Récit de la course : Le Tour de la Grande Casse - 65 km 2013, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Le Tour de la Grande Casse - 65 km

Date : 18/8/2013

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 1060 vues

Distance : 65km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Cinq heures du mat, j'ai des frissons.

Cinq heures du mat, j'ai des frissons.


Me voila de retour à Pralo.

Un an que j’attendais cela : me venger de l’année passée où j’avais posé les trails à Tignes, arrêté par la barrière horaire et par la canicule.

 

Le briefing toujours aussi sympa a lieu en plein cœur du village.




Le repas du soir se déroule pour moi, à l’Igésa avec Fred et sa famille.

Fred à l'ostéo









Réveil de bon heure le lendemain car le départ est avancé à 5 heures.

Les barrières horaires ont aussi évoluées pour permettre à un maximum de coureurs de ralier l’arrivée.

 

Je retrouve Fred dans le sas de départ.


Pascal de Photogone est là pas réveillé pour nous tirer le portrait.

Il fait 7° et j’ai mis des manchons bien utiles.

 

Ca y est c’est parti.

Nous n’empruntons pas tout à fait le même chemin que l’an dernier.

Nous allumons les frontales et rentrons dans ce kilomètre vertical en apéro.

Le col de Leschaux nous attend là haut, 5 bornes et 1155 mètres de D+.

 

J’ai de suite mal au dos qui m’oblige à m’arrêter plusieurs fois.

« Allez, dans 5’ c’est le col ! » me dit un gars.

Je repars et bascule sans m’arrêter dans la terrible descente.

1h39’, une minute de moins qu’en 2012 et dans le noir svp.

 

Je suis avec plusieurs gars dont un qui balance drôlement ses bâtons à l’arrière.

Après une remontée à travers les cairns, nous taillons pour de bons vers le 1° ravito.

 

Pascal nous attend. Je manque de me rétamer avec une super glissade.

Kms 12, 2h49’, pratiquement pareil que l’année passée -11 minutes.

C’est short les barrières, me dit un voisin. Un demi heure a été rajouté cette année ici mais il y a pas mal de coureurs derrière.

Je rempli sans faire gaffe, mon camel d’eau gazeuse. Merde alors.

Mais finalement cela va s’avérer très bon avec le sel, une fois que l’on a enlever un peu de gaz..

Les pointeurs sont les mêmes qu’en 2012 (les pas sympas) mais restent tranquilles dans leurs remarques.

C’est à quelle heure la messe ici ? demande un joyeux luron. Rires.

 

Je continue toujours sans les bâtons bien rangés et sans prendre de photos comme promis à Fred, Titi et pleins d’autres.

 

La dure montée qui suit est bien avalée. Aurais-je la patate.

 

En bas cela est superbe avec le cours d’eau et les cascades aux alentours.

La piste de ski de fond est un peu longue à mon souvenir pour rallier le 2° ravito, mais en trottinant je double pas mal de gars Je perds du temps quand même..

Je tchatche avec mon compagnon de route. Sympa. Je le retrouverai plus tard à Tignes où il arrêtera.

Le gars en jaune de devant a enlevé son tee shirt et regarde le torrent.

Que c’est beau ici dis-je à une fille à côté. Elle approuve.

Le bruit de l’eau est fort.

 

Le Laisonnay.

9h31’. 21,5 kms. Je suis toujours en avance.

Cette 2° barrière horaire a, elle, été prolongée de ¾ d’heure, cool.

Je retrouve un bénévole qui faisait le serre file la précédente édition.

 

Je retire mes manchons et sors ma casquette saharienne. Je mets également en route mon gps qui n’aurai pas tenu depuis le départ.

Je transfère mes barres dans les poches latérales.

J’ai bu tous les 15 minutes et manger toutes les heures.

 

C’est reparti pour la partie la plus dure.

Le col du Palet est bien loin encore.

 Je coupe cette fois ci les virages.

Je suis avec un gars de Chamonix. Nous parlons de l’Utmb.

Nous croisons l’organisateur qui nous met au courant du refuge pour faire le plein d’eau à 20 minutes.

Nous l’atteignons en 37’.

Un coup d’eau dans les casquette et attaquons la dure montée du début du col.

 

C’est ensuite un long faux plat sur lequel nous ne savons pas si il faut marcher ou courir.

On se bouche le nez au passage de marre de décantation avec sûrement du fumier dedans.

Mon dieu quelle horreur. Je respire par la bouche en me pinçant le nez.

 

Nous entendons les marmottes qui sifflent.

Plus loin nous traversons un pré à vaches.

 

Le col du Palet est là bas au loin.

Ca y est nous y sommes.

Un petit replat avant de basculer dans la descente. Elle fait du bien aux pattes.

 

Par contre le final, avant Val Claret, n’est pas top. Nous avons du mal de courir.

 

Je suis à Tignes avant la barrière horaire. Cela fait un an que je pensais à ça.

Mais j’ai eu chaud. Celle-ci a une heure de plus qu’avant. Heureusement car je passais pas, encore, pour une minute.

13h01’, cela fait deux heures que Fred est passé me dit sa compagne. Quelle bombe.

Il y a quelques abandons dont un gars avec qui j’avais parlé la veille aux dossards.

 

Je fais le plein et sors enfin mon appareil photos comme prévu.






Je quitte Michel, Sylvie et son mari, bénévoles pour l’occasion.

 

Je taille dans la montée en suivant un gars. A gauche je vois d’autres coureurs.

Eh, c’est pas par là. Nous coupons pour rattraper l’itinéraire.

 

A gauche, il y a une compét de vtt de descente : ça taille.

Cela monte moins maintenant. Des promeneurs nous accompagnent.

Nous passons sur une plaque de neige, super.

 







Col De la Leisse. Kms 32~ 14h43. 2758 m d’altitude, le sommet de la course.










La suite est merveilleuse. Un spectacle grandiose. Quel pied. Des montagnes partout, des petits lacs, des petits chemins, un petit cerveau, une petite faim, une petite photo, une petite fatigue, des moutons partout, un patou surveillant le tout.

 





J’arrive au ravito du refuge de la Leisse 15h28.






Un gars abandonne. Sa compagne repars quand même.

Il sera rapatrié en hélico des gendarmes.

 

Cela repart toujours aussi joliment.


Des plaques de neige gisent ici et là érodées par l’eau, formant des tunnels.

Le sentier dans la caillasse est sauvage.



Je laisse passer deux personnes qui vont plus vite.

Elles ne me passent pas. Ceux sont les serres file.

 

Ca me rappelle 2012.

Ah non pas encore ça.

Quoique, il n’y a plus de barrières horaires maintenant. Il ne reste plus qu’à rallier l’arrivée dans les temps pour être classé.

 

Je cours et passe les deux gars de devant.

J’ai un type en rouge en point de mire encore devant.

Cela fait du bien de délier les jambes.

 

J’arrive au pont Croix vie.

Le bénévole me distrait et je tape un caillou, m’étalant de tout mon long (1 mètre 93).

Sans gravité heureusement, mais cela me calme.

C’est vrai que je n’étais pas encore tombé depuis le départ.

Je saigne un peu du lobe de l’oreille.

 

Je passe le pont et entame la soi disante dure montée du col de la vanoise.

C’est vrai quelle est balaise mais je la prends assez bien et finalement la monte aisément.

Je rattrape le gars en rouge et le passe.

Devant il y en a encore un autre en rouge.

Je le rattrape juste quand il se trompe et taille à gauche.

Non, regarde les panneaux. C’est par là le col, à droite.

 



Je chasse de mon chemin quelques visiteurs à quatre pattes.




Le passage dans la neige est dangereux car en dévers. Si on se rate on part dans le ravin.

Je garde bien mes trails dans les traces et plante mes mains dans la neige.

Brou, elle est fraîche

 

La suite est carrément lunaire.

Des ardoises, de l’eau.

 

Au loin, mon prédécesseur m’ouvre la route. Je n’arrive pas à le rattraper cette fois, ma forme est moindre pas mon envie.

 

Je suis bien, tout va bien. Je matérialise l’arrivée dans ma tête. Je vais finir cette fois.

 

Le vent se lève en même temps que le temps se gâte.

Je m’arrête pour mettre mon coupe vent.

Il fait froid et on prend la pluie dans la tronche.

Je mets des gants que j’avais pris pour le matin.

Faut en vouloir pour bien continuer.

Ma casquette, au vent me fait retourner pensant qu’il y a quelqu’un derrière.

Je ne prends plus de photos.

 

Les longues lignes droites nous amènent au refuge de la vanoise.

2515 m d’altitude.

Des gentils bénévoles nous attendent sous la pluie.

Le sucre et les pattes de fruits sont trempés mais tans pis.

 

On se fait biper juste après : 18h19.

Les serres file arrivent. Ils ont laissés les derniers seuls à leur sort.

Fred m’appelle.

« T’es où ? »

Je passe le col de la Vanoise.

Ok fait gaffe en descendant, ça glisse. Rendez vous dans une heure et demi à peu près.

Tchao.

 

La vue du lac aux vaches me redonne encore plus d’ailes.

Je le passe en volant sur les grandes dales de rocher.


Pascal, le photographe n’est plus là. Cela ne sert à rien car on voit queue dale.

Je me retourne, on ne voit qu’à peine la glacier de la grande motte.

 

La suite est pénible car blindée de cailloux.

On ne peut courir qu’à 5 kilo de la fin à peu près.

 

Je laisse les deux gars en rouge qui m’ont rejoint après le ravito.

La descente est dure pour les quadri

 

Le final est proche.

Un escalier avec de grandes marches en bois fini de broyer mes quilles.

 

Prolognan. Pleins de gens m’applaudissent.

L’arche d’arrivée est là.

Ca y est, je termine le TGC. Je suis finisher.


Fred est là avec Michèle et Sylvie. Pascal immortalise le fait.

Qu’est ce que je suis heureux.

Je reste longtemps à plaisanter avec l’orga sur la ligne, félicitant mes compagnons enfin arrivés dans les temps eux aussi.

1h19 depuis le col, cool.

14h38 au total, dingue.

Fred a mis 10h30, affreux.

 

Je suis cuit mais tellement euphorique.

Je n’ai plus froid mais mon kway me colle les bras.

Je me ravitaille avec Pascal.

 

Je laisse Fred et sa famille et quitte avec regret  ce lieu d’arrivée, de terminaison, de finalité, d’aboutissement d’une journée très très longue.

14 commentaires

Commentaire de zwiling posté le 28-08-2013 à 22:46:45

Bravo !!
J'y étais aussi (je finis en 12h20) et c'était vraiment une belle course, super dur, super belle.
Merci pour les photos car je n'en ai pas pris et grace aux tiennes, j'ai revécu ma course.

Bonne récup

Commentaire de Gibus posté le 29-08-2013 à 09:12:49

Salut zwiling.
Oui très belle course.
Dommage pour la météo a la fin.
J'espère que tu as récupéré des quadri avec ces terribles descentes.
A bientôt.

Commentaire de tortue01 posté le 28-08-2013 à 23:15:24

Bravo Gibus..;enfin tu l'as eu ta revanche...Bravo !!

Waouah super belle course dans ce magnifique coin de montagne... (j'ai passé mes vacances cet été en Vanoise!!)..repose toi et pret pour de nouvelles aventures?? moi je prepare mon 1er marathon: celui du Beaujolais!!!

Commentaire de Gibus posté le 29-08-2013 à 09:21:53

Merci Christine. Je suis toujours sur mon nuage. Je l'ai fait.
Pralo est vraiment un bel endroit.
Je serai sur le semi au beaujolais avec mon club.
a+

Commentaire de photogone posté le 29-08-2013 à 08:36:09

Slt Gibus
Ben alors tu sais pas lire mon Gibus
pour info le fichier,pour les blogs est a 5€ .
Bonne journée

Commentaire de Gibus posté le 29-08-2013 à 09:23:29

J'commencerai plus Pascal.
Ma commande est partie.

rdv aux grangeons.

Commentaire de lulu posté le 30-08-2013 à 09:11:45

Ah je l'attendais ce récit !!
Encore de superbes photos même si au début, j'ai eu peur que tu ne le sortes pas du sac !?
Bravo pour ta course ! Tu n'auras pas besoin d'y retourner une 3ème fois....A+

Commentaire de Gibus posté le 30-08-2013 à 09:18:46

Merci Lulu. J'y retournerai surement une 3° fois car c'est vraiment de très belles montagnes. J'y reviendrai pour l'autre trail : le TGV. rdv à la ronde.

Commentaire de Jean-Phi posté le 30-08-2013 à 11:25:18

Bravo ! Beau récit et belles photos ! Le tout donne très très envie de découvrir ce trail qui semble êtr très costaud. Bonne récup !

Commentaire de Gibus posté le 30-08-2013 à 19:08:23

Merci jean phi
récup : 1° semaine qques footing
2° semaine pareil un peu plus long + jeudi balisage ronde des grangeons à Ambérieu (fractionné).
dimanche trail du ramequin : 29 kil 1100 D+

a+

Commentaire de nono's coach posté le 31-08-2013 à 15:20:18

Merci beaucoup pour ton récit et pour tes photos!!!
Grace à toi j'ai pu voir les merveilleux endroits par où nous sommes passés (j'avais toujours les yeux rivés sur mes sales salomons)
Tu as été très courageux de revenir et tu termines en bonne santé vini vidi vici
bonne récup et peut-être au TGV 2014
Fabien

Commentaire de Gibus posté le 18-09-2013 à 14:14:04

Merci. Je suis tjs sur mon nuage d'être reviendu et d'avoir vaincu ce tour de glacier. a+ au tgv

Commentaire de Arclusaz posté le 02-09-2013 à 23:47:53

Bravo Gilbert ! Ton bonheur fait plaisir a lire et tu as raison d'être fier...

cette course est vraiment splendide... même si je n'en connais que la moitié (j'ai participé à la Sauvage en 2011 soit Tignes-Pralognan). Le Vallon de la Leisse est un des plus beaux endroits où j'ai couru...

Commentaire de Gibus posté le 18-09-2013 à 14:15:23

Tu as raison la vallée de la Leisse est un régal pour les yeux. La prochaine fois il faudrait que j'y cours un peu au lieu de flâner à regarder autour de moi... a+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !