Récit de la course : Le Tour de la Grande Casse - 62 km 2011, par Runner des Terres Froides

L'auteur : Runner des Terres Froides

La course : Le Tour de la Grande Casse - 62 km

Date : 21/8/2011

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 606 vues

Distance : 63km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le TGC : le Trail des Grosses Crampes !!

Réveil 4h ce dimanche 21 août, le temps d'avaler un Sport Dej et me voilà sur la route pour rallier Pralognan depuis mon lieu de vacances (Montchavin-les Coches) soit 1 bonne heure de route..

La météo s'annonce très bonne avec de grosses chaleurs, arrivée Pralo 5h, le temps de trouver le parking du bouquetin qui n'est pas payant et me voilà sur la place comme pas mal de trailer, prêt à en découdre avec le parcours mais surtout avec moi-même... je n'ai jamais couru autant de kilomètres et avec autant de dénivellé !

Bon, il faut que ça tombe sur moi, revue complète des équipements obligatoires, il me faut tout déballer de mon camelback afin de rassurer les organisateurs, ouf rien oublié, OK pour partir !

Départ à 6h05, le jour n'est pas tout à fait levé mais bon, je suis les premiers, il fait déjà doux, je me dis que cet après midi, les organismes vont souffrir...je ne pensais pas que le mien souffrirait autant !!

Col de Leschaud en 1h15, tout est OK, descente sur Champagny via 1° ravito puis 2° ravito avant d'attaquer le 2° col, celui du Palet :

Tout va bien, je pointe en 11° position et plutôt très surpris de me retrouver si bien placé ! Je bois 2 verres de coca, mange du gateau énergétique et en avant pour le col du Palet, TRES TRES long !!! Interminable même alors lorsque l'on arrive au sommet et que l'on aperçoit Tignes tout en bas et le 3° ravito, je fonce...Le temps de traverser au milieu d'un troupeau de moutons (grandiose) et me voilà avec un autre trailer à Val Claret (36° km): du coca, du gateau et c'est reparti ! Toujours 11° mais cette fois ci avec 2 autres trailers quasiment jusqu'au 3° col, le col de la Leysse.

Les mollets commencent à me chatouiller malgré mes boosters, la chaleur me fait souffrir de plus en plus et la descente de ce col commence à être un chemin de croix : j'ai de plus en plus de mal à courrir sans avoir des amorces de crampes, il me reste un col et 15 bornes !!!

Le col de la Vanoise sera terrible, en plein "cagnard" je me traine lamentablement en essayant de faire passer les crampes qui surgissent maintenant dans les mollets, les ischios, les quadriceps, et même sur des muscles encore jamais impactés par des crampes : sur le coté de chaque tibia !! Je bois (pas assez !) je n'arrive plus à avaler quoi que ce soit, j'essaie un figue sèche qui a failli ressortir aussi sec mais bon elle est passée!

Je commence à penser que je ne finirai pas par le monter ce foutu col, et ce n'est pas un superbe bouquetin perché sur un rocher juste au dessus de ma tête qui me redonnera le moral...(même si c'était comme sur une carte postale, magnifique!!) trop occupé à mettre un pied devant l'autre sans déclencher une énième crampe.

Les touristes que je croise m'encouragent, je n'avance plus et puis mon sauveur arrive , un promeneur qui arrive à mon niveau, je pense d'abord que c'est un trailer et puis non, pas de dossard, il fait le parcours depuis Champagny "comme toutes les années" et comme toutes les années, il épaule un trailer en difficulté et bien cette année, il m'a choisi et il a drôlement bien fait ! Il me dit de m'accrocher, m'indique les difficultés restantes jusqu'au refuge, m'encourage, me raconte sa vie de retraité, il est hyper sportif et passionné de montagne...

Cela me remonte le moral de parler avec lui, les crampes s'attenuent, j'arrive à le suivre mais plus question de courir, j'en suis bien incapable maintenant ! je marche donc du bas du col jusqu'au refuge de la Vanoise, la bauté des montagnes me remonte le moral, la Grande Casse est très belle de ce coté, je devais faire son ascension l'année dernière...ce n'est que partie remise !

Arrivée au refuge, dernier ravito, je prends bien le temps de récupérer car il va falloir decendre 1100 m et surtout se remettre à courir, je veux absolument être en moins de 10h !

Mon compagnon s'arrête ici et comme il ne court pas, je le quitte non sans l'avoir vivement remercié. Je me fais désormais doubler par 1,2,3... trailers qui étaient pourtant si loin derrière (rien ne sert de courir,...la fable n'a jamais été aussi vraie!)

La descente sur Pralo sera ponctuée par des arrêts "stop crampes-étirements" fréquents, je n'en peux plus, encore 500,400,300 m de dénivellé jusqu'à l'arrivée, je ma fais encore doubler par un concurrent 400 m  avant l'arrivée mais l'essentiel pour moi est depuis très longtemps non plus la place mais la fin et si possible en moins de 10 h...

La voilà cette ligne d'arrivée, retrouver le goudron (et au bout la ligne d'arrivée) est un bonheur total mais alors qu'il me reste 50m à parcourir, toutes les crampes ressurgissent et me comtraignent à finir en marchant ...sur les talons ! 

Je suis récupéré par 2 secouristes qui m'emmènent vers l'infirmerie, j'y resterait une bonne 1/2 heure  ...  9h51, moins de 10h comme je l'avais envisagé (entre 9 et 10h en fait) mais je n'avais pas prévu les crampes !  17° scratch et 6° VH, presque anecdotique   même si j'aurais signé au départ pour ce classement !

Ma préparation a sans doute été trop "light" avec seulement une grosse sortie montagne et quelques autres mais sans aucune mesure avec ce qui m'attendait ici...Bon, je suis sans doute parti aussi un peu vite au regard de ce manque de préparation spécifique et puis la chaleur a également fait des ravages sur mon organisme (pas seulement sur le mien d'ailleurs !)

Promis l'année prochaine, le TGV avec beaucoup plus de "caisse" même s'il est moins cassant que le TGC...quand on aime...on y revient ! C'est pas du masochisme ça ??

Runner des Terres Froides

 PS : désolé, pas de photo, pas de place pour un appareil dans mon sac même si je regrette de ne pas voir pris le bouquetin avec mon portable!...Mais vu l'état physique et psychologique dans lequel je me trouvais à ce moment là, vous me pardonnerez !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !