vite le chasseur ou plutôt le poursuiveur désespéré.

 

A la fin du trois, j'ai perdu la foi.

Il y a au moins 50 mètres d'écart.

Il n'y a que le gars d'Ain Est Athlé derrière, Pascal.

 

Un gars qui a fini récupère.

Je blague avec lui en disant que je vais les manger ces deux là devant.

Ah ah ah.

 

Dernière des quatre grandes boucles.

Le bois est plus grand.

La descente est plus grande.

La petite montée est plus grande.

 

Nous sommes là bas tout au loin.

Je suis là bas tout tout loin.

 

Le vent dans la tronche, le demi-tour à droite puis à gauche, la butte.

C'est la dernière droite dans le vent avant l'arrivée.

Je donne tout mais ils sont loin.

 Photos 01 Pulsion Pont de Vaux

Finalement je rentre sur eux juste avant le virage à droite du final.

J'accélère un grand coup et passe Yves.

Je remets une couche et double Rolland avant la ligne.

Quel sprint, digne d'Usan Bolt comme me le dit Nicolas l'orga.

 

Nous sommes tous morts et rincés par ce combat plus contre les conditions météo que contre nos adversaires d'un jour.

 

Heureux quand même d'avoir été là, d'avoir été de la partie, de toujours croire en ces valeurs que sont les épreuves de cross, simples, humaines, physiques.

 

Malheureusement, j'ai dû trop tirer sur la ficelle car quelques jours plus tard, lors de mon premier footing de reprise, hormis la récup du lendemain, je me suis blessé au quadriceps.

Aponévrose quadricipitale au beefsteak droit.

Adieu régional de Valence et toutes les compéts suivantes.

 

Au repos, le Gibus.

T'as fait le barbot Gibus.

T'es plus tout jeune Gibus.

Bientôt tu finiras au rebut tel un détritus.

 

 

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !