Récit de la course : Le Trophée Picard 2003, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Le Trophée Picard

Date : 23/3/2003

Lieu : Peronne (Somme)

Affichage : 464 vues

Distance : 110km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Le Trophée Picard

Introduction

Le Trophée Picard est un raid multi-sports, par équipe de 2 et entièrement en orientation organisé par l'équipe des Cols Verts Raid Aventure. On y retrouve les épreuves traditionnelles à savoir la CO, le VTT et le canoë. Un rappel est aussi proposé hors chronomètre. Le tout va couvrir une distance d’environ 110 km.

Comme il se déroule pas très loin de Paris, et qu’il bénéficie d’une bonne image, il n’en a pas fallu beaucoup plus pour que je me décide d’y aller accompagné de mon équipier habituel, j’ai nommé le Bourrin.

Le fait que toute l’épreuve se déroule en orientation est normalement un atout pour nous, car cela nous permet de compenser par la technique notre déficit d’un point de vue performances physiques. En gros plus c’est technique, plus on aime…

Malheureusement, à l’exception du tronçon canoë orientation qui était vraiment super, le reste du parcours est roulant de chez roulant et surtout destiné aux équipes de triathlètes plutôt qu’aux raiders ! Comme dirait le Bourrin, " Parcours spécial canassons à grosses pattes : à donf à donf... " dommage.

De plus, on avait pas saisi que le classement se faisait sur le nombre de balises ramenées et que le temps final était secondaire. Nous on est parti comme d’hab’ en se disant que les balises non pointées allaient ajouter des minutes de pénalité, mais non… il est clair que si on l’avait su, notre technique de pointage aurait certainement été modifiée.

Au final, on a quand même passé une bonne journée, on s’est bien amusé (surtout à voir le Bourrin faire sa descente en rappel). Une initiative intéressante de la part des organisateurs, une partie des droits d’inscriptions étaient reversés à une association afin de financer le dressage de chiens d’aveugles.

Le CR de la course

Avant la course …

Il est pas loin de 4h30 du mat’ lorsque je retrouve le Bourrin à la barrière de péage de l’autoroute A1. Après les salutations d’usage, nous partons en direction de Peronne, là où doit se dérouler le Trophée Picard.

Dans l’Endurance Book, ils indiquaient : " A la pointe du jour, les équipes s’envoleront dans la vallée de la Somme à travers les marais et les forêts picardes chers aux Cols Verts "

Si vous ajoutez à cela un parcours situé entre 85 et 110 km pour le parcours extrême (45 à 55 pour le circuit découverte) avec CAP, VTT et Canoë, tout cela en orientation, vous comprendrez qu’il ne nous en a pas fallu beaucoup plus pour nous lancer dans l’aventure…

5h30. Nous arrivons à Peronne. Le départ est prévu à 7h00, mais on doit encore récupérer les dossards, préparer le matériel, aller au briefing… bref on est juste bien dans les temps.

Pour nous, l’objectif est simplement d’aller au bout, nous amuser et être classés . D’expérience, on table entre 12 et 15h pour les 110km (hypothèse haute) … Pour le reste on gérera comme d’habitude.

Vers 6h00 on récupère les dossards. On a le droit au dossard n° 20. Ca fait bien, car les organisateurs on indiqué que les dossards 1 à 20 étaient réservés pour les 20 premiers de l’an dernier… Alors, tout au long du parcours on va s’amuser à faire douter les bonnes équipes ;-))

On nous remet uniquement 3 documents pour le départ :

  • Un descriptif de l’épreuve
  • Une feuille comportant les définitions des balises pour la première CAP
  • Un road book pour le premier tronçon de VTT.

Présentation de l'enchainement des épreuves

On découvre alors le parcours. Cette année ils donnent :

  • 2,5km de CO
  • 19 km de VTT
  • 3 km de CO
  • 12 km de canoë
  • 4,5 km de Course à pieds
  • 19 km de CO

Là première surprise… il y a un fusible horaire placé à 15h00 ! ! ! il va falloir qu’on fasse attention. Ensuite on repart pour

  • 21 km de VTT
  • 15 km de run’n’bike en orientation

Second fusible horaire situé à 16h15, puis c’est reparti pour

  • 12 km de VTT
  • 2 km pour rejoindre l’arrivée

Si je compte bien, ça nous fait un total de 110 km… si on ne se perd pas ! ! !

Par contre, les fusibles horaires vont nous réduire considérablement le temps estimé de l’épreuve.

Le second fusible est placé à 16h15. Ensuite il ne reste que 13km de VTT… Donc quoi qu’il arrive, on ne terminera probablement pas après 17h. Le départ étant à 7h, notre temps de course maximum sera de 10h… il faudra faire avec.

En plus entre le fusible 1 (15h00 ) et le fusible 2 (16h15 ) il y a 22km de VTT et 15km de run’n’bike… tout ca en 1h15… Il ne faut donc pas atteindre le temps limite au fusible 1 si on veut avoir une chance de faire le run’n’bike…

Bref, c’est très tendu comme planning tout ça :-)))

On va se préparer. Le VTT nous impose d’emporter un peu de matériel en cas de casse. J’ai donc opté pour le sac DK 5+5. J’aurai toujours sur moi le sac avec la poche à eau chargée de maximm neutre (2L) et quelques barres énergétiques. Par contre dès qu’on prendra les VTT je récupérerai le sur-sac qui contient le matériel VTT + un complément de ravitaillement. J’ai aussi un bidon d’Isostar sur le VTT. En théorie la course est en semi-autosuffisance, et les ravitaillement seront limités ! ! ! on est prévenu.

Bien sur, on portera nos bérets… sauf en VTT because il faut des casques :-(((

On décide que globalement je vais orienter et que le Bourrin ira pointer les balises… Le fait que depuis plusieurs courses je ne l’ai pas trop perdu doit commencer à le mettre en confiance l’animal ;-) et puis le cas échéant, on changera …

6h40 On assiste au briefing.. rien d’extraordinaire sauf qu’à un endroit du parcours il ne faut pas s’étonner si le road book nous indique d’aller dans une zone où il n’y a pas de chemins… c’est normal… Ah bon !

7h00 Tout le monde est sous l’arche de départ. En fait les 75 (je crois) équipes vont partir ensembles pendant 1,5km pour rejoindre le véritable lieu de départ derrière le château de Peronne.

7h10 : Avec un peu de retard ça démarre donc doucement, pour arriver sur un théâtre extérieur. On pose les VTT dans les gradins et on se prépare pour la première CO.

ZONE 1 : LA CO ET LE VTT

Ces 1,5 km de CO sont surtout destinés à étirer le peloton… 75 équipes de 2 sur une C0 de 1,5km… Ca risque fort de bouchonner aux balises ;-))

La CO Comporte 5 balises + l’arrivée. Elle se fait sans carte (les postes à postes sont courts) et on se base sur une définition + un azimut-distance… un exemple ?

" A l’azimut 227° et à 180m du CP0 vous trouverez la balise 1 le long de l’étang "

5…4…3…2…1…TOP c’est parti.

On laisse les bons partir comme des flèches devant, et on se cale à notre rythme à nous…

On arrive sur la balise 1… Quel b#rd&l ! ! ! ils en sont presque à se battre pour pouvoir poinçonner… une seule borne de pointage pour 75 équipes après 200m de course… moyen moyen tout ça. Comme elle n’est pas loin du départ, je rappelle le Bourrin et lui dit de laisser tomber. On la prendra au retour et on file directement sur la seconde balise.

Celle ci est dans un petit tunnel, et là comme il y a moins de monde, les coureurs font sagement la queue pour poinçonner… c’est plus raisonnable.

On enchaîne les trois balises suivantes sans difficultés et on retourne au parc à vélo. Pendant que je prépare la sortie du parc avec le road book, le Bourrin va chercher la balise 1 qui nous manquait.

Fin de la première CO

Maintenant on va attaquer le premier tronçon de VTT. Il s’agit d’une progression de 18km au road book. Il y est indiqué la distance entre chaque élément décrit, la distance totale, et le descriptif des éléments (carrefour, pont…)

Extrait du Road Book VTT

Au départ sur les premières centaines de mètres on part en suivant tout le monde et du coup je n’arrive pas à me caler convenablement. En plus les distances j’ai l’impression que les distances ne correspondent pas …

Au bout de 1 km on arrive à une intersection ou de nombreuses équipes vont à droite et où d’autres semblent être hésitantes. Comme en CO la règle n°1 est de ne JAMAIS faire confiance aux autres on s’arrête et on essaie de se recaler convenablement.

En fait les distances données sur les premier repères étaient bonne mais c’est moi qui était mal réglé. Après une ou deux minutes, on pense savoir exactement où on en est. Le problème c’est qu’avec un road book, si on se perd, on a aucune façon de se retrouver, alors qu’en CO on dispose toujours des éléments de la carte pour se recaler…

Les 3 intersections suivantes vont nous confirmer qu’on est sur la bonne route… il fallait bien tourner à gauche et ne pas suivre tus ceux qui sont parti à droite… un bon point pour nous…

On enchaîne route et chemins larges… c’est surtout un tracé pour les " physiques ". roulant et rapide… on est donc pas très étonné de se faire doubler régulièrement …

La progression continue sagement jusqu’au km 10 où on arrive à la première balise (il y en a 4 sur ce tronçon). De là, on nous demande de prendre un azimut sur 180m… c’est la fameuse zone sans chemin existant dans un espèce de sous bois très dense… et avec les VTT la progression est lente et à la queue leu leu…


Une section de CO en VTT

On pointe la balise puis encore un azimut pour la suivante…la troisième balise se trouve sous le pont de l’autoroute… en fait c’est une façon de nous faire prendre un passage obligatoire par sécurité.

Juste avant d’arriver au pont il y a un fossé de 2m de large sur 1,5m de profondeur… tout le monde passe en mettant le VTT sur la roue arrière et en le laissant aller dans la boue puis en le tirant une fois de l’autre coté. J’essaie de faire pareil , mais c’était sans compter sur mon garde boue arrière :-((

Celui-ci s’accroche par terre, freine le VTT, casse net et me déséquilibre… du coup je me retrouve dans le fond du fossé, avec un pied dans la boue jusqu’à mi-mollet… gagné Michel…

La suite du tracé VTT se fait sans grande difficulté. On récupère la balise qui reste et on arrive au parc à vélo… Beaucoup trop de route à mon goût pour un parcours de VTT !

On dépose les VTT, on enfile les bérets et on se rend au point de contrôle pour donner notre premier carton de pointage et en récupérer un second, ainsi qu’un road book et une carte pour la CO en canoë.

ZONE 2 : LA CO EN CANOE

Pour ce tronçon on commence par une petite CO à pied de 2 km pour rejoindre la zone d’embarquement des canoës. Il y a 4 balises à prendre avec une définition encore en azimut distance. On attrape les balises sans grande difficulté, puis on longe le canal de la somme pour aller chercher le bateau…

Gilet de sauvetage, pagaie, bateau (pffffff qu’est-ce qu’il est lourd ce canoë… dis donc le Bourrin, tu es déjà monté dedans ou quoi ? ? ?)

Direction le bord de l’eau. On embarque et on part pour un premier tronçon de 5,5 km sur le canal de la somme. Là, les gros bras doivent s’en donner à cœur joie car c’est toujours tout droit, et à fond, à fond, à fond… Au passage on a le droit à 3 portages à des passages d’écluses.

Les premières centaines de mètres sont difficiles, le bateau refusant absolument d’aller droit… tout ca parce que le Bourrin pagaie moins fort que moi… n’est-ce pas triste tout cela…

Après un rodage nécessaire, on arrive tant bien que mal à se déplacer suivant ce qu’on pourrait appeler un semblant de ligne droite…


Michel et l'Bourrin en canöe

On arrive au bout de notre trajet canal, on porte les bateaux et on les mets à l’eau dans les marais… C’est là que commence un des tronçons les plus intéressants de cette épreuve.

Les marais de la Somme ressemblent en fait à un grand lac jonché d’une multitude d’îles et d’îlots séparés par des canaux ou des bras plus larges… la profondeur d’eau varie de 10 cm à 2m avec en dessous 2à3m de vase très molle :-(((( surtout ne pas tomber dedans !

C’est dans cet environnement qu’on été placées 12 balises pour un circuit de canoë d’environ 4,5 km

Je sors la carte où sont placées les balises. Elle est de très mauvaise qualité (agrandissement couleur d’une carte IGN ( ?)

La carte de l'épreuve de canöe orientation

C’est parti… les premières balises nous permettent de nous familiariser avec l’environnement. Ensuite, on rentre dans le dédale des canaux, mais nous arrivons à progresser sans trop de problèmes ni d’erreurs.

Les définitions de poste défilent… derrière une petite île, sous une passerelle, sous les ponts, rien de spécial – ne descendez pas du canoë… (si si, on en a eu 5 comme ça)

Seule la balise 18 manque à l’appel (enlevée par un visiteur indélicat) mais comme on a été prévenu par d’autres concurrents on ne s’affole pas du tout…

si non, on ne se serait pas affolé non plus d’ailleurs :-))

Nous récupérons donc les balises 14 à 25, non sans nous être quelques peu " envasé " par moment… Mais l’important étant de ne pas désespérer, nous arrivons finalement à revenir au parc Canoë…et avec toutes les balises… très sympa ce passage ! ! ! On débarque, et on a le droit à un petit sandwich, non prévu, mais qui arrive à point nommé.

Pour finir ce tronçon, il nous faut retourner à pieds jusqu’au parc à VTT, sachant que celui ci est situé sur les hauteurs qui surplombent la zone des marais… Tout à l’heure, à l’aller, c’était facile car on ne faisait que descendre, mais maintenant il va falloir remonter :-((((

On abandonne donc la carte de canoë’O pour reprendre le road book et rejoindre en trottinant le parc VTT (soit environ 4,5km ) avec 2 balises à pointer au passage…

La première partie est un chemin de halage qui nous fait remonter le canal que nous avons descendu en canoë.

La balise 26 est prise facilement, puis la 27 doit se trouver sur une passerelle sur notre gauche… on avance, on avance… ah ! là on dirait bien que c’est la passerelle… ca ressemble mais il n’y a pas de balise… ce ne doit donc pas être la bonne… on continue…jusqu’à … ce que le chemin de halage se termine… là il y a comme un loup… on revient en arrière en prenant la route et en se disant que de la route on verra bien le chemin, mais hormis la passerelle dont j’ai déjà parlé, nous ne trouvons aucun autre chemin ! ! !

Re-demi-tour et on avance sur la route en direction de l’endroit où nous pensons que se trouve le parc à VTT. A ce moment là une voiture s’arrête à coté de nous. " bonjour, vous êtes sur le parcours extrême ? " " Oui " " Alors si vous cherchez la balise 27, elle a été retirée… il faut continuer sans elle " "  merci de l’info….. ca fait ½ heure qu’on la cherche "

Pour reprendre la progression normale il faut re-re-faire demi-tour… pas question. Nous sommes sur le bord du canal et il suffit de remonter sur le plateau pour rejoindre les VTT…

Sans écouter ma proposition de faire le tour par le même chemin qu’à l’aller, le Bourrin se lance droit dans l’ascension d’une sorte de mur à 45% où même avec les mains on arrive tout juste à grimper…

Quelques centaines de mètres plus tard (et quelques milliers de calories perdues) on se retrouve sur le plateau en vue du Parc à VTT…

Pfffffffff il était temps d’y arriver…

On va rendre notre carton de pointage en expliquant pourquoi les balises 18 et 27 manquent ce qui ne pose aucun problème ! ! !

AU passage je récupère la carte pour la CO

ZONE 3 LA CO A PIEDS

Cette CO prévue sur 19 km comporte 21 balises dont 13 sont déjà placées sur la carte, et 8 à positionner. Et là ce pose à nous un vrai problème de timing.

La carte de la section de CO

A la fin de la CO il y a le premier fusible horaire (15h repoussé à 15h15 en raison du retard pris au départ)  mais si on veut faire la suite il ne faut pas que l’on quitte ce poste après 14h00…

On décide donc par sécurité de ne faire que quelques balise (3ou4) afin de s’assurer une bonne gestion de la fin du parcours .

Sur ce, on part et va chercher tranquillement les 4 premières balises.

L’environnement de la CO ne me plaît pas du tout… de grands champs, pas de foret sauf quelques bosquets de ci de là, et en plus des balises visibles de loin et sans aucun intérêt " technique ".

Encore un tronçon réservé aux gros bourrins (et non pas à notre bon bourrin à nous)…

Une fois nos quatre balises poinçonnées on retourne au parc à VTT , on souffle un peu.

Ce tracé à travers champs était assez éprouvant, d’autant que depuis le matin on bénéficie d’un grand ciel bleu avec du soleil… et dans un champ sans ombre, ça tape fort ! ! !

Un seul regret sur cette CO c’est de n’avoir pas pensé à reporter quand même les 8 postes complémentaires ?

Peut être un ou deux étaient quand même accessibles… mais bon. Nous nous somme fixé comme objectif de ne pas être mis hors course. Donc on confirme notre choix

ZONE 4 VTT puis RUN’N’BIKE

On prend nos VTT et je récupère un nouveau road book + une carte pour le parcours qui doit nous mener au début du run’n’bike. Aucune balise sur ce tronçon. Juste 22km de VTT.

C’est parti par la route qu’on prend (encore) sur de bonnes distances, seulement coupée par presque 2km de chemin avec une jolie côte dans laquelle not’Bourrin crachera quelques bouts de poumon :-))

Puis retour sur de la route… fin du road book et seconde partie en lecture de carte…

On continue de progresser en suivant quelques autres équipes quand je vois tout le monde suivre la route vers la gauche alors que la carte indique le chemin sur la droite ! ! !

J’appelle le bourrin, je m’arrête et pose la pointe du pied par terre pour me stabiliser… c’est à ce moment que me monte dans la jambe une pµt@/n de crampe dans le mollet de chez " ca fait mal "… impossible de bouger la jambe… une vraie cata de cata ! ! !

Le bourrin arrive et m’aide à récupérer… la vache… ca me lance…

On reviens sur notre problème et j’avais bien raison de ne pas suivre les autres, le chemin à prendre est bien celui sur la droite.

On repart doucement pour me permettre de récupérer…

Quelques kilomètres plus loin, nouveau doute et nouvel arrêt… crampe dans l’autre mollet Ouuuaaaahhhhhhhh ! ! ! ! ! !

Je suis cuit… impossible de poser les pieds par terre pour marcher…

Le Bourrin tire sur la jambe, la douleur passe mais j’ai les mollets comme deux bouts de bois ! ! !

On repart quand même et on arrive tant bien que mal à la fin de ce tronçon qui correspond au départ du run’n’bike.

La carte du Run'n'Bike

Il est 15h15. Le second fusible horaire est désormais à 16h30 cela nous laisse 1h15 pour récupérer une partie des 16 balises du run’n’bike. on pose un VTT on récupère la carte et on se fixe un premier groupe de 4 balises qu’on pense pouvoir récupérer. Ensuite, on verra.

Pour mes mollets je préfère commencer à pied en marchant pour les faire fonctionner un peu. Ca me tire terriblement, mais on attrape quand même la première balise juste à côté du parc à VTT.

La seconde n’est pas loin mais il faut descendre à pic dans un sous bois hors chemin… le bourrin descend avec le VTT et moi à pied. Il pointe la seconde balise. On suit un chemin pour avoir la troisième et je commence à pouvoir trottiner un peu.

La quatrième est à un détour de chemin. Le bourrin la pointe et on se retrouve sur le chemin avec un choix. On rentre ou on en fait encore… il nous reste 45’. On peut s’en faire encore 5 ou 6 sur un autre tronçon. C’est décidé… on se relaie sur le VTT pour souffler et on progresse raisonnablement…

Après quelques traversées de champs, de chemins et de bosquets, on termine avec quand même 10 balises pointées sur les 16 disponibles.

Il est un peu plus de 16h. plusieurs équipes arrivent seulement maintenant au départ du run’n’bike, ce qui fait qu’ils ne pourront prendre qu’un nombre très limité de balises… En plus nous voyant terminer avec notre dossard 20, ils nous prennent pour des bons :-)))) si ils savaient ! ! !

La fin de parcours est composée encore de route et de larges chemins avec une dernière balise à pointer…

On reprend le chemin de halage pour franchir la ligne d’arrivée en environ 9h40’ hors pénalités.

Il nous reste deux km hors chrono pour rejoindre le gymnase et aller sur la dernière activité de la journée… le rappel.

L’objectif est de descendre le mur d’enceinte du château de Peronne… et d’arriver dans les douves… pleines d’eau !

On va en haut, et c’est le bourrin qui s’y colle le premier… et là ca vaut le coup d’œil. Après avoir chambré allègrement quelques participants devant nous (mpfff) le bourrin tente de s’équiper…

20mn pour enfiler le harnais :-)))) trop drôle le bourrin… ensuite il nous fera une jolie descente digne de…. Le bourrin à petits pas…petite descente pas à pas sans risques…

Ensuite je m’y jette aussi, profitant de l’occasion pour lui montrer comment j’ai failli doubler Bruce Willis dans piège de cristal… encore une démonstration époustouflante de Michel pour clôturer cette magnifique épreuve :-)))))

On retourne se changer, puis grignoter quelques pâtes pour se remettre. On attends la remise des prix puis le classement du parcours extrême n’étant pas disponible, on décide de se rentrer …

BILAN

Assez mitigé…

Les conditions météo étaient top excellentes !

Le canoë orientation dans le décors des marais était sympa,

Mais pour le reste, on est sur une épreuve à gros bourrin qui ne demande aucune aptitude technique. L’orientation est plus que rudimentaire (à la limite du sans intérêt) le VTT se limite à de la route plus quelques larges chemins, et la qualité des cartes était franchement déplorable…

J’avoue ne pas avoir été emballé plus que ça, même si on a quand même passé une bonne journée à notre rythme, ce qui va nous reléguer dans les profondeurs du classement… mais… on est classé :-)))

Ils ont promis pour l’an prochain de corser l’orientation… à suivre…

Voilà pour ce CR, merci d’avoir tenu jusque là

A+ pour une prochain raid

Michel_ki_a_eu_mal_aux_mollets_pendant_2_jours

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !