Récit de la course : Trail de Brocéliande - 32 km 2009, par loup.arverne

L'auteur : loup.arverne

La course : Trail de Brocéliande - 32 km

Date : 6/9/2009

Lieu : Iffendic (Ille-et-Vilaine)

Affichage : 1150 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Trail des Légendes de Brocéliande 32 km pour 776m D+

06/09/09 : Trail de Brocéliande (35), 32 km pour un dénivelé positif de 776m ; 8° au scratch et 3° senior.

Nous voici une semaine après le trail du Marquis, où j'ai éprouvé de réelles difficultés à effectuer les 5 derniers km. Ici je sais que la distance sera exacte, ce qui me permettra de voir si j'ai progressé en terme de distance depuis ma "simili-pause" du mois d'août. Cela une sensation étrange de venir à Trémelin pour faire un trail, alors que c'est ici que je suis venu m'entraîner si souvent avec ma compagne, Nathalie Huet. Il faut dire que nous connaissons par coeur 2 zones en particulier : le tour du lac de Trémelin ainsi que le site de la Chambre au Loup. Par conséquent, il hors de question de me perdre cette année comme je l'avais fait l'an dernier. A peine arrivé sur le site, je croise Elie Pinson dans la file d'inscription, puis ses deux autres compères de Pont-Réan, Olivier Guillemain et Christophe Cohan, avec qui j'ai déjà partagé quelques expériences douloureuses, telles que Plaintel, Moncontour, Guerlédan, etc. En m'échauffant je salue également Denis Caillibot qui est venu pour gagner, à n'en pas douter. Je reconnais également le speaker qui n'est autre qu'André Delacroix, qui partage deux de mes passions : la course à pied et le Cantal ( le département, pas le fromage même si celui-ci est excellent). Puis alors que j'attends le départ, c'est Patrice Ballard qui vient échanger quelques mots. Il faut dire que l'on ne s'étaient plus croisés depuis Moncontour. Bénéficiant d'un superbe soleil, nous nous élançons pour un premier tour du lac de Trémelin. Denis Caillibot prend d'emblée les commandes en imposant un train assez rapide mais suffisamment souple pour qu'un petit peloton d'une dizaine de coureurs puisse le suivre dans cette première boucle. Mais dès que nous entamons la première portion  technique, Denis accélère, entraînant à sa suite seulement 2 coureurs qui parviennent tant bien que mal à ne pas se laisser trop distancer : il s'agit de Hugues Louise et Didier Legeay. Pour ma part, sentant la différence d'allure, je lève un peu le pied afin de ne pas me mettre dans le rouge prématurément. Je me retrouve donc dans la première portion montante avec 2 coureurs de l'US Saint-Gilles, Gaëtan Ballard et Philippe Tomat, qui au vu de leur gestion de course, sont plutôt des adeptes des courses sur route. Au premier ravitaillement nous voici à 4, Olivier Guillemain nous ayant rejoint. Dans la partie qui nous ramène vers le lac, Philippe Tomat et Olivier Guillemain, prennent une petite avance sur Gaëtan Ballard et moi-même, qui préférons gérer un peu notre effort. Au fil des kilomètres je m'aperçois que Gaëtan relâche de plus en plus son rythme alors que je suis encore bien. Je décide alors de le doubler dans la portion en faux-plat qui nous amènera vers la route départementale, puis la Chambre au Loup. Je parcours donc 7 ou 8 km seul avant de ma faire rattraper juste avant la partie la plus éprouvante, la Chambre au Loup. Là un groupe de 3 coureurs me dépasse ; on y retrouve Loïc Coantin, Pierre-Yves Parmentier et Roland Guillet. Je les laisse passer, sachant ce qui nous attend derrière. Juste avant d'aborder la partie "escalade du parcours", je rejoins Philippe Tomat, qui ayant mal présumé de la difficulté du parcours, est en grande difficulté. Je le dépasse logiquement dans l'ascension du passage rocheux, avant de faire honneur au ravitaillement se trouvant au sommet, en prenant un petit verre de bière offert généreusement par les bénévoles. Me retournant je sens que mon compagngon n'a plus la ressource pour revenir sur moi. Mais reste à savoir quel est l'état de fraîcheur de la grosse centaine de coureurs qui sont à mes trousses. Le test arrive très vite sous la forme du passage dit "du moto-cross". Heureusement j'ai un avantage sur certains de mes poursuivants : j'en ai gardé sous le pied, sachant la difficulté de cette portion de la course. En effet ici ce sont de véritables murs qu'il faut escalader, alors que l'on vient de laisser pas mal de forces dans la Chambre au Loup. J'entame donc au train ce passage tant redouté et qui laissera un douloureux souvenir à beaucoup, me retournant très souvent pour vérifier si des coureurs apparaissent derrière moi. Mais fort heureusement les premiers poursuivants pointent le bout de leurs baskets alors que j'en finis avec le "moto-cross". Je sais qu'il sera par conséquent très difficile pour eux de me rattraper puisque à vue de nez, environ 1 km nous sépare. Je me prépare donc à entamer le passage dans le ruisseau, où j'avais de l'eau jusqu'à la taille l'an dernier. Et là stupeur : j'aperçois Philippe Tomat juste devant moi. En fait, ayant perdu beaucoup de lucidité, il venait de traverser le "moto-cross" par le haut, s'économisant par là un effort colossal et une distance d'au moins 500 m. Arrivant à sa hauteur, je lui lançai : "T'as pris un sacré raccourci là !!!" Mais à son ton, j'ai bien vite constaté qu'il l'avait fait sans même s'en apercevoir. Je le dépassai donc à nouveau, m'efforçant de conserver un bon train dans ces derniers kilomètres, qui semblent toujours interminables, car on entend le speaker de loin, mais en fait on tourne un peu autour du site de Trémelin avant de repiquer vers la ligne d'arrivée.
Me retournant une dernière fois, je ne vois personne derrière moi et me permets tout de même de finir sur une bonne allure et sous les encouragements des spectateurs.

Cette année, j'avoue qu'il fallait faire très fort pour se tromper sur le parcours. Le balisage, pour moi, était vraiment remarquable et je parle en connaissance de cause puisque lors de la précédente édition je m'étais perdu en arrivant dans la Chambre au Loup, alors que j'étais en tête. La superbe météo a, en outre, rendu le parcours très agréable et a permis à tous les participants ne connaissants pas les lieux, d'apprécier la beauté du parcours très varié et proposant des parties très techniques. J'essaie de rester objectif mais il est vrai qu'en sachant que je vais venir rejoindre dans quelques temps le groupe de l'EAPB (juste à remplir les papiers), je ne peux m'empêcher de souligner le sérieux de l'organisation de cette course et la sympathie des bénévoles et encadrants.
Pour finir je dirai que le coureur de trail breton qui n'est pas encore venu participer à cette course ne sait pas à côté de quoi il passe. A mon sens c'est un parcours  incontournable, qui mérite de figurer parmi les plus belles épreuves de la région.


Classement hommes 32 km : 1° Denis Caillibot
                                                        2° Didier Legeay
                                                        3° Hugues Louise

Classement femmes 32 km : 1° Madeleine Masson
                                                       2° Chantal Chevillard
                                                       3° Karine Ermel

Classement hommes 16 km : 1° Charles Delys
                                                        2° Patrick Duton
                                                        3° Sébastien Louvel

Classement femmes 16 km : 1° Odile Ferré
                                                       2° Anne-Laure Decker
                                                       3° Nathalie Huet

 

Loup.arverne

http://www.course-nature.com

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !